Suivez-nous

Agriculture

Les abeilles accros aux pesticides

Publié

le

Une équipe de chercheurs de l’université britannique The Imperial College of Science, Technology and Medicine, a fait une découverte saisissante concernant l’impact des pesticides sur la santé des abeilles.

Le Canada élimine les néonicotinoïdes, mais …

Le 15 août dernier, 200 scientifiques ont remporté une victoire écologique au Canada. En effet, ils ont lutté pour l’imposition des restrictions sur deux pesticides qui menacent les abeilles et les insectes.

L’Agence de réglementation de la lutte antiparasitaire (ARLA) du gouvernement canadien a accepté l’élimination progressive, sur une période de trois ans, de pesticides à base de néonicotinoïdes. Il s’agit du thiaméthoxame et du clothianidine. Des études ont montré que ces derniers ont causé le déclin des populations d’abeilles au Canada.

Or, si l’on s’en tient à l’étude publiée par les chercheurs de l’université britannique, à la fin du mois dernier, le mal est déjà fait. En se nourrissant de pollen contaminé par des pesticides, les abeilles développent une addiction semblable à celle de la nicotine du tabac.

Des abeilles accros au bout de 10 jours

Les chercheurs ont fait, dans le cadre de l’étude, une expérience qui a duré 10 jours. Pendant cette période, ils ont servi aux abeilles une solution sucrée naturelle et une autre mélangée à un néonicotinoïde. Les abeilles ont finalement préféré la consommation du sucre au goût du pesticide.

Les chercheurs ont conclu que les néonicotinoïdes ciblent les récepteurs nerveux des insectes. Ces derniers sont similaires aux récepteurs ciblés par la nicotine chez les mammifères.

De plus, les cultures traitées aux néonicotinoïdes ou les fleurs sauvages contaminées deviennent particulièrement attrayantes pour les abeilles à la recherche de nourriture. Cette situation engendre l’augmentation temporaire de la pollinisation des cultures. Cela pourrait hausser simultanément l’exposition des aliments aux insecticides.

L’étude se poursuivra pour révéler comment les abeilles sauvages choisissent leurs pollens et pourquoi développent-elles cette préférence au nectar contaminé.

Les résultats seront pris en considération dans la pratique de l’agriculture en Amérique du Nord et au Royaume Unis.

Source : The Royal Society

Crédit photo:
Lire la suite
Publicité
3 Commentaires

3 Comments

  1. Pingback: Horticulture : Des recettes de 1,3 milliard de dollars au Québec -

  2. Pingback: L’ours blanc et d’autres espèces sont menacées d’extinction - Avant Premiere Mtl

  3. Pingback: L’ours blanc et d’autres espèces sont menacés d’extinction - Avant Premiere Mtl

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Agriculture

« Vin du Québec », une nouvelle indication géographique protégée

Publié

le

Pour la promotion et la valorisation des produits bioalimentaires [d’ici], le ministre de l’Agriculture, des Pêcheries et de l’Alimentation, André Lamontagne, a annoncé la nouvelle indication géographique protégée « Vin du Québec » lors d’une visite au vignoble du Domaine St-Jacques, dans la municipalité de Saint-Jacques-le-Mineur, en Montérégie.

L’ensemble des vins préparés au Québec qui satisferont aux exigences de l’appellation pourra arborer cette nouvelle certification qui constitue un outil de protection officiel de leur authenticité. Cette reconnaissance serait une mesure concrète que prend le nouveau gouvernement caquiste pour encourager l’économie du Québec.

« Nous sommes déterminés à faire rayonner les entreprises d’ici et cette reconnaissance constitue une façon concrète de le faire. La reconnaissance de l’IGP « Vin du Québec » correspond à un moment très attendu de la part des vignerons québécois. » – André Lamontagne, ministre de l’Agriculture.

Répondant à une demande des consommateurs, la marque « Vin du Québec » permettra de répertorier plus facilement les vins d’ici. « C’est aussi une façon de promouvoir l’économie locale en favorisant la consommation de produits du terroir. Dans les faits, cette valorisation va aider le consommateur à distinguer ces produits de ceux de la concurrence. Elle se caractérise bien souvent par un positionnement de haut de gamme qui entraîne une hausse de la demande », fait valoir André Lamontagne, ministre de l’Agriculture, des Pêcheries et de l’Alimentation.

« Vin du Québec », une marque de reconnaissance!

