Suivez-nous

Actualités

Logements insalubres, Montréal au pied du mûr

Baba-Idriss FOFANA

Publié

le

Photo libre de droits

La Ville de Montréal a dévoilé, mercredi 10 janvier, son nouveau budget de 5,4 milliards de dollars. Au moment où le nouveau duo Plante-Dorais prend le relais de l’administration Coderre, la nouvelle mairesse s’est engagée dans une dynamique de lutter contre l’insalubrité des logements dans la métropole. Mais à quel prix ?

C’est un dossier presque brûlant sur lequel Valérie Plante est attendue. Même si l’habitation faisait partie des axes centraux de ses promesses de campagne, l’épineuse question des logements sales, crasseux et vieillissants qui a persisté sous le mandat de son prédécesseur est plus que d’actualité. Alors que la nouvelle mairesse entend prendre le taureau par les cornes, la Ville a prévu dans son tout nouveau budget d’accorder un million de dollar supplémentaire à la Brigade de salubrité des logements. Ce, en engageant 13 nouveaux agents en plus des 17, pour passer à 30 inspecteurs pour pouvoir réaliser 100 000 inspections, durant le premier mandat de quatre ans de Mme Plante.

Faire mieux que l’administration Coderre

Si certains accueillent positivement l’embauche de nouveaux inspecteurs, ils restent toutefois sceptiques quant à la couverture du territoire montréalais par ces quelques ‘’policiers de la propreté’’ et leur efficacité dans plusieurs arrondissements. « C’est un peu difficile de dire si ce nombre est suffisant parce que le territoire montréalais est grand. On apprend que ces inspecteurs sont pour la ville centre, il va falloir donner les moyens aux arrondissements, afin qu’eux aussi puissent embaucher plus d’inspecteurs et que ces derniers soient dotés d’outils nécessaires pour repérer l’insalubrité, notamment la moisissure », confie Maxime Roy-Allard du Regroupement des comités logements, dans une entrevue téléphonique avec Avant-Première MTL.

  Maxime Roy-Allard, porte-parole du RCLALQ. Crédit : Avant Première MTL

À l’en croire, les inspecteurs des Arrondissements sont les premiers à réagir quand il y a des plaintes. Les inspecteurs de la ville centre interviendraient en dernier recours. Il semble important, pour M. Roy-Allard, de donner plus de moyens aux Arrondissements, afin que ceux-ci puissent non seulement recruter des inspecteurs mais aussi doter ces derniers d’outils adéquats, pour mener à bien leur travail.

Vraisemblablement, l’insalubrité des logements ne serait pas seulement l’affaire des propriétaires récalcitrants. Le porte-parole du RCLALQ y voit l’inaction de la Ville de Montréal qui, selon lui, dispose de règlement en la matière qu’elle utilise peu ou pas. « Que la Ville embauche davantage d’inspecteurs, on est content de cela. Mais, parallèlement à cela, il faut mieux appliquer la réglementation. Le règlement sur l’insalubrité sur la ville de Montréal, qui est un bon règlement, est juste mal appliqué. Il faut utiliser les moyens coercitifs qui existent à la Ville de Montréal. On pense aux amendes : distribuer des amendes aux propriétaires délinquants, qui ne font pas les travaux demandés », déplore-t-il.

Alors que la Ville a la possibilité, dans les cas extrêmes, de « faire les travaux à la place des propriétaires pour rendre le logement salubre et ensuite refiler la facture aux propriétaires ». Maxime Roy-Allard croit savoir que Montréal utilise très peu ce pouvoir, en préférant embaucher des inspecteurs. Pour lui, s’il est indéniable d’embaucher plus d’inspecteurs, par ailleurs, il souhaite que ces derniers soient plus « sévères » à l’endroit des propriétaires. 

Bien appliquer le règlement, être plus coercitif..

