Suivez-nous

Économie

Jeunesse francophone, Près de 5 millions de dollars pour propulser l’entrepreneuriat

Avatar

Publié

le

Stimuler la fibre entrepreneuriale chez la jeunesse francophone en mettant à leur disposition de nouveaux outils qui visent à faciliter la réalisation de leur projet d’affaires. C’est le pari du premier ministre désigné du Québec. L’annonce a été faite vendredi 11 octobre à Erevan, en Arménie, à l’occasion à de la nomination du nouveau Secrétaire général de la Francophonie.

Une Initiative québécoise en matière de créativité entrepreneuriale jeunesse en Francophonie verra le jour. La mise en œuvre de cette initiative sera assurée par les Offices jeunesse internationaux du Québec (LOJIQ), regroupement d’organismes de mobilité internationale jeunesse, avec un soutien financier de 4 565 000 $ sur quatre ans.

Lire aussi : LOJIQ s’implique pour aider de jeunes Québécois à changer le monde

Axée sur la valeur ajoutée, cette initiative offrira des occasions uniques à de jeunes Québécoises et Québécois qui désirent démarrer une entreprise ou développer leur marché à l’international. Elle constituera une contribution tangible du Québec à la réussite de la Stratégie jeunesse de la Francophonie.

Jeunesse francophone : entre talent, créativité et compétences!

Le premier ministre François Legault veut encourager les jeunes à devenir des créateurs de richesse et d’emplois, et l’Initiative québécoise en matière de créativité entrepreneuriale jeunesse en Francophonie servira de bougie d’allumage pour atteindre cet objectif. « Le développement de l’entrepreneuriat chez les jeunes constitue un des piliers de la croissance économique du Québec », a souligné celui qui a soutenu le choix de la Rwandaise Louise Mushikiwabo à la tête de l’Organisation internationale de la Francophonie (OIF).

Le Québec appuie la mise en œuvre de la Stratégie économique pour la Francophonie et la Stratégie jeunesse de la Francophonie par des mesures concrètes en faveur de l’entrepreneuriat jeunesse.

Au dire de M. Legault, « le Québec doit miser sur sa jeunesse, son talent, sa créativité et ses compétences », en soutenant sa relève entrepreneuriale. « C’est au moyen d’une telle initiative que nous participons activement à développer notre économie, à accroître nos exportations, à assurer la pérennité de nos entreprises, tout en misant sur les échanges pour faire naître l’innovation et la coopération au sein de la Francophonie », a fait valoir le premier ministre désigné du Québec.

LOJIQ est reconnu en tant qu’acteur de la mise en œuvre de la Politique internationale du Québec et de la Stratégie d’action jeunesse.

Ce programme qui sera mis en place en faveur des jeunes francophones vient bonifier le volet Mentorat d’affaires, par l’ajout de stages préparatoires aux missions économiques, commerciales ou multisectorielles du gouvernement du Québec. Concrètement, à l’aide de ce programme, les jeunes entrepreneurs pourront élargir leur réseau et propulser leur entreprise vers de nouveaux marchés au sein de l’espace francophone.

Lire aussi : Francophonie, Michaëlle Jean s’accroche-t-elle au pouvoir?

Pour rappel, LOJIQ est un regroupement d’organismes de mobilité internationale jeunesse, soit l’Office franco-québécois pour la jeunesse et l’Office Québec-Monde pour la jeunesse. Ce regroupement a été mis en place en 2007 pour présenter une offre de service unifiée et poursuivre les objectifs de développement professionnel et personnel des jeunes adultes québécois dans un contexte canadien et sur la scène internationale.

Lire la suite
6 Commentaires

6 Comments

  1. Avatar

    Peggy Civil

    16 Oct 2018 à 11:30

    Félicitations pour votre article monsieur Fofana. Votre plume est une richesse pour notre société!

    • Baba-Idriss FOFANA

      Baba-Idriss FOFANA

      17 Oct 2018 à 10:59

      Ça fait plaisir de lire ton commentaire et de savoir que tu prends du plaisir à me suivre et à lire mes articles. C’est très encourageant de ta part Mme Civil. Et j’en suis très honoré!

