Suivez-nous

Style de vie

Au Bon coin – Le Speakeasy : Gangsters et Os à la moelle

Saoud Maherzi

Publié

le

Le Speakeasy à Montréal. Crédit Photo: Diane Kissmile

Sur la rue McGill dans le Vieux Montréal, une crèmerie comme toute autre. J’y rentre, c’est là qu’on m’a dit de venir. Un certain Nicolas me salue, prend mon manteau, et me dirige vers une grande porte comme celles qui mènent aux cuisines avec écrit dessus « Réservé aux employés ». Il l’ouvre et je rentre au Le Speakeasy.

Tout de suite, l’ambiance vous charme. En haut, perché au-dessus de tout, un DJ lance une musique funky, du James Brown, des Bee Gees, pour le temps des fêtes. D’habitude « c’est plus jazzy », me dit Nicolas. Sur des murs verts de chrome, des photos de gangsters des années 1920-1930, des fusils et une pancarte « Manners Maketh Man », et des têtes d’animaux empaillés. C’est la planque de la virilité masculine déchue. Le mobilier est marron foncé et la lumière tamisée. L’ambiance prohibition est garantie. Nicolas, c’est l’un des copropriétaires de l’endroit. Pilote de formation venu directement de Saint-Martin, il a travaillé dans des restaurants pendant ses études, puis il a continué laissant les avions « pour le plaisir ». À la table, on me tend deux bouquins, un dictionnaire Oxford et un livre d’histoire illustrée : C’est les menus. À la page 120 du dictionnaire, on trouve les alcools.

Au Speakeasy. Crédit Photo: Diane Kissmile

Pour commencer, Nicolas me propose le cocktail de la maison, Le Speakeasy, « tu verras, il me dit, c’est de l’alcool et de l’alcool ». Effectivement, du rhum ambré, de l’amaro et du bitter à l’orange servi dans un verre à whisky en cristal. Pour le reste, comme pour le cocktail, je laisse Nicolas choisir pour moi. « En entrée, il me dit avec son accent du MIDI de Saint-Martin, l’Os à la Moelle pour toi et le Gravlax de saumon pour Mademoiselle ».

Oui, parce qu’il y a une dame avec moi, Diane, la photographe. Je sirote mon speakeasy. Autour, des gens très classes, comme le lieu, discutent, rient, savourent leur plat. L’entrée arrive : un Os à la Moelle serti d’escargots grillés avec son chutney à la coriandre. Une effusion de saveurs qui me fait manger plus lentement, histoire de profiter de chaque bouchée. Diane est aussi conquise par son gravlax de saumon. Quand je finis mon Os, le serveur arrive avec un shot de vodka à la main. Il me dit de mettre l’Os démoellé – i.e. dont j’ai bouffé la moelle –  dans la bouche, et verse la vodka dans le creux. Fort sympathique, il me dit « on fait ça avec cette entrée ». Eh bien, parfait !

Les cuisiniers du Speakeasy à l’oeuvre. Crédit Photo: Diane Kissmile

Pour le plat, on me propose la poitrine de canard. Diane prend le Tataki de thon. La poitrine de canard débarque devant moi. Le lieu, fidèle à son coté man’s club, ne lésine pas sur la quantité. Le serveur, toujours le même, me présente savamment le plat :

« Alors monsieur, vous avez la poitrine de canard, entière, rôtie avec sa polenta gratinée, poudre de fois gras, et en dessous le pesto de chou rouge et fromage bleu et les betteraves rôties ».

Avec cela, un verre de vin californien que j’avais préféré – que les français ne s’étouffent pas – à un bordeaux. Le canard était majestueux, bien cuit, saignant à l’intérieur, bien cuit à l’extérieur, le pesto et la betterave amenant de la fraîcheur au plat qui en devient léger. Diane me fait goûter le Tataki de thon. Fondant !

