Suivez-nous

Transports

Les navettes sans conducteurs rallient le Parc olympique et le marché Maisonneuve

Avatar

Publié

le

La Ville de Montréal a annoncé ce jeudi, 27 juin, le démarrage du premier projet pilote de deux navettes automatisées sur les voies publiques de la métropole.

Les véhicules électriques et autonomes EasyMile circuleront entre le Parc olympique et le marché Maisonneuve, pour une durée de 6 semaines.

Le service est gratuit et ouvert à tous les publics, du lundi au dimanche de 10h à 18h, jusqu’au 4 août prochain.

Le trajet parcouru par la navette. Crédit photo Transdev

Mobilité durable et nouvelles technologies

« Notre vision en termes de voiture autonome est claire. Celle-ci doit être destinée au transport collectif et dans une optique de mobilité durable », a expliqué Valérie Plante, la mairesse de Montréal.

En effet cette expérience s’inscrit dans le cadre de la Politique de mobilité durable – 2030 lancée par Québec, et qui a débuté en 2018.

Le projet est notamment le fruit « d’une démarche entamée par la Ville en mai 2016 alors que le conseil municipal a mandaté la Commission sur le transport et les travaux publics pour identifier les enjeux et défis de l’arrivée de la mobilité autonome à Montréal », précise le communiqué de la Ville.

Selon François Bonnardel, ministre des Transports et ministre responsable de la région de l’Estrie, le projet pilote « permettra de développer l’expertise dans la réalisation de projets destinés à tester des véhicules électriques autonomes. »

À ce propos, Arthur Nicolet, chef de la direction de Transdev Canada, a souligné que chaque étape est aussi une occasion de tester l’acceptabilité de ces nouveaux modes de transport.

À savoir :

« Le circuit représente un trajet de 1,4km aller, réalisé en 6 minutes environ avec une vitesse moyenne des navettes de 15km/h. A bord, les opérateurs de Transdev accueillent et renseignent les passagers, et sont les garants de la sécurité de l’ensemble du dispositif », indique Transdev l’entreprise chargée du déploiement des navettes.

Lire aussi : Voiture autonome, Québec lance le premier projet pilote sur voie publique au Canada

Lire la suite
Publicité
Cliquez pour commenter

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Transports

Coup d’envoi des travaux de la station du REM à l’Aéroport International Montréal-Trudeau

Avatar

Publié

le

Fini le stress des embouteillages à bord du bus 747. Le premier métro du REM fera son entrée à la station de l’Aéroport International Montréal-Trudeau (YUL) en 2023, et promet de transporter les usagers du centre-ville à l’aéroport en une vingtaine de minutes.

Le coup d’envoi des travaux de la station du REM a été donné ce vendredi, 19 juillet. Aéroports de Montréal (ADM) a effectué la première pelletée de terre de la nouvelle construction, lançant un chantier d’envergure sur le site. Les travailleurs entameront désormais des travaux d’excavation pour construire la station à une profondeur de 35 mètres sous le stationnement étagé de l’aéroport.

Vers une infrastructure durable

« Ce projet structurant est la première étape d’un ambitieux projet de réaménagement de nos infrastructures d’accueil qui nous permettra non seulement de répondre adéquatement à la croissance du trafic de passagers à YUL, mais aussi de revoir l’intermodalité du site aéroportuaire », a souligné Philippe Rainville, président-directeur général d’Aéroports de Montréal.

En effet, la construction de la station s’inscrit dans un projet de reconstruction du stationnement étagé, du débarcadère et des infrastructures d’accueil de l’aéroport. « Un nouvel espace nommé YULtransit sera également aménagé en souterrain, où convergeront les modes de transports collectifs », indique le communiqué des Aéroports de Montréal.

ADM consacre un budget de 250 M$ pour le projet de la station qui sera géré par les firmes Pomerleau, SNC-Lavalin et Kiewit (PSK Construction).

À savoir :

  • Le nouveau débarcadère à YUL aura une capacité triplée
  • Le stationnement étagé sera complètement couvert d’un toit vert muni de capteurs solaires
  • Le projet sera construit selon les normes de constructions durables en vue de l’obtention de la certification Envision.

Lire aussi : Prolongement du REM et un nouveau mode de transport dans l’Est de Montréal…

Lire la suite

Environnement

Transportez vert : un nouveau programme pour stimuler la transition énergétique au Québec

Avatar

Publié

le

Le gouvernement québécois a annoncé le lancement d’un nouveau programme pour stimuler la transition énergétique du secteur des transports, notamment celui des marchandises, qui est une plaque tournante de l’économie du Québec. 

