Suivez-nous

Actualités

La saison 2018-2019 du Théâtre Denise-Pelletier, des palimpsestes audacieux

Avatar

Publié

le

Photo libre de droits

Au théâtre Denise Pelletier se côtoient, depuis 55 saisons, des artistes confirmés, des concepteurs et des interprètes en devenir, un jeune public et des amateurs avertis. La création théâtrale s’y nourrit autant de découvertes venant de divers horizons sociétaux et disciplinaires que de l’interaction avec sa grande communauté. La saison 2018-2019 puise dans le savoir, le développement personnel et l’encadrement et promet, comme à son habitude, de promouvoir les expériences atypiques et les compétences artistiques de la génération émergente.

La saison prochaine à l’affût des rencontres entre art et éducation

L’art et l’éducation : « Chez nous, les deux mots sont bien importants et je me rends compte de l’importance que prend, depuis 55 ans maintenant. Le Théâtre Denise Pelletier en amalgamant ce merveilleux déchirement, cette rencontre entre ces deux mouvements qui sont l’art et l’éducation », s’est réjoui d’affirmer Claude Poissant, directeur artistique du théâtre, lors de la soirée de révélation de la saison 2018-2019, mercredi 11 avril 2018.

De gauche à droite / Anglesh Major, Diane Lavallée, Annette Garant, Gilles Renaud, Claude Poissant, Alice Moreault, Francis, Ducharme, Marie-Pier Labrecque, Mylène Mackay, Cynthia Wu-Maheux, Patrice Dubois. Crédit photo Charles Bélisle

Les productions, annoncées par des affiches aux designs bichromatiques, sortiront à partir de septembre 2018. Au programme, des œuvres d’ici et d’ailleurs qui s’inspirent du contexte actuel et qui revisitent les classiques de la littérature française et des fictions cinématographiques qui ont marqué l’imaginaire moderne. Le sens de l’apprentissage et ses valeurs les plus contradictoires alimentent plusieurs dramaturgies de la sélection comme l’a fait remarquer M. Poissant.

« Quand j’ai vu ce que nous avions préparé comme saison, l’éducation se glisse d’une manière différente parce qu’elle devient souvent sujet. Elle s’immisce dans beaucoup de productions de toute sortes de façons »

Des intertextes audacieux

Chaque production est construite sur un palimpseste textuel et visuel audacieux.

Il y a du Pauline Julien dans la pièce « Je Cherche une maison qui vous ressemble » (du 11 au 29 septembre).

« Prouesses et épouvantables digestions du redouté Pantagruel » (du 26 septembre au 20 octobre) confirme l’atemporalité de Rabelais.

La plume de l’écrivain russe, Anton Tchekhov, empreint « La place rouge » (9-27 octobre).

La littérature sur l’orthographe française se réinvente dans « La convivialité » (20 octobre – 10 novembre).

Un œuvre du dramaturge Michel Tremblay renaît avec « Bonjour, là, bonjour » (7 novembre – 5 décembre).

Une quête de soi se trame dans « Temps zéro » (13 novembre-1e décembre).

« Avant l’archipe » bâtit et déconstruit avec minutie une précieuse mythologie, celle des premiers émois amoureux (4-19 décembre).

« Les Coleman-Millaire-Fortin-Campbell » traduit un texte catalan de l’auteur Claudio Tolcachir (22 janvier- 9 février).

« Fanny et Alexandre » (30 janvier – 23 février), se réapproprie l’œuvre du cinéaste suédois Ingmar Bergman.

Les esthétiques des théâtres d’ombres et de marionnettes se rencontrent dans « Lascaux » (12 février – 2 mars).

Des interrogations intrasubjectives tourmentent « Une maison de Poupée » (12-29 mars).

« La Société des poètes disparus » (20 mars-17 avril) se refait une peau théâtrale.

« Harmattan » (2-20 avril) est née de plusieurs romans du Québécois Sylvain Trudel.

« Le Scriptarium 2019 » (25 avril- 10 mai) constituera en interaction avec le public sa littérature onirocritique.

Plus de détails sur la programmation ici : http://www.denise-pelletier.qc.ca/

Lire la suite
Cliquez pour commenter

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Nation

Journée nationale des patriotes: Ouvert ou fermé?

