Suivez-nous

Culture

Michel Campeau, la nostalgie de l’argentique

Hanen Hattab

Publié

le

Michel Campeau
Photo libre de droits

Pour avoir vécu le tournant numérique de la photographie dans une nostalgie anticipée, le photographe montréalais Michel Campeau nous en dit des choses du 16 février au 6 mai 2018 au musée McCord.

L’exposition Michel Campeau Avant le numérique tente un double jeu : Celui de porter un regard documentaire sur sa collection de clichés amateurs et ses œuvres saisissant le monde de la photographie d’antan ; Et celui de faire du témoignage imagé le lieu de captures multi-sensorielles d’un passé qu’il partageait déjà dans un regret d’avant l’heure avec ses confrères et des inconnus. Ces tableaux nous invitaient à sentir les dernières gouttes de révélateurs versés dans un bac de tirage et à entendre le silence de l’attente et du geste précautionneux dans la chambre noire.

Ses prises ont été faites entre 2005 et 2017 et ses trouvailles ont été dénichées partout où les praticiens de l’argentique peuvent trouver leur bonheur. Après la quête des perles rares de l’industrie de la photographie et des images anodines de partout dans le monde, comment ne pas être épris par le sentiment que partage tout ceux qui éprouvent le besoin de figer l’instant sur une pellicule ou un bout de papier. Voilà ce que nous en dit le cartel du musée :

« Parmi les diapositives trouvées sur le marché en ligne, Michel Campeau retient celles où s’exprime la volonté de photographier, puis de partager les images. Il met en évidence qu’au cœur de l’acte photographique se trouve un désir vital de prolonger l’instant et de le revivre. »

Plusieurs univers du faire photographique se croisent. Entre les manuels pour amateurs et les objets qui habitent ses rituels et son artisanat, une panoplie de palettes, de filtres et de rendus de couleurs accroche le regard. Une esthétique de l’image photographique surgit comme un flash nous rappelant les origines insoupçonnées de ces fonctions qu’on trouve dans les logiciels de retouches d’images numériques, les applications et les appareils à l’effigie des technologies d’hier.

Il est tentant de dire que l’approche de Campeau rappelle celle du simulationnisme étasunien par cette mise en abîme des photos, des cartes postales et pellicules, artefacts historique du genre, mais la touche subjective qu’il a revendiquée ne peut que témoigner d’un mariage subtil entre la passion de collectionner et celle d’apprivoiser le temps.

Puis au final quel incroyable destin ont vécu ces survivants de la photographie argentique en se trouvant révélé par l’impression et le montage numérique.

Crédit photo:
Photo libre de droits

Hanen Hattab est doctorante en sémiologie à l’UQAM. Ses recherches portent sur les pratiques d’art et de design subversifs et contre culturels comme le vandalisme artistique, le sabotage et les détournements culturels dans l’illustration, les arts graphiques et la sculpture.

Lire la suite
Publicité
Cliquez pour commenter

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Cinéma

Québec Cinéma crée un Talent Lab avec Netflix

Publié

le

Québec Cinéma a annoncé ce jeudi, 13 décembre, un partenariat de trois ans avec Netflix pour la création d’un Talent Lab.

Mentorat d’artistes émergents

Talent Lab est un nouveau programme de mentorat créé pour accompagner les artistes émergents par l’entremise de mentors de renommée internationale. Il a pour but d’interpeller et d’aider la prochaine génération de cinéastes québécois tout au long de leur parcours professionnel. 

Cette collaboration s’inscrit dans le cadre de l’engagement de Netflix à investir 25 millions de dollars supplémentaires dans des organisations à vocation culturelle et des événements visant à soutenir divers nouveaux talents créatifs canadiens incluant les femmes, les francophones et les autochtones.

« Ce partenariat avec Netflix nous permet de continuer d’accompagner les cinéastes de la relève en leur offrant des expériences concrètes ainsi que l’opportunité d’apprendre des meilleurs de 
l’industrie. » Ségolène Roederer, directrice générale de Québec Cinéma.

 Talent Lab dévoilera ses artistes émergents à travers trois éditions. La première se tiendra en février 2020 dans le cadre des Rendez-vous Québec Cinéma.

Le programme de Talent Lab

Les jeunes professionnels les plus prometteurs seront sélectionnés grâce à un appel à candidatures.

Le Talent Lab permettra aux participants d’approfondir leur connaissance de l’industrie, de l’idéation à la mise en marché, en passant par les multiples aspects de la production.

Ils participeront notamment à des séances de mentorat, de conférences, de discussions et de classes de maître offertes par des sommités de l’industrie du cinéma d’ici et d’ailleurs.

« Nous sommes constamment à la recherche des meilleures histoires et c’est pourquoi nous sommes heureux d’investir dans des programmes tels que le Talent Lab pour accompagner les cinéastes de la relève, qui créeront des histoires pour le Canada et pour le reste du monde. » Funa  Maduka, Directrice de la production et des acquisitions, films internationaux, chez Netflix.

