Suivez-nous

Actualités

Logements insalubres, Montréal au pied du mûr

Baba-Idriss FOFANA

Publié

le

Photo libre de droits

La Ville de Montréal a dévoilé, mercredi 10 janvier, son nouveau budget de 5,4 milliards de dollars. Au moment où le nouveau duo Plante-Dorais prend le relais de l’administration Coderre, la nouvelle mairesse s’est engagée dans une dynamique de lutter contre l’insalubrité des logements dans la métropole. Mais à quel prix ?

C’est un dossier presque brûlant sur lequel Valérie Plante est attendue. Même si l’habitation faisait partie des axes centraux de ses promesses de campagne, l’épineuse question des logements sales, crasseux et vieillissants qui a persisté sous le mandat de son prédécesseur est plus que d’actualité. Alors que la nouvelle mairesse entend prendre le taureau par les cornes, la Ville a prévu dans son tout nouveau budget d’accorder un million de dollar supplémentaire à la Brigade de salubrité des logements. Ce, en engageant 13 nouveaux agents en plus des 17, pour passer à 30 inspecteurs pour pouvoir réaliser 100 000 inspections, durant le premier mandat de quatre ans de Mme Plante.

Faire mieux que l’administration Coderre

Si certains accueillent positivement l’embauche de nouveaux inspecteurs, ils restent toutefois sceptiques quant à la couverture du territoire montréalais par ces quelques ‘’policiers de la propreté’’ et leur efficacité dans plusieurs arrondissements. « C’est un peu difficile de dire si ce nombre est suffisant parce que le territoire montréalais est grand. On apprend que ces inspecteurs sont pour la ville centre, il va falloir donner les moyens aux arrondissements, afin qu’eux aussi puissent embaucher plus d’inspecteurs et que ces derniers soient dotés d’outils nécessaires pour repérer l’insalubrité, notamment la moisissure », confie Maxime Roy-Allard du Regroupement des comités logements, dans une entrevue téléphonique avec Avant-Première MTL.

  Maxime Roy-Allard, porte-parole du RCLALQ. Crédit : Avant Première MTL

À l’en croire, les inspecteurs des Arrondissements sont les premiers à réagir quand il y a des plaintes. Les inspecteurs de la ville centre interviendraient en dernier recours. Il semble important, pour M. Roy-Allard, de donner plus de moyens aux Arrondissements, afin que ceux-ci puissent non seulement recruter des inspecteurs mais aussi doter ces derniers d’outils adéquats, pour mener à bien leur travail.

Vraisemblablement, l’insalubrité des logements ne serait pas seulement l’affaire des propriétaires récalcitrants. Le porte-parole du RCLALQ y voit l’inaction de la Ville de Montréal qui, selon lui, dispose de règlement en la matière qu’elle utilise peu ou pas. « Que la Ville embauche davantage d’inspecteurs, on est content de cela. Mais, parallèlement à cela, il faut mieux appliquer la réglementation. Le règlement sur l’insalubrité sur la ville de Montréal, qui est un bon règlement, est juste mal appliqué. Il faut utiliser les moyens coercitifs qui existent à la Ville de Montréal. On pense aux amendes : distribuer des amendes aux propriétaires délinquants, qui ne font pas les travaux demandés », déplore-t-il.

Alors que la Ville a la possibilité, dans les cas extrêmes, de « faire les travaux à la place des propriétaires pour rendre le logement salubre et ensuite refiler la facture aux propriétaires ». Maxime Roy-Allard croit savoir que Montréal utilise très peu ce pouvoir, en préférant embaucher des inspecteurs. Pour lui, s’il est indéniable d’embaucher plus d’inspecteurs, par ailleurs, il souhaite que ces derniers soient plus « sévères » à l’endroit des propriétaires. 

Bien appliquer le règlement, être plus coercitif..

Le RCLALQ espère donc que la nouvelle mairesse de Montréal ira de l’avant avec la lutte contre l’insalubrité des logements en mettant en place un plan global ; en n’allant pas dans le sens de son prédécesseur qui ne voulait pas ‘’se mettre à dos’’ des propriétaires ; en n’hésitant pas à aller en procès pour ‘’faire plier’’ les propriétaires qui contestent les amendes. « Pour les immeubles qui sont vraiment délabrés, on souhaite que la ville obtienne des pouvoir de saisie de la part du gouvernement du Québec et les transformer en logement sociaux. On demande à ce que la Mairesse fasse les démarches nécessaires pour cela», encourage-t-il.

