Suivez-nous

Éducation

« La CAQ a plongé le milieu scolaire dans l’instabilité », accuse la députée libérale Marwah Rizqy

Avatar

Publié

le

En attendant la présentation du prochain budget le 21 mars, le Parti libéral du Québec (PLQ), dit espérer que le gouvernement dirigé par la Coalition avenir Québec (CAQ) va « placer réellement » l’éducation et la valorisation de la profession enseignante au centre de ses priorités.

La députée de Saint-Laurent et porte-parole de l’opposition officielle en matière d’éducation et d’enseignement supérieur ne démord pas. Marwah Rizqy, déplore « l’instabilité dans laquelle le ministre de l’Éducation, Jean-François Roberge, a plongé le milieu scolaire ».

À lire aussi : Taxe scolaire : un taux unique au Québec à quel prix ?

D’après elle, l’ensemble des intervenants du milieu scolaire s’inquiète de ne pas avoir les infrastructures nécessaires ni les ressources financières et humaines suffisantes pour répondre aux exigences du ministre de l’Éducation. « Le ministre de l’Éducation doit profiter du budget pour préciser ses intentions et rassurer le milieu qui demeure très inquiet. J’invite M. Roberge à faire preuve de collaboration avec les intervenants du milieu scolaire et à considérer leurs appréhensions. Ce sont des gens qui évoluent au quotidien dans nos écoles alors ils sont très au fait des défis à relever », a-t-elle martelé dans un communiqué de presse diffusé lundi.

« Le ministre doit être transparent et passer de la parole aux actes »

Alors que la CAQ promet de bâtir « les plus belles écoles au monde », de « bonifier les services aux élèves » en plus de déployer des « classes de Maternelle 4 ans » partout au Québec, dans un contexte de pénurie d’enseignants et de réduction du budget des commissions scolaires de l’ordre de 900 millions de dollars, les libéraux veulent bien comprendre les démarches du ministre de l’Éducation.

À lire aussi : Maternelle 4 ans : « le ministre fait fausse route », croit la CSQ

Surtout, Mme Rizqy réclame un plan détaillé sur cinq ans pour le déploiement de Maternelle 4 ans partout au Québec, afin d’y voir plus clair sur les moyens dont le ministre Roberge disposera pour respecter les nombreux engagements pris par son parti. « Le ministre doit être transparent et passer de la parole aux actes », dit l’élue de Saint-Laurent, qui s’attend également à ce que le gouvernement caquiste maintienne les engagements pris au budget précédent, soit l’ajout de 10 200 ressources humaines additionnelles dans les écoles et 1 milliard de dollars de plus par année pour nos infrastructures scolaires sur une période de dix ans.

À lire aussi : Budget 2019-2020 : les Québécois invités à s’exprimer sur les orientations

Lire la suite
Publicité
1 Commentaire

1 Commentaire

  1. Pingback: Montréal : 90% des vieilles écoles sont «en très mauvais état», déplore Marissal - Avant Premiere Mtl

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Économie

Défi OSEntreprendre, «l’audace» des 68 500 personnes qui participent à la 21e édition

Avatar

Publié

le

« Fiers, innovants et déterminés », sont les qualificatifs à l’endroit des 68 500 participants qui ont osé prendre part à la 21e édition du Défi OSEntreprendre, dont la période d’inscription vient tout juste de se terminer.

OSEntreprendre à pour mission d’inspirer le désir d’entreprendre pour contribuer à « bâtir un Québec fier, innovant, engagé et prospère ». Selon les organisateurs, le « succès collectif » de cette 21ème édition témoigne de l’effervescence de l’esprit d’entreprendre au Québec et du succès des mesures mises en place.

Pour bâtir un Québec « fier, innovant, engagé et prospère… »

Ce travail serait le fruit d’une mobilisation d’envergure impliquant 17 responsables régionaux, 320 responsables locaux et une quarantaine de partenaires et d’alliés stratégiques qui unissent leurs efforts pour mettre en lumière les projets qui se développent dans toutes les régions du Québec.

« Que ce soit en Entrepreneuriat étudiant, en Création d’entreprise ou dans le volet Réussite inc., chacun des 4 250 projets inscrits porte une marque distinctive, source de fierté et d’inspiration dans son milieu. » – OSEntreprendre

D’ailleurs, les organisateurs invitent tous les participants à « affirmer fièrement leur audace » avec les outils « moi j’OSEntreprendre! ». Le processus de sélection débutera dans les prochains jours à l’échelon local, pour se poursuivre au régional en avril, puis au national en mai. Cette 21e édition culminera, le 12 juin prochain, au Palais Montcalm de Québec lors du Gala des Grands Prix Desjardins du Défi OSEntreprendre.

À lire aussi : Le Canada appuie l’entrepreneuriat comme perspective professionnelle

Rappelons que le Défi OSEntreprendre, principale activité de l’organisme OSEntreprendre, est un grand mouvement québécois qui fait rayonner les initiatives entrepreneuriales des élèves du primaire à l’université et celles des créateurs d’entreprise.

