Suivez-nous

Santé

Le premier atlas artério-veineux du cerveau humain au monde réalisé au Québec

Publié

le

Le premier atlas artériel et veineux du cerveau humain est developpé pour la première fois au monde par des chercheurs québécois.

Chaque vaisseau sera représenté et annoté afin de constituer une banque de données sur le cerveau humain. Désormais l’atlas servira de référence pour diagnostiquer les personnes atteintes de maladies neurodégénératives.

Ce travail inédit est effectué par une équipe de chercheurs de l’Université de Sherbrooke. Leur contribution est importante parce qu’ils ont réussi à obtenir des images des petits vaisseaux sanguins du cerveau. Ces derniers sont normalement difficiles à voir de façon non-invasive. L’étude a été publiée le 5 novembre 2018 dans la revue Human Brain Mapping.

Recueil et analyse des données du cerveau

Le projet a été réalisé grâce à deux innovations qui permettent d’obtenir les images et extraire les informations sur les vaisseaux cérébraux. Elles ont été développées par un professeur et son étudiant.

Kevin Whittingstall, professeur-chercheur à la Faculté de médecine et des sciences de la santé (FMSS), a élaboré des techniques non-invasives d’imagerie pour visualiser la structure et le fonctionnement du cerveau humain. Son étudiant Michaël Bernier a, pour sa part, développé un nouvel outil informatique de segmentation.

« Nos images sont si précises qu’elles nous permettent de quantifier la structure, la longueur et le diamètre des différents vaisseaux pour chaque région du cerveau. » Kevin Whittingstall.

Après l’obtention et l’analyse des images, la troisième tâche principale du travail incombe notamment à M. Bernier. Le chercheur, qui est actuellement post-doctorant à la Harvard Medical School, assemble les images afin d’obtenir un arbre vasculaire. Selon les chercheurs, chaque arbre est unique et peut être comparé aux images d’un cerveau sain afin de détecter les variations et étudier leurs origines. L’atlas est d’ores et déjà convoité par des chercheurs d’autres pays afin de l’utiliser dans des études cliniques.

Lire aussi : Le scalpel de lumière, une nouvelle avancée québécoise pour éradiquer les pathologies de l’œil

Source : Centre hospitalier Universitaire de Sherbrooke

Lire la suite
Publicité
Cliquez pour commenter

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Agenda

Montréal, plaque tournante de la profession infirmière en Occident ?

Publié

le

Le Palais des congrès de Montréal accueillera le congrès du Conseil international des infirmières (CII) et plus de 8 000 spécialistes des soins infirmiers du 1er au 5 juillet 2023. Le Canada a accueilli ce congrès d’envergure à trois reprises depuis la création du CII, dont la dernière visite remonte à 1997.

Montréal s’avère être une « destination de premier choix » pour le congrès bisannuel du CII. Avec comme cofondatrice Jeanne Mance, première infirmière laïque en Amérique, la métropole est riche d’une histoire déterminante pour la communauté infirmière.

À lire aussi : Montréal, classée 1ère en Amériques dans l’accueil des congrès

La métropole est d’ailleurs première au Canada pour le nombre de centres de recherche et pour les montants engagés en recherche universitaire. Plus de 10 milliards de dollars ont aussi été investis récemment dans des infrastructures de pointe comme des centres de recherche et de nouveaux hôpitaux (Montréal International). L’Ordre des infirmières et infirmiers du Québec est le plus imposant de la province avec plus de 75 000 membres (Offices des professions du Québec).

N°1 au Canada en nombre de centres de recherche…

Selon Claire Betker, présidente de l’Association des infirmières et infirmiers du Canada, « Montréal est l’une des villes les plus captivantes à visiter dans le monde, en plus d’être un foyer d’excellence en pratique infirmière clinique, en sciences, en enseignement et en leadership pour nos collègues en soins infirmiers et pour les étudiants en sciences infirmières à l’échelle mondiale ».

La présence de ces professionnels en provenance de tous les continents générera des retombées économiques estimées à près de 21,4 M$ pour la métropole et le Québec, ce qui correspond à 22 400 nuitées dans les hôtels du Grand Montréal.

