Suivez-nous

Actualités

La consommation de tabac et de drogues a bondi au Canada

Avatar

Publié

le

Les résultats de la dernière étude sur la consommation du tabac, de l’alcool et des drogues sont inquiétants. Pour lutter contre ces fléaux, le gouvernement s’engage en outre à baisser de 5% le taux de tabagisme d’ici 2035.

Statistique Canada a effectué cette étude pour le compte de Santé Canada.

Pour ce faire, 16 000 Canadiens ont été interrogés entre février et décembre 2017.

Les résultats dénotent une augmentation des fumeurs de tabac et des consommateurs de drogue en 2017 par rapport à 2015. Le taux des consommateurs d’alcool est par ailleurs resté stable.

Augmentation du nombre des fumeurs, chez les adultes et les consommateurs de cigarettes électroniques

Le Canada compte désormais 4,6 millions de fumeurs. Cela correspond à un taux de 15% par rapport à 13% en 2015.  Le taux le plus élevé a été enregistré à Terre-Neuve-et-Labrador. Le tabagisme a connu une hausse chez les adultes âgés de 25 ans et plus.

L’étude a porté sur les types de tabac consommé à savoir, les cigarettes au menthol, le cigare, le narguilé, le tabac sans fumée et les cigarettes électroniques. Parmi ces derniers, c’est la consommation des vapoteuses qui a augmenté. En effet, le pays en compte 4,6 millions consommateurs en 2017 par rapport à 3,9 millions en 2015.

Hausse des consommateurs de cannabis et de cocaïne

En 2017, le nombre de consommateurs de drogues illégales s’élève à 4,5 millions. Le nombre a de fait bondi par rapport à 2015, durant laquelle le nombre de consommateurs était à 3,7 millions. La hausse a été enregistrée dans la consommation de cannabis et la cocaïne.

Le nombre de consommateurs de cannabis s’est chiffré à 4,4 millions en 2017, et 3,6 millions en 2015. Quant à la cocaïne 730 000 Canadiens ont en consommé en 2017, alors qu’ils étaient au nombre de 353 000 en 2015.

Stabilisation du taux de consommation d’alcool

Le nombre de consommateurs d’alcool n’a pas beaucoup augmenté. 78% des Canadiens ont dit avoir bu de l’alcool en 2017, par rapport à 77% en 2015. Par ailleurs une hausse a été constatée auprès des jeunes femmes âgées entre 20 et 24 ans.

Lire aussiVente de cannabis : le Québec se frotte les mains déjà

Actualités

Montréal : Un nouveau projet de lutte contre l’isolement social des aînés

Avatar

Publié

le

Le Centre intégré universitaire de santé et de services sociaux du Centre-Sud-de-l’Île-de-Montréal (CIUSSS) a lancé le projet Pour une communauté bienveillante envers ses aînés.

Le Plateau-Mont-Royal et Saint-Louis-du-Parc, dont la population est constituée à 70 % de personnes socialement défavorisées, comptent le plus haut taux de personnes âgées vivant seules à Montréal.

Ces faubourgs bénéficieront du programme déployé par le CIUSSS afin d’instaurer une structure de gériatrie sociale. Le projet s’ajoute à d’autres initiatives mises en œuvre récemment, dont le projet pilote de la Fondation AGES, annoncé le 3 juin dernier.

« La gériatrie sociale permet de rejoindre les aînés directement dans leur communauté, et c’est ce qui fait toute la différence lorsqu’il est question de briser leur isolement social et de favoriser leur vieillissement actif », a expliqué Marguerite Blais, ministre responsable des Aînés et des Proches aidants.

Sortir les aînés de leur isolement quotidien

Le projet Pour une communauté bienveillante envers ses aînés vise à veiller à l’intégration sociale des aînés vulnérables et isolés dans leurs milieux de vie.

Pour ce faire, un réseau de partenaires sera créé en vue d’entrer en contact avec ces personnes, « d’intervenir pour améliorer leur qualité de vie, de les accompagner vers les services appropriés ainsi que de favoriser leur autonomie et leur participation sociale », indique le communiqué du Cabinet de la ministre responsable des Aînés et des Proches aidants.

