Suivez-nous

HighTech

Le pic-bois inspire un collier préventif pour les joueurs de hockey

Hanen Hattab

Publié

le

Bauer Hockey a lancé le 20 septembre le collier NeuroShield le dernier bijou de la médecine sportive préventive.

L’histoire du hockey se souvient du cas du célèbre Reggie Fleming atteint d’encépathologie traumatique chronique (ETC). Des chercheurs de l’Université de Boston avaient découvert l’année de son décès, en 2009, un lien direct entre les blessures subies par l’ex-hockeyeur de la LNH au hockey et l’ETC.
Comme la boxe et d’autres sports à risque, le hockey fait beaucoup de victimes dont certaines partent malheureusement très jeunes, à cause des commotions très violentes. Au passage, il convient de rappeler que le casque protège seulement la boîte crânienne, alors que les chocs impactent également le cerveau.

Photo Libre de droits

« Le football, le soccer et le hockey affichent tous une hausse de plus de 40 % des taux de traumatismes crâniens déclarés (comparativement à d’autres blessures) entre 2004 et 2014, chez les enfants et les jeunes. », a publié le Gouvernement du Canada dans un article, paru en juin 2017.
La nouvelle solution de Bauer, fabricant Canadien d’équipement de hockey, vise à réduire l’impact des traumatismes crâniens en agissant de l’intérieur. Le collier NeuroShield empêche le cerveau de bouger à l’intérieur du crâne. En effet, il applique une pression sur le cou qui augmente le volume sanguin des structures veineuses autour du cerveau réduisant, de facto, ses mouvements en cas de petits ou grands impacts.

Biomimétisme

Cette invention a été inspirée par la découverte du secret du pic-bois. Le clinicien, David Smith, avait constaté que le cerveau de cet oiseau résiste aux milliers d’impacts qu’il subit quotidiennement lorsqu’il creuse des trous dans les arbres.
Dr Smith avait pensé que la physiologie du cerveau du pic-pois peut aider à trouver une solution pour lutter contre les traumatismes crâniens. L’oiseau a une musculature qui enveloppe son cerveau, en comprimant la veine jugulaire et en limitant le flux sanguin du crâne.
Dr Smith, Dr Julian Bailes, président du département de neurochirurgie et codirecteur du NorthShore University Health System Neurological Institute et Dr Joseph Fisher, professeur à la faculté de médecine de Toronto ont collaboré dans la conception d’une solution qui protège les sportifs en reproduisant la physiologie de la tête du pic-pois.
Le collier NeuroShield a été développé par Q30 Innovations. Il est actuellement vendu seulement par Bauer, qui a acheté les droits de la technologie NeuroShield.

Crédit photo:

Hanen Hattab est doctorante en sémiologie à l’UQAM. Ses recherches portent sur les pratiques d’art et de design subversifs et contre culturels comme le vandalisme artistique, le sabotage et les détournements culturels dans l’illustration, les arts graphiques et la sculpture.

Lire la suite
Publicité
Cliquez pour commenter

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

HighTech

Facebook se met au mentorat de groupes

Redaction Avant Premiere

Publié

le

Crédit photo Facebook

La plateforme de Zuckerberg a ajouté Mentorship Facebook, une nouvelle fonction qui permet de créer et d’optimiser la communication entre les membres de groupes de mentorats.

Annoncé lors du Facebook Social Good Forum à la fin de l’année 2017, Mentorship, l’outil de mentorat de Facebook est actuellement disponible.

La fonctionnalité de mentorat permet de superviser plusieurs groupes depuis le réseau.

Les administrateurs de groupes peuvent créer des programmes et choisir les personnes qui seront en charge du coaching. Après cette première étape, tous les membres du groupe peuvent s’inscrire pour être jumelés à des mentors.

Chaque programme est guidé et peut créer des enregistrements hebdomadaires.

Toutes les conversations entre mentors et participants sont privées. La nouvelle fonction est aussi dotée d’options qui permettent de bloquer et signaler des personnes.

Cette version cible le coaching de développement personnel et les groupes d’apprentissages professionnels. Facebook sortira prochainement d’autres catégories de programmes qui organisent la communication et le partage de contenus assurant des types particuliers de savoirs.

La création de cette fonction indique en outre l’expansion de ce type d’apprentissage basé sur l’expérience et l’engagement mutuel sur la toile.

Crédit photo:
Crédit photo Facebook
Lire la suite

HighTech

Google Maps passe à la visualisation tridimensionnelle

Redaction Avant Premiere

Publié

le

Google Maps a modifié la visualisation de sa carte virtuelle. Elle est passée au tridimensionnel pour donner une idée exacte sur les distances et les tailles des régions et espaces terrestres.

Accédez à l’application Google Maps, faites un zoom arrière et vous allez constater que Google Maps a enfin compris que la terre est ronde.

En effet, l’outil de cartographie a abandonné la projection de Mercator parce qu’elle permet une navigation bidimensionnelle et ne visualise pas les aires réelles des zones du globe.

Le mode tridimensionnel est actuellement actif seulement sur les ordinateurs. Il fonctionne sur la plupart des navigateurs, en outre, Google Chrome, Edge et Firefox.

Google Maps a posté hier, 2 août 2018, sur twitter, une vidéo montrant comment la nouvelle visualisation respecte les proportions des surfaces occupées par les différentes régions du monde.

« Les superficies du Groenland et du continent africain n’auront plus l’air équivalentes », explique le tweet.

Notons que l’Afrique est 14 à 15 fois plus grande que le Groenland. Sur l’ancien mode bidimensionnel, leurs aires paraissaient égales.

Cette comparaison n’est pas fortuite, la projection de Mercator permet de représenter correctement les formes des zones géographiques mais elle déforme les aires au fur et à mesure de l’éloignement de l’équateur vers les pôles.

Crédit photo:
Lire la suite

HighTech

Hackathon Qtum 2018, un marathon de programmation virtuel mondial

Redaction Avant Premiere

Publié

le

Photo libre de droits

Les geeks codeurs ont désormais l’occasion de se surpasser lors d’un événement qui intéresserait particulièrement la communauté mondiale de la crypto-monnaie.

Les inscriptions pour la grande compétition de codage Hackathon Qtum 2018 ont commencé au début du mois de juillet 2018.

L’événement est organisé par la Fondation Qtum, dont le siège social se trouve à Singapour.

Les participants sont appelés à concevoir des technologies décentralisées à code source libre qui s’inscrivent dans le cadre de l’économie de la chaîne de blocs.

Des équipes formées de cinq développeurs maximum s’affronteront et seront amener à « utiliser le contrat intelligent de paiement de Qtum pour créer une application « influente et nécessaire dans le monde décentralisé d’aujourd’hui, et/ou de mettre au point des outils de développement d’infrastructure pour Qtum. »

La date butoir d’envoi des démos : le 16 septembre 2018.

L’équipe gagnante recevra 500 000 $ US en jetons Qtum, en plus d’un voyage à San Francisco pour assister à la conférence Devcon 2018 et de l’incubation virtuelle pour l’aider à développer l’application.

Pour en sa voir plus sur l’événement : https://hackathon.qtum.org

Crédit photo:
Photo libre de droits
Lire la suite

en-avant

X
X