Suivez-nous

Chroniques

Les Allophones ont aussi droit au bilinguisme

Noureddine Salhi

Publié

le

Libre de droits.
imprimer

Les allophones sont des orphelins du bilinguisme : de plus en plus d’allophones voient dans le bilinguisme une opportunité surtout pour leurs enfants. Néanmoins, cette opportunité reste bloquée par la loi 101 et les droits acquis linguistiques. Pourquoi quand un enfant de parents anglophones a la chance d’avoir un enseignement/éducation bilingue, les enfants des allophones ne peuvent pas se prévaloir de ce droit ? Pourquoi cette discrimination camouflée par le concept de droit acquis ? Ne sommes-nous pas une société évolutive dont les besoins changent avec le temps ? Beaucoup de questions restent en suspens.

Devant les écoles de la commission scolaire anglaise de Montréal (English Montreal School Board EMSB) se dresse une affiche qui m’est très séduisante. Les couleurs sont attirantes mais le message l’est plus encore! Elle annonce fièrement : Être bilingue, c’est gagnant! Le poster affiche des enfants souriant avec, entre autres, un globe terrestre dans les mains de l’un d’entre eux.

Regarder et admirer est tout ce que je peux faire de cette affiche ; regarder et apprécier le contenu impuissant. Je suis sans pouvoir, moi le résident de Québec, car elle s’adresse à un public restreint…par des lois voulant que des droits soient acquis pour les uns et pas pour les autres.

L’exclusivité de l’école anglaise pose la question de droit à un enseignement démocratique, ouvert à tous et surtout donnant l’opportunité à tous de partir à pied d’égalité. Pour que l’enfant soit admissible à intégrer l’école publique anglaise, les parents doivent avoir fait la majorité de leurs études en Anglais ; la majorité de l’éducation de l’enfant doit avoir été faite en Anglais ; l’éducation des frères ou sœurs de l’enfant doit avoir été faite majoritairement en Anglais ou que l’enfant soit né d’un parent qui a fréquenté l’école au Québec admissible après le 26 août 1977 et qui aurait pu être déclaré admissible à l’enseignement en Anglais à cette époque.

Selon l’EMSB, il y a plus de 14,000 élèves au Québec qui ont au moins un parent qui avait eu son éducation en Français et l’autre en Anglais et donc sont éligibles selon les critères précédents. Ce sont des privilégiés car ils peuvent offrir à leurs enfants une éducation bilingue et profiter ainsi d’un système qui les mets en cette position de favoris.

Ces élèves ont le choix d’avoir trois curriculums en ce qui concerne le Français : Français fondamental, bilingue et immersion totale. En termes de chiffres, ceux qui choisissent bilingue et/ou immersion totale, auront eu, à la fin de leurs études, entre 47 et 68 % de leur éducation en Français ; donc, bilingue sur toute la ligne.

Pourquoi est-ce que cette opportunité se limite seulement aux 14,000 privilégiés? Pourquoi cette distinction dans l’enseignement? En fait, c’est un système à deux vitesses. Moi, personnellement, je veux que mes enfants aient le droit à une éducation bilingue. Je veux leur offrir quelque chose que moi, je n’ai pas eu. Est-ce trop demander? N’est-ce pas légitime comme demande?

Cela étant dit, le Canada encourage et célèbre le bilinguisme. Nul n’ignore le fait qu’une éducation bilingue offre plus d’opportunités. En plus de l’avantage intellectuel de maîtriser deux langues, cela permet l’accès à plus d’emplois dans beaucoup de domaines dans les deux secteurs public et privé. Le bilinguisme permet plus de mobilité géographique au sein du Canada et diminuera le chômage par la possibilité de tenter sa chance ailleurs.

Le bilinguisme nous permet d’être des citoyens canadiens complets. Des citoyens qui peuvent comprendre les points de vue des concitoyens de l’autre bout du pays sans des considérations provinciales étroites. Le bilinguisme renforce l’unité du pays.

Cependant, la loi 101 et l’exclusivité de l’école anglaise renforcent les deux solitudes francophone et anglophone. Au milieu, les allophones souffrent le manque d’options.