Tout en conseillant aux locataires à continuer de dénoncer les propriétaires qui peinent à entretenir leur logement ou immeuble, le Regroupement des comités logement et associations de locataires du Québec encourage une collaboration entre la Ville et la Direction de la Santé publique (DSP), qui a une expertise en matière d’insalubrité des logements. Non, sans souhaiter une amélioration de la collaboration entre la DSP et la Régie du logement, visant à la reconnaissance des rapports d’enquêtes menées par l’organisme gouvernemental.

Baba Idriss Fofana est Journaliste depuis 2010 et Blogueur depuis 2012 sur la plateforme de Radio France International – Mondoblog – où il anime notamment des chroniques politiques et faits de société. Ayant également fait des études de Marketing et de Management, il a occupé dans différents pays les fonctions d’Assistant en communication politique et Responsable des communications.

Actualités

Élection 2019 : ce que Montréal attend du prochain premier ministre du Canada

Avatar

Publié

le

À la suite du récent déclenchement de la campagne électorale fédérale, la mairesse de Montréal, Valérie Plante, a réitéré les priorités de l’administration municipale et fait connaître ses attentes envers les différents partis. Election 2019…

Les propositions de la Ville visent à répondre aux divers enjeux auxquels fait face la métropole en matière de transition écologique, de mobilité, de développement économique, d’habitation et de culture. Elles ont pour objectif d’améliorer la qualité de vie des citoyennes et citoyens de Montréal.

« Montréal est la deuxième agglomération urbaine en importance au Canada. Nous sommes, comme les autres municipalités canadiennes, aux premières loges pour dynamiser et protéger nos milieux de vie, notamment dans la lutte contre les changements climatiques, la promotion du transport collectif et actif, ainsi que l’accès à une offre de logement diversifiée et abordable. À l’aube du prochain scrutin fédéral, les partis politiques doivent s’engager de manière ferme à appuyer la Ville de Montréal, tout comme les municipalités canadiennes, et en faire plus pour reconnaître leur apport crucial à la qualité de vie des citoyennes et citoyens », a déclaré Valérie Plante.

Les priorités que l’administration municipale souhaite faire valoir aux partis fédéraux pour l’élection 2019 :

  • Un soutien aux investissements de la Ville de Montréal en matière d’infrastructures vertes et d’adaptation aux changements climatiques;
  • Un soutien accru aux investissements en transport collectif et actif;
  • Une augmentation significative du financement pour l’électrification des transports;
  • La mise en place des mesures nécessaires pour rendre obligatoires les barres latérales, miroirs convexes et caméras latérales et arrières sur les poids lourds;
  • Le maintien des investissements pour faciliter la mise en œuvre de la stratégie montréalaise 12 000 logements sociaux et abordables;
  • Un soutien aux secteurs qui font rayonner Montréal à l’échelle internationale;
  • Un appui à l’initiative Montréal, métropole culturelle.

« Les investissements fédéraux des quatre dernières années, dont ceux pour le maintien et le développement des infrastructures publiques essentielles, ont témoigné d’une reconnaissance du rôle crucial joué par les villes dans la vitalité du pays. Il faut maintenant aller plus loin. Nous invitons les partis fédéraux à s’approprier les propositions de la Ville de Montréal et à s’engager à les mettre en œuvre au cours de la prochaine législature », a conclu la mairesse Plante.

Vous pouvez consulter l’ensemble des propositions de la Ville de Montréal ici.

Lire la suite

Actualités

SPGQ : «le gouvernement Legault fait preuve de mépris envers ses employés»

Avatar

Publié

le

Le Syndicat de professionnelles et professionnels du gouvernement du Québec (SPGQ) s’indigne des propos du premier ministre, François Legault, qui dit ne plus avoir d’argent pour augmenter les salaires des employés de l’État malgré les milliards de surplus engrangés par le gouvernement.

