Suivez-nous

Actualités

Louis Robert licencié, les fonctionnaires du Québec en ordre de bataille ?

Avatar

Publié

le

Licencié « personnellement » par le ministre québécois de l’Agriculture, pour avoir donné à Radio-Canada des « documents accablants » qui démontraient l’ingérence du secteur privé dans la recherche publique sur l’utilisation des pesticides, Louis Robert bénéficie depuis lundi 04 février du soutien de 73 000 employés de l’État québécois.

« La décision qui a été prise par le ministère, je l’ai personnellement autorisée à la lumière des informations que j’ai recueillies, à la lumière des questions que j’ai posées. C’est la décision que j’ai jugé qui était importante de prendre », a affirmé André Lamontagne, ministre de l’Agriculture, des Pêcheries et de l’Alimentation (MAPAQ).

Les fonctionnaires dénoncent « une chasse à l’homme »

Suite à ces propos, dans une lettre ouverte intitulée « Quand le lanceur d’alerte devient la cible », une coalition de syndicats regrette qu’un ministre ait autorisé personnellement le renvoi d’un lanceur d’alerte pour avoir informé les médias de l’influence des lobbys sur la recherche scientifique à propos des pesticides. « Nous, les syndicats représentant l’ensemble des travailleuses et des travailleurs de la fonction publique du Québec, sommes très préoccupés par ces événements », déplorent les signataires.

Après 32 ans de service, M. Robert a été limogé le 24 janvier, par décision du ministre de l’Agriculture, André Lamontagne, pour avoir transmis un document confidentiel à un journaliste, ainsi que pour avoir contrevenu aux obligations de discrétion, selon la lettre de congédiement rendue publique mercredi 30 janvier 2019.

Rappelons que dans le reportage de Radio-Canada, une note ministérielle confidentielle « faisait par exemple état de tentatives d’intimidation des chercheurs et d’ingérence dans la diffusion et l’interprétation des résultats de recherche ». L’agronome Louis Robert, un expert dans le secteur des grains, avait condamné l’ingérence du privé dans la recherche publique sur l’usage des pesticides.

« La protection des lanceurs d’alerte est fondamentale dans une société démocratique »

Vendredi 1er février, l’opposition libérale a demandé que la Protectrice du citoyen fasse enquête sur le congédiement du lanceur d’alerte Louis Robert. « La protection des lanceurs d’alerte est fondamentale dans une société démocratique. C’est pourquoi nous avons mis en place des mesures pour les prémunir de toutes formes de représailles », avait déclaré Marie Montpetit, députée de Maurice-Richard et porte-parole de l’opposition officielle en matière d’agriculture.

Source : Radio-Canada

Selon Mme Montpetit, l’intervention du ministre de l’Agriculture dans le congédiement de Louis Robert soulève plusieurs questions inquiétantes. « Le ministre doit arrêter de s’esquiver et doit impérativement clarifier la situation dans les meilleurs délais », a laissé entendre l’élue libérale.

Le ministre Lamontagne admet avoir fait une erreur!

Au cours d’une conférence de presse conviée lundi 4 février par le ministre de l’Agriculture, André Lamontagne est allé dans le sens de l’opposition libérale en réclamant une enquête de la Protectrice du citoyen. Toutefois, il a dit s’être mal exprimé en disant la semaine dernière qu’il avait « personnellement autorisé » le licenciement du lanceur d’alerte Louis Robert. « J’admets aujourd’hui avoir fait une erreur en prenant sur mes épaules le poids de ce cette décision, qui est en réalité administrative », a plaidé le ministre Lamontagne.

À lire aussi : Licenciements, ADT Canada reconnue coupable d’action antisyndicale

Sauf que le dernier mot reviendra à la Protectrice du citoyen, qui va devoir déterminer en vertu de ses pouvoirs prévus à l’article 13 de la Loi sur le Protecteur du citoyen, si le ministre André Lamontagne est impliqué ou non dans le congédiement « brutal » du lanceur d’alerte Louis Robert. Tout porte à croire que les 73 000  fonctionnaires qui ont dénoncé l’attitude du ministre dans ce dossier sont en ordre de bataille pour dénoncer toute forme de “représaille politique” à l’endroit d’un fonctionnaire québécois dans l’exercice de ses fonctions.

Lire la suite
Publicité
Cliquez pour commenter

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Actualités

Groupe Capitales Médias : Unifor demande une aide d’urgence

Avatar

Publié

le

Le risque de faillite qui assaille le Groupe Capitales Médias (GCM) peut affecter une centaine de salariés qui travaillent dans les différents journaux régionaux (La Voix de l’Est, Le Nouvelliste, La Tribune, Le Soleil, Le Droit et Le Quotidien).

Alors que le premier ministre François Legault a promis ce mercredi, 14 août, de faire un chèque au GCM, la situation financière du groupe mérite selon Unifor des mesures plus rapides. Rappelons aussi que le groupe est en discussion avec Cogeco et Québecor pour vendre en partie ou en totalité ses journaux régionaux.

« L’heure est grave en ce qui concerne l’avenir des six quotidiens régionaux de GCM », a rappelé M. Gagné. « Il faut que le premier ministre Legault passe de la parole aux actes et annonce immédiatement une aide d’urgence afin de rassurer les travailleurs et les travailleuses de ces quotidiens ainsi que leurs familles ». M. Gagné appelle notamment à ce que cette annonce soit faite avant l’ouverture de la Commission parlementaire sur l’avenir des médias, prévue le 26 août à Québec.