En stimulant le développement du secteur des vins du Québec , en garantissant l’origine, l’authenticité et la traçabilité des produits vinicoles, en améliorant l’expertise des viticulteurs et la qualité des vins du Québec  et en leur apportant une valeur ajoutée, cette IGP contribue à l’atteinte d’objectifs importants de la Politique bioalimentaire 2018-2025 du gouvernement du Québec, à savoir : l’amélioration des connaissances alimentaires et le dialogue avec les consommateurs, ainsi que la promotion et la valorisation des produits bioalimentaires d’ici.

En 2017, on dénombrait 295 entreprises qui cultivaient de la vigne; 144 d’entre elles avaient un permis de production artisanale de vin.

Tout en saluant cette « marque de reconnaissance » du gouvernement, Yvan Quirion, président du Conseil des vins du Québec, précise que le Québec devient ainsi le seul territoire en Amérique du Nord où le processus d’obtention d’une IGP est basé sur les normes ISO de l’Organisation internationale du vin. « Je suis convaincu que cette appellation deviendra un gage de qualité recherché par les consommateurs, tout en témoignant du savoir-faire des vignerons et de l’excellence de nos produits », dit M. Quirion.

À lire aussi : Sélection Caseus : voici les meilleurs fromages du Québec!

Rappelons que la nouvelle IGP s’ajoute aux appellations réservées déjà reconnues, soit : « Biologique », « Agneau de Charlevoix », « Cidre de glace du Québec », « Vin de glace du Québec », « Fromage de vache de race Canadienne » et « Maïs sucré de Neuville ». Plus de 2 100 entreprises et près de 10 000 produits alimentaires profitent actuellement d’une certification ou portent le nom d’une appellation réservée, conformément aux exigences de la Loi sur les appellations réservées et les termes valorisants (LARTV).

Lire la suite

Agriculture

Sélection Caseus : voici les meilleurs fromages du Québec!

Publié

le

Pour le 20e anniversaire de la création du concours Sélection Caseus, un record a été battu : 236 fromages ont été inscrits par 47 fromageries en avril dernier. Au terme d’un rigoureux processus d’évaluation, mené par un jury de 25 experts, 75 fromages se sont rendus en finale.

Lors d’une cérémonie tenue le 1er novembre dernier au Musée de la civilisation de Québec, le Bleu d’Élizabeth, de la Fromagerie du Presbytère (Centre-du-Québec), a reçu le prestigieux Caseus Or, symbole d’excellence en matière de fromages au Québec.

Ce fromage est donc sacré « meilleur fromage du Québec 2018 »! C’est la troisième fois que ce fromage décroche le Caseus Or depuis 1998, année de la création du concours. En outre, trois autres fromages de la Fromagerie du Presbytère se voient récompensés cette année.

27 fromages s’illustrent au fil d’arrivée

Le Caseus Argent a été remis au Zacharie Cloutier, de la Fromagerie Nouvelle France (Estrie). Le Caseus Bronze a été décerné au fromage Le Pont Blanc, de la Fromagerie Au Gré des Champs (Montérégie).

Le Caseus Longaevi, qui récompense un fromage qui est vieilli longtemps, a été attribué au Louis Cyr 4 ans, de la Fromagerie Bergeron (Chaudière-Appalaches).

La mention spéciale du meilleur fromage biologique a été allouée au fromage Le Pont Blanc, de la Fromagerie Au Gré des Champs (Montérégie). Celle du meilleur fromage au lait cru a été décernée au Pionnier, de la Fromagerie Nouvelle France (Estrie) et de la Fromagerie du Presbytère (Centre-du-Québec).

« Dès le début du concours en 1998, le gouvernement du Québec s’est associé à Sélection Caseus. Et pour cause! Le dynamisme du milieu qui prévalait déjà était gage de succès. Depuis, la qualité de l’industrie fromagère québécoise n’a cessé de croître » – André Lamontagne, ministre de l’Agriculture, des Pêcheries et de l’Alimentation.

Le ministre de l’Agriculture, des Pêcheries et de l’Alimentation, André Lamontagne, a félicité la qualité de l’industrie fromagère québécoise que ne cesse de croître. « Nous pouvons être fiers des fromages exceptionnels que nous produisons. Cette année, le concours enregistre un nouveau record d’inscriptions. C’est la preuve que Sélection Caseus est devenu un rendez-vous annuel incontournable », a souligné M. Lamontagne.