Le RCLALQ espère donc que la nouvelle mairesse de Montréal ira de l’avant avec la lutte contre l’insalubrité des logements en mettant en place un plan global ; en n’allant pas dans le sens de son prédécesseur qui ne voulait pas ‘’se mettre à dos’’ des propriétaires ; en n’hésitant pas à aller en procès pour ‘’faire plier’’ les propriétaires qui contestent les amendes. « Pour les immeubles qui sont vraiment délabrés, on souhaite que la ville obtienne des pouvoir de saisie de la part du gouvernement du Québec et les transformer en logement sociaux. On demande à ce que la Mairesse fasse les démarches nécessaires pour cela», encourage-t-il.

Tout en conseillant aux locataires à continuer de dénoncer les propriétaires qui peinent à entretenir leur logement ou immeuble, le Regroupement des comités logement et associations de locataires du Québec encourage une collaboration entre la Ville et la Direction de la Santé publique (DSP), qui a une expertise en matière d’insalubrité des logements. Non, sans souhaiter une amélioration de la collaboration entre la DSP et la Régie du logement, visant à la reconnaissance des rapports d’enquêtes menées par l’organisme gouvernemental.

Baba Idriss Fofana est Journaliste depuis 2010 et Blogueur depuis 2012 sur la plateforme de Radio France International – Mondoblog – où il anime notamment des chroniques politiques et faits de société. Ayant également fait des études de Marketing et de Management, il a occupé dans différents pays les fonctions d’Assistant en communication politique et Responsable des communications.

Actualités

34 véhicules volés chaque jour au Québec : 6 trucs de CAA pour se protéger

Avatar

Publié

le

Selon CAA-Québec, un organisme à but non lucratif qui assiste 1,3 million de membres en offrant des avantages, des produits et des services dans les domaines de la mobilité, du voyage, de l’habitation et de l’assurance, les vols de véhicules ont baissé de 4% dans la Belle Province. Et pourtant…

« Les assureurs regardent de près les statistiques sur la criminalité. Si votre coin de pays est tranquille au possible, tant mieux, ça devrait vous coûter moins cher pour vous assurer. Mais évidemment, l’inverse est aussi vrai », souligne Suzanne Michaud, vice-présidente Assurance de CAA-Québec. 

Au Québec, en 2018, selon Statistique Canada : 

  • Diminution de 4% du nombre de vols de véhicules, ce qui représente tout de même plus de 34 véhicules volés chaque jour. 
    • Montréal: -8% 
    • Québec: +5% 
    • Gatineau: +28% 
    • Sherbrooke: -19%
    • Trois-Rivières: +10% 
  • Augmentation de 15% du nombre de vols de plus de 5000$. 
  • Diminution de 5% du nombre de crimes contre la propriété. 
  • Diminution de 15% du nombre d’introductions par effraction. 
  • Diminution de 2% du taux de criminalité. 

Prévenir et gérer le vol de voiture 

On ne pourra jamais prévenir tous les crimes, mais on peut certainement mettre toutes les chances de notre côté! Voici quelques trucs simples pour éviter le vol de voiture

  • 1- Évitez de vous garer dans un endroit isolé ou mal éclairé. 
  • 2- Serrez le frein d’urgence pour rendre plus difficile le remorquage du véhicule par les voleurs. 
  • 3- Rangez les objets précieux dans le coffre arrière, idéalement avant de partir. 
  • 4- Assurez-vous que les portes du véhicule sont bien verrouillées avant de vous en éloigner. 
  • 5- Faites buriner les pièces clés de sa voiture. 
  • 6- Procurez-vous un antivol efficace, comme un système de repérage ou un antidémarreur. 

Quoi faire lorsque son véhicule est volé? La première chose, c’est d’appeler la police. Il faudra ensuite contacter son assureur. Le vol d’un véhicule, c’est couvert ou pas? « L’auto elle-même est évidemment couverte par l’assurance auto. Mais les biens qui ne sont pas utilisés exclusivement en voiture et qui pourraient être volés à l’intérieur (lunettes fumées, téléphone, etc.) sont couverts par votre assurance habitation. Il y aura donc deux réclamations à faire et deux franchises à payer, à moins que vos deux polices soient au même endroit. Dans ce cas, plusieurs assureurs ne demanderont qu’une seule franchise (la plus élevée des deux), ce qui peut simplifier grandement les choses », note Mme Michaud. 

