Suivez-nous

Transports

Louis-Hippolyte-La Fontaine : le plus important pont-tunnel autoroutier immergé au Canada sera rénové

Avatar

Publié

le

Le Canada et le Québec investiront ensemble une somme de plus d’un demi-milliard de dollars pour une réfection majeure du tunnel Louis-Hippolyte-La Fontaine. Construit en 1967, il est considéré comme le plus long tunnel sous-fluvial au Canada permettant le passage de quelque 120 000 véhicules par jour, dont 13 % de camions.

Le tunnel Louis-Hippolyte-La Fontaine est une infrastructure de transport essentielle pour la région métropolitaine de Montréal. Lien routier stratégique pour la région de Montréal, le Québec et le Canada, et ce, pour le transport tant des personnes que des marchandises, cette infrastructure majeure permettra de préserver pour au moins 40 ans le lien interrives.

Un lien interrives qui fait bouger l’économie du pays

Les travaux ont été annoncés, aujourd’hui, lundi 3 juin, par le ministre fédéral de l’Infrastructure et des Collectivités, François-Philippe Champagne, et la ministre déléguée aux Transports et ministre responsable de la Métropole et de la région de Montréal, Chantal Rouleau. Ils permettront la remise en état de cette infrastructure, le rehaussement de la sécurité des usagers et la modernisation des systèmes d’exploitation tels que l’éclairage, les systèmes électriques et les systèmes de protection incendie.

Le projet inclut aussi la reconstruction complète de la chaussée de l’autoroute 25 entre l’île Charron et l’échangeur Sherbrooke ainsi que la construction d’infrastructures favorisant le transport collectif sur l’axe des autoroutes 20 et 25.

Selon le ministre Champagne, la réfection du tunnel Louis-Hippolyte-La Fontaine permettra aux usagers de se déplacer efficacement et en toute sécurité, en plus d’appuyer l’essor économique de la région, du Québec et du Canada en facilitant la mobilité des marchandises. « Pour relever les défis d’aujourd’hui et de demain, nous devons continuer à travailler ensemble afin de bâtir des communautés fortes et inclusives et garantir la réussite des générations à venir », a-t-il indiqué.

Les travaux de réfection du tunnel Louis-Hippolyte-La Fontaine commenceront au printemps 2020

Pour sa part, la ministre Rouleau se réjouit de la participation financière du gouvernement du Canada dans le projet de réfection majeure. Ce projet, fait-elle remarquer, permettra d’assurer le maintien de l’une de nos plus importantes infrastructures routières au Québec et même au Canada. « De plus, la mise en œuvre d’importantes mesures d’atténuation en transport collectif, dont plusieurs seront maintenues après les travaux, offrira aux citoyens des options pour se déplacer différemment », a-t-elle rassuré.

À lire : Ponts et tunnels à Montréal : plus de 80 % des 581 structures sont en bon état…

Faut-il le souligner, les travaux de réfection du tunnel commenceront au printemps 2020 et devraient s’échelonner sur une période de quatre ans. Parmi les mesures d’atténuation prévues au contrat, mentionnons notamment la mise en place de plus de 25 km de mesures préférentielles pour les autobus, l’ajout de 850 places de stationnement incitatif et la construction de nouveaux quais d’autobus.

Lire la suite
Cliquez pour commenter

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Transports

Montréal a gagné le palmarès des pires routes du Québec

Avatar

Publié

le

Esquiver et se faire surprendre par les nids-de poules et les crevasses fait partie du quotidien de ceux qui votent au palmarès des pires routes du Québec. Cette action qui s’est tenue du 24 avril au 24 mai, vise à faire le suivi avec le ministère des Transports et les localités des mesures qui permettront d’améliorer l’état du réseau routier.

Aussi ironique que significatif, ce sondage annuel de CAA-Québec attire de plus en plus de Québécois qui subissent au quotidien les désagréments des routes.

Les chaussées maganées et colmatées de la province ont marqué les milliers d’automobilistes, cyclistes, piétons, camionneurs et chauffeurs de taxi, dont certains ont exprimé haut et fort leur ras-le-bol.

CAA-Québec a enregistré un record de participation avec 21 000 votes effectués aux quatre coins du Québec.

Des citoyens mobilisés lors de cette 5e édition

Voici le commentaire de la direction d’une entreprise en Montérégie qui a témoigné sur les dégâts causés par les trous de la rue Newton :

« On voulait faire front commun pour faire bouger les choses et la plateforme Les pires routes était la seule qui pouvait nous donner de la visibilité. Quand c’est rendu que tu dis à tes clients de faire attention aux trous sur notre rue de nos bureaux, c’est grave! Des pneus crevés, des roues endommagées, des véhicules désalignés… Ça commence à coûter cher à nos employés et pour notre flotte de camions! »

Les cinq premières pires routes se trouvent respectivement à Montréal, Saint-Adolphe-d’Howard (Laurentides), Lévis (Chaudière-Appalaches), Boucherville (Montérégie) et Saint-Jérôme (Laurentides).

À Montréal, le boulevard Gouin Est qui figure dans le palmarès depuis l’année dernière a raflé la première place des pires routes. Il faut dire qu’on a mis les bouchées doubles pour mettre sous les projecteurs l’état de cette route.

En effet, Corinne Tastayre, une résidente de Rivière-des-Prairies, s’est portée volontaire pour inciter son entourage à aller voter « même si des investissements ont été annoncés », a rapporté CCA-Québec.

