Suivez-nous

Monde

Le premier forum sur les e-sports, vers la reconnaissance internationale

Publié

le

Photo libre de droits

Le Comité International Olympique (CIO) organise en collaboration avec l’Association Globale des Fédérations Sportives Internationales (AGFSI) au musée olympique de Lausanne, le 21 juillet prochain, un forum sur les sports électroniques.

Il s’agit du premier forum en la matière. L’événement vise à explorer les opportunités des industries des jeux vidéo, à parler de l’évolution des e-sports et de leur impact. Selon Patrick Baumann, le président de l’AGFSI, le forum permettra d’élaborer une compréhension commune des sports « traditionnels » et des e-sports.

Alors que le e-sport a fait sa première entrée mondiale en tant que sport de démonstration dans les jeux olympiques d’hiver de Pyeongchang 2018, une place plus importante lui est réservée dans les Jeux asiatiques de 2022, qui auront lieu en Chine. Lors de cet événement d’envergure, les gamers seront désormais médaillés comme des vrais sportifs.

La programmation du forum de Lausanne a pour but de discuter la synergie des e-sports et des jeux olympiques. Les panels et les discussions porteront notamment sur Twitch, la plateforme des jeux vidéo et des e-sports, la promotion de l’égalité des sexes, la vie des joueurs d’élite et les structures de gouvernance. S’esquissent, peut-on déduire, pour les e-sports les premières lignes d’une reconnaissance à l’échelle mondiale.

Au Canada, voici comment le ministère de l’Éducation, du Loisir et du Sport définit le e-sport :

« Activité physique qui fait appel à des habiletés techniques, nécessite un équipement et des installations spécifiques et s’exerce sous la forme de compétitions organisées, suivant des règles reconnues ».

Selon la fédération québécoise de sport électronique, la reconnaissance des e-sports au niveau du ministère « aurait pour but, entre autres, de faciliter la demande de visa de travail, de faciliter l’accès aux programmes d’aides financières, et plus encore. »

Sachant qu’une première ligue de e-sports à Montréal a été initiée le 23 mai passé par le Centre de formation professionnelle des Riverains, plusieurs questions s’imposent, outre celles qui concernent la reconnaissance officielle du domaine :

Quand la province aura t-elle une grande infrastructure qui mettra ses gamers sous les projecteurs ?

Crédit photo:
Photo libre de droits
Lire la suite
Publicité
1 Commentaire

1 Commentaire

  1. Pingback: Le Canada compte le plus grand nombre de gamers au monde - Avant Premiere Mtl

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Monde

Yémen : l’UNICEF demande de cesser les frappes près de l’hôpital Al Thawra

Publié

le

Les photos des enfants au Yémen qui circulent sur la toile déchirent le cœur. Mais ce n’est pas seulement la famine qui les tuera à petit feu. Le pays est assiégé par une flambée de violence qui rend la situation inexorable.

Une catastrophe imminente

Les 59 enfants qui se trouvent actuellement à l’hôpital Al Thawra vivent le cauchemar d’un danger imminent.

Il faut souligner d’abord que 25 parmi eux sont aux soins intensifs. Or, l’accès à l’hôpital est menacé par les frappes qui ont lieu dans la ville d’al-Hodeïda (l’ouest du Yémen).

Yémen : 400 000 enfants peuvent être privés des aides humanitaires

Les affrontements armés montent en puissance près du port de la ville qui dessert 80% des aides humanitaires envoyés au pays. Au cas ou les frappes rendent le port impraticable, les civils ne pourront plus recevoir l’eau, la nourriture, la fourniture médicale, etc.

De plus l’hôpital est le seul endroit capable à ce jour d’accueillir les victimes de la famine et de guerre des endroits avoisinants. L’UNICEF rapporte que les gouvernorats proches comptent 40 % des 400 000 enfants du pays. Ces derniers « souffrent de malnutrition sévère aiguë. Les plus malades d’entre eux doivent recevoir des soins d’urgence à l’hôpital. »

L’organisation sonne l’alarme auprès des parties prenant part au conflit afin d’épargner les infrastructures impératives à la survie de la population locale.

Source : UNICEF Canada

Lire aussi : Un enfant meurt toutes les cinq secondes dans le monde

Lire la suite

Économie

Jeunesse francophone, Près de 5 millions de dollars pour propulser l’entrepreneuriat

Publié

le

Stimuler la fibre entrepreneuriale chez la jeunesse francophone en mettant à leur disposition de nouveaux outils qui visent à faciliter la réalisation de leur projet d’affaires. C’est le pari du premier ministre désigné du Québec. L’annonce a été faite vendredi 11 octobre à Erevan, en Arménie, à l’occasion à de la nomination du nouveau Secrétaire général de la Francophonie.

Une Initiative québécoise en matière de créativité entrepreneuriale jeunesse en Francophonie verra le jour. La mise en œuvre de cette initiative sera assurée par les Offices jeunesse internationaux du Québec (LOJIQ), regroupement d’organismes de mobilité internationale jeunesse, avec un soutien financier de 4 565 000 $ sur quatre ans.

Lire aussi : LOJIQ s’implique pour aider de jeunes Québécois à changer le monde

Axée sur la valeur ajoutée, cette initiative offrira des occasions uniques à de jeunes Québécoises et Québécois qui désirent démarrer une entreprise ou développer leur marché à l’international. Elle constituera une contribution tangible du Québec à la réussite de la Stratégie jeunesse de la Francophonie.

Jeunesse francophone : entre talent, créativité et compétences!