Avatar

Publié

le

Le Québec fête ce 20 mai, la Journée nationale des patriotes. Voici les établissements qui seront ouverts ou fermés durant le congé.

Dans les autres provinces, les Canadiens célèbrent la fête de la Reine, en l’honneur de la Reine Victoria.

Profitez de cette après-midi pour avoir recours aux services des bureaux administratifs publiques car ils seront fermés lundi prochain.

Ouvert ou fermé?

Ce lundi, 20 mai, les commerces d’alimentation, les centres commerciaux, les pharmacies et les succursales de la SAQ seront ouverts.

Les bus et les métros fonctionnent selon les horaires limités des jours fériés.

Le Casino de Montréal, le jardin botanique et les musées seront ouverts le lundi à l’exception du Musée des Beaux-arts.

Les banques, les bureaux du gouvernement du Québec et ceux du gouvernement du Canada, les succursales de la poste, et certains bureaux des arrondissements seront fermés.

Lire aussi : Où et quand se tiennent les spectacles du Carrousel de la GRC au Québec

Lire la suite

Nation

42 233 enfants disparus au Canada en 2018, la GRC veut faire la lumière…

Avatar

Publié

le

À quelques jours de la Journée nationale des enfants disparus, 25 mai, une journée pour célébrer le retour des enfants disparus retrouvés, pour se souvenir de ceux qui sont toujours portés disparus et pour poursuivre les efforts en vue de les ramener chez eux, la Gendarmerie royale du Canada (GRC) a révélé jeudi qu’en 2018, 42 233 enfants ont été portés disparus au Canada.

En l’honneur de cette journée spéciale, la GRC compte lancer une campagne d’une semaine qui débutera le 20 mai 2019 et qui mettra en vedette des enfants disparus de partout au Canada sur le site Web Disparus-Canada. Cette campagne a pour objectif d’aider à faire la lumière sur les cas d’enfants disparus et d’encourager les personnes susceptibles de détenir des renseignements de les signaler.

La GRC et la Missing Children Society of Canada signeront une entente le vendredi 24 mai afin de renforcer les relations entre les deux organismes et de soutenir leurs efforts respectifs pour retrouver les enfants disparus.

« L’unité de spécialistes de la GRC et ses partenaires travaillent d’arrache-pied et sans relâche pour rendre les enfants à leurs proches chaque année. Cependant, il est toujours possible d’en faire plus. Nous espérons qu’en partageant les histoires de ces enfants disparus, quelqu’un se souviendra peut‑être de quelque chose », a indiqué la Surintendante principale Marie-Claude Arsenault, directrice générale, Centre national des personnes disparues et des restes non identifiés à la GRC.

Partager les histoires pour retrouver les enfants disparus!

Le site Web Disparus-Canada contient des centaines de profils de personnes disparues et constitue un outil d’enquête important. Il est géré par le Centre national des personnes disparues et des restes non identifiés de la GRC, qui aide les organismes d’application de la loi, les médecins légistes et les coroners principaux dans leurs enquêtes sur les personnes disparues et les restes non identifiés partout au pays.

À lire : Ariel Jeffrey Kouakou : 12 mars 2018 – 12 mars 2019, toujours introuvable…

Le 25 mai prochain, la GRC invite les populations à consulter le site disparus-canada.ca et à lire les histoires afin de contribuer au retour des enfants disparus. « Peu importe si l’enquête est en cours depuis de nombreuses années ou si un élément d’information vous semble insignifiant, vous pourriez être en mesure de fournir la pièce manquante du casse-tête », dit-elle.

  • 73 % des enfants et des jeunes portés disparus sont des fugueurs.
  • 62 % des signalements d’enfants ou d’adolescents disparus ont été retirés dans les 24 heures, tandis que 92 % l’ont été dans la semaine.
  • 57 % de tous les signalements de personnes disparues concernent des enfants.

Même si la grande majorité des personnes disparues sont retrouvées après quelques jours, fait remarquer Ralph Goodale, ministre de la Sécurité publique et de la Protection civile, d’autres ne le sont pas. Il reconnaît que ces disparitions bouleversent leur famille et leurs amis, et peuvent s’avérer dangereuses lorsqu’il s’agit d’actes criminels.

