Suivez-nous

Actualités

Jeux Abidjan 2017 : entre appui et ouverture de Bureau, Québec fait d’une pierre deux coups !

Baba-Idriss FOFANA

Publié

le

|Photo: DR-abidjan.net|

À 48 heures de l’ouverture des VIIIes Jeux de la Francophonie en Côte d’Ivoire, la ministre des Relations internationales et de la Francophonie du Québec (Canada), Christine St-Pierre, entame aujourd’hui, le mercredi 19 Juillet, une mission économique de quatre jours dans la capitale économique Ivoirienne, Abidjan.

Elle fera d’une pierre deux coups. Christine St-Pierre se rend sous les bords de la lagune Ébrié (Abidjan) pour appuyer la délégation Québécoise qui participe aux VIIIes Jeux de la Francophonie ; mais aussi mener des entretiens bilatéraux avec les autorités politiques Ivoiriennes. Chose qui devrait déboucher sur la signature d’une entente d’établissement pour préparer l’ouverture du Bureau du Québec à Abidjan, prévue à l’automne 2017.

76 athlètes et les 12 artistes aux couleurs québécoises

Selon le communiqué de presse faisant état de cette mission, la ministre St-Pierre, accompagnée du directeur du Bureau du Québec à Dakar, Younes Mihoubi, assistera à la cérémonie d’ouverture des Jeux, le 21 Juillet, à titre de représentante du Gouvernement du Québec. Elle rencontrera également les membres d’Équipe Québec, dont les 76 athlètes et les 12 artistes (Il s’agit de la délégation la plus importante à participer à des Jeux de la Francophonie à l’étranger) qui participeront, pendant 10 jours, à des compétitions sportives et à des concours culturels aux côtés d’autres jeunes francophones.

« C’est avec grand plaisir que je me rends à Abidjan pour soutenir et encourager nos jeunes athlètes et artistes aux VIIIes Jeux de la Francophonie. Cette compétition à laquelle ils participeront, sera une expérience unique garante de succès pour la suite de leur parcours professionnel et personnel », a déclaré Christine St-Pierre, ministre des Relations internationales et de la Francophonie.

Après le Bureau de Dakar, cap sur Abidjan !

Mme St-Pierre s’est dite « heureuse » de se rendre au pays des Éléphants (Côte d’Ivoire), un pays qui « compte » dans le contexte de l’accroissement de la présence du Québec en Afrique, avec l’ouverture prévue du Bureau d’Abidjan.  « Je suis d’autant plus heureuse de me rendre en Côte d’Ivoire ; l’Afrique de l’Ouest est une région importante pour notre action internationale. Cette mission nous permettra de préparer le chemin pour l’ouverture d’un Bureau du Québec à Abidjan, en rencontrant les autorités politiques Ivoiriennes », a fait valoir la ministre québécoise des Relations internationales et de la Francophonie.

Rappelons que la nouvelle Politique internationale du Québec désigne le continent Africain comme territoire prioritaire pour les prochaines années, notamment, dans les secteurs du développement économique, du développement durable, de la jeunesse et de la solidarité. En ce sens, la ministre s’entretiendra aussi, avec des représentants d’institutions multilatérales en Côte d’Ivoire telles que la Banque Africaine de développement (BAD) et l’Union Africaine (UA).

Source : Cabinet de la ministre des Relations internationales et de la Francophonie   

 

Annexe – Liste des artistes et des athlètes québécois qui représentent le Québec aux VIIIes Jeux de la Francophonie

Volet culture
 Conte et conteurs  Création numérique
  •  Jérome Bérubé
  •  Hugues Clément
 Danse de création  Littérature-nouvelle
  • Chorégraphe : Marie Béland
  • Interprètes : Ariane Famelart,
  • Jessica Perry, Marie-Pier Proulx,
  • Elsa Tellier et Sabrina Verrette
  • Simon Lambert
 Peinture  Photographie
  • Gabrielle Lajoie-Bergeron
  • Andréanne Gagnon
 Sculpture-installation
  • Gabriel Morest
 Volet sport
 Athlétisme  Basketball féminin
 

  • Tania Bambi
  • Ariane Beaumont-Courteau
  • Laurence Côté
  • Pascale Dumont
  • David Foley
  • Anne-Marie Gauthier
  • Patrice Labonté
  • Marc-Antoine Lafrenaye-Dugas
  • Jean-Samuel Lapointe
  • Anthony Larouche
  • Nicolas Morin
  • Alex Porlier-Langlois
  • Marc-André Raiche
 

  • Carrie-Ann Auger
  • Julie Brosseau
  • Raphaëlle Côté
  • Sirah Diarra
  • Claudia Émond
  • Jane Gagné
  • Alex Kiss-Rusk
  • Gladys Hakizimana
  • Emily Prévost
  • Kennissha Shanice-Luberisse
  • Sarah St-Fort
  • Catherine Traer