Pour Tourisme Montréal, la tenue d’un tel congrès d’envergure internationale est une excellente nouvelle pour Montréal! « La synergie et le travail d’équipe de l’ensemble des partenaires ont mené à ce succès. L’équipe du Conseil international des infirmières peut compter sur notre entière collaboration pour assurer le succès de leur événement, en plus d’offrir une expérience de séjour des plus mémorables aux délégués dans notre métropole! », affirme Yves Lalumière, président-directeur général de Tourisme Montréal.

Source : Palais des congrès de Montréal

À lire aussi :

Tourisme d’affaires : l’industrie des congrès se positionne à Montréal

La mobilité électrique à l’honneur au 76è Salon International de l’Auto de Montréal

Montréal mise sur un groupe de leaders pour attirer les congrès internationaux

Lire la suite

Économie

Déclaration de revenus, réclamez un crédit d’impôt pour une gamme de frais médicaux

Publié

le

Selon l’Agence du revenu du Canada (ARC), lors de votre déclaration de revenus, vous pourriez être en mesure de réduire le montant de votre impôt fédéral à payer en demandant un crédit d’impôt non remboursable pour toute une gamme de frais médicaux.

Pour réclamer des frais médicaux pour vous ou votre époux ou conjoint de fait, vos enfants à charge (enfants de moins de 18 ans) et certaines autres personnes à charge, il vous faudra, évidemment, remplir certaines conditions.

Les frais médicaux que vous pouvez réclamer doivent :

  • être admissibles – l’Agence du revenu du Canada (ARC) publie une liste des frais médicaux les plus courants qui pourraient être admissibles;
  • avoir été payés par vous ou votre époux ou conjoint de fait;
  • avoir été payés dans une période de 12 mois se terminant en 2018 et ne pas avoir été réclamés en 2017.

L’ARC prévient qu’avant de produire votre déclaration, assurez-vous que les frais médicaux que vous réclamez sont admissibles. Si vous réclamez des frais non admissibles (p. ex., des frais d’adhésion à un club d’athlétisme ou à un centre de conditionnement physique, ou l’achat de médicaments en vente libre), l’ARC pourrait modifier votre déclaration en conséquence.

Remboursement des frais de déplacement

Avez-vous voyagé au moins 40 kilomètres (aller seulement) à partir de votre domicile pour obtenir des soins médicaux qui ne sont pas offerts où vous habitez? Si oui, vous pourriez être en mesure de demander le remboursement des frais de transport en commun (p. ex., taxi, autobus, train). Lorsque le transport en commun n’est pas facilement accessible, vous pourriez plutôt réclamer les frais d’utilisation d’un véhicule.

Si vous avez un faible revenu d’emploi ou un revenu d’un travail indépendant et que vos frais médicaux sont élevés, vous pourriez avoir droit à un supplément remboursable pour frais médicaux. Ce supplément pourrait réduire le montant d’impôt fédéral que vous payez jusqu’à concurrence de 1 222 $.

Avez-vous voyagé au moins 80 kilomètres (aller seulement) à partir de votre domicile pour obtenir des soins médicaux qui ne sont pas offerts où vous habitez? Si oui, vous pourriez être en mesure de demander le remboursement des frais d’hébergement, de repas et de stationnement, en plus de vos frais de transport.

Est-ce que quelqu’un a voyagé avec vous? Si oui, vous pourriez être en mesure de demander le remboursement des frais de transport et de déplacement de cette personne. Pour présenter cette demande, un professionnel de la santé doit attester par écrit que vous étiez incapable de vous déplacer seul pour obtenir des services médicaux.

Nouveau cette année : les dépenses liées aux animaux…

Le crédit d’impôt pour frais médicaux a été élargi pour autoriser les dépenses liées aux animaux de service spécialement dressés pour exécuter des tâches précises pour un patient souffrant d’une déficience mentale grave, l’aidant ainsi à gérer sa déficience.

