Suivez-nous

Actualités

Le futur du vélo, socio-durabilité et e-santé

Hanen Hattab

Publié

le

Salon du vélo
Crédit photo : Diane Kissmile pour Avant Première MTL

Le salon du vélo et du triathlon de Montréal 2018 a commencé vendredi 23 février, à la Place Bonaventure, et se termine le 25. Outre les tendances en la matière, on peut y découvrir les aspects sociaux insoupçonnés du cyclisme.

Salon du vélo

Crédit photo Diane Kissmile pour Avant-Première MTL

« Quand j’ai commencé le salon dans l’événementiel, il n’y avait absolument rien sur le vélo. Le premier événement que j’ai organisé comptait une cinquantaine d’exposants. Depuis que le vélo est directement relié à la santé, le nombre d’organismes qui amassent des fonds pour leurs missions a augmenté. Dans cette 16ème édition, le salon est 20% plus vaste avec plus de 250 exposants », s’est réjouit de nous confier M. Jan P. Dubé, président du salon depuis 2002.

L’univers du vélo en expansion

En plus du cyclotourisme, du marché cycliste et ses tendances, le salon rassemble plusieurs spécialistes du domaine pour informer et éduquer les mordus des deux roues à travers les essais de nouvelles technologies, les débats et les présentations. 70 conférences sont données au théâtre du vélo La Presse +.

Si le cadre et les roues font varier les usages et les fonctions des bicyclettes, l’apparition du vélo électrique a étendu considérablement les performances et la gadgetisation de l’engin, selon M. Robert Guimond, président et fondateur de Quantum Vélos Électriques.

« Le vélo est apparu ça fait 200 ans et c’est du côté technique qu’on a surtout avancé. Il y a eu une grande évolution durant les 80 premières années. On a eu les vélos pliables, couchés, les BMX, les monton bikes, etc…, puis arrivent les vélos électriques dans les années 1970. La vingtaine d’années, de 1990 à 2018, est semblable à la première période d’évolution avec un véritable essor des modèles et des technologies. On a du cargo, vélo de ville, double batteries, etc. Je représente une compagnie avec qui il y a cinquante milles fonctions pour faire un vélo, c’est presque du vélo à la carte. », a indiqué M. Guimond qui présente le panel Le vélo électrique du passé au présent au futur.

Salon du vélo

M. Robert Guimond. Crédit photo : Diane Kissmile pour Avant Première MTL

Aux dires de M. Dubé, les nouveaux designs et circuits cyclistes du Canada, de l’Europe et des Etats-Unis offrent un large catalogue de produits et aussi des programmes qui permettent de découvrir les plus belles régions du Québec. D’ailleurs, le « nouveau festival de vélo de route et de montagne d’envergure » de Crossroad Tremblant et le premier vélo en bois, made in Québec, sont lancés pour la première fois lors de cette édition.

Le cadre en frêne blanc fait du vélo Picolo un accessoire d’apparat et lui donne aussi des propriétés physiques qui, le moins qu’on puissent dire, sont importantes pour les cyclistes sur le béton montréalais.

Salon du vélo

M. Loïc Dehoux. Crédit photo : Diane Kissmile pour Avant Première MTL

« Son grand trait distinctif c’est le confort de roulement en fait. Il absorbe beaucoup les vibrations de la route. Voilà pourquoi on a intérêt à rouler sur un vélo en bois plutôt qu’un vélo en carbone. On est ébénistes de formation, donc on connaît bien les propriétés du bois. Ça fait trois ans qu’on travaille sur le développement de ce vélo et on officialise sa commercialisation au salon. », a précisé M. Loïc Dehoux, co-fondateur avec Pierre Laplante et Nicolas Goupil de Picolo Vélo.

Les enjeux sociaux futurs du vélo

Cela fait déjà quelques années que la ville, interpellée par les associations du vélo, a commencé à encourager sa pratique en tant que transport actif et aussi pour ses bienfaits sur la santé physique et morale. Or, ce ne sont pas les seuls aspects qui feront de lui le mode de déplacement durable de demain. Car la bicyclette s’est inventée un rôle social. Cyclo Nord-Sud a fait des deux roues un levier de l’intégration intercommunautaire et professionnelle.

Salon du vélo

L’équipe Cyclo Nord Sud. À droite Mme. Charlotte Cordier. Crédit photo Diane Kissmile pour Avant Première MTL

« Nous, Cyclo Nord Sud, ça fait presque vingt ans qu’on intervient au niveau du vélo. Notre mission, c’est de prendre les vélos usagers, de leur donner une deuxième vie et de changer des vies avec ça. En plus du volet international, on intervient aussi à Saint-Michel, un des quartiers malheureusement encore le plus défavorisé de Montréal, du Québec et même à l’échelle nationale. », a expliqué Mme Charlotte Cordier, la coordinatrice générale de Cyclo Nord Sud, pour introduire le projet Vélorution Saint-Michel.