Un dessert au Speakeasy, Crédit Photo: Diane Kissmile

Quand on a fini, le serveur prend nos assiettes et revient poser une petite cuillère. « C’est pour que vous repartiez avec un petit goût sucré » : un dessert. Pendant qu’on attendait celui-ci, Madame Le Chef, Marie-Anne Bédard est venue nous saluer et discuter un peu avec nous, pour nous éclairer sur le menu, en promettant de futures surprises. Ensuite, sur une planche en bois, arrivent des churros avec leur sauce au chocolat et une crème brulée. Après avoir avalé les churros, je m’attaque à la crème brûlée. Probablement, la meilleure que je n’ai jamais dégustée. Une onctuosité infernale en dessous d’un sommet croquant et caramélisée. Cela termine de me conquérir.

Pour finir, je ferai miens les mots de #Zone4GamersYoutube qui, sur Google commente : ‘’Le concept, la nourriture, les cocktails, le service, tout est une réussite’’.

Crédit photo:
Le Speakeasy à Montréal. Crédit Photo: Diane Kissmile

Diplômé de HEC Montréal, Saoud a écrit depuis 2013 dans divers médias. Il dédie le plus clair de son temps libre à la lecture, l’écriture et à la boxe trouvant une cohérence dans l'unité de ces activités. "Find what you love and let it kill you" - Bukowski

Lire la suite
Publicité
Cliquez pour commenter

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Style de vie

Magasinage rapide et efficace de sa future maison: Où et comment ?

Publié

le

Vous pouvez magasiner votre future maison lors des Week-ends visites libres, un des plus importants événements de promotion de l’habitation neuve au Québec. Pourquoi c’est une bonne occasion pour scruter l’offre immobilière ?

Cette 23e édition se tiendra les 30, 31 mars et 6, 7 avril prochains à Montréal et ses banlieues.

L’événement offre des choix qui s’adressent à tous les budgets et les styles. 70 projets de maisons et de condos, qui comptent notamment des appartements neufs offerts en location, sont à découvrir.

Le Circuit du Fonds immobilier de solidarité FTQ

Le public visitera des projets réalisés grâce aux partenariats entre le FTQ et des promoteurs québécois. Ils seront présentés sous la rubrique « Circuit du Fonds immobilier de solidarité FTQ ».

Parmi ces projets, neufs immeubles locatifs de la bannière Viva Cité ne manqueront pas d’intéresser les personnes de 55 ans et plus. Les visiteurs pourront aussi découvrir des projets comme :

  • Magellan 2 et 3, tours en construction de 453 copropriétés s’inscrivant dans le vaste projet Solar Uniquartier à Brossard;
  • Humaniti, un projet mixte en construction à Montréal;
  • Maestria, un projet qui sera situé au cœur du quartier des spectacles de Montréal dont la promotion est en cours;
  • Vic&Lambert, un immeuble situé à Saint-Lambert dont quelques unités de copropriétés sont encore disponibles;
  • Bassins du Havre, situé sur les rives du canal Lachine dont la quatrième phase de 112 copropriétés sera livrée à l’automne 2019
  • Urbania 2, un projet de 1 200 copropriétés situé à Laval, à deux pas du métro Montmorency qui est en cours de construction.

La maison intelligente prend forme!

De plus, les amateurs de technologie découvriront les avancées de la maison intelligente en visitant le projet Ambiance Plein Sud, à Longueuil.

L’équipe de Sonxplus sera sur place pour présenter les plus récentes innovations en la matière.

Le Circuit des 36e Prix Domus, symbole d’excellence depuis 1984

Les Week-ends visites libres présentent également dans le cadre des circuits les finalistes et lauréats des 36e Prix Domus. C’est un trophée qui rend hommage à des bâtisseurs professionnels et innovateurs.

Les Prix Habitat Design et la 6e édition du convoité Choix du public

En outre, dans le cadre des Prix Habitat Design, qui récompensent les unités modèles et les bureaux de vente les mieux pensés, le public pourra voter pour son unité aménagée préférée parmi les finalistes en lice.