 

 Cyclisme sur route  Judo
 

  • Élisabeth Albert
  • Lex Albrecht
  • Alizée Brien
  • Olivier Brisebois
  • Félix Côté-Bouvette
  • Elliot Doyle
  • Simon-Pierre Gauthier
  • Frédérique Larose-Gingras
  • Gabrielle Pilote-Fortin
  • Adriane Provost
  • Jean-François Soucy

 

 

  • Marie Besson
  • Émilie Burt
  • Patrick Cantin
  • Louis Krieber-Gagnon
  • Jean-François Ouellet
  • Camélia Pitsilis
  • Gueorgui Poklitar
  • Alix Renaud-Roy

 

 Lutte  Soccer masculin
 

  • Trevor Banks
  • Samuel Barmish
  • Laurence Beauregard
  • Frédérick Choquette
  • Vincent De Marinis
  • Veronica Keefe
  • Linda Morais
  • Jérémy Poirier
  • Guseyn Ruslanzada
  • Amanda Savard
 

  • Marques Antoine
  • Don-Junior Bobe
  • Souleymane Camara
  • Mathieu Choinière
  • Santiago Gonzalez
  • Christopher Hansen-Barkun
  • Moulay Hamza Kanzi Belghiti
  • Daniel Kinumbe
  • Pierre Lamothe
  • Clement Yvan Landry Bayiha
  • Thomas Meilleur-Giguère
  • Brayan Jr Mutatay Kalonji
  • Chrisnovic Isemoli N’Sa
  • Emmanuel Okorougo
  • James Pantemis
  • Luca Salvatore Ricci
  • Jimmy-Shammar Sanon
  • Shamit Shome
  • Ismail Sow
  • Gabriel Wiethaeuper-Balbinotti

 

 Tennis de table
  • Antoine Bernadet
  • Vida Sieu

Baba Idriss Fofana est Journaliste depuis 2010 et Blogueur depuis 2012 sur la plateforme de Radio France International – Mondoblog – où il anime notamment des chroniques politiques et faits de société. Ayant également fait des études de Marketing et de Management, il a occupé dans différents pays les fonctions d’Assistant en communication politique et Responsable des communications.

Actualités

Les préposés au péage de l’autoroute 30 en grève à partir d’aujourd’hui

Avatar

Publié

le

Après l’échec des pourparlers, les employés, représentés par le Syndicat des préposés au péage de l’autoroute 30-CSN, ont décidé de tenir ce vendredi, 19 juillet, dès 9 h, une première journée de grève.

« Nous sommes très déçus de voir que l’employeur a décidé de ne pas négocier hier, alors qu’il avait la possibilité de dénouer la situation et d’éviter le conflit», a souligné d’entrée de jeu le président du syndicat CSN, Alain Courtemanche.

Les discussions avec la partie patronale ont porté sur l’offre salariale et les conditions de travail insupportables des grévistes.

«Il manque de climatisation l’été, de chauffage l’hiver. Les bancs sont troués et souvent, il n’y a même pas de dossier. Il n’est pas rare que deux pouces d’eau se retrouvent dans les cabines et que les fenêtres peinent à s’ouvrir. Souvent, les employés ne parviennent même pas à voir le montant qui doit être payé », a dépeint Annette Herbeuval, la présidente du Conseil central de la Montérégie-CSN.

Des salaires inéquitables

Les travailleurs s’indignent notamment de leurs salaires inéquitables par rapport aux salariés d’entreprises similaires et à leurs collègues du service à la clientèle. Ces derniers bénéficient d’un horaire fixe et d’un salaire d’entrée plus élevé que les préposés au péage et travaillent dans de meilleures conditions.

À ce propos, le syndicat cite aussi l’exemple des préposés au péage du pont de la Confédération qui gagnent plus de 18 $ l’heure en commençant, alors que le salaire des grévistes débute à 14,25 $ l’heure et plafonne à 15,25 $.

Mme Herbeuval a affirmé que le vote de grève montre à quel point les membres sont déterminés à se faire respecter, et qu’ils vont avoir la CSN derrière eux pour les soutenir.

Lire aussi : L’Institut Pinel, un cas exemplaire de la pénurie dans la santé et les services sociaux

Lire la suite

Actualités

80% des travailleurs de la construction partiront bientôt en vacances

Avatar

Publié

le

Les vacances de la construction débutent ce dimanche, 21 juillet, et se terminent le samedi 3 août. La valeur totale des chèques de vacances transmis aux travailleurs montre que le secteur connait une hausse de ses activités.

