Suivez-nous

Actualités

La saison 2018-2019 du Théâtre Denise-Pelletier, des palimpsestes audacieux

Publié

le

Photo libre de droits

Au théâtre Denise Pelletier se côtoient, depuis 55 saisons, des artistes confirmés, des concepteurs et des interprètes en devenir, un jeune public et des amateurs avertis. La création théâtrale s’y nourrit autant de découvertes venant de divers horizons sociétaux et disciplinaires que de l’interaction avec sa grande communauté. La saison 2018-2019 puise dans le savoir, le développement personnel et l’encadrement et promet, comme à son habitude, de promouvoir les expériences atypiques et les compétences artistiques de la génération émergente.

La saison prochaine à l’affût des rencontres entre art et éducation

L’art et l’éducation : « Chez nous, les deux mots sont bien importants et je me rends compte de l’importance que prend, depuis 55 ans maintenant. Le Théâtre Denise Pelletier en amalgamant ce merveilleux déchirement, cette rencontre entre ces deux mouvements qui sont l’art et l’éducation », s’est réjoui d’affirmer Claude Poissant, directeur artistique du théâtre, lors de la soirée de révélation de la saison 2018-2019, mercredi 11 avril 2018.

De gauche à droite / Anglesh Major, Diane Lavallée, Annette Garant, Gilles Renaud, Claude Poissant, Alice Moreault, Francis, Ducharme, Marie-Pier Labrecque, Mylène Mackay, Cynthia Wu-Maheux, Patrice Dubois. Crédit photo Charles Bélisle

Les productions, annoncées par des affiches aux designs bichromatiques, sortiront à partir de septembre 2018. Au programme, des œuvres d’ici et d’ailleurs qui s’inspirent du contexte actuel et qui revisitent les classiques de la littérature française et des fictions cinématographiques qui ont marqué l’imaginaire moderne. Le sens de l’apprentissage et ses valeurs les plus contradictoires alimentent plusieurs dramaturgies de la sélection comme l’a fait remarquer M. Poissant.

« Quand j’ai vu ce que nous avions préparé comme saison, l’éducation se glisse d’une manière différente parce qu’elle devient souvent sujet. Elle s’immisce dans beaucoup de productions de toute sortes de façons »

Des intertextes audacieux

Chaque production est construite sur un palimpseste textuel et visuel audacieux.

Il y a du Pauline Julien dans la pièce « Je Cherche une maison qui vous ressemble » (du 11 au 29 septembre).

« Prouesses et épouvantables digestions du redouté Pantagruel » (du 26 septembre au 20 octobre) confirme l’atemporalité de Rabelais.

La plume de l’écrivain russe, Anton Tchekhov, empreint « La place rouge » (9-27 octobre).

La littérature sur l’orthographe française se réinvente dans « La convivialité » (20 octobre – 10 novembre).

Un œuvre du dramaturge Michel Tremblay renaît avec « Bonjour, là, bonjour » (7 novembre – 5 décembre).

Une quête de soi se trame dans « Temps zéro » (13 novembre-1e décembre).

« Avant l’archipe » bâtit et déconstruit avec minutie une précieuse mythologie, celle des premiers émois amoureux (4-19 décembre).

« Les Coleman-Millaire-Fortin-Campbell » traduit un texte catalan de l’auteur Claudio Tolcachir (22 janvier- 9 février).

« Fanny et Alexandre » (30 janvier – 23 février), se réapproprie l’œuvre du cinéaste suédois Ingmar Bergman.

Les esthétiques des théâtres d’ombres et de marionnettes se rencontrent dans « Lascaux » (12 février – 2 mars).

Des interrogations intrasubjectives tourmentent « Une maison de Poupée » (12-29 mars).

« La Société des poètes disparus » (20 mars-17 avril) se refait une peau théâtrale.

« Harmattan » (2-20 avril) est née de plusieurs romans du Québécois Sylvain Trudel.

« Le Scriptarium 2019 » (25 avril- 10 mai) constituera en interaction avec le public sa littérature onirocritique.

Plus de détails sur la programmation ici : http://www.denise-pelletier.qc.ca/

Crédit photo:
Photo libre de droits
Lire la suite
Publicité
Cliquez pour commenter

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Actualités

La forêt québécoise, un outil « efficace » de lutte aux changements climatiques

Publié

le

Le Regroupement des communautés forestières de la Fédération québécoise des municipalités (FQM) tient aujourd’hui, jeudi 21 février, son 2e Forum des communautés forestières sous le thème « La forêt à l’heure des changements climatiques ».