À lire aussi : Sign4L : une application pour retrouver les enfants disparus

« Aujourd’hui, nous avons une pensée pour tous ces enfants qui manquent toujours à l’appel et pour leurs proches, qui attendent qu’ils reviennent sains et saufs », a souligné M. Goodale, tout en saluant « les efforts des policiers de tout le pays, qui continuent de travailler sans relâche pour ramener ces enfants chez eux ».

Lire la suite

Actualités

PL 21 sur la laïcité : l’Archevêque de Montréal met en garde Québec contre un recul des libertés…

Baba-Idriss FOFANA

Publié

le

Alors que les discussions se poursuivent sur le projet de loi (PL 21) visant à affirmer la laïcité de l’État et à préciser les exigences qui en découlent, « nous ne pouvons que craindre un recul des libertés individuelles », a critiqué jeudi, dans une déclaration, Monseigneur Christian Lépine, l’Archevêque de Montréal.

Cette sortie de l’Archevêque de Montréal intervient à l’occasion de la dernière journée des consultations particulières sur le projet de loi (PL 21), qui vise à interdire le port de signes religieux à certaines catégories d’employés de l’État, dont les enseignants, et à assurer que les services publics soient donnés et reçus à visage découvert. « Comment ne pas voir dans l’interdiction du port des signes religieux une entrave à la liberté de conscience et de religion, voire même une atteinte à la dignité humaine de personnes tenues de se cacher ou de taire leur identité au nom d’une présumée neutralité ? », s’est offusqué Monseigneur Christian Lépine.

« Un État qui se dit neutre de manière si subjective ne peut réellement se réclamer du respect de la dignité de ses citoyens, car la société n’est pas homogène »

– Monseigneur Christian Lépine, l’Archevêque de Montréal

Le projet de loi (PL 21) prévoit en effet modifier la Charte des droits et libertés de la personne en les conditionnant tout comme les droits fondamentaux, au strict respect de la laïcité de l’État. « S’il est compréhensible que l’État puisse affirmer sa neutralité au regard de ses prérogatives, celle-ci est faite pour signifier une ouverture et une bienveillance devant le fait religieux et la diversité de croyances », a martelé l’homme de Dieu.

La religion n’a-t-elle plus sa place dans l’espace public?

L’Évêque montréalais croit savoir qu’« un État qui se dit neutre de manière si subjective ne peut réellement se réclamer du respect de la dignité de ses citoyens, car la société n’est pas homogène ». « Ainsi, comme le soulignait très justement l’Assemblée des évêques catholiques du Québec dans sa déclaration du 6 mars 2019, quel est le bien-fondé d’étendre cette interdiction du port de signes religieux aux enseignantes et aux enseignants sinon de les priver d’un droit fondamental? », a-t-il questionné.

Pour Monseigneur Lépine, si les enseignantes et enseignants ne peuvent pas porter à leur discrétion des signes religieux, le message qui est donné aux enfants et aux jeunes est que la religion n’a pas sa place dans l’espace public, réduisant ainsi les croyants et les croyantes dans leurs droits les plus fondamentaux.

« En tant qu’État de droit, ne pourrait-on pas plutôt envisager une conception de la laïcité à travers laquelle l’État préserverait, protègerait et promouvrait ces libertés dans l’espace public ? »

– Monseigneur Christian Lépine, l’Archevêque de Montréal

Le guide religieux soutient que le port de signes ou de vêtements comme manifestation d’appartenance à une communauté religieuse est un droit fondamental dans l’exercice de « la liberté de pensée, de conscience et de religion », comme le stipule l’article 18 de la Déclaration universelle des droits de l’homme, adoptée par les États signataires en 1948. « Nous attendons du gouvernement québécois qu’il respecte cet engagement et garantisse ce droit fondamental et inaltérable », a martelé le responsable de l’Archidiocèse de l’Église catholique à Montréal.

À lire : Projet de loi sur la laïcité : un « recul historique » pour les droits fondamentaux ?

Il souhaite que le gouvernement Legault puisse permettre l’établissement d’un dialogue dans le respect mutuel et de découvrir les valeurs et les croyances de toutes les communautés qui constituent et enrichissent « notre société pluraliste et égalitaire », des principes à travers lesquels beaucoup d’autres sociétés jalousent le Québec, selon Monseigneur Christian Lépine.

Lire la suite
Publicité

Nous suivre sur Facebook

en-avant