Suivez-nous

Mobilité durable

La mobilité électrique à l’honneur au 76è Salon International de l’Auto de Montréal

Avatar

Publié

le

Le Salon International de l'Auto de Montréal se tient au Palais des congrès de Montréal du 18 au 27 janvier 2019.

Le Salon International de l’Auto de Montréal, la plus imposante exposition publique de la province, a ouvert vendredi ses portes au Palais des congrès de Montréal. Du 18 au 27 janvier prochain, près de 200 000 visiteurs sont attendus pour cette 76e édition où la mobilité électrique est à l’honneur.

« C’est une fierté de pouvoir accueillir l’événement automobile le plus visité au Québec dans nos espaces parfaitement conçus pour recevoir ce type d’exposition d’envergure », s’enthousiasme Robert Mercure, président‑directeur général du Palais des congrès de Montréal. « Nous sommes honorés d’être une vitrine du savoir-faire des spécialistes automobiles de la métropole tout en permettant aux passionnés de se familiariser avec les options écologiques sur le marché », poursuit-il.

Un Salon électrisant!

Avis aux passionnés, cette 76e édition du Salon de l’Auto propose un nombre record de 42 voitures électriques exposées dans les différents espaces. Autre nouveauté cette année : Le Générateur, une zone dédiée à la mobilité électrique, permettra aux visiteurs de se familiariser avec des produits et services de l’offre électrique. Au sein de cet espace, sur la scène Hydro-Québec, un riche programme de conférences grand public est prévu et traitera de différents aspects de la mobilité électrique. Les visiteurs du Salon de l’Auto pourront assister gratuitement aux conférences scientifiques grand public du Centre Délic ainsi que de FLO, de CAA-Québec et d’Équiterre.

Une édition sous le signe de l’innovation

Plusieurs nouveautés se sont greffées à cette édition du Salon de l’Auto, dont la mystérieuse Boîte Noire, une salle prestigieuse dans laquelle les visiteurs pourront contempler deux des trois voitures les plus rapides au monde ainsi qu’une voiture exotique entièrement conçue au Québec. Le Garage, une version revisitée de la Zone Performance, ouvrira également ses portes aux adeptes de voitures modifiées.

500 voitures et véhicules attendus au grand plaisir des visiteurs

Un événement comme le Salon de l’Auto nécessite la quasi-totalité des espaces du Palais et comporte des défis logistiques intéressants. Durant le montage de l’événement, les équipes du Salon et du Palais doivent coordonner le déplacement de plus de 425 véhicules lourds aux 15 quais de chargement afin de recevoir le matériel des manufacturiers automobiles et des exposants, sans compter les 500 voitures et véhicules attendus au grand plaisir des visiteurs. Cette logistique s’ajuste et s’améliore à chaque édition du Salon depuis 2002. Les installations polyvalentes du Palais sont idéales pour cette exposition publique, puisqu’elles permettent le montage de kiosques d’envergure. D’ailleurs, plus de 700 points d’accrochage seront nécessaires pour suspendre les structures et les décors imposants!

À lire aussi :

Quoi de neuf au Salon International de l’Auto de Montréal ?

iA : un laboratoire d’innovation en solutions de mobilité ouvre à Montréal

Lire la suite
Publicité
Cliquez pour commenter

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Mobilité durable

Villes canadiennes : lancement d’un nouveau projet visant à améliorer les données urbaines

Avatar

Publié

le

Le gouvernement canadien a annoncé, vendredi, le lancement d’un projet pilote sur les données pour les villes canadiennes, qui permettra de renforcer la capacité en matière de données des municipalités canadiennes afin de mieux planifier et mettre en œuvre les investissements dans les infrastructures publiques. 

L’annonce a été faite par Adam Vaughan, député de Spadina – Fort York, au nom de l’honorable François-Philippe Champagne, ministre de l’Infrastructure et des Collectivités du Canada, et madame Patricia McCarney, présidente et directrice générale du World Council on City Data (WCCD).

Dans le cadre de ce projet pilote, le gouvernement du Canada a approuvé un financement de trois millions de dollars pour permettre au WCCD de collaborer avec 15 municipalités dans l’ensemble du Canada afin de les aider à obtenir la certification ISO 37120, la première norme internationale pour les données urbaines. Il s’agit d’un ensemble de données normalisées à l’échelle mondiale qui mesure la qualité de vie et la prestation des services municipaux.

