Suivez-nous

Culture

Le Cid de Gabriel Plante, une réflexion transcendante sur la répétition

Hanen Hattab

Publié

le

Le Cid de Gabriel Plante n’est ni une relecture, ni une interprétation du Cid de Corneille. Certes les fragments de textes et les matériaux scéniques fonctionnent comme indices du chef d’œuvre classique. Mais leurs expressivités singulières clament un rapt dramaturgique des plus délicats et audacieux.

Dès qu’ils ont apparu à l’intérieur du cube blanc, les interprètes ont fait comprendre au public qu’ils ne sont ni des personnages, ni des personnes, ni des caractères. Amélie Dallaire, Élisabeth Smith, Gaétan Nadeau et Jocelyn Pelletier sont des dispositifs, vivants, habiles. Des représentations de subjectivités qui incarnent avec une légèreté tranchante des voix et des paroles au rythme essoufflant.

Le matériau sonore joue des rôles scénographique et dramaturgique très pertinents. Car, coup de maître, ce qui fait office de dialogue est court-circuité par l’atmosphère sonore et les voix en ritournelle. Tout est redit, reproduit, les mots, les vers, les vocalises tragiques et comiques, jusqu’à épuisement de leurs effets sur le récepteur. Le passage d’une partie à une autre arrive comme une délivrance surprenante.

©Hugo B Lefort

Occurrences sonores du Cid

Pour le dire simplement, l’orchestration des échos, bégaiements, gémissements, hurlements, mugissements de colère, de douleur et de désir créait une inquiétante étrangeté. La composition des actes montre avec intelligence que la répétition provoque l’impression de suspension du temps et l’attente que quelque chose se passe. Pour le dire avec Deleuze, nous ne soutirons pas par nous même une différence dans la répétition. C’est le jeu, presque le même, surgissant qui nous sauve des sempiternelles résonances venant du Cid du XVIIe S.

Occurrences visuelles d’ailleurs

Les citations visuelles sont elles aussi répétitives sans pour autant former comme les sons des motifs mécaniques. Nous sommes dans l’art de la représentation classique revisité avec des compositions pyramidales et un hommage minimaliste à la construction de la perspective frontale. Là aussi, tout participe à figurer l’itératif, la disposition des micros lumineux dessine subtilement la profondeur du champ visuel. Aussi, les clichés sous formes triangulaires sont repris notamment dans des citations génériques. En effet, outre les costumes d’époque, des tableaux se dessinaient furtivement dans l’horizon de la scène rappelant le paysage et la nature morte classiques.

Pour conclure, il a fallu faire bon usage de la vanité. Comme s’il fallait laisser parler les valeurs transmises par la pièce de Corneille à travers une représentation canonique quasi-muette.

Les constructions sonore et visuelle de l’œuvre de Plante sont ingénieuses. Elles multiplient et dispersent les actes et les vers du Cid pour interroger du même coup l’acte même d’interpréter, de créer la variation dans la répétition.

Le Cid joue à La Chapelle, les 11, 12, 13, 15, 16, 18 et 19 octobre.

Billetterie

Lire aussi : Youngnesse, un spectacle psychédélique pénétrable

Hanen Hattab est doctorante en sémiologie à l’UQAM. Ses recherches portent sur les pratiques d’art et de design subversifs et contre culturels comme le vandalisme artistique, le sabotage et les détournements culturels dans l’illustration, les arts graphiques et la sculpture.

Lire la suite
Publicité
5 Commentaires

5 Comments

  1. Pingback: Claire Denis se confie sur son dernier film High life - Avant Premiere Mtl

  2. Pingback: Québec : record de la fréquentation des spectacles vivants - Avant Premiere Mtl

  3. Pingback: Québec : record de fréquentation des spectacles vivants - Avant Premiere Mtl

  4. Avatar

    marie

    21 Oct 2018 à 11:05

    bien

  5. Pingback: Le réalisme brut de Hot Bodies, CH.OEU.OI.R et Stand-Up - Avant Premiere Mtl

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Actualités

#20mars – Québec attribue 1 million dollars pour la réalisation de projets de promotion du français

Avatar

Publié

le

Profitant de la Journée internationale de la Francophonie, le gouvernement du Québec a annoncé ce #20mars un soutien d’un million de dollars pour des initiatives de promotion et de valorisation du français dans l’espace public. Ces projets ont été appuyées « dans le but d’instituer des pratiques exemplaires » de promotion du français, susceptibles d’inspirer les milieux de la culture mis à contribution.