Les dépenses admissibles effectuées en 2018 comprennent le coût de l’animal, ses soins et son entretien (aliments et soins vétérinaires) et les frais de déplacement raisonnables du patient vers une école, une institution ou un autre établissement offrant une formation pour le dressage de ces animaux.

Les dépenses admissibles comprennent aussi les frais d’hébergement et de pension raisonnables versés pour la fréquentation à temps plein par le patient d’une école, d’une institution ou d’un autre établissement offrant une formation pour le dressage de ces animaux.

Source : Agence du revenu du Canada

À lire aussi : Déclarations de revenus, Bénévoles recherchés par le Service d’aide en impôt au Québec

Lire la suite

Santé

Bell Cause pour la cause : 300 000 $ à l’Accueil Bonneau, Mission Old Brewery et Mission Bon Accueil

Publié

le

C’est aujourd’hui, mercredi 30 janvier, la Journée Bell Cause pour la cause. Un don de 300 000 $ a été offert à trois grands organismes à savoir l’Accueil Bonneau, Mission Bon Accueil et Mission Old Brewery pour soutenir leur travail auprès de personnes en situation d’itinérance à Montréal.

En partenariat avec le Centre intégré universitaire de santé et de services sociaux (CIUSSS) du Centre-Ouest-de-l’Île-de-Montréal et le CIUSSS du Centre-Sud-de-l’Île-de-Montréal, ces organismes élargiront le Programme de réaffiliation en itinérance et santé mentale (PRISM), qui vise à offrir un accès durable aux soins de santé mentale aux personnes en situation d’itinérance souffrant de maladies mentales graves.

Offrir un accès durable aux soins de santé mentale

« Bell Cause pour la cause est fière de s’associer à ces organismes fantastiques afin d’améliorer les services en santé mentale pour les personnes en situation d’itinérance à Montréal, a affirmé Martine Turcotte, présidente, Direction du Québec de Bell. En unissant leurs forces, l’Accueil Bonneau, Mission Bon Accueil et la Mission Old Brewery, de concert avec les CIUSSS, créent un modèle de soins en santé mentale précurseur qui aura une incidence considérable dans la vie des personnes les plus vulnérables dans notre communauté. »

« Le financement total de Bell en santé mentale, qui comprend les dons de l’entreprise correspondant à l’engagement de la Journée Bell Cause pour la cause et au montant initial de 50 millions $ versés pour lancer l’initiative, dépasse actuellement 93 423 628,80 $ et l’on s’attend à ce qu’il dépasse les 100 millions $ au terme de la journée. » – Bell

La mairesse de Montréal Valérie Plante a remercié Bell d’investir dans les organismes communautaires montréalais, qui ont su développer une expertise essentielle au fil du temps pour venir en aide aux personnes en situation d’itinérance. « Afin d’adapter les services aux besoins particuliers de ceux qui souffrent de maladie mentale, nous avons besoin de plus de projets novateurs comme le PRISM, qui font appel à la collaboration du milieu communautaire et des municipalités, ainsi que des secteurs public et privé », a-t-elle déclaré.

À lire aussi : Santé mentale : les jeunes du secondaire se portent moins bien au Québec

Le PRISM est destiné aux hommes et aux femmes en situation d’itinérance atteints de problèmes de santé mentale graves. Il vise à leur offrir un hébergement transitionnel pour une durée de six à huit semaines, au cours desquelles ils reçoivent les soins d’une équipe multidisciplinaire qui comprend des psychiatres, des infirmiers et des travailleurs sociaux du CIUSSS, de même que des conseillers communautaires et des travailleurs de soutien.

À lire aussi : Santé mentale : ce nouveau mal du siècle qui suscite inquiétude au Québec

Rappelons que l’initiative en santé mentale Bell Cause pour la cause repose sur quatre piliers d’intervention : la lutte contre la stigmatisation, l’accès aux soins, la recherche et le leadership en milieu de travail. Depuis son lancement en septembre 2010, Bell Cause pour la cause s’est associée à plus de 900 organismes offrant des services en santé mentale à l’échelle du pays, et a versé d’importants dons à des hôpitaux, à des universités et à d’autres organismes de recherche et de soins.


Lire la suite

en-avant