Suivez-nous

Mobilité internationale

Métropolis 2019 : des sommités en matière de migration, d’intégration et de diversité au Canada

Avatar

Publié

le

Le ministère de l’Immigration, des Réfugiés et de la Citoyenneté du Canada accueillera le Congrès international Métropolis 2019, le plus grand rassemblement international annuel de sommités mondiales en matière de migration, d’intégration et de diversité qui se tiendra à Ottawa et à Gatineau, au Canada, du 24 au 28 juin 2019.

Plus d’un millier de congressistes sont attendus. Ces experts proviennent de la société civile ainsi que des milieux universitaires et gouvernementaux. Le programme du congrès s’articule tant autour des stratégies de la communauté internationale que de celles choisies par le Canada pour traiter des questions de l’immigration, de l’intégration, de la diversité et de l’inclusion. « Ce congrès international jouit d’une réputation bien méritée de vitrine pour les idées les plus réfléchies, pertinentes et avant-gardistes dans les domaines de l’immigration, de l’établissement et de l’intégration. Les congrès antérieurs ont contribué de manière essentielle à l’élaboration d’importantes politiques d’intérêt public dans ces secteurs », déclare dans son mot de bienvenue Ahmed Hussen, ministre canadien de l’Immigration.

L’immigration un élément moteur de la croissance économique ?

La migration internationale se trouve en tête de liste du programme politique de nombreux pays. Pour les participants venants du monde entier, ce congrès constitue une tribune de choix pour partager les fruits de leurs recherches et leurs pratiques exemplaires, tout en leur offrant l’occasion de tisser de nouveaux partenariats. « L’immigration est l’une des pierres angulaires de l’histoire du Canada. Elle est un élément moteur de sa croissance économique et de sa diversité culturelle, une force stimulatrice de prospérité et de la création d’emplois. Pour toutes ces raisons, l’avenir du Canada ne peut se concevoir sans elle », fait valoir le ministre Hussen.

Les inscriptions sont ouverts!

www.internationalmetropolis2019.ca/fr/inscription

À l’en croire, le congrès se déroulera à un moment crucial, où la migration pose de nombreux et importants problèmes à la communauté internationale, mais offre toutefois, lorsqu’elle se fait en bonne et due forme, maintes possibilités aux pays qui s’ouvrent à elle partout dans le monde. « Métropolis 2019 est la plateforme par excellence pour concrétiser un engagement international par l’intermédiaire de solutions globales en matière de migration, de mesures de coopération gouvernementales et de partenariats durables », souligne le ministre canadien de l’immigration.

Dates importantes : Congrès international Métropolis 2019

  • Date limite de soumission d’une proposition : 15 février 2019
  • Communication de la décision (proposition acceptée ou non) : 8 mars 2019
  • Inscription des conférenciers : 15 avril 2019
  • Date limite de soumission des présentations complètes et des photos d’affiches de recherche ou multimédias : 15 mai 2019

Pour plus de détails >>> www.internationalmetropolis2019

À lire aussi :

Immigration : le Canada veut accueillir 330 000 immigrants économiques en 2019

Immigration : Québec élimine 18 000 dossiers d’environ 60 000 personnes en attente ?

Montréal inclusive, un premier plan d’action en matière d’immigration et d’intégration des nouveaux arrivants

Lire la suite
Publicité
Cliquez pour commenter

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Mobilité internationale

Frais de scolarité : Québec solidaire défend les étudiants internationaux des universités francophones

Baba-Idriss FOFANA

Publié

le

À l'Assemblée nationale, Gabriel Nadeau-Dubois, député de Gouin et porte-parole de Québec solidaire

Estimant que la déréglementation est un « cadeau en or » pour les universités anglophones, mais une « très mauvaise nouvelle » pour les universités québécoises francophones, Québec solidaire réclame un moratoire sur l’implantation de la déréglementation des frais de scolarité des étudiants internationaux.

Le porte-parole de Québec solidaire, Gabriel Nadeau-Dubois, a joint sa voix jeudi aux associations étudiantes pour demander au ministre de l’Éducation de décréter un moratoire sur l’implantation de la déréglementation des frais de scolarité des étudiantes et des étudiants internationaux le temps de réaliser une étude approfondie des impacts d’une telle mesure sur les universités francophones.