Lire aussi : 2019, le festival Cinéma Paradiso sera gourmand !

Lire la suite

Culture

Festilumières 2018-2019: en trois temps, pour trois fois plus de plaisir!

Publié

le

Photos prises lors du pour le Festi Lumière 2017 (Groupe CNW/Société des établissements de plein air du Québec)

À compter du 20 décembre, c’est le retour du Festilumières à l’Aquarium du Québec. Pour l’occasion, le site revêtira son éblouissant couvert lumineux et vous transportera dans une atmosphère féérique.

C’est un parcours extérieur, illuminé de plus d’un demi-million d’ampoules et de jeux de lumières qui éblouira petits et grands jusqu’au 10 mars 2019. Nouveauté cette année : le Festilumières se déroulera en trois temps, pour trois fois plus de plaisir!

Période des fêtes

Photos prises lors du pour le Festi Lumière 2017 (Groupe CNW/Sépaq)

Du 20 au 23 décembre, la magie de Noël sera à son comble sur le site extérieur puisque le Père-Noël débarquera à l’Aquarium pour rencontrer les enfants et écouter leurs vœux de Noël. Jusqu’au 7 janvier, les visiteurs pourront étirer leur temps des fêtes dans une ambiance festive de Noël. D’ailleurs, les familles sont invitées à venir porter leur lettre de Noël entre le 10 et 25 décembre dans la grande boîte aux lettres à l’entrée principale extérieure de l’Aquarium.

Un Festilumières carnavalesque

Photos prises lors du pour le Festi Lumière 2017 (Groupe CNW/Sépaq)

Du 8 au 17 février, le Festilumières prendra des saveurs carnavalesques. Chansons traditionnelles, ceintures fléchées, visites surprises de Bonhomme et brunchs carnavalesques seront au rendez-vous.

Les samedis 9 et 16 février, tous les détenteurs de l’effigie du Carnaval pourront entrer gratuitement sur le site du Festilumières.

Relâche scolaire

Les familles en relâche scolaire sont invitées à venir profiter de leur congé au Festilumières. Des bouchées sucrées se marieront à l’événement lumineux au grand bonheur de tous.

Activités variées pour toute la famille

Pendant toute la durée du Festilumières, en plus du parcours extérieur illuminé, les visiteurs pourront profiter de jeux gonflables, de glissades, de foyers extérieurs, de la présence d’un chansonnier, sans oublier la compagnie des animaux marins de l’Aquarium. De plus, cette année, les lumières d’une partie du site seront synchronisées avec la musique pour encore plus d’effervescence.

Horaire du Festilumières 2018-2019

Du 20 décembre 2018 au 7 janvier 2019, tous les soirs de 18 h à 21 h (fermé les 24 et 25 décembre 2018)

Du 12 janvier au 23 février 2019, les samedis soirs de 18 h à 21 h

Relâche scolaire : du 2 au 10 mars 2019, tous les soirs de 18 h à 21 h

Source : Société des établissements de plein air du Québec

À lire aussi : 

Noël à Montréal : la Place des Arts prend le pouvoir des Fêtes

Un « Noël des merveilles » au MCQ jusqu’au 6 janvier 2019

Lire la suite

Culture

2019, le festival Cinéma Paradiso sera gourmand !

Publié

le

Date à retenir, du 28 janvier au 2 février 2019. Le festival Cinéma Paradiso revient à Montréal avec un menu filmique et culinaire. La formule semble métaphorique, mais ce n’est pas le cas. Car il y aura vraiment à manger … Le festival a concocté sa programmation avec des activités qui attireront les cinéphiles gourmands.

La deuxième édition du festival Cinéma Paradiso est présentée par le Centre Phi en collaboration avec la maison de distribution MK2 Mile End. Pour rappel, l’événement est la version montréalaise du festival portant le même nom qui a lieu à Paris.

Cinéma Paradiso Montréal 2019 rend hommage à l’icône du cinéma américain Charlie Chaplin à l’occasion de son 130e anniversaire. Dans le menu des avant-premières canadiennes, des ateliers de pratiques cinématographiques et des activités culinaires.

La programmation sera internationale et pluridisciplinaire.

À l’affiche il y aura notamment le film Ramen Shop : La fiction donne le ton du festival en alliant voyage, mélancolie et saveurs ancestrales.  » La projection sera jumelée à un atelier de la série d’événements Essence culinaire. Consacré à l’œuf, ingrédient incontournable du fameux ramen, cet atelier sera présenté par la chef Gita Seaton du Crew Collective & Café et animé par la journaliste Ève Dumas. »

Pour plus de détails ICI

Lire aussi : Normal Desires, le laboratoire critique du mouvement circassien

Lire la suite

en-avant