Suivez-nous

Actualités

Affaire Khashoggi : quand l’argent frappe, la démocratie s’enfuit…

Publié

le

CHRONIQUE. Ce qu’il convient d’appeler désormais l’affaire Khashoggi n’a pas fini de lever le voile sur le vrai visage [hideux] de l’un des principaux exportateurs de pétrole au monde: l’Arabie saoudite. Ce pays, avec qui les fervents défenseurs de la démocratie au monde, les occidentaux, ont les plus juteux contrats de ventes d’armes qui détruisent des vies humaines. Est-ce l’hôpital qui se fout de la charité?

Le commun des mortels est sous le choc depuis l’assassinat du journaliste saoudien, Jamal Khashoggi, le 2 octobre dernier en Turquie. Même les meilleurs alliés du royaume sunnite crient leur indignation. Au point où Riyad qui avait nié toute implication dans l’assassinat du chroniqueur du Washington Post a fini par reconnaître que l’homme avait été tué, [torturé, étranglé puis démembré], au son sein du Consulat saoudien à Istanbul.

L’Arabie saoudite, le royaume des armes de guerre!

Ceux qui mettent la pression aujourd’hui sur l’Arabie saoudite ne veulent pourtant pas jeter le bébé avec l’eau du bain. En dehors de l’Allemagne, ni les États-Unis, ni la France, encore moins le Canada, ne souhaitent [pour l’instant] mettre un terme aux juteux contrats de vente d’arme de guerre aux Saoudiens. Pour eux, quoi qu’il en soit, l’Arabie saoudite reste l’un des meilleurs partenaires économiques que la planète puis avoir.

Que dire de plus face à ces vies humaines qui sont fauchées au Yémen par les balles assassines vendues par les occidentaux, notamment les États-Unis et le Royaume-Uni? Quand il s’agit d’intérêts économiques entre États, les intérêts des populations civiles désintéressent. Pendant ce temps, l’ONU continue de tirer la sonnette d’alarme sur « la pire crise humanitaire au monde ». On parle de plus 10 000 morts, dont des milliers d’enfants depuis le déclenchement de la guerre en 2015 au Yémen par la coalition militaire dirigée par l’Arabie saoudite, soutenue par les États-Unis.

Et les enfants meurent de faim, sous les balles…

En août 2018, un bombardement mené par la coalition saoudienne avait tué 51 civils dont 40 enfants dans une province yéménite de Saada selon le Comité international de la Croix-Rouge. En septembre dernier, les commanditaires de cet « acte ignoble » avaient reconnu que cela avait été une « erreur » de la part de la coalition, alors que le raid avait visé un autobus transportant des enfants.

Au moment où le meurtre de Khashoggi remet au goût du jour les questions de violations de droit de l’homme par l’Arabie saoudite, surtout la mise en cause des armes vendus par l’occident, les positions des dirigeants américains, français et canadiens laissent pantois.

À Washington, le président américain se réjouit d’avoir raflé « le plus gros contrat jamais signé dans l’histoire ». Donald Trump veut « bien » sanctionner Riyad pour son implication dans la mort de Khashoggi, mais tout en le caressant « très bien » dans le sens du poil pour ne pas affecter les contrats de vente d’armes, qui créeraient de nombreux emplois aux États-Unis. D’autant plus que pour son premier voyage officiel à l’étranger, le président Trump avait choisi l’Arabie saoudite, d’où il est reparti avec des promesses d’investissements de 450 milliards de dollars pour des « choses », disait-il, et 110 milliards de dollars de contrats d’armement.

Que vaut Khashoggi face aux  juteux contrats ?

Du côté de Paris, le président français pique une colère bleue lorsqu’on lui pose la question de savoir si la France, comme lui demande l’Allemagne, stoppera-t-elle ses exportations d’armes aux Saoudiens malgré le meurtre du journaliste Khashoggi? En retour, Emmanuel Macron refuse de répondre en disant : « Ce n’est pas parce qu’un dirigeant dit quelque chose que je suis censé réagir à chaque fois ». Ce silence vaut la poursuite des 12 milliards d’euros de commandes saoudiennes passés entre 2008 à 2017.

Sans oublier qu’en septembre dernier, le gouvernement espagnol a essuyé de vives critiques pour avoir décidé de maintenir la livraison de 400 bombes à guidage laser à l’Arabie saoudite.

