Suivez-nous

Style de vie

Au Bon coin – Le Speakeasy : Gangsters et Os à la moelle

Saoud Maherzi

Publié

le

Le Speakeasy à Montréal. Crédit Photo: Diane Kissmile

Sur la rue McGill dans le Vieux Montréal, une crèmerie comme toute autre. J’y rentre, c’est là qu’on m’a dit de venir. Un certain Nicolas me salue, prend mon manteau, et me dirige vers une grande porte comme celles qui mènent aux cuisines avec écrit dessus « Réservé aux employés ». Il l’ouvre et je rentre au Le Speakeasy.

Tout de suite, l’ambiance vous charme. En haut, perché au-dessus de tout, un DJ lance une musique funky, du James Brown, des Bee Gees, pour le temps des fêtes. D’habitude « c’est plus jazzy », me dit Nicolas. Sur des murs verts de chrome, des photos de gangsters des années 1920-1930, des fusils et une pancarte « Manners Maketh Man », et des têtes d’animaux empaillés. C’est la planque de la virilité masculine déchue. Le mobilier est marron foncé et la lumière tamisée. L’ambiance prohibition est garantie. Nicolas, c’est l’un des copropriétaires de l’endroit. Pilote de formation venu directement de Saint-Martin, il a travaillé dans des restaurants pendant ses études, puis il a continué laissant les avions « pour le plaisir ». À la table, on me tend deux bouquins, un dictionnaire Oxford et un livre d’histoire illustrée : C’est les menus. À la page 120 du dictionnaire, on trouve les alcools.

Au Speakeasy. Crédit Photo: Diane Kissmile

Pour commencer, Nicolas me propose le cocktail de la maison, Le Speakeasy, « tu verras, il me dit, c’est de l’alcool et de l’alcool ». Effectivement, du rhum ambré, de l’amaro et du bitter à l’orange servi dans un verre à whisky en cristal. Pour le reste, comme pour le cocktail, je laisse Nicolas choisir pour moi. « En entrée, il me dit avec son accent du MIDI de Saint-Martin, l’Os à la Moelle pour toi et le Gravlax de saumon pour Mademoiselle ».

Oui, parce qu’il y a une dame avec moi, Diane, la photographe. Je sirote mon speakeasy. Autour, des gens très classes, comme le lieu, discutent, rient, savourent leur plat. L’entrée arrive : un Os à la Moelle serti d’escargots grillés avec son chutney à la coriandre. Une effusion de saveurs qui me fait manger plus lentement, histoire de profiter de chaque bouchée. Diane est aussi conquise par son gravlax de saumon. Quand je finis mon Os, le serveur arrive avec un shot de vodka à la main. Il me dit de mettre l’Os démoellé – i.e. dont j’ai bouffé la moelle –  dans la bouche, et verse la vodka dans le creux. Fort sympathique, il me dit « on fait ça avec cette entrée ». Eh bien, parfait !

Les cuisiniers du Speakeasy à l’oeuvre. Crédit Photo: Diane Kissmile

Pour le plat, on me propose la poitrine de canard. Diane prend le Tataki de thon. La poitrine de canard débarque devant moi. Le lieu, fidèle à son coté man’s club, ne lésine pas sur la quantité. Le serveur, toujours le même, me présente savamment le plat :

« Alors monsieur, vous avez la poitrine de canard, entière, rôtie avec sa polenta gratinée, poudre de fois gras, et en dessous le pesto de chou rouge et fromage bleu et les betteraves rôties ».

Avec cela, un verre de vin californien que j’avais préféré – que les français ne s’étouffent pas – à un bordeaux. Le canard était majestueux, bien cuit, saignant à l’intérieur, bien cuit à l’extérieur, le pesto et la betterave amenant de la fraîcheur au plat qui en devient léger. Diane me fait goûter le Tataki de thon. Fondant !

Un dessert au Speakeasy, Crédit Photo: Diane Kissmile

Quand on a fini, le serveur prend nos assiettes et revient poser une petite cuillère. « C’est pour que vous repartiez avec un petit goût sucré » : un dessert. Pendant qu’on attendait celui-ci, Madame Le Chef, Marie-Anne Bédard est venue nous saluer et discuter un peu avec nous, pour nous éclairer sur le menu, en promettant de futures surprises. Ensuite, sur une planche en bois, arrivent des churros avec leur sauce au chocolat et une crème brulée. Après avoir avalé les churros, je m’attaque à la crème brûlée. Probablement, la meilleure que je n’ai jamais dégustée. Une onctuosité infernale en dessous d’un sommet croquant et caramélisée. Cela termine de me conquérir.

Pour finir, je ferai miens les mots de #Zone4GamersYoutube qui, sur Google commente : ‘’Le concept, la nourriture, les cocktails, le service, tout est une réussite’’.