Ce sont 300 millions de personnes sur les cinq continents qui célèbrent aujourd’hui, #20mars, la Journée internationale de la Francophonie. En tant que membre de plein droit de l’Organisation internationale de la Francophonie (OIF), le gouvernement du Québec ne pouvait rester en marge de cette journée. « Notre langue est au cœur de notre culture et de notre identité. Elle contribue à notre vitalité et suscite notre fierté d’appartenir à la plus grande nation francophone des Amériques », fait valoir Nathalie Roy, ministre de la Culture et des Communications et ministre responsable de la Langue française.

« Notre langue est au cœur de notre culture et de notre identité »

Ainsi, Québec annonce un soutien d’un million de dollars pour des initiatives de promotion et de valorisation du français dans l’espace public.

Ces projets seront mis en œuvre par cinq sociétés d’État relevant de la ministre de la Culture et des Communications et ministre responsable de la Langue française, à hauteur de 200 000 $ chacune. Il s’agit de :

Conseil des arts et des lettres du Québec. Le CALQ s’est associé au Regroupement du conte au Québec (RCQ) afin d’appuyer la réalisation du projet Circuit Paroles Vivantes pour l’organisation de tournées de cinq conteurs et conteuses dans plusieurs régions du Québec au printemps 2019. Le projet est d’ailleurs lancé aujourd’hui, au Théâtre de la Ville à Longueuil, à l’occasion de la Journée mondiale du conte et de la Journée internationale de la Francophonie.

Télé-Québec. En s’arrimant elle aussi au Circuit Paroles Vivantes, Télé-Québec saisit l’occasion de créer des conditions favorables autour du conte et de le positionner non seulement comme une forme d’art incontournable, mais également comme un véhicule privilégié de la langue française. La Fabrique culturelle produit ainsi Ceux qui content, cinq portraits de conteurs et conteuses du Québec, sous forme de websérie assortie à une production immersive. Le premier épisode de la série sera d’ailleurs diffusé sur lafabriqueculturelle.tv dès aujourd’hui.

Bibliothèque et Archives nationales du Québec. La Grande Bibliothèque accueille depuis janvier une classe d’adultes en francisation de la Commission scolaire de Montréal dans le cadre d’un projet expérimental liant étroitement l’apprentissage du français et l’immersion dans la culture du Québec. Laboratoire vivant, ce projet met à profit les collections et les services de BAnQ afin de mesurer et de maximiser le potentiel des bibliothèques publiques dans l’intégration des nouveaux arrivants.

Musée de la civilisation. Le projet Au-delà des mots : expérimentations numériques consiste à rassembler une dizaine de personnes de profils différents et d’imaginer des projets numériques explorant la richesse et la diversité de la langue française, en lien avec les collections et expositions du Musée de la civilisation.

Société de développement des entreprises culturelles. La SODEC appuie notamment les activités du Prix collégial du cinéma québécois qui invitent les cégépiens de tous horizons à visionner des films québécois, à les analyser et à débattre afin de couronner un film gagnant, offrant ainsi aux étudiants issus de l’immigration l’occasion de développer leur connaissance de la langue et de la culture d’ici.

« La fierté de parler français et l’attachement indélébile à nos racines francophones »

Alors que l’OIF célèbrera prochainement son 50e anniversaire, « ce sont davantage d’initiatives que le Québec pourra mettre en valeur à l’international, afin d’illustrer son leadership en faveur d’un espace francophone plus fort où la langue française continuera de rayonner », souligne pour sa part Nadine Girault, ministre des Relations internationales et de la Francophonie.

De son côté, Sonia LeBel croit que « la fierté de parler français et l’attachement indélébile à nos racines francophones communes sont au cœur du renforcement de la solidarité entre les Québécois et les francophones de partout au Canada. La Journée internationale de la Francophonie est une occasion privilégiée pour faire résonner cette solidarité et faire connaître à tous la valeur ajoutée de la francophonie canadienne », dit Mme LeBel, ministre de la Justice et ministre responsable des Relations canadiennes et de la Francophonie canadienne.

À lire aussi :

20 mars : la Francophonie en chiffres depuis l’élection de Louise Mushikiwabo

Jeunesse francophone, Près de 5 millions de dollars pour propulser l’entrepreneuriat

Lire la suite

Culture

Le festival Vues d’Afrique 2019, le Rwanda à l’honneur

Avatar

Publié

le

Dans quelques semaines, Montréal découvrira de nouvelles facettes du continent noir dans le cadre du Festival International du cinéma Vues d’Afrique.

La 35àme édition de l’événement se tiendra du 5 au 14 avril et présentera en plus des projections de films, une multitude d’activités artistiques, des débats et des tables rondes.