« Le boulevard Gouin Est serait un des plus beaux de Montréal, mais tout ce qu’on a, ce sont des trous, des poteaux au milieu de la piste cyclable et des risques d’accident. Alors pas question de relâcher la pression. Ce qu’on veut, ce n’est pas juste du resurfaçage, c’est l’ensemble des travaux de réfection : fondations, trottoirs, piste cyclable, stabilisation des berges, etc. On va le croire quand on va le voir! », a déclaré Mme Tastayre.

Lire aussi : Sept conseils pour éviter les dégâts des nids-de-poule

Lire la suite

Mobilité durable

Vision vélo : Rosemont-La Petite-Patrie repense son réseau cyclable pour favoriser les déplacements actifs

Avatar

Publié

le

Le maire de Rosemont-La Petite-Patrie, François William Croteau, a dévoilé jeudi 6 juin la Vision vélo de l’Arrondissement, un virage sans précédent qui, selon lui, transformera le visage du réseau cyclable du quartier.

À terme, l’important chantier vélo comprendra le réaménagement complet de la majorité des quelque 90 km de voies cyclables existantes en pistes protégées quatre saisons ou en vélorues, de même que l’ajout de 65 km de voies supplémentaires dédiées aux cyclistes dans Rosemont-La Petite-Patrie. « De plus en plus de citoyens choisissent le vélo comme mode de transport principal, et nous souhaitons mettre tout en place pour renforcer cette tendance », a souligné François William Croteau.

Le maire de Rosemont-La-Petite-Patrie a indiqué qu’une planification détaillée de leurs « interventions à venir » est essentielle pour parvenir à créer un réseau distinctif, attrayant pour les usagers, qui favorise un partage instinctif de la route. « Les actions prévues permettront assurément d’augmenter la part modale des déplacements à deux roues dans le quartier et d’améliorer l’expérience de tous les usagers de nos rues », a assuré M. Croteau.

De nouveaux « liens est-ouest efficaces » pour concrétiser la Vision vélo

Pour concrétiser sa Vision vélo, l’Arrondissement prévoit le déploiement de mesures supplémentaires au cours des années à venir. En 2020, les rues de Bellechasse et Saint-Zotique seront reconfigurées en véritables liens cyclables protégés, incluant l’ajout de bollards de protection et le marquage de zones d’emportiérage des limites est à ouest du territoire.

À lire : REV: Montréal dévoile 5 axes du Réseau Express Vélo…

Graduellement, de nouvelles pistes à sens uniques sécurisées en bordure de trottoirs seront aussi aménagées sur de nombreuses rues locales et artérielles, permettant de se déplacer en toute direction pour tout type de trajet, à distance des automobiles.  Les vélorues feront aussi leur entrée dans le paysage de l’arrondissement à proximité d’écoles, de parcs et du marché Jean-Talon.

Haltes repos et signalisation invitante

À l’image du quartier, des zones de ravitaillement accueillantes seront créées près des espaces verts pour s’abreuver, se reposer ou réparer une roue crevée avant de poursuivre une ballade dans le voisinage ou un trajet vers le travail. Une signalétique distincte permettra de se repérer dans l’arrondissement et de planifier ses déplacements en temps réel.

Une équipe dédiée à la mobilité active

Pour assurer une planification intégrée et actuelle du réseau cyclable, arrimée aux pratiques internationales les plus innovantes et aux besoins des usagers de Rosemont-La Petite-Patrie, une équipe dédiée à la mobilité a été formée au sein de l’Arrondissement. Les employés de cette unité spéciale circuleront notamment à vélo pour tester les aménagements, été comme hiver.  

Source : Ville de Montréal (Arrondissement de Rosemont – La Petite-Patrie)

Lire la suite

Société

Tarification sociale des transports, Québec solidaire insiste sur l’importance de tendre vers la gratuité

Avatar

Publié

le

En marge du rassemblement sur la tarification sociale des transports organisé par le Mouvement pour un transport public abordable (MTPA), la députée de Mercier et responsable pour Québec solidaire en matière de transports, Ruba Ghazal, réitère l’importance de tendre vers la gratuité des transports collectifs dans une perspective de réduction des GES, notamment par l’instauration d’une tarification sociale pour les personnes à faible et très faible revenu.

« Si on veut sérieusement réduire nos émissions de GES, il va falloir rendre le transport collectif plus attrayant et compétitif pour assurer un véritable transfert modal. L’une des façons d’y parvenir, c’est d’instaurer une tarification sociale. C’est un levier de première importance pour briser le cycle de la pauvreté puisqu’il permet de briser l’isolement des plus vulnérables en leur assurant des tarifs abordables et adaptés à leurs moyens financiers », a fait valoir Mme Ghazal.

« Que la gratuité des transports collectifs soit instaurée »

La députée solidaire ajoute qu’à court terme, il est urgent de faire en sorte que ceux et celles qui n’entrent pas dans les cases de la structure tarifaire actuelle puissent aussi y trouver leur compte. D’ici à ce que la gratuité des transports collectifs soit instaurée, il faut non seulement miser sur des abonnements mensuels réduits, mais aussi sur des passages uniques à tarifs réduits, a-t-elle plaidé.

Ruba Ghazal espère que les ministres Chantal Rouleau et François Bonnardel défendront ces mêmes revendications pour la région métropolitaine de Montréal d’ici aux consultations de l’ARTM à l’automne. « Le rassemblement d’aujourd’hui est un signal fort lancé par les groupes de défense des droits des citoyens et citoyennes en faveur d’une mobilité plus inclusive, et un premier jalon vers la gratuité des transports collectifs. J’espère que le gouvernement va y répondre », a-t-elle conclu.

Source : Aile parlementaire de Québec solidaire

À lire : Horizon 65+ : près de 5 millions de déplacements en 5 ans avec le « titre aîné » de la STL

Lire la suite
Publicité

Nous suivre sur Facebook

en-avant