Protéger aussi la maison 

Le burinage des objets de valeur, un système d’alarme – de même que les autocollants qui en font mention – et l’éclairage extérieur sont des mesures de base pour rebuter les gens mal intentionnés. Cependant, lorsqu’on s’absente du domicile pour une longue période, il faut prendre des précautions supplémentaires pour éviter d’attirer l’attention des voleurs. L’idée, c’est de ne pas leur donner d’indices: 

  • Trouver quelqu’un pour tondre la pelouse, s’occuper des platebandes, déneiger l’entrée et ramasser le courrier. 
  • Demander à un ami ou un voisin de stationner sa voiture dans l’entrée de temps à autre. 
  • Ne pas annoncer son absence dans les réseaux sociaux. 
  • Verrouiller (toutes) les portes et les fenêtres. 
  • Utiliser une minuterie pour l’éclairage afin de simuler une présence. 

Pour une liste plus exhaustive, consulter cet aide-mémoire pour sécuriser la maison en cas d’absence prolongée. Rappelons notamment que l’assureur doit être mis au courant lors d’une telle situation. 

Source : CAA-Québec

À lire : Canada : 2 millions d’infractions au Code criminel déclarées par la police en 2018

Lire la suite

Actualités

Criminalité au Canada : 2 millions d’infractions au Code criminel déclarées par la police en 2018

Avatar

Publié

le

Les crimes déclarés par la police au Canada, tels que mesurés par le taux de criminalité et l’Indice de gravité de la criminalité (IGC), ont augmenté pour une quatrième année consécutive en 2018, en hausse de 2 %. Malgré cette augmentation, l’IGC de 2018 était inférieur de 17 % à celui enregistré 10 ans auparavant, selon un nouveau rapport de Statistique Canada.

La variation de l’IGC en 2018 découle de l’augmentation des taux de nombreuses infractions déclarées par la police. Énumérées dans l’ordre d’importance de leur incidence relative sur l’IGC, ces infractions comprennent la fraude (+13 %), les agressions sexuelles de niveau 1 (+15 %) — soit celles qui n’impliquent pas d’arme ou ne causent pas de lésions corporelles évidentes à la victime —, le vol à l’étalage de 5 000 $ ou moins (+14 %) et le vol de plus de 5 000 $ (+15 %).

Ces hausses ont été contrebalancées en partie par la diminution d’autres infractions, y compris la baisse des taux d’introductions par effraction (-1 %) et des vols qualifiés (-3 %).

Une analyse détaillée est présentée dans le nouvel article de Juristat publié aujourd’hui sous le titre « Statistiques sur les crimes déclarés par la police au Canada, 2018 » de même que dans l’infographie « Crimes déclarés par la police au Canada en 2018 ».

Plus de 2 millions d’infractions au Code criminel (sauf les délits de la route) ont été déclarées par la police en 2018, soit près de 69 800 affaires de plus qu’en 2017. Le taux de crimes déclarés par la police — qui sert à mesurer le volume de crimes signalés à la police — a augmenté de 2 % en 2018, lequel s’est établi à 5 488 affaires pour 100 000 habitants. Il s’agit d’une baisse de 17 % par rapport au taux enregistré en 2008.

Cinq provinces et deux territoires enregistrent un Indice de gravité de la criminalité plus élevé

En 2018, l’Indice de gravité de la criminalité (IGC) était plus élevé dans cinq provinces et deux territoires comparativement à un an auparavant. Ainsi, l’Île-du-Prince-Édouard (+17 %), l’Ontario (+6 %), le Manitoba (+6 %), le Nunavut (+6 %), les Territoires du Nord-Ouest (+5 %), le Nouveau-Brunswick (+4 %) et Terre-Neuve-et-Labrador (+4 %) ont enregistré une hausse de leur IGC. Des baisses de l’IGC ont été observées au Yukon (-7 %), en Saskatchewan (-3 %), au Québec (-2 %) et en Nouvelle-Écosse (-2 %), tandis qu’en Colombie-Britannique et en Alberta, il est demeuré stable.