Le Festival proposera aussi pour la deuxième fois un programme de courts métrages en réalité virtuelle 360° qui plonge le spectateur dans des fictions multi-médiatiques et des documentaires.

Les matinées Ciné Jeunesse seront aussi au rendez-vous avec des menus spéciaux destinés aux élèves du primaire et du secondaire, et qui ont pour but de faire découvrir le cinéma africain et créole.

Le Boabar est aussi de retour avec ses combos interculturels gourmands. En plus du cinéma, les soirées seront animées par des musiciens et des humouristes.

Sur le site web du festival, les cinéphiles peuvent aussi découvrir les nouveaux talents à travers une plateforme qui présente des courts-métrages libre de droits.

L’événement honore cette année le cinéma rwandais sur le continent et à l’international, notamment avec la diffusion du film La miséricorde de la jungle lors de la soirée d’ouverture le 5 avril au cinéma Impérial.

La miséricorde de la jungle du réalisateur rwandais Joel Karekezi

Synopsis : 1998, région du Kivu, à la frontière entre le Congo et le Rwanda. Alors que la deuxième guerre du Congo fait rage, le sergent Xavier, héros de guerre rwandais, et le jeune soldat Faustin perdent la trace de leur bataillon. Ils se retrouvent alors isolés et sans ressources pour faire face à la jungle la plus vaste, la plus dense et la plus hostile du continent. Eprouvés par la faim, la soif et la maladie, ils devront faire face à leurs propres tourments, et à ceux d’un territoire ravagé par la violence.

Billetterie et infos

Lire aussi : Le Festival du Film Maghrébin à Montréal ne cesse de grandir!

Lire la suite

Actualités

20 mars : la Francophonie en chiffres depuis l’élection de Louise Mushikiwabo à la tête de l’OIF en 2018

Avatar

Publié

le

Capture OIF

La Journée internationale de la Francophonie est célébrée tous les 20 mars, dans le monde notamment dans les États et gouvernements qui regroupent l’organisation internationale de la Francophonie (OIF). Cette année, le thème retenu pour les festivités s’intitule : « En français… s’il vous plaît »!

Depuis le choix de Louise Mushikiwabo en qualité de Secrétaire générale de la Francophonie, en remplacement de Michaëlle Jean, par les Chefs d’État et de gouvernement réunis au XVIIe Sommet de la Francophonie, en 2018, à Erevan, l’OIF compte désormais 88 États et gouvernements dont 54 membres, 7 membres associés et 27 observateurs.

Combien de francophones dans le monde ?

Les Émirats arabes unis, le Kosovo et la Serbie sont devenus Membres associés. Quand la Gambie, l’Irlande, l’État de Louisiane (États-Unis) et Malte font leur entrée en tant que « simple » observateurs.

À lire aussi : Québec finance TV5 Monde pour la promotion de la culture québécoise

Selon l’OIF, le français est la 5e langue mondiale par le nombre de ses locuteurs, après le mandarin, l’anglais, l’espagnol et l’arabe. Et l’une des seules langues avec l’anglais, à être présente sur les 5 continents. « En 2018, sur 106 pays et territoires, 300 millions de personnes sont capables de s’exprimer en français », extrait de La langue française dans le monde 2018 (LFDM), selon les statistiques par pays.

300 millions de personnes s’expriment en français…

Dans cette « galaxie francophone », 235 millions de personnes vivent sur la planète « naître et vivre aussi en français », c’est-à-dire qu’ils font un usage quotidien de la langue française, même si les contextes sont variés. Cette langue, acquise dès l’enfance, arrive plus ou moins tôt et sert plus ou moins souvent. Elle est tour à tour et tout à la fois :

  • langue du foyer et de l’école, transmise par les parents et/ou apprise à l’école, là où elle est langue de scolarisation ;
  • langue officielle (seule ou aux côtés d’autres langues) qui sert pour les démarches administratives, les relations professionnelles, les contacts avec les institutions…
  • langue sociale, quand elle permet de communiquer entre concitoyens de langues maternelles différentes ;
  • langue de communication et de culture, très utilisée dans les médias, les activités culturelles, la littérature

Cette « planète », au cœur de la galaxie francophone, rassemble des peuples issus de tous les continents et de toutes les cultures, mais sa composante principale et croissante se situe dans toute l’Afrique avec près de 60 % de locuteurs quotidiens de français en 2018.

Retrouvez toutes les activités francophones dans le cadre du 20 mars sur le site : www.20mars.francophonie.org

Source : Organisation internationale de la Francophonie

À lire aussi : Mars, BAnQ célèbre le Mois de la Francophonie à travers l’intégration…

Lire la suite

en-avant

%d blogueurs aiment cette page :