Lire la suite

Économie

REEE collectifs : Universitas lance un plan de mesures financières d’atténuation de 1,5 million dollars

Avatar

Publié

le

L’un des pionniers en matière de régimes enregistrés d’épargne-études (REEE), a annoncé mercredi le lancement d’un plan de mesures financières d’atténuation d’une valeur de 1,5 million de dollars. Cette somme vise à atténuer l’impact financier qu’auraient pu causer, chez certaines familles, les assouplissements aux critères d’admissibilité aux paiements d’aide aux études (PAE) entrés en vigueur au mois de janvier 2018.

« Nous avons à cœur le fait que l’épargne-études représente un investissement précieux pour les familles qui choisissent Universitas, et nous avons été à l’écoute de celles pour qui les assouplissements ont pu avoir une incidence sur leur planification financière », a déclaré Isabelle Grenier, présidente et chef de la direction d’Universitas.

Mme Grenier souligne que le plan de mesures financières d’atténuation lancé par Universitas aujourd’hui est le reflet de leur « engagement sincère » à accompagner les familles dans le passage aux critères assouplis et surtout, dans la réalisation du plein potentiel de leurs enfants.

Le plan de mesures financières d’atténuation s’adresse aux clients ayant souscrit un produit collectif offert par Universitas avant le 5 octobre 2017 et n’ayant pas retiré les trois PAE en date du 31 décembre 2017, soit la veille de l’entrée en vigueur des critères assouplis.

À lire aussi : Les Québécois, devenus champions de l’épargne et des placements ?

Afin d’assurer une évaluation impartiale des dossiers, la mise en œuvre du plan de mesures financières d’atténuation a été confiée à Paul Vézina, ancien juge de la Cour supérieure du Québec et de la Cour d’appel du Québec ayant également occupé les fonctions de Bâtonnier du Québec.

Comment les sommes seront distribuées aux clients admissibles ?

À titre d’évaluateur indépendant, Me Vézina devra mettre son expertise et son expérience à contribution afin d’élaborer la structure et les critères selon lesquels les sommes seront distribuées aux clients admissibles. La logistique entourant le plan de mesures financières d’atténuation est, quant à elle, confiée à la société Collectiva, une firme spécialisée dans la gestion de réclamations.

Universitas invite tous les clients concernés et s’estimant désavantagés par les assouplissements à s’inscrire dès maintenant en visitant le universitas-attenuation.collectiva.ca. La période d’inscription sera en vigueur jusqu’au 30 avril 2019, après quoi les dossiers seront rapidement évalués par l’honorable Paul Vézina.

Pour rappel, Universitas accompagne, depuis 1964, les familles du Québec et du Nouveau-Brunswick dans le financement des études postsecondaires de leurs enfants. Organisme sans but lucratif, il s’agit de la seule fondation de cette spécialité à avoir son siège social au Québec. Universitas gère plus de 1,45 milliard d’actifs et a versé, à ce jour, près de 885 M$ en paiements d’aide aux études (PAE) et en remboursement d’épargne.

Lire la suite

Éducation

La Fédération des cégeps célèbre ses 50 ans

Avatar

Publié

le

À l’occasion de son cinquantième anniversaire, la Fédération des cégeps se réjouit du parcours qu’elle a effectué depuis 1969 afin d’assurer sa mission de développement et de promotion de l’enseignement collégial au Québec.

Le réseau des cégeps au Québec compte 48 établissements fréquentés chaque année par quelque 170 000 jeunes et 25 000 adultes. Cette structure qui assure l’éducation et la formation des Québécois a évolué depuis les années soixante grâce à en outre la fédération.

Bernard Tremblay, président-directeur de la Fédération, a souligné à cette occasion le rôle de concertation des directions des cégeps que le regroupement assume à travers ses commissions et comités.

« C’est ce qui contribue à l’échange de bonnes pratiques, à l’uniformisation de la formation offerte à l’échelle de la province, et à l’expression d’une vision consensuelle des manières de faire évoluer les différents volets de la mission des cégeps, en fonction des attentes et besoins de tous les acteurs de la société », a-t-il expliqué.

50 ans de réalisations

La fédération s’est félicitée notamment des réalisations accomplies après un demi-siècle. À ce jour, elle a créé entre autres, la direction des ressources informationnelles qui assure le virage numérique des cégeps, la direction des affaires internationales, ou encore les services aux étudiants et les bibliothèques.

M. Tremblay a rappelé aussi que la Fédération constitue « un interlocuteur unique pour le gouvernement, ce qui est un gage d’efficience et d’économie de ressources, tant sur le plan humain que financier. »

Lire aussi : Grève pour le climat : des milliers d’étudiants québécois dans la rue, vendredi

Lire la suite

en-avant