Offrir de nouvelles possibilités de croissance aux villes canadiennes

Ces données permettront aux dirigeants des municipalités canadiennes de comparer leurs progrès par rapport à leurs homologues à l’échelle nationale et internationale dans un certain nombre de domaines, dont l’environnement, l’économie, l’éducation, la gouvernance, les finances et les transports. 

« Grâce à cet important projet réalisé en collaboration avec le World Council on City Data, les dirigeants municipaux obtiendront les outils dont ils ont besoin pour bâtir de meilleures collectivités afin de réaliser des investissements judicieux dans les infrastructures, qui contribueront à améliorer la situation de la classe moyenne et qui offriront aux municipalités canadiennes nouvelles possibilités de croissance et de prospérité aujourd’hui et dans l’avenir », a déclaré François-Philippe Champagne, ministre de l’Infrastructure et des Collectivités du Canada.

À lire : Accélérer le développement de villes intelligentes et véhicules et connectés au Canada

Depuis 2014, le WCCD, un organisme sans but lucratif, travaille avec plus de 100 villes à l’échelle mondiale pour utiliser des données urbaines normalisées afin de prendre des décisions plus éclairées et de stimuler les investissements publics et privés dans des villes de toutes tailles. 

Lorsque les municipalités auront accès à des données comparant « des pommes avec des pommes », elles pourront réaliser des investissements axés sur les données et favoriser l’innovation, selon le WCCD.

« Grâce à l’appui du gouvernement du Canada, le WCCD va doubler le nombre de villes canadiennes dans notre réseau mondial. Non seulement cette initiative profitera-t-elle aux Canadiens partout au pays, mais elle démontrera au reste de la planète l’engagement du Canada à prendre des décisions fondées sur les données et des éléments probants », a indiqué Patricia McCarney, présidente et directrice générale, World Council on City Data. 

Rappelons que dans le cadre du plan d’infrastructure Investir dans le Canada de 180 milliards de dollars, le gouvernement du Canada renouvelle le réseau de transport en commun du pays, les infrastructures vertes, comme les systèmes d’approvisionnement en eau et d’énergie renouvelable, les infrastructures sociales, comme les centres communautaires, culturels ou récréatifs, les infrastructures de commerce et de transport et les infrastructures publiques dans les collectivités rurales et nordiques.

Lire la suite

Mobilité durable

Vélosympathique : Vélo Québec accorde la certification bronze à la Ville de Laval

Avatar

Publié

le

Les initiatives instaurées dans les dernières années en matière de vélo portent ses fruits à Laval puisque Vélo Québec a octroyé la certification vélosympathique de niveau bronze à la municipalité. Cette certification est considérée comme un outil privilégié pour développer la culture vélo au sein d’une collectivité.

La congestion routière est un problème de taille dans la grande région métropolitaine. C’est entre autres pourquoi la Ville de Laval a fait de la mobilité active l’une de ses priorités. Le Plan directeur du réseau cyclable, qui découle du Plan de mobilité active et du Schéma d’aménagement et de développement révisé, a permis de concrétiser son engagement à créer des environnements favorisant la mobilité active et les saines habitudes de vie.

Doubler la proportion des déplacements à pied ou à vélo d’ici 2030

Ainsi, des stratégies pour consolider le réseau cyclable dans les différents quartiers et pour rendre plus facile l’accès des vélos aux grands pôles de destination (ex. : parcs, commerces, etc.) ont été mises sur pied. « D’ici à 2031, nous voulons d’ailleurs doubler la proportion des déplacements à pied ou à vélo à Laval, notamment en travaillant sur la consolidation des pistes, de manière à permettre plus facilement les déplacements. On souhaite que toujours plus de citoyens voient la bicyclette comme une option sécuritaire, saine et verte de se déplacer », a commenté Vasilios Karidogiannis, conseiller de L’Abord-à-Plouffe responsable de la mobilité à Laval.

Pour adhérer au Mouvement vélosympathique, les collectivités ou organisations doivent remplir un questionnaire qui leur permet de brosser le portrait des initiatives qu’elles ont instaurées, et ce, selon cinq champs d’intervention essentiels au développement d’une véritable culture vélo : l’environnement, l’éducation, l’encouragement, l’encadrement et l’évaluation et la planification.