La criminalité augmente dans les deux tiers des régions métropolitaines de recensement

En 2018, l’IGC avait augmenté dans les deux tiers des plus grandes villes du Canada (régions métropolitaines de recensement [RMR]). Les hausses les plus marquées ont été observées à Windsor (+21 %), à Moncton (+15 %) et à St. Catharines–Niagara (+15 %). L’introduction par effraction a contribué de façon importante à la hausse notée à Windsor et à St. Catharines–Niagara, tandis que la fraude a contribué de façon importante à l’augmentation observée à Moncton et à Windsor. Les baisses les plus prononcées de l’IGC ont été enregistrées à Belleville (-20 %), à Saguenay (-12 %) et à Peterborough (-10 %).

Source : Statistique Canada

Lire la suite

Actualités

Huawei Canada : implantation d’accès Internet haute vitesse sans fil dans 70 collectivités éloignées

Avatar

Publié

le

L’entreprise de télécommunications Huawei Canada a annoncé qu’elle unira ses efforts à ceux de la société ICE Wireless and Iristel afin de brancher plus de 70 collectivités rurales éloignées d’ici 2025, notamment 20 collectivités en Arctique et 50 autres dans le nord-est du Québec. 

Des plans visent également d’autres collectivités situées à Terre-Neuve-et-Labrador. « Nous croyons fermement que tous les Canadiens devraient pouvoir se brancher au réseau mobile de 4e génération, peu importe où ils vivent au pays – même s’ils sont dans une région où il pourrait ne pas être économiquement viable d’offrir un accès Internet haute vitesse », a affirmé Eric Li, président de Huawei Canada.

Bien que la majorité des Canadiens ont un accès Internet haute vitesse, cela n’est pas toujours le cas de ceux vivant dans des régions à faible densité de population. Tant le gouvernement du Canada que l’Organisme des Nations unies (ONU) ont souligné l’importance de travailler à l’offre d’un accès Internet haute vitesse universel d’ici 2030 – ce qui améliorera l’inclusion sociale et économique. 

Offrir Internet haute vitesse dans les régions éloignées d’ici 2030 avec Huawei Canada ?

« Huawei Canada est actif au Canada depuis plus de dix ans et emploie plus de 1 100 employés au pays. La plupart d’entre nous en sont à anticiper la technologie sans fil de 5e génération, mais il faut garder en tête que de nombreuses régions éloignées n’ont toujours pas d’accès fiable au réseau mobile de 3e ou 4e génération. Ce projet aidera le Canada à respecter l’engagement qu’il a pris auprès de l’ONU quant à la prestation d’un service Internet haute vitesse à tous les Canadiens d’ici 2030 », a expliqué Alykhan Velshi, vice-président des affaires commerciales de Huawei Canada.

Huawei Canada a fait produire trois courts-métrages dressant le portrait de plusieurs résidents du nord dans leur collectivité respective – qui dépendent toutes d’un accès Internet pour faire prospérer et connaître leurs petites entreprises.

Pour sa part, Jean-François Dumoulin, vice-président des affaires réglementaires et gouvernementales auprès de la société Ice Wireless and Iristel, indique qu’il faut miser sur de l’équipement à haute fiabilité et à la fine pointe de la technologie dans le but de réduire au minimum la nécessité d’une intervention physique et d’éviter les pannes qui plongeraient de nouveau les collectivités dans la grande solitude. « C’est justement pour cela que nous avons décidé de collaborer avec Huawei Canada », a-t-il précisé.

À lire : Le sort de la directrice financière de Huawei scellé par la justice canadienne

Lire la suite

Nous suivre sur Facebook

Publicité

en-avant