  2. Pingback: Jeunes entrepreneurs : Québec offre des bourses d'honneur de 25 000 $ -

  3. Pingback: OIF : Michaëlle Jean - Louise Mushikiwabo, entre passation et passe d'armes sur les réseaux sociaux - Avant Premiere Mtl

  4. Pingback: #20mars - Québec attribue 1 million dollars pour la réalisation de projets de promotion du français - Avant Premiere Mtl

  5. Pingback: Québec finance 50 jeunes francophones pionniers de l'entrepreneuriat de 30 pays d'Afrique subsaharienne et des Caraïbes - Avant Premiere Mtl

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Transports

Montréal a gagné le palmarès des pires routes du Québec

Avatar

Publié

le

Esquiver et se faire surprendre par les nids-de poules et les crevasses fait partie du quotidien de ceux qui votent au palmarès des pires routes du Québec. Cette action qui s’est tenue du 24 avril au 24 mai, vise à faire le suivi avec le ministère des Transports et les localités des mesures qui permettront d’améliorer l’état du réseau routier.

Aussi ironique que significatif, ce sondage annuel de CAA-Québec attire de plus en plus de Québécois qui subissent au quotidien les désagréments des routes.

Les chaussées maganées et colmatées de la province ont marqué les milliers d’automobilistes, cyclistes, piétons, camionneurs et chauffeurs de taxi, dont certains ont exprimé haut et fort leur ras-le-bol.

CAA-Québec a enregistré un record de participation avec 21 000 votes effectués aux quatre coins du Québec.

Des citoyens mobilisés lors de cette 5e édition

Voici le commentaire de la direction d’une entreprise en Montérégie qui a témoigné sur les dégâts causés par les trous de la rue Newton :

« On voulait faire front commun pour faire bouger les choses et la plateforme Les pires routes était la seule qui pouvait nous donner de la visibilité. Quand c’est rendu que tu dis à tes clients de faire attention aux trous sur notre rue de nos bureaux, c’est grave! Des pneus crevés, des roues endommagées, des véhicules désalignés… Ça commence à coûter cher à nos employés et pour notre flotte de camions! »

Les cinq premières pires routes se trouvent respectivement à Montréal, Saint-Adolphe-d’Howard (Laurentides), Lévis (Chaudière-Appalaches), Boucherville (Montérégie) et Saint-Jérôme (Laurentides).

À Montréal, le boulevard Gouin Est qui figure dans le palmarès depuis l’année dernière a raflé la première place des pires routes. Il faut dire qu’on a mis les bouchées doubles pour mettre sous les projecteurs l’état de cette route.

En effet, Corinne Tastayre, une résidente de Rivière-des-Prairies, s’est portée volontaire pour inciter son entourage à aller voter « même si des investissements ont été annoncés », a rapporté CCA-Québec.

« Le boulevard Gouin Est serait un des plus beaux de Montréal, mais tout ce qu’on a, ce sont des trous, des poteaux au milieu de la piste cyclable et des risques d’accident. Alors pas question de relâcher la pression. Ce qu’on veut, ce n’est pas juste du resurfaçage, c’est l’ensemble des travaux de réfection : fondations, trottoirs, piste cyclable, stabilisation des berges, etc. On va le croire quand on va le voir! », a déclaré Mme Tastayre.

Lire aussi : Sept conseils pour éviter les dégâts des nids-de-poule

Lire la suite

Monde du travail

Le taux d’emploi chez les immigrants a atteint son plus haut niveau en 12 ans au Canada

Avatar

Publié

le

Le taux d’emploi chez les immigrants âgés entre 25 à 54 ans, qui ont immigré au Canada il y a cinq ans, a atteint 71% en 2018. Il s’agirait du niveau le plus élevé enregistré depuis 2006, selon une note du ministère fédéral des Finances.

Malgré l’augmentation du nombre d’immigrants qui entrent au Canada dans le cadre du nouveau plan pluriannuel sur les niveaux d’immigration mis en œuvre par le gouvernement fédéral, les entreprises ont embauché davantage de personnes qui n’ont pas toujours accès au marché du travail.

Selon la note ministérielle, les bons résultats en matière d’emploi s’expliquent par l’existence de nombreux programmes d’immigration fédéraux et provinciaux qui sont axés sur certains facteurs de capital humain tels que l’éducation, l’expérience de travail qualifié et la maîtrise de l’anglais ou du français.