Crédit photo:
Le Speakeasy à Montréal. Crédit Photo: Diane Kissmile

Diplômé de HEC Montréal, Saoud a écrit depuis 2013 dans divers médias. Il dédie le plus clair de son temps libre à la lecture, l’écriture et à la boxe trouvant une cohérence dans l'unité de ces activités. "Find what you love and let it kill you" - Bukowski

Lire la suite
Publicité
Cliquez pour commenter

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Style de vie

Montréal : Ces parcs et artères changeront de noms

Publié

le

Cinq lieux à Montréal ont été rebaptisés par la Ville ce mercredi, 16 janvier. Leurs nouveaux noms sont significatifs dans l’histoire de la métropole.

Prochainement cinq lieux de la métropole rendront hommage par leurs nouveaux noms à des célébrités qui se sont démarquées dans leurs domaines ou dans leurs quartiers. Bon à savoir si jamais vous y résidez ou si c’est un coin que vous fréquentez.

  • Le nouveau parc situé à l’angle nord-est du boulevard Perras et de l’avenue du Fief-Carion sera nommé « parc Lily-Tasso ».
  • La partie de la 19e Avenue située entre la rue Jarry Est et le boulevard Robert sera baptisée « avenue Albert-Louis-Van Houtte »
  • Le nouveau parc situé à l’angle des avenues Querbes et Ducharme, sera nommé « parc Pierre-Dansereau »
  • La nouvelle voie publique située à proximité des rues Jean-Rivard et Choquette portera le nom « allée Léo-Bricault »
  • La nouvelle place publique située à l’angle de la rue Boyer et de l’avenue du Mont-Royal Est, sera nommée « Place des Fleurs-de-Macadam » en référence au titre d’une chanson de Jean-Pierre Ferland.

Pour plus d’informations sur ces personnalités ICI

Lire aussi : La rue Saint-Paul Est et le boulevard Pie-IX feront peau neuve

Lire la suite

Style de vie

Parcs Canada augmente ses tarifs

Publié

le

Parcs Canada procédera à l’augmentation de ses tarifs à partir 2020.

Cette hausse s’élève à 2,2%. Ainsi, par exemple, les droits d’entrée journaliers coûteront environ 40 cents plus cher. Une nuitée dans un emplacement de camping tout équipé connaîtra une augmentation de moins de 80 cents. Le tarif d’une carte d’entrée Découverte annuelle pour les familles et les groupes augmentera de moins de 3 $.

De plus, les frais des droits d’entrées à 24 parcs et lieux historiques nationaux seront revus « en fonction du nombre d’heures qu’un visiteur passe ordinairement sur place et du niveau de service offert aux visiteurs, notamment la disponibilité et la variété des programmes, services et installations », peut-on lire dans le communiqué de presse de l’agence. Les nouveaux tarifs seront modifiés dès le 1er janvier 2020.

À savoir : « L’entrée restera gratuite pour les jeunes de 17 ans et moins  »

Lire aussi : Budget 2019 : Montréal fait une part belle à la nature et à la mobilité durable

Lire la suite

Style de vie

Quoi de neuf au Salon International de l’Auto de Montréal ?

Publié

le

Le Salon International de l’Auto de Montréal débute ce vendredi 18 janvier au Palais des Congrès de Montréal. L’événement réserve aux visiteurs en cette 76e édition de nouveaux espaces et des dévoilements notamment dans la catégorie de la mobilité écologique.

Il y aura trois nouveaux espaces divertissants et informatifs, a rappelé le salon ce lundi, 14 janvier. Les visiteurs découvriront pour la première fois La boîte noire. C’est une scénographie spéciale qui dévoilera la Bugatti Chiron, la Koenigsegg Agera RS (véhicule qui détient le record de la voiture la plus rapide au monde avec une vitesse de pointe de 457,94 km/h et capable de réaliser le 0-100 km/h en 2,8 secondes, d’une valeur de 2,5 millions $), et la Felino cB7R (véhicule exclusif québécois avec une accélération de 0 à 100 km/h en à peine 2,9 secondes).

Les mordus du tuning auront droit à un nouveau garage pour découvrir une sélection « hors du commun », annonce le salon. Une vingtaine d’exposants seront présent au Générateur, un nouvel espace d’exposition et de réflexion sur l’automobile et les nouvelles énergies. À ce propos cette 76e édition présentera 42 modèles électriques, hybrides et à l’hydrogène.

Le public découvrira en outre 33 premières canadiennes et deux premières nord-américaines chez Genesis et Kia.

Lire aussi : La Nouvelle Porsche 718 Cayman GT4 Clubsport fait sensation au Canada

Pour plus d’infos

Lire la suite

en-avant