« Implantée en 2008 dans six programmes d’études par le gouvernement libéral, la déréglementation des droits de scolarité pour les étudiants internationaux s’étendra à l’ensemble des programmes à partir de l’automne 2019. Nadeau-Dubois s’inquiète que la déréglementation généralisée désavantage les universités francophones et celles situées en région » – Québec solidaire

Au dire de M. Nadeau-Dubois, en permettant aux universités de faire exploser les droits de scolarité, le gouvernement va provoquer une vague sans précédent de compétition féroce. « Celles qui ont les moyens de mettre le paquet, comme les grandes universités montréalaises, vont pouvoir charger le maximum permis, tandis que les plus petites universités, comme le réseau de l’UQ, vont être désavantagées. Pour le gouvernement de la CAQ qui se prétend nationaliste, c’est une contradiction flagrante », a déploré le député de Gouin.

Un système d’enseignement supérieur à deux vitesses ?

Il refuse que le ministre de l’Éducation, Jean-François Roberge, considère les 30 000 étudiantes et étudiants internationaux comme des « vaches à lait ». « Est-il conscient que chaque année, ces personnes investissent déjà l’équivalent d’un milliard de $ dans notre économie et paient des droits qui vont de 15 à 17 000 $ par année selon les programmes ? », a interrogé l’ancien leader du mouvement étudiant, avant de marteler que « ces étudiants n’ont pas à payer encore davantage pour compenser le désinvestissement de l’État ».

À lire aussi : Nadeau-Dubois, « Je n’ai pas volé ma place »

D’après le député solidaire, ce que le ministre Roberge est en train de créer, « c’est un système d’enseignement supérieur à deux vitesses », où les universités vont se lancer les unes contre les autres pour attirer les étudiantes et les étudiants internationaux les plus riches. « On est en droit de se demander aujourd’hui s’il n’est pas en train de lancer un ballon d’essai avant la modulation des droits de scolarité pour les étudiantes et étudiants québécois, le rêve de Youri Chassin », a dénoncé Gabriel Nadeau-Dubois.

Source : Québec solidaire

Lire la suite

Actualités

AQAADI : lueur d’espoir pour les 18 000 dossiers d’immigration annulés par Québec ?

Baba-Idriss FOFANA

Publié

le

Suite à la décision du gouvernement du Québec d’annuler « 18 000 dossiers d’immigration » pour cause d’une réforme de l’Immigration à travers le nouveau projet de loi PL9, l’Association québécoise des avocats et avocates en droit de l’immigration (AQAADI) a décidé, mercredi, d’attaquer en justice cette décision qu’elle juge « illégale ». Elle souhaite que Québec revienne à de meilleur sentiment en traitant avec « urgence » ce dossier.

L’affaire des 18 139 dossiers fait grand bruit non seulement au Québec mais capte aussi l’attention ailleurs dans le monde. Estimés à entre 50 000 et 60 000 personnes, ces candidats à l’immigration ont vu leur « rêve brisé » depuis quelques jours. Cette décision qualifiée « d’inhumaine et d’inacceptable » a été rejetée à l’unanimité par l’opposition québécoise depuis l’introduction du projet de loi PL9 le 7 février dernier par le ministère de l’Immigration, de la Diversité et de l’Inclusion (MIDI).

Le projet de loi PL9 de la discorde…

Déjà le 14 février dernier, dans une lettre ouverte adressée au ministre québécois de l’Immigration, 94 avocats en droit de l’immigration issus de de l’AQAADI, s’étaient clairement opposés à la volonté du gouvernement Legault de jeter 18 000 dossiers d’immigration à la poubelle, tout en l’invitant à changer d’avis. « Dans le meilleur intérêt de tous, nous vous demandons officiellement de traiter ces dossiers, de rassurer la population, et ce, tout en travaillant ensemble à parfaire le nouveau système sans préjudicier nos candidats actuels. Qu’on en prenne plus ou qu’on en prenne moins, avant toute chose, l’important c’est d’en prendre soin », avaient suggéré les avocats signataires.

« Le PL9 vise à accroître la prospérité socio-économique du Québec et à répondre adéquatement aux besoins du marché du travail par une intégration réussie des personnes immigrantes ; à offrir les bases légales nécessaires pour améliorer la francisation, l’intégration et l’adéquation entre les besoins de main-d’œuvre du Québec et le profil des candidats sélectionnés. »

Le ministre Québécois de l’Immigration, Simon Jolin Barrette, avait émis une « fin de non-recevoir » à cette requête des avocats, voulant plutôt contacter les candidats pour leur fait part des programmes disponibles notamment le Programme d’expérience québécoise (PEQ) et la déclaration d’intérêt à travers le portail Arrima. Or, d’après les révélations de M. Barrette, plus de 91 000 personnes ont fait une demande d’immigration par le biais d’Arrima sans avoir reçu un retour de la part du MIDI en six mois. Et ce, pendant que le Québec fait face à une pénurie de main-d’oeuvre sans « précédent ».