Les représentants des municipalités et du monde forestier dresseront un portrait de la situation actuelle et se pencheront sur l’utilisation du Fonds vert pour augmenter la capacité forestière du Québec pour ainsi lutter contre les changements climatiques. « Tous les rapports scientifiques prévoient que les impacts environnementaux dus aux changements climatiques seront majeurs. On le voit dans le Québec maritime où les tempêtes ont gagné en vigueur et sont de plus en plus nombreuses », souligne Yvon Soucy, président du Regroupement des communautés forestières.

Les Québécois sont « chanceux »…

Selon Yvon Soucy, les Québécois ont la chance d’avoir au Québec une ressource stratégique qui permet de séquestrer le carbone tout en favorisant le développement économique de leurs régions. « Gouvernements, municipalités et partenaires économiques, nous devons miser sur notre forêt pour faire face aux défis que nous devons relever », soutien M. Soucy, également 1er vice-président de la FQM et préfet de la MRC de Kamouraska.

Le Forum des communautés forestières sera aussi l’occasion du lancement de deux guides publiés en collaboration avec le Conseil de l’industrie forestière du Québec (CIFQ), le Centre d’expertise sur la construction commerciale en bois (Cecobois) et le ministère des Forêts, de la Faune et des Parcs (MFFP).

Pour participer véritablement à la lutte aux changements climatiques, préconise le président du Regroupement des communautés forestières, les municipalités et les partenaires économiques doivent se doter de guides et d’outils qui vont leur permettre de travailler efficacement. « Que ce soit l’utilisation du bois dans la construction de bâtiments ou l’utilisation de la biomasse résiduelle pour la production d’énergie, diverses approches innovantes sont à la disposition des communautés forestières pour valoriser les produits forestiers et soutenir ce secteur économique vital pour nos régions », précise Yvon Soucy.

L’engagement de Québec à travers une « déclaration verte »

Ce forum se terminera avec la signature par les participants de la Déclaration verte. Les signataires entendent demander au gouvernement de reconnaître la forêt comme étant un atout stratégique dans la lutte aux changements climatiques et, conséquemment, de mettre en place une stratégie efficace pour augmenter la possibilité forestière du Québec, afin de maximiser la captation de carbone.

À lire aussi : Le réchauffement climatique à l’origine des incendies en Colombie-Britannique

Sur une superficie totale de 1 667 712 km², ses forêts couvrent 761 100 km², soit près de la moitié du territoire. Ses habitants sont collectivement propriétaires d’environ 92 % du territoire du Québec, dont plus de la moitié est couvert de forêts à valeur commerciale.

Chiffres clés du Québec forestier – 2017

« Il est primordial que le gouvernement utilise la forêt comme un élément majeur de sa stratégie de lutte contre les changements climatiques. Il doit utiliser les ressources financières et réglementaires dont il dispose pour relever ce défi. D’ailleurs, nous nous sommes dotés collectivement d’un outil majeur pour le relever : le Fonds vert. Utilisons-le le plus efficacement possible », conclut le président du Regroupement.

À lire aussi : 10 mesures pour lutter contre les changements climatiques au Canada

Lire la suite

Actualités

Le sommet mondial sur «la protection des mineurs dans l’Église »

Publié

le

Après la série de révélations de crimes pédophiles, perpétrés par des religieux à l’échelle internationale en 2018, un sommet contre la pédophilie a débuté ce jeudi, 21 février, à Rome.

Ce rassemblement au Vatican vise à trouver des mesures concrètes et urgentes afin de lutter contre ce fléau. Selon les sources de l’AFP, le sommet proposera des réformes du système afin d’assurer la sécurité des mineurs.

Le sommet mondial sur «la protection des mineurs dans l’Église » sera clôturé dimanche matin « par une messe pontificale suivie d’un discours du pape François. »

Lire aussi : Pédophilie : Plus 1000 enfants agressés par au moins 300 prêtres aux États-Unis

Lire la suite

Actualités

Réouverture d’une grande affaire de contrefaçons d’œuvres de Rodin

Publié

le

L’affaire a commencé en 2001 lorsque le musée Rodin a déposé plainte concernant la circulation de copies illégales réalisées à partir des œuvres du sculpteur français.

Les reproductions des sculptures « Le penseur », « Le baiser », « La main de Dieu » et d’autres œuvres, ont été exposées et vendues à l’étranger comme étant des originaux.

Selon l’AFP, quatre hommes et la société italienne « Gruppo mondiale » ont comparu devant la cour d’appel de Paris, ce mercredi, 20 février. Le nombre des reproductions est impressionnant. On estime que 1.700 pièces ont été tirées à partir de 52 oeuvres de l’artiste.

Lire aussi : Échec de la vente aux enchères des tableaux d’Hitler

Lire la suite

en-avant