« Cette aide d’urgence », ajoute pour sa part Alain Goupil, journaliste à La Tribune et président de la section locale 1910 « doit servir à garantir aux travailleuses et aux travailleurs de l’information qu’ils pourront continuer d’exercer leur emploi jusqu’à ce que des mesures à plus long terme soient trouvées ».

Lire aussi : Vol de renseignements personnels : après Desjardins, Québec annonce l’encadrement des agences de crédit

Lire la suite

Actualités

Vol de renseignements personnels : après Desjardins, Québec annonce l’encadrement des agences de crédit

Avatar

Publié

le

Le ministre des Finances, Eric Girard, a annoncé mercredi 14 août son intention de déposer un projet de loi dans la foulée du vol de renseignements personnels chez Desjardins.

Avec ce projet de loi, le ministre souhaite introduire un encadrement des agences de crédit et offrir le gel ou le verrou du crédit, à l’instar de ce qui se fait présentement ailleurs dans le monde. Les modifications législatives proposées viseront ainsi à améliorer la protection des données financières des citoyens. « Nous avons l’intention de mettre en place des mesures visant à accroître la protection des informations financières de tous les Québécois et Québécoises », a annoncé Eric Girard.

De plus, le ministre a annoncé qu’il a convenu avec le Mouvement Desjardins de resserrer sa gouvernance et sa gestion de risques dans le cadre du bilan amorcé en collaboration avec l’Autorité des marchés financiers. « L’incident chez Desjardins est regrettable, et je comprends que les Québécois soient inquiets. Nous sommes conscients qu’ils attendent du gouvernement des améliorations », a-t-il déploré.

Equifax face aux Vols de renseignements personnels...

Le ministre a tenu à rassurer les membres de Desjardins concernés et la population en général. En effet, la situation est gérée de façon adéquate par l’institution financière, sous l’œil attentif de l’Autorité des marchés financiers. Il a rappelé que les actifs financiers des membres sont garantis en cas de fraude. Il constate aussi l’inscription en grand nombre des membres de Desjardins aux services d’Equifax, ce qui contribuera à la prévention des fraudes. On ne rapporte d’ailleurs aucune augmentation des cas de fraude chez Desjardins depuis le vol de données.

Le ministre est d’avis que l’institution coopérative a réagi rapidement et de façon responsable en offrant notamment à ses membres un plan de protection et d’assistance gratuit contre le vol d’identité. Il dit comprendre par ailleurs l’inquiétude et l’insatisfaction des clients concernés, et c’est pourquoi il considère que des changements législatifs doivent être apportés.

À lire : Desjardins : les données personnelles de près de 3 millions de clients volées par un employé

Lire la suite

Actualités

Jeux panaméricains 2019 : les athlètes canadiens remportent 152 médailles à Lima

Avatar

Publié

le

Les Jeux panaméricains de 2019 à Lima ont pris fin la fin de semaine dernière. Au cours de ces compétitions internationales, Équipe Canada a remporté au total 152 médailles dont 35 d’or, 64 d’argent et 53 de bronze, en occupant la troisième place du podium.

 Au terme des Jeux panaméricains de 2019 tenues à Lima, la ministre des Sciences et des Sports à remercier tous les athlètes qui ont représenté le Canada avec cœur. Non sans souligner les réussites d’Équipe Canada. « Je sais que les Canadiens ont pleinement conscience des efforts, du dévouement et de la persévérance nécessaires pour se rendre aux Jeux panaméricains. Nous ne pourrions être plus fiers de ce que nos athlètes ont accompli », a déclaré Kirsty Duncan.

Les 19 derniers jours de compétition ont été marqués par des performances exceptionnelles. Les membres d’Équipe Canada ont fait preuve d’une détermination et d’un esprit d’équipe fantastiques.

Avec leurs 152 médailles (35 d’or, 64 d’argent et 53 de bronze), les membres d’Équipe Canada ont fièrement défilé dans l’Estadio Nacional del Perú, dirigés par le porte-drapeau, Ellie Black (gymnastique artistique). Ils se sont joints aux 6 680 athlètes de 41 pays qui ont pris part aux compétitions dans 39 sports et 61 disciplines. Ellie, la gymnaste canadienne la plus décorée des Jeux panaméricains, a remporté cinq médailles, dont deux médailles d’or!

Les exploits d’Équipe Canada aux Jeux parapanaméricains!

LIMA, Peru – Team Canada arrives at the closing ceremony of the Lima 2019 Pan American Games on August 11 2019. Photo by Vincent Ethier/COC

Au dire de la ministre des Sciences et des Sports, l’expérience a été passionnante pour l’équipe canadienne. « Félicitations à tous les athlètes, entraîneurs et officiels pour ces jeux remarquables. J’espère que vous avez eu du plaisir à entrer dans le stade pendant la cérémonie de clôture et à vous remémorer tout ce que vous avez accompli », a indiqué Mme Duncan.

Le Canada a fini troisième avec 152 médailles (35 d’or, 64 d’argent et 53 de bronze), contre 217 médailles il y a quatre ans. Aussi, le pays a obtenu plusieurs qualifications en vue des Jeux olympiques de Tokyo 2020.

Au nom des Canadiens, Kirsty Duncan a félicité tous les athlètes canadiens qui ont participé aux Jeux panaméricains. Leurs exploits, dit-elle, nous ont tous émerveillés et inspireront la prochaine génération d’athlètes. 

Pour finir, la ministre des Sciences et des Sports a souhaité bonne chance aux athlètes paralympiques canadiens qui participeront aux Jeux parapanaméricains de 2019 à Lima du 23 août au 1er septembre!

À lire : Dévoilement de l’équipe de goalball aux Jeux parapanaméricains de Lima 2019

Lire la suite

Nous suivre sur Facebook

Publicité

en-avant