18 000 dossiers d’immigration «encombrants»

Au départ, le gouvernement s’était engagé à payer 19 millions de dollars pour se débarrasser des 18 000 dossiers d’immigration devenus « encombrants » pour mettre en branle la réforme promise par la Coalition avenir Québec (CAQ). Mais les avocats en droit de l’Immigration, tout comme les partis d’opposition, ont soutenu qu’il est « plus judicieux d’investir » ce même montant pour « étudier rapidement » les dossiers en question.

À lire aussi : Québec «hanté et tourmenté» par les 18 000 dossiers d’immigration annulés!

Pour forcer le gouvernement a traité les 18 000 dossiers, l’Association québécoise des avocats et avocates en droit de l’immigration a décidé de le poursuivre devant la justice. Est-ce que ce recours est déjà un « soulagement » pour les personnes concernées? Sans connaître l’issue de cette bataille judiciaire qui va se déclencher, tout porte à croire que Québec est tiraillé de tous les côtés sur sa nouvelle vision de l’immigration.

Rappelons qu’au lendemain du dépôt du projet de loi PL9 sur l’immigration par le gouvernement dirigé par François Legault, le gouvernement fédéral dirigé par Justin Trudeau a dit « non » à Québec qui réclamait plus de pouvoir en matière de sélection des immigrants.

À lire aussi : Portail Arrima : Québec a reçu près de 100 000 demandes d’immigration, aucun candidat invité en 6 mois…

Lire la suite

Agenda

Montréal, plaque tournante de la profession infirmière en Occident ?

Avatar

Publié

le

Le Palais des congrès de Montréal accueillera le congrès du Conseil international des infirmières (CII) et plus de 8 000 spécialistes des soins infirmiers du 1er au 5 juillet 2023. Le Canada a accueilli ce congrès d’envergure à trois reprises depuis la création du CII, dont la dernière visite remonte à 1997.

Montréal s’avère être une « destination de premier choix » pour le congrès bisannuel du CII. Avec comme cofondatrice Jeanne Mance, première infirmière laïque en Amérique, la métropole est riche d’une histoire déterminante pour la communauté infirmière.

À lire aussi : Montréal, classée 1ère en Amériques dans l’accueil des congrès

La métropole est d’ailleurs première au Canada pour le nombre de centres de recherche et pour les montants engagés en recherche universitaire. Plus de 10 milliards de dollars ont aussi été investis récemment dans des infrastructures de pointe comme des centres de recherche et de nouveaux hôpitaux (Montréal International). L’Ordre des infirmières et infirmiers du Québec est le plus imposant de la province avec plus de 75 000 membres (Offices des professions du Québec).

N°1 au Canada en nombre de centres de recherche…

Selon Claire Betker, présidente de l’Association des infirmières et infirmiers du Canada, « Montréal est l’une des villes les plus captivantes à visiter dans le monde, en plus d’être un foyer d’excellence en pratique infirmière clinique, en sciences, en enseignement et en leadership pour nos collègues en soins infirmiers et pour les étudiants en sciences infirmières à l’échelle mondiale ».

La présence de ces professionnels en provenance de tous les continents générera des retombées économiques estimées à près de 21,4 M$ pour la métropole et le Québec, ce qui correspond à 22 400 nuitées dans les hôtels du Grand Montréal.

Pour Tourisme Montréal, la tenue d’un tel congrès d’envergure internationale est une excellente nouvelle pour Montréal! « La synergie et le travail d’équipe de l’ensemble des partenaires ont mené à ce succès. L’équipe du Conseil international des infirmières peut compter sur notre entière collaboration pour assurer le succès de leur événement, en plus d’offrir une expérience de séjour des plus mémorables aux délégués dans notre métropole! », affirme Yves Lalumière, président-directeur général de Tourisme Montréal.

Source : Palais des congrès de Montréal

À lire aussi :

Tourisme d’affaires : l’industrie des congrès se positionne à Montréal

La mobilité électrique à l’honneur au 76è Salon International de l’Auto de Montréal

Montréal mise sur un groupe de leaders pour attirer les congrès internationaux

Lire la suite
Publicité

Nous suivre sur Facebook

en-avant