Peut-on espérer des solutions? Voyons voir : Nous avons des écoles dites internationales dont le curriculum suit une certaine ligne qui prépare les élèves à un milieu plus mondial.  La pédagogie pourrait nous présenter de telles solutions pour ce clivage linguistique où les allophones paient le prix.

Le bilinguisme et les allophones sont une question de volonté politique. Le tout dépend d’une décision courageuse pour le bien-être du Canada.

Noureddine Salhi originaire de la Médina de Tunis ou il a fait ses études primaires, secondaires et universitaires, Il obtient une license en lettres anglaises et travaille pour l’ERTT (L’Établissement de la radiodiffusion-télévision tunisienne) avant d’immigrer au Canada en 2000. Il est actif dans les médias et anime des émissions avec Media Maghreb sur les ondes de la radio du Moyen Orient. Il vient d’obtenir une maîtrise en administration publique -gestion internationale.

Lire la suite
Cliquez pour commenter

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Chroniques

Islamophobie et critique de l’Islam

Saoud Maherzi

Publié

le

Libre de droits.

Depuis quelques semaines, on parle d’islamophobie dans les médias québécois. Le débat autour d’une journée nationale – le 29 janvier, date de l’attentat de Québec – dédiée à la lutte contre l’Islamophobie s’est ouvert sur un autre débat, celui de la légitimité de l’islamophobie.

Ambigüité 

Nombre de chroniqueurs se sont ralliés derrière l’idée que l’islamophobie mérite d’avoir sa place dans l’espace public et médiatique. L’argument principal de ces journalistes est simple. L’Islam est une religion, toute religion est une philosophie, toute philosophie est critiquable, donc toute critique de l’Islam relève de la liberté d’expression de ceux qui la prononcent.

L’islamophobie serait donc, selon cette opinion, une objection intellectuelle au Coran, aux préceptes religieux qu’il comporte, aux savoirs véhiculés par la religion islamique. Elle serait, en soi, une ouverture au débat sur l’Islam.

Il y a, de bonne ou de mauvaise foi, ambigüité quant à la définition de l’islamophobie. L’islamophobie, selon que le terme est utilisé par ces chroniqueurs ou par les défenseurs des droits des musulmans ou les musulmans eux-mêmes, ne comporte ni le même sens, ni les mêmes implications.

Car pour ces derniers, l’islamophobie, c’est la haine de la musulmane et du musulman en tant qu’être humain, à cause de leur croyance. L’islamophobie désigne pour eux une détestation arbitraire envers une communauté d’hommes et de femmes liées par une religion. Ce n’est pas, en l’occurrence, la philosophie, les préceptes, le Coran qui sont attaqués, mais les personnes car elles croient en cette philosophie, en ces préceptes, en ce Coran.

De fait, il n’est pas étonnant que le dialogue soit absent, et l’incompréhension complète. À moins que l’ambigüité du terme comporte son intérêt politique pour certains idéologues des deux bords.

Par Principe

Par principe, il convient de tenir une double position qui, non seulement n’est pas paradoxale, mais correspond à une certaine logique complémentaire d’apaisement et de respect des droits inaliénables dont bénéficie tout citoyen en régime démocratique.

Toute démonstration de haine ostensible, revendiquée, qu’elle soit verbale ou physique, est à proscrire. La pratique qui consiste à s’attaquer à l’intégrité des personnes à travers la stigmatisation d’une part de leur identité, est à proscrire. Tout extrémisme qui voit l’autre comme un hérétique religieux, social, ou racial à abattre ou à exclure, n’a pas lieu d’être.

Par contre, la critique de toute croyance, même de l’athéisme et du laïcisme, relève de la liberté d’expression. Tout citoyen a le droit de trouver absurde que l’on doive jeuner pendant un mois en Islam, que l’on doive se confesser au prêtre dans le catholicisme, que l’on doive allumer des chandelles dans le judaïsme, ou que l’on ne considère aucune force spirituelle dans la création du monde dans l’athéisme. Ce n’est pas un racisme. La critique est un droit et sa pratique libre et ancrée dans les débats d’idée est d’utilité publique. Elle force à l’écoute, au raisonnement, et à la connaissance. Trois principes qui se perdent avec l’impulsivité et les procès de masse auxquels nous ont habitués les réseaux sociaux.