« Les élus ont mis de l’avant la pré-employabilité et la formation des jeunes comme une des priorités du quartier avec les acteurs de la concertation locale. Et nous, comme on siège dans cette concertation, on s’est dit que ça serait un moyen d’intervention à ce niveau là. Ce qu’on propose avec Vélorution, c’est de former les jeunes à une mécanique de base pour les attirer au vélo, les stimuler avec ça, parce que c’est manuel, c’est concret : et aussi, pour les attirer vers le métier de mécanicien de vélo qui sera, avec le projet d’« Analyse de profession » de la CSDM, mis de l’avant avec un AEP ou un DEP »

« L’idée est de suivre une formation pendant une certaine période. Ils montent complètement un vélo de A à Z et repartent avec, à la fin de la formation. Après ça, tu es plus autonome. Ça permet de briser l’isolement et la marginalisation qu’on vit dans ce secteur là. », a t-elle précisé.

Un autre aspect va faire du vélo un enjeu social important, à savoir outiller la e-santé comme n’importe quel terminal intelligent. En effet, le vélo électrique fait partie lui aussi de l’écosystème de l’internet des objets et peut servir comme un moyen de communication entre le personnel soignant et les patients.

« Le développement automobile électrique accélère le développement du vélo électrique. On va être capable de charger le vélo en 20 minutes au lieu de 3 heures. Ce que je veux dire en bout de ligne, c’est qu’avec l’évolution des technologies, on s’embarque dans l’informatique. Prochainement au lieu de faire le test vélo avec son médecin comme tout le monde maintenant, on peut envoyer directement ses données en un clic », a précisé M. Guimond.

 

 

Hanen Hattab est doctorante en sémiologie à l’UQAM. Ses recherches portent sur les pratiques d’art et de design subversifs et contre culturels comme le vandalisme artistique, le sabotage et les détournements culturels dans l’illustration, les arts graphiques et la sculpture.

Lire la suite
Publicité
Cliquez pour commenter

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Actualités

Groupe Capitales Médias : Unifor demande une aide d’urgence

Avatar

Publié

le

Le risque de faillite qui assaille le Groupe Capitales Médias (GCM) peut affecter une centaine de salariés qui travaillent dans les différents journaux régionaux (La Voix de l’Est, Le Nouvelliste, La Tribune, Le Soleil, Le Droit et Le Quotidien).

Alors que le premier ministre François Legault a promis ce mercredi, 14 août, de faire un chèque au GCM, la situation financière du groupe mérite selon Unifor des mesures plus rapides. Rappelons aussi que le groupe est en discussion avec Cogeco et Québecor pour vendre en partie ou en totalité ses journaux régionaux.

« L’heure est grave en ce qui concerne l’avenir des six quotidiens régionaux de GCM », a rappelé M. Gagné. « Il faut que le premier ministre Legault passe de la parole aux actes et annonce immédiatement une aide d’urgence afin de rassurer les travailleurs et les travailleuses de ces quotidiens ainsi que leurs familles ». M. Gagné appelle notamment à ce que cette annonce soit faite avant l’ouverture de la Commission parlementaire sur l’avenir des médias, prévue le 26 août à Québec.

« Cette aide d’urgence », ajoute pour sa part Alain Goupil, journaliste à La Tribune et président de la section locale 1910 « doit servir à garantir aux travailleuses et aux travailleurs de l’information qu’ils pourront continuer d’exercer leur emploi jusqu’à ce que des mesures à plus long terme soient trouvées ».

Lire aussi : Vol de renseignements personnels : après Desjardins, Québec annonce l’encadrement des agences de crédit

Lire la suite

Actualités

Vol de renseignements personnels : après Desjardins, Québec annonce l’encadrement des agences de crédit

Avatar

Publié

le

Le ministre des Finances, Eric Girard, a annoncé mercredi 14 août son intention de déposer un projet de loi dans la foulée du vol de renseignements personnels chez Desjardins.

Avec ce projet de loi, le ministre souhaite introduire un encadrement des agences de crédit et offrir le gel ou le verrou du crédit, à l’instar de ce qui se fait présentement ailleurs dans le monde. Les modifications législatives proposées viseront ainsi à améliorer la protection des données financières des citoyens. « Nous avons l’intention de mettre en place des mesures visant à accroître la protection des informations financières de tous les Québécois et Québécoises », a annoncé Eric Girard.