Le premier ministre François Legault veut encourager les jeunes à devenir des créateurs de richesse et d’emplois, et l’Initiative québécoise en matière de créativité entrepreneuriale jeunesse en Francophonie servira de bougie d’allumage pour atteindre cet objectif. « Le développement de l’entrepreneuriat chez les jeunes constitue un des piliers de la croissance économique du Québec », a souligné celui qui a soutenu le choix de la Rwandaise Louise Mushikiwabo à la tête de l’Organisation internationale de la Francophonie (OIF).

Le Québec appuie la mise en œuvre de la Stratégie économique pour la Francophonie et la Stratégie jeunesse de la Francophonie par des mesures concrètes en faveur de l’entrepreneuriat jeunesse.

Au dire de M. Legault, « le Québec doit miser sur sa jeunesse, son talent, sa créativité et ses compétences », en soutenant sa relève entrepreneuriale. « C’est au moyen d’une telle initiative que nous participons activement à développer notre économie, à accroître nos exportations, à assurer la pérennité de nos entreprises, tout en misant sur les échanges pour faire naître l’innovation et la coopération au sein de la Francophonie », a fait valoir le premier ministre désigné du Québec.

LOJIQ est reconnu en tant qu’acteur de la mise en œuvre de la Politique internationale du Québec et de la Stratégie d’action jeunesse.

Ce programme qui sera mis en place en faveur des jeunes francophones vient bonifier le volet Mentorat d’affaires, par l’ajout de stages préparatoires aux missions économiques, commerciales ou multisectorielles du gouvernement du Québec. Concrètement, à l’aide de ce programme, les jeunes entrepreneurs pourront élargir leur réseau et propulser leur entreprise vers de nouveaux marchés au sein de l’espace francophone.

Lire aussi : Francophonie, Michaëlle Jean s’accroche-t-elle au pouvoir?

Pour rappel, LOJIQ est un regroupement d’organismes de mobilité internationale jeunesse, soit l’Office franco-québécois pour la jeunesse et l’Office Québec-Monde pour la jeunesse. Ce regroupement a été mis en place en 2007 pour présenter une offre de service unifiée et poursuivre les objectifs de développement professionnel et personnel des jeunes adultes québécois dans un contexte canadien et sur la scène internationale.

Lire la suite

Actualités

Aung San Suu Kyi, la birmane perd sa citoyenneté canadienne après 11 ans…

Publié

le

Le Parlement canadien a finalement retiré, jeudi 27 septembre 2018, la citoyenneté honoraire canadienne à Aung San Suu Kyi. Le silence de la dirigeante birmane face à ce que l’ONU a qualifié de « génocide » des Rohingyas, cette minorité musulmane au Myanmar, par la junte militaire était de trop pour les Canadiens.

C’est Justin Trudeau qui a jeté le pavé dans la mare. À la veille de ce « dépouillement », le premier ministre canadien s’était dit prêt à débattre du maintien de la citoyenneté honoraire canadienne à Aung San Suu Kyi. M. Trudeau se prononçait sur la question des Rohingyas à l’issue de sa participation à la réunion annuelle des Nations unies.

« Je crois que c’est l’une des questions sur lesquelles le Parlement peut certainement se pencher. C’est le Parlement qui lui a décerné la citoyenneté honoraire, et c’est une conversation que nous pouvons certainement avoir »

– Justin Trudeau, premier ministre du Canada.

Sans plus tarder, c’est le député du Bloc québécois, Gabriel Ste-Marie, qui a demandé jeudi à la Chambre des communes du Parlement l’adoption d’une motion visant à dépouiller la dirigeante birmane Aung San Suu Kyi de la citoyenneté canadienne honoraire qu’il lui avait accordée en 2007.

Le Canada a reconnu le Génocide Rohingyas

 

Pour lui, si la Chambre du Parlement a unanimement qualifié de « génocide » les crimes commis contre les Rohingyas le 20 septembre dernier. En conséquence, a proposé le député, la même Chambre devrait retirer à Aung San Suu Kyi la citoyenneté honorifique canadienne.

« Son silence ne mérite pas de garder la citoyenneté honoraire ici. C’est un symbole fort, à mon avis ».

– Gabriel Ste-Marie, député de Joliette.

S’il est vrai que l’acte posé par le Canada était attendu par des organisations de droit de l’homme, le premier ministre Trudeau reconnaît que cette « dépossession » n’est pas fait pour arranger la situation sur le terrain. D’autant plus que le Canada se mobilise depuis plusieurs mois pour venir en aide à ces millions de Rohingyas victimes d’une crise humanitaire sans précédent.

L’ONU veut la démission de Aung San Suu Kyi

En mai dernier, l’envoyé spécial canadien pour le Myanmar, Bob Rae, a estimé que le Canada devrait investir 600 millions de dollars [au lieu de 300 millions sur trois ans comme annoncé par le Canada] sur quatre ans pour venir en aide aux Rohingyas du Myanmar et aux centaines de milliers d’autres qui ont trouvé refuge au Bangladesh.

Selon un rapport déposé le 27 août dernier par les Nations unies, les Rohingyas sont victimes d’un « génocide ».

À la suite d’un rapport de l’ONU sur le « génocide » des Rohingyas, le haut-commissaire des Nations unies aux droits de l’Homme, Zeid Ra’ad Al Hussein, a laissé entendre que la lauréate du prix Nobel de la paix Aung San Suu Kyi, à la tête du gouvernement civil birman, aurait dû démissionner en signe de protestation contre le « nettoyage ethnique » des Rohingyas musulmans par l’armée.

Lire aussi: Double nationalité au Canada, ce que vous devez savoir !

Pour rappel, plus de 700 000 membres de la minorité musulmane Rohingya ont fui les violences de l’État Rakhine, au Myanmar, depuis le lancement en août 2017 d’une offensive de l’armée contre des rebelles musulmans.

Lire la suite

en-avant