Ici, à Ottawa, le premier ministre canadien dénonce avec la dernière énergie la mort de Jamal Khashoggi et l’incarcération « injuste » du blogueur Raif Badawi, dont la famille se trouve au Canada, mais reconnaît qu’il sera difficile de déchirer le contrat de 15 milliards de dollars de véhicules blindés signé par son prédécesseur Stephen Harper avec l’Arabie saoudite. Estimant que la pénalité financière s’élèverait à au moins 1 milliard de dollars pour les Canadiens.

Certains se demandent pourquoi ces pays du G7, taxés de grandes démocraties, vendent des armes à un pays ou la culture démocratique est au bas à l’échelle planétaire? Mais, ils ne demandent pas pourquoi [pour qui et contre qui] l’Arabie saoudite injecte des milliards de pétrodollars, rien que dans les armes?

Plus besoin de rappeler que les humanitaires sont en train de “perdre la lutte contre la famine” au Yémen, « que 22 millions de personnes ont besoin d’une assistance humanitaire (75% de la population), que 18 millions sont en insécurité alimentaire, dont une grande partie sont des enfants, que 8 millions ne savent pas comment obtenir leur prochain repas, et que 73% de la population n’a pas accès à l’eau potable ». Non! La seule chose qui prime, c’est comment trouver le juste milieu pour sauver les contrats juteux déjà ficelés avec un pays qui bafoue les droits et la dignité des êtres humains.

En vérité, les vrais complices des Saoudiens [dans leurs agissements], ce sont les occidentaux. Ceux là-même qui sont guidés par le gros gain du pétrole que tout autre chose. Ils réclament la vérité sur la « tuerie sauvage » du journaliste de 60 ans, mais ils n’ont pas fini de dire [toute] la vérité sur leur lien avec l’Arabie saoudite.

« L’assassin qui marche dans les funérailles de sa victime » – Proverbe oriental.

En attendant, le prince héritier Mohammed ben Salmane alias MBS se la coule douce au royaume des armes. L’assassinat de Jamal Khashoggi n’est qu’un « incident hideux » selon les propres mots de MBS. Comme quoi, l’affaire Khashoggi finira [sans doute] par s’éteindre comme un feu de paille. Il suffit juste de révoquer les visas [en occident] des 21 personnes qui seraient impliquées dans la disparition macabre du journaliste saoudien, qui dérangeait tant le pouvoir de MBS. Et c’est tout!

Baba Idriss Fofana est Journaliste depuis 2010 et Blogueur depuis 2012 sur la plateforme de Radio France International – Mondoblog – où il anime notamment des chroniques politiques et faits de société. Ayant également fait des études de Marketing et de Management, il a occupé dans différents pays les fonctions d’Assistant en communication politique et Responsable des communications.

Lire la suite
Publicité
1 Commentaire

1 Commentaire

  1. Pingback: Montréal-Brossard : le pont de 4 milliards $ sera finalement livré en 2019 -

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Actualités

Montréal : Notre sélection de sorties culturelles

Publié

le

Avant-Première MTL est à l’affût des événements culturels de Montréal. Voici notre sélection pour cette fin de semaine.

Théâtre

L’enfant corbeau

C’est une production du Théâtre Bouches Décousues en collaboration avec le Théâtre les gens d’en bas. La représentation aura lieu le 15 novembre à partir de 19h à l’Usine C.

Résumé : Dans un parc, un œuf tombe près d’une femme assise sur un banc. Étonnée, elle le dépose sur une branche, puis elle repart. Mais voilà que l’œuf la suit jusque chez elle. Et crac! Un tout petit corbeau en sort et l’appelle « maman ». Elle décide alors d’en faire son enfant corbeau. Tout se passe bien jusqu’à ce que le petit souhaite aller à l’école, où il pourra se faire des amis. Mais bien des questions surgissent… Qui suis-je ? Pourquoi suis-je différent des autres enfants ? Et pourquoi est-ce que ça dérange tant ?

Informations et billetterie

Salon du livre de Montréal

Le salon du livre se poursuit jusqu‘au 19 novembre à la Place Bonaventure. Cette 41e édition propose de découvrir la philosophie fiction, le roman historique, le polar et la littérature érotique.