En plus de faire le plein d’idées de décoration, les participants seront automatiquement admissibles au tirage de prix.

Les Prix Habitat Design seront décernés en octobre prochain, parmi lesquels les Prix de la relève en design et du Défi Val-Mar en architecture de paysage.

À noter que le concours s’enrichit cette année de deux nouvelles catégories de participation : les Prix Créativité en design industriel et le Prix GuideHabitation.ca en design numérique.

Pour plus d’informations

Lire aussi : L’immobilier à Montréal : une hausse significative de 5% en 2018

Lire la suite

Style de vie

Montréal : Un nouveau règlement pour encadrer les services de mobilité durable

Publié

le

Montréal a dévoilé ce mercredi, 13 mars, son nouveau règlement sur les services de véhicules non immatriculés en libre-service sans ancrage, comme les vélos, les trottinettes, électriques ou non, etc.

La Ville de Montréal a élaboré le nouveau règlement sur les services de véhicules non immatriculés en libre-service sans ancrage afin d’encadrer la circulation et l’installation de l’infrastructure de mobilité durable et assurer une occupation ordonnée du domaine public.

Eric Alan Caldwell, responsable de l’urbanisme, du transport et de l’Office de consultation publique de Montréal, a indiqué que le nouveau règlement est inspiré « des meilleures pratiques à l’international. »

En outre, il a expliqué que la Ville s’assure ainsi d’accueillir « les joueurs sérieux, et d’éviter les situations de « dumping » de produits de mauvaise qualité, ou d’entrave à la circulation. »

Où ces services seront ils déployés ?

Le règlement définit trois espaces dédiés au stationnement de ces véhicules :

  • Sur les supports à vélos (dans les 19 arrondissements),
  • dans les zones de dégagement de 5 mètres d’une intersection identifiée à l’annexe du règlement (une quarantaine prévue dans l’arrondissement de Ville-Marie pour débuter)
  • ou dans les aires désignées identifiées à l’annexe (aucune zone n’est identifiée pour le moment).

De plus, les entreprises qui offrent ces services doivent désormais se procurer un permis dont les frais sont établis en fonction de la taille du parc de véhicules du même type (trottinettes/vélos) qu’ils souhaitent déployer sur le territoire. Les tarifs sont d’un minimum de 15 000$ et peuvent aller jusqu’à plus de 27 500$.

M. Caldwell a fait remarquer que le règlement évolue en fonction des nouvelles tendances de la mobilité durable.

Lire aussi : Connaissez-vous La tasse, le nouveau projet des cafés zéro déchet à Montréal

Lire la suite

Style de vie

Montréal fête la Saint-Patrick dimanche prochain

Publié

le

Montréal fête la Saint-Patrick ce dimanche, 17 mars. Le traditionnel défilé aux couleurs irlandaises se tiendra en après-midi au centre-ville.

Comme chaque printemps, les Montréalais accueillent les températures douces avec la Saint-Patrick. Cet événement revient pour la 196e année, soulignant la diversité culturelle de la métropole.

Le défilé de la Saint-Patrick se déroulera à la rue Ste-Catherine. Il s’ébranlera à l’angle de la rue du Fort, à midi, vers l’est. Et se terminera autour de 15 h, à la hauteur de la rue Metcalfe.

Le parcours a été raccourcis cette année à cause des travaux, cependant le programme promet autant de figures, de musiques et danses folkloriques. Les haut-de-forme verts, kilts et cornemuses mettront du son et des couleurs dans le centre-ville.

Organisée par la Société irlandaise unie Paul Loftus, la parade compte cette année 2 500 figurants, une vingtaine de chars allégoriques et une quinzaine de fanfares.

Pour plus d’infos ici

Lire aussi : La Fête nationale du Québec souligne la musique TRAD et la pagaie

Lire la suite

en-avant