L’attitude « positive » du Canada envers les immigrants

Données Statistique Canada.

Parlant des Canadiens de deuxième génération, la note de service indique que ces personnes « s’en sortent mieux » que les enfants de parents nés au Canada, s’agissant de l’éducation et du revenu. « Un peu plus de 40% des Canadiens de deuxième génération âgés de 25 à 44 ans avaient un diplôme universitaire, comparativement à seulement 24% des Canadiens dont les parents étaient nés au Canada », a-t-on appris.

« La proportion d’immigrants dans la force de l’âge ayant fait des études supérieures est passée de 75 % en 2006 à 80 % en 2018, soit 9 points de pourcentage de plus que celle de l’ensemble de la population de la même classe d’âge. »

– Étude interne du gouvernement fédéral

En termes de revenu, les Canadiens de deuxième génération gagneraient en moyenne un peu moins de 4 000 $ de plus par an que leurs pairs nés de deux parents canadiens (55 500 $ à 51 600 $).

71 131 nouveaux immigrants arrivés au Canada en 2018

TVA Nouvelles, données ISQ 2018.

À en croire le ministère canadien des Finances, l’attitude positive du gouvernement envers les immigrants aide ces derniers dans leur intégration de manière plus générale.

Par ailleurs, il faut rappeler qu’au 1er janvier 2019, la population du Canada a atteint 37 314 442, en hausse de 71 871 personnes par rapport au 1er octobre 2018, selon les estimations démographiques provisoires.

« Le Canada a crû de 528 421 personnes en 2018, la migration internationale expliquant 80,5 % de la croissance », a révélé Statistique Canada, précisant que « les gains provenant de la migration internationale étaient dus aux 71 131 nouveaux immigrants qui sont arrivés au Canada au cours du quatrième trimestre ».

À lire : Le Canada enregistre un taux de chômage de 5,4 % en mai, le plus bas depuis 1976

Lire la suite

Économie

Timbres : Postes Canada propose de nouveaux tarifs postaux pour 2020

Avatar

Publié

le

Postes Canada propose une augmentation du tarif postal de deux cents pour l’envoi d’un article Poste-lettresMC du régime intérieur de 30 grammes ou moins dès 2020. Les timbres achetés en carnet, en rouleau ou en feuillet coûteraient 0,92 $ par timbre au lieu du tarif actuel de 0,90 $. Le prix d’un timbre acheté à l’unité pour le même type d’envoi passerait de 1,05 $ à 1,07 $. Ces nouveaux tarifs entreraient en vigueur le 13 janvier 2020.

Les usages varient, mais l’augmentation tarifaire est estimée à bien en dessous d’un dollar par année pour le ménage canadien moyen, tandis qu’elle est estimée à environ 6 $ par année pour les petites entreprises qui utilisent des timbres. Les Canadiens peuvent éviter cette augmentation en se procurant à l’avance des timbres PermanentsMC au prix actuel, si les changements sont approuvés pour janvier prochain.

Postes Canada propose également d’augmenter les tarifs pour les autres envois Poste-lettres du régime intérieur, le service Poste aux lettres à destination des États-Unis et du régime international et le service Courrier recommandéMC du régime intérieur. Les tarifs proposés seront publiés dans la partie I de la Gazette du Canada du 15 juin 2019 pour consultation publique.

23 M$ au premier trimestre de 2019 pour Postes Canada

En mai, Postes Canada a annoncé avoir enregistré un profit avant impôt de 23 millions de dollars au premier trimestre de 2019. La croissance de son secteur Colis s’est poursuivie pendant cette période, mais de façon modérée puisque d’importants clients se sont tournés vers d’autres services de livraison l’automne dernier et au début de 2019. 

À lire : La grève a généré une perte de 270 M$ à Postes Canada en 2018

Les revenus de Postes Canada se chiffrent à près de 1,7 milliard de dollars au premier trimestre, une baisse de 26 millions de dollars, ou 1,5 %, par rapport au premier trimestre de 2018. Le résultat avant impôt de 23 millions de dollars de la Société au premier trimestre, qui s’est terminé le 30 mars 2019, représente une baisse de 45 millions de dollars par rapport à la même période l’année précédente.

Source : Postes Canada

Lire la suite
Publicité

Nous suivre sur Facebook

en-avant

%d blogueurs aiment cette page :