Pour plus d’informations

Cinéma

Overlord

Sorti dans les salles montréalaises cette semaine, le thriller historique Overlord est réalisé par Julius Avery.

Synopsis : À quelques heures du Jour J, un groupe de soldats américains est dépêché en France, alors occupée par les nazis, pour compléter une mission essentielle au succès de l’invasion. Ayant pour mission de détruire une radio émettrice coiffant le toit d’une église fortifiée, les soldats désespérés font équipe avec un jeune villageois français pour pénétrer à l’intérieur des murs et tenter d’abattre la tour. C’est alors que, dans un mystérieux laboratoire nazi se trouvant sous l’église, les G.I., débordés et inférieurs en nombre, font face à un ennemi comme ils n’en avaient jamais vu.

Salles et billetterie

Musique

Suzi Silvia-Fad-Azz

La chanteuse sera sur la scène de l’Église Saint-Joseph ce vendredi, 16 novembre, à partir de 19h30.

Style : Fad’AZZ n’est ni Fado, ni Jazz. C’est une rencontre de styles, sons et couleurs. Un projet musical hybride et métissé. Fad’AZZ s’exprime en portugais, mais aussi en français et essaye de rapprocher le Fado et le Jazz en croisant les caractéristiques de chaque genre musical.

Billetterie et informations

Lire aussi : The Nutcracker ou l’acousmatique des noix cassées

Lire la suite

Actualités

Routes fermées à Montréal, secteurs à éviter ce weekend

Publié

le

Le ministère des Transports informe les usagers de la route qu’une importante fermeture sera mise en place dans l’axe de l’autoroute 13 (Chomedey) en direction sud au cours de la fin de semaine.

Routes fermées du vendredi 22 h à samedi 10 h

  • Fermeture complète de l’autoroute 13 en direction sud entre la sortie no 6 – A-40 / Québec / Ottawa / Gatineau et l’entrée en provenance de l’autoroute 40 en direction est.
  • Fermeture complète de la bretelle menant de l’autoroute 40 en direction ouest vers l’autoroute 13 en direction sud.

À compter de samedi 10 h, une seule voie sera ouverte sur l’autoroute 13 en direction sud à la hauteur de l’autoroute 40, et ce jusqu’à 16 h.

Lire aussiLes patins électriques, vers un nouveau transport actif urbain

Lire la suite

Actualités

Design médical et Intelligence Artificielle, le nouveau créneau de L’Oréal

Publié

le

L’Oréal a été pionnière en lançant en 2016 une nouvelle technologie de prévention des maladies de la peau. Alors que le design du premier produit s’adresse à un public féminin, la marque s’intéresse désormais à la gente masculine.

Nous parlons d’abord de UV Sense, un système qui alerte l’utilisateur sur l’exposition aux ultraviolets et la qualité de l’air. La version féminine avec laquelle la marque a fait son entrée dans la santé connectée est une décoration d’ongle intelligente. En effet, elle est munie de détecteurs et reliée à une application qui donne des informations afin d’éviter le coup de soleil et l’exposition à la pollution.

My Skin Track/UV, le nouveau-né de L’Oréal

L’appareil, My Skin Track / UV, est sorti ce jeudi, 14 novembre. Il a été développé en partenariat avec La Roche-Posay, la marque de soins de peau de L’Oréal, et le professeur John Rogers de la Northwestern University. Le chercheur universitaire avait collaboré avec la marque dans la création des décorations d’ongles antisolaires.

La nouvelle technologie offre de nouvelles fonctionnalités et fournit des mises à jour instantanées. Elle est aussi capable de stocker jusqu’à trois mois de données. En plus de sa fonction principale, à savoir, la surveillance des UV, l’accessoire est connecté à Apple HealthKit. Ce dernier lui permet également de fournir des informations sur la qualité de l’air comme l’humidité, le taux de pollen et la pollution.

L’appareil de détection est imperméable et peut être accroché à un vêtement comme décoration. Comme les autres déclinaisons, il propose à l’utilisateur des conseils comme se mettre à l’ombre ou s’appliquer une crème solaire. Cela permet ainsi à la marque d’établir un rituel qui amène sa clientèle à consommer ses produits de soins et de protection du corps.

Lire aussi : Innovation d’ailleurs : Tasses de café à base de marc de café

Lire la suite

en-avant