La Commission de la construction du Québec (CCQ) a annoncé ce jeudi, 18 juillet, avoir transmis au cours des dernières semaines près de 159 000 chèques de vacances aux travailleurs de la construction du Québec. Au total, la somme, versée par les employeurs, représente plus de 447 M$.

Bien que les vacances demeurent obligatoires pour l’ensemble de l’industrie de la construction dans tous les secteurs, certains travailleurs ne prennent pas ce congé estival à fin d’assurer des travaux de génie civil et de voirie, des travaux d’urgence, de réparation, d’entretien, de rénovation ou de modification. Ainsi environ 80% de la main d’œuvre, travailleurs et employeurs, partiront en vacances durant ces deux semaines.

L’activité du secteur en chiffres

Cette année, la CCQ a constaté une hausse de plus de 6 % de la valeur totale des versements, comparativement aux montants versés à l’été 2018 (421 M$). « Cette variation s’explique principalement par la hausse de l’activité de construction enregistrée durant l’année », précise le communiqué de la CCQ.

En effet, en 2018, le nombre d’heures travaillées dans l’industrie a monté de 10 % par rapport à 2017, atteignant 163 millions d’heures.

« Sans dépasser le sommet atteint en 2012, une hausse de cette envergure des activités de construction assujettis à la Loi sur les relations du travail, la formation professionnelle et la gestion de la main-d’œuvre dans l’industrie de la construction (Loi R-20), n’a pas été observée depuis 2004 », indique la CCQ.

À savoir : En 2019, le plus grand montant de sommes de chèques de vacances versés a été émis dans la région Laval–Laurentides—Lanaudière. Il s’élève à 121 202 939,07 $

Lire aussi : Vous êtes issu de la diversité, cette bourse pourrait vous intéresser!

Lire la suite

Actualités

Sécurité nationale et renseignement : comment les activités du gouvernement canadien seront examinées

Avatar

Publié

le

La Loi sur l’OSSNR a reçu la sanction royale dans le cadre du projet de loi C-59 le 21 juin 2019. La Loi, qui est entrée en vigueur le 12 juillet 2019, met sur pied une nouvelle entité fédérale, l’Office de surveillance des activités en matière de sécurité nationale et de renseignement (OSSNR).

La Loi sur l’OSSNR comble les lacunes du cadre de responsabilisation en matière de sécurité nationale d’abord relevées par le juge O’Connor dans le rapport Arar de 2006 et par plusieurs autres par la suite. Avant la mise sur pied de l’OSSNR, seuls quelques organismes spécifiques disposaient d’organismes d’examen spécialisés indépendants qui ne pouvaient ni collaborer ni échanger des informations classifiées. 

L’OSSNR, au contraire, a le mandat d’examiner toutes les activités du gouvernement du Canada en matière de sécurité nationale et de renseignement, de manière intégrée, quel que soit le ministère ou l’organisme dont relèvent les activités.

Afin de remplir son mandat, l’OSSNR est autorisé à recevoir toute l’information que détiennent des entités fédérales que l’OSSNR considère comme pertinente pour mener ses examens, peu importe la classification ou la nature délicate. Il peut s’agir également d’information assujettie à un privilège juridique. L’unique exception est l’information classée à titre de documents confidentiels du Cabinet.

Examiner les activités de la GRC en matière de sécurité nationale et de renseignement…

L’OSSNR sera dirigé par un maximum de sept membres, d’éminents Canadiens nommés par le gouvernement en consultation avec l’opposition. L’OSSNR sera appuyé par un secrétariat de la sécurité nationale et par des experts juridiques.

En outre, l’OSSNR recevra des plaintes du public concernant les activités du Service canadien du renseignement de sécurité (SCRS), du Centre de la sécurité des télécommunications (CST) et, lorsqu’elles sont étroitement liées à la sécurité nationale, de la Gendarmerie royale du Canada (GRC). L’OSSNR recevra également les plaintes concernant le processus d’habilitation de sécurité du gouvernement du Canada.

L’OSSNR remplace le Comité de surveillance des activités de renseignement de sécurité (CSARS) dont l’examen se limitait au SCRS. L’OSSNR remplace également l’ancien Bureau du commissaire du CST (BCCST) qui examinait les activités du CST. 

De plus, l’OSSNR est chargé d’examiner les activités de la GRC en matière de sécurité nationale et de renseignement. La Commission civile d’examen et de traitement des plaintes (CCETP) continuera d’examiner toutes les autres activités de la GRC.

Le premier rapport annuel public de l’OSSNR sera déposé au Parlement en 2020.

Source : CSARS

À lire : Le PQ réitère sa demande contre le transfert de données québécoises au secteur privé

Lire la suite

Nous suivre sur Facebook

Publicité

en-avant