Lire la suite

Chroniques

France : Ancienne terre de culture, nouvelle terre de censure ?

Saoud Maherzi

Publié

le

La France est le pays de la pensée, où les Lumières ont vu le jour, où les auteurs, même lorsqu’ils ne sont pas français, trouvent leur inspiration, leur aise à porter sur le monde un regard provocant, inavouable, parfois haineux, parfois innommable. Du moins, c’était. Car la France, depuis qu’elle est sortie du XXème siècle – durant lequel la pensée était libre et le débat foisonnant – s’est plongée dans la psychose des susceptibilités. Au nom du politiquement correct, de la lutte contre la haine et ses discours, les pontes de la bien-pensance mènent des croisades contre les œuvres artistiques et les monuments historiques.

Récemment, les Éditions Gallimard ont annoncé vouloir rééditer les pamphlets antisémites de Louis Ferdinand Céline, avec des notes de contextualisation écrites par un spécialiste de la question. Cette annonce a provoqué l’ire des policiers de la pensée sur la scène politique, universitaire et associative. Certains sont allés jusqu’à réclamer l’interdiction de la réédition en menaçant de faire recours à des procédures judiciaires.

Ainsi, la controverse a trouvé son sujet en Céline, auteur qui a révolutionné la littérature moderne. Sans Céline, pas de Bukowski, pas de Fante et surtout, pas de Céline. Son écriture populaire, vulgaire, crue a montré l’abjection de la guerre, de la pauvreté sous l’angle de ceux qui la vivent et s’en essoufflent, avec un réalisme de forme et de fond. Mais Céline, c’est aussi la collaboration durant la guerre de 39-45 et des pamphlets antisémites virulents. Il n’y a pas de rupture entre l’auteur de génie et l’antisémite ; le même homme, la même plume.

Vouloir interdire la publication d’un texte historique sous prétexte qu’il comporte des passages haineux est une stratégie de censure que la France n’a que trop souvent usé ces dernières années. Plutôt que de favoriser l’intégration sur la scène publique de la complexité des âmes humaines, où le génie ne se confond pas forcément avec l’altruisme, les idéologues préfèrent réprimer les œuvres tachées. Quitte à nuire à la liberté de la connaissance. Une fois entré dans ce cercle vicieux de censure des œuvres, de clavardage, de soumission aux susceptibilités, on crée un effet domino qui ne tardera pas d’avilir la culture et l’héritage civilisationnel de notre temps. Il ne faudra pas s’étonner ensuite de voir des œuvres de Voltaire, Tolstoï, Dostoïevski retirées des librairies à cause de certaines pensées de leur auteur.

C’est aussi un mépris à l’égard des gens ordinaires que l’on juge trop abrutis pour saisir les nuances d’une œuvre, dans son unité et ses ruptures. C’est toute l’arrogance d’une classe qui, agissant selon ses propres sentimentalités, se permet de réprimer la culture de tous.

Comme dirait Céline, « ce monde n’est qu’une immense entreprise à se foutre du monde ».

Lire la suite

Chroniques

Pour 2018 : Puisqu’il faut imaginer un autre monde

Saoud Maherzi

Publié

le

Libre de droits.

Il convient, à chaque début d’année, qu’on se nourrisse de vœux, de rêves ou de résolutions pour couvrir les maux de l’an passé. Les chroniqueurs prennent alors leur meilleure plume pour décrire, en la nouvelle année, l’expression d’un nouveau souffle pour l’Humanité. Eh bien, ce ne sera pas mon cas. Si 2017 fut pleine de misère, de famine, de guerre, d’hypocrisie, de rectitude politique et d’absurdité, 2018 n’en sera vraisemblablement que la continuité. En ces temps où le monde entier marche sur la tête – en perdant au passage neurones et bon sens – le cynisme se confond au réalisme.

Mais, puisqu’il est coutume de faire des vœux pour les voir ne pas se réaliser, tentons l’expérience.