Pour la survie des fromagers et fermes laitières du Québec

Tout comme lui, Bruno Letendre, président des Producteurs de lait du Québec a indiqué que le concours Sélection Caseus rend hommage à l’expertise des fromagers artisans d’ici et offre une vitrine exceptionnelle aux produits québécois. Il ajoute qu’avec l’arrivée de fromages importés permise par l’Accord économique et commerciale globale avec l’Union européenne (AECG), « la sélection des fromages d’ici s’avère cruciale pour la survie de nos fromagers et fermes laitières du Québec ».

« Les fromages d’ici proposent une variété de plus de 500 produits pour charmer tous les goûts. Le savoir-faire du Québec n’a vraiment rien à envier aux autres. On est « les meilleurs » comme le rappelle d’ailleurs cette 20e présentation de Caseus… » – Bruno Letendre, président des Producteurs de lait du Québec.

Créé en 1998, Sélection Caseus souligne depuis 20 ans l’excellence des fromages québécois et met en évidence le savoir-faire de celles et ceux qui les fabriquent. Il vise à faire découvrir aux consommateurs le génie créatif des fromagers, qui s’exprime dans une multitude de produits novateurs et de très grande qualité.

Le concours est organisé par le ministère de l’Agriculture, des Pêcheries et de l’Alimentation et des acteurs importants du secteur bioalimentaire québécois : Aliments du Québec, l’Association des fromagers artisans du Québec, le Centre d’expertise fromagère du Québec, le Conseil des industriels laitiers du Québec, La Financière agricole du Québec, l’Institut de technologie agroalimentaire et le Syndicat des producteurs de chèvres du Québec.

Pour consulter la liste des gagnants : www.caseus.ca.

Source : MAPAQ

Lire la suite

Agriculture

Horticulture : Des recettes de 1,3 milliard de dollars au Québec

Publié

le

Selon les informations tirées du Profil sectoriel de l’industrie horticole au Québec, édition 2018, les recettes en provenance du marché de l’horticulture québécoise ont atteint 1,3 milliard de dollars (G$) en 2017, soit 1,0 % de plus qu’en 2016.

Entre 2014 et 2017, les recettes horticoles ont affiché une progression de 16,5 %, supérieure à celle des autres productions agricoles (+ 2,2 %). Au cours de cette période, parmi les secteurs qui composent l’industrie horticole, les légumes (+ 26,3 %), les pommes de terre (+ 33,1 %), les petits fruits (+ 0,9 %), les fruits de verger (+ 2,3 %) et les arbres de Noël (+ 55,1 %) ont augmenté leurs recettes, tandis que l’horticulture ornementale (- 0,7 %) s’est repliée.

Recettes horticoles de 7,3 milliards de dollars au Canada : le Québec parmi les principales provinces contributrices.

À titre de comparaison, en 2017, les productions horticoles au Canada ont généré des recettes de 7,3 G$ (+ 0,4 % par rapport à 2016). L’Ontario (40,4 %), la Colombie-Britannique (21,1 %) et le Québec (17,5 %) ont généré 79,0 % des recettes canadiennes. Entre 2014 et 2017, les recettes horticoles ont augmenté de 10,4 % au Canada comparativement à 5,1 % pour les autres productions agricoles. Sur cette période, le Québec, l’Ontario, la Colombie-Britannique et le Canada ont connu trois années consécutives d’accroissement de leurs recettes horticoles.

Illustration des recettes de l’horticulture au Québec

Figure : Répartition des recettes horticoles au Québec (CNW/Institut de la statistique du Québec)

Ces informations sont tirées du Profil sectoriel de l’industrie horticole au Québec, édition 2018, diffusé le jeudi 27 septembre. Cette publication, qui porte sur la période 2014-2017, a été réalisée conjointement par l’Institut de la statistique du Québec et le ministère de l’Agriculture, des Pêcheries et de l’Alimentation du Québec.

Lire aussi: Les abeilles accros aux pesticides

Outre les données sur les recettes en provenance du marché, le Profil horticole contient des renseignements portant sur le nombre d’exploitations, les superficies ensemencées et récoltées, les quantités produites et commercialisées, les prix au producteur, l’entreposage, la consommation et le commerce international. L’ensemble des productions horticoles y sont couvertes, et des comparaisons avec les autres provinces et le Canada y sont présentées.

Source : ISQ

Lire la suite

en-avant