Le Mouvement vélosympathique encourage les collectivités et les organisations à faire du vélo une réelle option en matière de transport et de loisirs pour tous. À travers sa démarche de certification rigoureuse, il propose des outils et un service de soutien aux collectivités et organisations qui travaillent à favoriser la pratique du vélo.

Vélosympathique, faire du vélo « une réelle option » de transport!

« Nous tenons à féliciter la Ville de Laval, qui a su mettre de l’avant les recommandations transmises à la suite de son premier dépôt de candidature en 2016, ce qui lui a permis d’accéder à la certification vélosympathique bronze. Les efforts soutenus de la Ville en matière de mobilité active témoignent d’un engagement réel en vue d’offrir à ses citoyens un milieu de vie à dimension humaine valorisant des habitudes de vie saines et durables », a souligné Suzanne Lareau, présidente-directrice générale de Vélo Québec.

Rappelons que le Mouvement vélosympathique est un projet réalisé grâce à la participation financière du gouvernement du Québec, dans le cadre du Plan d’action 2013-2020 sur les changements climatiques, financé par le Fonds vert.

À lire : Rosemont-La Petite-Patrie repense son réseau cyclable pour favoriser les déplacements

Lire la suite

Mobilité durable

Vision vélo : Rosemont-La Petite-Patrie repense son réseau cyclable pour favoriser les déplacements actifs

Avatar

Publié

le

Le maire de Rosemont-La Petite-Patrie, François William Croteau, a dévoilé jeudi 6 juin la Vision vélo de l’Arrondissement, un virage sans précédent qui, selon lui, transformera le visage du réseau cyclable du quartier.

À terme, l’important chantier vélo comprendra le réaménagement complet de la majorité des quelque 90 km de voies cyclables existantes en pistes protégées quatre saisons ou en vélorues, de même que l’ajout de 65 km de voies supplémentaires dédiées aux cyclistes dans Rosemont-La Petite-Patrie. « De plus en plus de citoyens choisissent le vélo comme mode de transport principal, et nous souhaitons mettre tout en place pour renforcer cette tendance », a souligné François William Croteau.

Le maire de Rosemont-La-Petite-Patrie a indiqué qu’une planification détaillée de leurs « interventions à venir » est essentielle pour parvenir à créer un réseau distinctif, attrayant pour les usagers, qui favorise un partage instinctif de la route. « Les actions prévues permettront assurément d’augmenter la part modale des déplacements à deux roues dans le quartier et d’améliorer l’expérience de tous les usagers de nos rues », a assuré M. Croteau.

De nouveaux « liens est-ouest efficaces » pour concrétiser la Vision vélo

Pour concrétiser sa Vision vélo, l’Arrondissement prévoit le déploiement de mesures supplémentaires au cours des années à venir. En 2020, les rues de Bellechasse et Saint-Zotique seront reconfigurées en véritables liens cyclables protégés, incluant l’ajout de bollards de protection et le marquage de zones d’emportiérage des limites est à ouest du territoire.

À lire : REV: Montréal dévoile 5 axes du Réseau Express Vélo…

Graduellement, de nouvelles pistes à sens uniques sécurisées en bordure de trottoirs seront aussi aménagées sur de nombreuses rues locales et artérielles, permettant de se déplacer en toute direction pour tout type de trajet, à distance des automobiles.  Les vélorues feront aussi leur entrée dans le paysage de l’arrondissement à proximité d’écoles, de parcs et du marché Jean-Talon.

Haltes repos et signalisation invitante

À l’image du quartier, des zones de ravitaillement accueillantes seront créées près des espaces verts pour s’abreuver, se reposer ou réparer une roue crevée avant de poursuivre une ballade dans le voisinage ou un trajet vers le travail. Une signalétique distincte permettra de se repérer dans l’arrondissement et de planifier ses déplacements en temps réel.

Une équipe dédiée à la mobilité active

Pour assurer une planification intégrée et actuelle du réseau cyclable, arrimée aux pratiques internationales les plus innovantes et aux besoins des usagers de Rosemont-La Petite-Patrie, une équipe dédiée à la mobilité a été formée au sein de l’Arrondissement. Les employés de cette unité spéciale circuleront notamment à vélo pour tester les aménagements, été comme hiver.  

Source : Ville de Montréal (Arrondissement de Rosemont – La Petite-Patrie)

Lire la suite

Nous suivre sur Facebook

Publicité

en-avant