« Le premier ministre fait preuve de mépris envers les employés de l’État qui s’échinent au quotidien à rendre des services essentiels à la population québécoise, indique Line Lamarre, présidente du SPGQ. C’est tout à fait indigne d’un gouvernement de traiter de cette façon les salariés chargés de mettre en œuvre ses politiques. »

Déjà, les syndiqués ont dû se contenter d’un maigre montant forfaitaire de 250$ cette année pendant qu’une majorité de salariés québécois, selon l’Institut du Québec, encaissent des augmentations d’environ 5 % en 2019. 

D’après l’Institut de la statistique du Québec, le personnel professionnel de l’État accusait l’an dernier un retard de la rémunération globale de 9,9 % avec le réseau universitaire, de 17,7 % avec les entreprises publiques, de 16,4 % avec l’administration fédérale et de 22,7 % avec l’administration municipale.

Le SPGQ met en garde le gouvernement

Ce n’est pas en offrant des augmentations de salaire équivalentes à l’inflation que le gouvernement parviendra à régler ses problèmes de plus en plus criants d’attraction et de rétention de la main-d’œuvre. C’est le maintien de l’expertise gouvernementale qui est en jeu!

« Les offres faméliques du premier ministre François Legault sont une insulte à l’intelligence des employés de l’État », estime Mme Lamarre. Elle ajoute que “ces offres sont d’autant plus dérangeantes qu’elles arrivent alors que les négociations ne sont même pas commencées.”

Le SPGQ s’inquiète aussi grandement de l’idée du premier ministre d’offrir des rémunérations différenciées. « Nous craignons qu’encore une fois les corps d’emploi majoritairement féminins soient pénalisés dans cet exercice », note Mme Lamarre. 

Déjà, le syndicat constate que les professionnelles sont victimes de discrimination systémique. Le gouvernement devrait tout mettre en œuvre pour assurer aux femmes une véritable équité plutôt que d’augmenter ces injustices.

Lire la suite

Actualités

MEQ : 1 famille sur 3 au Canada dépend du manufacturier

Avatar

Publié

le

La compétitivité du secteur manufacturier doit être une priorité des partis politiques fédéraux, selon Manufacturiers et Exportateurs du Québec (MEQ).

« Le secteur manufacturier est le moteur de l’économie canadienne. Il génère 10 % du PIB, emploie directement 1,7 million de Canadiens et 4,75 millions lorsqu’on inclue toute la chaîne d’approvisionnement », explique Véronique Proulx, PDG de MEQ, ajoutant que 90 % des Canadiens confirment que le manufacturier est important pour l’économie ».

« L’environnement d’affaires au Canada limite la croissance du secteur manufacturier. En 2018 plus de la moitié des manufacturiers considéraient que le gouvernement fédéral n’appuyait pas suffisamment le secteur. Les entreprises ont de la difficulté à dégager des fonds pour investir; cela entraîne un retard de productivité et de compétitivité important », poursuit Mme Proulx.

Depuis 15 ans, la productivité du secteur manufacturier canadien a augmenté de 20 %, alors qu’elle a cru de 50 % aux États-Unis et de 100 % en Corée du sud, à Taiwan et en Europe. Depuis 2002, de tous les pays du G7 (à l’exception de l’Italie), c’est au Canada que la productivité a le moins augmenté.

MEQ a publié ses dix recommandations pour propulser l’industrie manufacturière canadienne, dont trois portant spécifiquement sur la compétitivité :

  1. Modifier le régime fiscal afin de réduire la charge fiscale et s’assurer que le régime fiscal du Canada soit axé sur l’investissement, les exportations et la productivité.
  2. Collaborer avec les provinces et les territoires pour réduire le fardeau réglementaire, éliminer les zones grises et clarifier les règles.
  3. Conclure un accord global sur le commerce intérieur qui éliminera toutes les barrières à la circulation des marchandises et des personnes.

« Un secteur manufacturier en santé signifie une économie canadienne en santé. Nous rappelons aux candidats qu’une famille sur trois, au Canada, dépend du manufacturier », mentionne Mme Proulx.

Rappelons que Manufacturiers et Exportateurs du Québec (MEQ) représente 1 100 manufacturiers à travers le Québec. Le secteur manufacturier canadien emploie 1.7 million de personnes et génère les deux tiers des exportations. En forte croissance, il a généré en 2018 des ventes globales de 685 milliards $.  www.meq.ca

Source : Manufacturiers et Exportateurs du Québec

Lire la suite

Nous suivre sur Facebook

Publicité

en-avant