Ce mardi, 25 juin, Québec a doté le CIUSSS, d’une aide financière de 400 000 $, qui contribuera à déployer le projet.

Lire aussi : Résidences privées pour aînés : la pénurie de préposé aux bénéficiaires fait rage au Québec

Lire la suite

Actualités

La rue Amherst change de nom lors de la Journée nationale des peuples autochtones

Avatar

Publié

le

À l’occasion de Journée nationale des peuples autochtones, la Ville de Montréal donne à la rue Amherst le nouveau toponyme de rue Atateken.

« Remplacer un toponyme montréalais critiqué depuis de nombreuses années par un nom rassembleur qui invite à la paix et au partage entre les cultures autochtones et allochtones incarne bien l’esprit de Montréal dans son programme de réconciliation », a déclaré Valérie Plante la mairesse de Montréal.

En effet, le nom Amherst réfère à Jeffrey Amherst, un officier de l’armée britannique et un administrateur colonial, dont l’histoire est associée à l’utilisation des armes biologiques contre les Amérindiens. Le changement du toponyme crée des controverses depuis 2009. 

Un nouveau chapitre est donc entamé avec le nouveau nom qui souligne la culture autochtone. L’approbation de rebaptiser la rue s’inscrit dans le cadre de l’initiative « Montréal, métropole de réconciliation ».

« atateken » signifie « fraternité »

« Le retrait du nom de Jeffrey Amherst de la rue montre la volonté de travailler ensemble non seulement pour la réconciliation, mais avec des valeurs et des croyances communes. J’espère que les Montréalaises et les Montréalais adopteront ce nouveau mot de la même manière qu’il a été développé à travers nos valeurs et nos croyances communes », a souligné Hilda Nicholas, directrice du centre culturel de Kanehsatake, membre de la communauté de Kanehsatake et du comité de toponymie autochtone.

Le nouveau toponyme est on ne peut plus symbolique. ATATÉ: KEN est un « mot, en langue kanien’kéha (mohawk), qui signifie « frères et sœurs » et porte en lui la notion de relations et d’égalité entre les personnes », indique Mme Plante.

La Ville de Montréal a annoncé que le changement de toponyme sera fait d’ici la fin de l’été. « Comme le veut l’usage, pour faciliter le repérage des citoyens, les deux plaques toponymiques cohabiteront ensuite pendant plusieurs semaines. »

Lire aussi : Montréal : La danse rassemble une musulmane et un juif dans le festival Tangente

Lire la suite

Actualités

Vous pouvez faire le plein de fraises et de framboises dans les fermes de Montréal

Avatar

Publié

le

En juin on va se détendre et délecter les papilles dans les fermes du Québec. La saison des fraises et des framboises a officiellement commencé. Vous pouvez ajouter la sortie d’autocueillette dans votre liste de sorties estivales.

On le sait, les fraises du Québec ont la cote. Que ce soit pour faire des confitures ou des salades de fruits, il est judicieux d’en faire le plein pendant la saison.

Elles sont là !

L’Association des producteurs a annoncé ce vendredi, 21 juin, que les fraises seront disponibles dans les épiceries, les kiosques à la ferme ainsi que dans les marchés publics dès cette fin de semaine.

Les framboises du Québec ne vont pas tarder. Elles arriveront à partir de la deuxième semaine de juillet.

À partir du début du mois de juillet, plus de 300 producteurs ouvriront leurs portes pour l’autocueillette, dès la première semaine pour les régions périphériques de Montréal et dès la 2e semaine de juillet pour la grande région de Québec.

Avant de se déplacer, il est recommandé de consulter l’horaire des fermes et d’appeler.

Le répertoire des sites d’autocueillette de la province est disponible sur le site lesfraichesduquebec.com

Plusieurs fermes sont ouvertes pendant les jours fériés et offrent d’autres produits du terroir. C’est une bonne occasion pour respirer l’air frais et s’approvisionner en légumes et fruits bios.

Lire aussi : 100 000 abeilles près de l’édifice du Sénat du Canada

Lire la suite

Nous suivre sur Facebook

Publicité

en-avant