De plus, le ministre a annoncé qu’il a convenu avec le Mouvement Desjardins de resserrer sa gouvernance et sa gestion de risques dans le cadre du bilan amorcé en collaboration avec l’Autorité des marchés financiers. « L’incident chez Desjardins est regrettable, et je comprends que les Québécois soient inquiets. Nous sommes conscients qu’ils attendent du gouvernement des améliorations », a-t-il déploré.

Equifax face aux Vols de renseignements personnels...

Le ministre a tenu à rassurer les membres de Desjardins concernés et la population en général. En effet, la situation est gérée de façon adéquate par l’institution financière, sous l’œil attentif de l’Autorité des marchés financiers. Il a rappelé que les actifs financiers des membres sont garantis en cas de fraude. Il constate aussi l’inscription en grand nombre des membres de Desjardins aux services d’Equifax, ce qui contribuera à la prévention des fraudes. On ne rapporte d’ailleurs aucune augmentation des cas de fraude chez Desjardins depuis le vol de données.

Le ministre est d’avis que l’institution coopérative a réagi rapidement et de façon responsable en offrant notamment à ses membres un plan de protection et d’assistance gratuit contre le vol d’identité. Il dit comprendre par ailleurs l’inquiétude et l’insatisfaction des clients concernés, et c’est pourquoi il considère que des changements législatifs doivent être apportés.

À lire : Desjardins : les données personnelles de près de 3 millions de clients volées par un employé

Lire la suite

Actualités

Jeux panaméricains 2019 : les athlètes canadiens remportent 152 médailles à Lima

Avatar

Publié

le

Les Jeux panaméricains de 2019 à Lima ont pris fin la fin de semaine dernière. Au cours de ces compétitions internationales, Équipe Canada a remporté au total 152 médailles dont 35 d’or, 64 d’argent et 53 de bronze, en occupant la troisième place du podium.

 Au terme des Jeux panaméricains de 2019 tenues à Lima, la ministre des Sciences et des Sports à remercier tous les athlètes qui ont représenté le Canada avec cœur. Non sans souligner les réussites d’Équipe Canada. « Je sais que les Canadiens ont pleinement conscience des efforts, du dévouement et de la persévérance nécessaires pour se rendre aux Jeux panaméricains. Nous ne pourrions être plus fiers de ce que nos athlètes ont accompli », a déclaré Kirsty Duncan.

Les 19 derniers jours de compétition ont été marqués par des performances exceptionnelles. Les membres d’Équipe Canada ont fait preuve d’une détermination et d’un esprit d’équipe fantastiques.

Avec leurs 152 médailles (35 d’or, 64 d’argent et 53 de bronze), les membres d’Équipe Canada ont fièrement défilé dans l’Estadio Nacional del Perú, dirigés par le porte-drapeau, Ellie Black (gymnastique artistique). Ils se sont joints aux 6 680 athlètes de 41 pays qui ont pris part aux compétitions dans 39 sports et 61 disciplines. Ellie, la gymnaste canadienne la plus décorée des Jeux panaméricains, a remporté cinq médailles, dont deux médailles d’or!

Les exploits d’Équipe Canada aux Jeux parapanaméricains!

LIMA, Peru – Team Canada arrives at the closing ceremony of the Lima 2019 Pan American Games on August 11 2019. Photo by Vincent Ethier/COC

Au dire de la ministre des Sciences et des Sports, l’expérience a été passionnante pour l’équipe canadienne. « Félicitations à tous les athlètes, entraîneurs et officiels pour ces jeux remarquables. J’espère que vous avez eu du plaisir à entrer dans le stade pendant la cérémonie de clôture et à vous remémorer tout ce que vous avez accompli », a indiqué Mme Duncan.

Le Canada a fini troisième avec 152 médailles (35 d’or, 64 d’argent et 53 de bronze), contre 217 médailles il y a quatre ans. Aussi, le pays a obtenu plusieurs qualifications en vue des Jeux olympiques de Tokyo 2020.

Au nom des Canadiens, Kirsty Duncan a félicité tous les athlètes canadiens qui ont participé aux Jeux panaméricains. Leurs exploits, dit-elle, nous ont tous émerveillés et inspireront la prochaine génération d’athlètes. 

Pour finir, la ministre des Sciences et des Sports a souhaité bonne chance aux athlètes paralympiques canadiens qui participeront aux Jeux parapanaméricains de 2019 à Lima du 23 août au 1er septembre!

À lire : Dévoilement de l’équipe de goalball aux Jeux parapanaméricains de Lima 2019

Lire la suite

Nous suivre sur Facebook

Publicité

en-avant