Que se consume la consommation 

L’Occident est un territoire où une religion, au dessus et contre toutes les autres, impose sa loi, ses dogmes et conditionne les êtres à fonctionner selon ses préceptes : c’est le consumérisme. L’acte d’achat est élevé au rang de rite intouchable, sacralisé au point d’avoir sa fête, le Black Friday ; et s’instille dans toutes les autres festivités. Le consumérisme dénature chaque chose encore naturellement ou historiquement établie en dehors de lui, pour ensuite la ré-identifier à son image et l’intégrer à son schéma. Si 2018 devait être une révolution, elle commencerait par là.

On éliminerait la surproduction machinale qui existe au seul but du profit pour rétablir une production à l’échelle humaine qui aurait, quant à elle, pour objectif de nourrir, de vêtir, d’équiper les hommes et les femmes selon les avancées technologiques et les limites réels de leurs besoins.

À la suite de quoi, le conditionnement des individus autour de l’acte de consommation, du futile, du superficiel serait renversé pour rétablir un ordre plus intelligent où culture, identité et philosophie trouveraient leur source dans l’histoire, les valeurs et les relations humaines.

Que crève le politiquement correct

 S’il y a bien un phénomène dont l’assimilation est un désastre pour la socialisation, c’est bien le politiquement correct. Il force à l’individualisme en créant des susceptibilités entre les Hommes, il casse la spontanéité des rapports en imposant un nouveau code moral et pose l’hypocrisie sur le trône des âmes humaines. Il enferme la société dans une prison de mots, d’expressions de laquelle personne ne doit sortir sous peine de recevoir sur soi la condamnation de la bien-pensance.

Si 2018 devait s’émanciper de l’héritage 2017, elle proclamerait le retour à la spontanéité des rapports humains dont l’essence consiste à ce qu’ils se déchirent et se raccordent, se vexent et se réconcilient, se moquent et se consolent. Elle assiègerait l’Humanité avec sa franchise impulsive en criant : « Tout sauf les susceptibilités dictatrices, tout plutôt que l’aseptisation ».

Que renaisse la décence

 George Orwell, dans sa philosophie contre la domination de l’homme sur l’homme, avait pensé le concept de la décence ordinaire, la common decency. C’est cet instinct que les couches populaires ont en elles et qui permet de différencier sincèrement le bien et le mal, une inclination sensible et raisonnée à distinguer le juste de l’injuste. C’est en soi le tempérament créateur de sociabilité authentique, basée sur le don et le contredon. Dans la société individualiste libérale où, comme le disait le philosophe français Michel Clouscard, on a « porté la guerre civile chez les pauvres », ce tempérament s’efface chaque jour.

Si 2018 devait être une rupture, elle rendrait à la décence son dû, c’est à dire son rôle de structure des conceptions de l’Homme, des relations humaines et même des conflits qui habitent l’humanité. C’est à partir de cette décence ordinaire là que les grandes luttes pour la dignité humaine ont été menées. Car, comme le disait Orwell, « le révolutionnaire s’active pour rien s’il perd contact avec la décence ordinaire. » Beaucoup de pseudo-révolutionnaires s’activent pour rien aujourd’hui.

Au Final

En soi, 2018 sera 2017 comme 2017 a été 2016, plongée dans la culture du narcissisme, le consumérisme, restreinte encore plus chaque jour par la dictature des susceptibilités jusqu’à ce que, comme dans le roman de Houellebecq, s’efface le rire et s’aseptise les consciences dans le conformisme et le confort bêtes du progrès libéral.

Néanmoins, en 2018 comme en 2017, certains continueront à lutter instinctivement contre cet ordre établi, à chercher l’authenticité là où elle peut encore se trouver, à construire des fondations familiales, amicales et amoureuses, à faire renaitre la décence et la solidarité véritables. Ils continueront à vivre au plein sens du mot. Et peut-être que 2019 ne sera pas 2018.

Bonne année !

Lire la suite

en-avant

Pin It on Pinterest

Shares
Share This

On aime, on suit!

Notre auteur partage avec nous sa passion, partager avec vos proches, ils apprécieront la nouveauté!