Le nouveau programme Transportez vert offre de l’aide financière pour accompagner, soutenir et former les entreprises, les organismes et les municipalités qui utilisent un parc de véhicules routiers dans la réduction de leur consommation de carburant et leurs émissions de GES, tout en augmentant leur efficacité énergétique. 

Ce nouveau programme sera administré par Transition énergétique Québec et vient bonifier l’offre actuelle du programme Écocamionnage, administré par le ministère des Transports. « Avec l’annonce d’aujourd’hui, notre gouvernement vient combler un besoin du milieu tout en poursuivant sa volonté d’électrifier l’économie. En effet, le programme Transportez vert permettra aux propriétaires de parcs de véhicules routiers de bénéficier de solutions concrètes et de faire progresser la transition énergétique dans le secteur des transports », a annoncé Jonatan Julien, ministre de l’Énergie et des Ressources naturelles.

L’aide financière offert par le programme Transportez vert…

Les gestionnaires de parcs de véhicules pourront par exemple recevoir jusqu’à 100 000 $ pour de l’accompagnement en gestion de l’énergie, jusqu’à 200 000 $ pour l’acquisition de certaines technologies et jusqu’à 30 000 $ pour de la formation en écoconduite pour leurs conducteurs. De la même façon, une entreprise pourrait recevoir de l’aide pour la conversion énergétique d’un de ses véhicules, tels qu’une camionnette ou un autobus scolaire. 

« Pour nous, il est important non seulement de mettre en place des mesures incitatives financières, mais également de soutenir ce mouvement. Au Québec, nous avons la chance de pouvoir compter sur une expertise reconnue en matière d’efficacité énergétique. »

– Jonatan Julien, ministre de l’Énergie et des Ressources naturelles

Pour sa part, la PDG de Transition énergétique Québec soutient que le programme Transportez vert améliore l’offre de service pour la clientèle d’affaires en matière de transport, qui représente un secteur où le potentiel de gains en réduction des émissions de GES et en amélioration de l’efficacité énergétique est considérable. « Nous nous sommes inspirés des meilleures pratiques dans le monde pour faire en sorte que la transition énergétique de ce secteur lui soit des plus profitables », a rassuré Johanne Gélinas.

À lire : Roulez vert : Québec fait un pas de plus pour le déploiement des véhicules électriques

Lire la suite

Transports

Entrée en vigueur de la charte des droits des passagers aériens

Avatar

Publié

le

CAA-Québec a dévoilé ce lundi, 15 juillet, le guide sur la charte des droits des voyageurs. En cas de retard, de vol annulé ou de bagage perdu, les voyageurs peuvent désormais consulter la charte afin de connaître leurs droits.

Le nouveau guide est offert gratuitement et permet aux voyageurs entre autres de s’informer sur les situations dans lesquelles ils ont le droit à des indemnisations. La version actuelle du guide n’est pas complète. Néanmoins, elle offre les protections nécessaires pour améliorer l’expérience des voyageurs, a affirmé CAA-Québec.

« Plusieurs mésaventures ont fait les manchettes. Il fallait faire quelque chose pour mieux protéger et indemniser les voyageurs. Il fallait baliser les règles du jeu entre les différents transporteurs pour que ce soit plus uniforme et plus facile de s’y retrouver. C’est ce que fera la charte»,  a expliqué Philippe Blain, vice-président voyages chez CAA-Québec. 

Selon M. Blain, même si elle n’est pas au point la charte qui entre en vigueur cet été est un grand pas pour le Canada.

En vigueur dès maintenant

  • En cas de retard ou d’annulation de vol, communiquer de façon claire et simple et faire des mises à jour régulières.
  • Indemnités jusqu’à 2400$ pour un refus d’embarquement.
  • Limite de trois heures d’attente sur le tarmac (sauf exception) en assurant le confort des passagers.
  • Indemnités jusqu’à 2100$ pour des bagages perdus ou endommagés.
  • Politiques de transport d’instruments de musique

En vigueur le 15 décembre

  • Retard et annulation : fournir nourriture, boissons, hébergement au besoin.
  • Remboursement du billet ou transfert sur un autre vol et/ou indemnités jusqu’à 1000$.
  • Parents et jeunes enfants ensemble, sans frais.

Concernant l’indemnisation, M. Blain a précisé que pour « avoir droit à un chèque, il faudra le demander. »

Le guide

Lire aussi : Voyages : Quelles sont les destinations préférées des Québécois?

Lire la suite

Nous suivre sur Facebook

Publicité

en-avant