Suivez-nous

Culture

Mode automne-hiver, les silhouettes scintillent

Hanen Hattab

Publié

le

Le dressing automne-hiver 2017-2018 sera décontracté aux détails futuristes. Les pièces BCBG se porteront en catimini.

Les pièces

Le total look jean (Oscar de La Renta, Calvin Klein, Chanel et Isabel Marant) est encore en vogue. Les must-have : les imperméables transparents (Calvin Klein et Miu Miu), les blazers masculin-féminin (MM6, Maison Margiela) et les volumes XXL (J. Crew).
Les corps aux jambes infinies porteront les longs manteaux (Sonia Rykiel et Balenciaga). Pas de panique pour les silhouettes petites et menues, elles peuvent encore tabler sur les petits blousons (Jeremy Scott), soit les perfectos en cuir et les bombers. Les doudounes over sized (Versace et Tod’s) se porteront sur des slims ou des pantalons fuseau taille haute.
Au lieu de multiplier les couches, les frileuses se réjouiront de porter les gros pulls et les gilets grosses mailles, longs et mi-longs (Sonia Rykiel et Loewe and Joseph).

Les couleurs

N’oubliez pas de remplacer le noir par le bleu marine et encre (Saint Laurent et Armani). Le doré (jaune et noisette) et le lamé (Michael Kors et Wanda Nylon) rejoignent le rose (Emilio Pucci et Prada) et le rouge criard (vermillon et corail) (Fendi), qui ont déjà fait leur entrée printemps-été 2017 dans les garde-robes des modeuses.

Les motifs

Faites une place aux pois (Balenciaga et Giambattista Valli), les gros de préférence. Les plus créatives peuvent les marier avec les imprimés floraux.

Les textures

Osez le lurex et la soie (Bottega Veneta) avec toutes les matières de l’année dernière, à savoir, le jean, les suédés (Hermès et Coach 1941) le cuir (Bottega Veneta et Saint Laurent) et le velours (Jill Stuart).

Les détails

Les fards glitter et brillants, les rouges à lèvres bicolores et les bijoux de visage sont recommandés en très petites touches. L’hiver s’égaye notamment avec des sacs, sacoches et 24 heures blancs et argentés. Les escarpins au fini intérieur métallique coloré d’Oscar de La Renta nous ont particulièrement séduits.

Crédit photo:

Hanen Hattab est doctorante en sémiologie à l’UQAM. Ses recherches portent sur les pratiques d’art et de design subversifs et contre culturels comme le vandalisme artistique, le sabotage et les détournements culturels dans l’illustration, les arts graphiques et la sculpture.

Lire la suite
Publicité
Cliquez pour commenter

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Culture

Semaine du français au travail : la FTQ en action pour la francisation des entreprises au Québec

Publié

le

Photo FTQ

Dans le cadre de la Semaine du français au travail, la Fédération des travailleurs et travailleuses du Québec (FTQ), en collaboration avec le Secrétariat à la promotion et à la valorisation de la langue française du ministère de la Culture et des Communications, présente cette année une exposition qui retrace les 50 ans d’actions de la FTQ en matière de francisation.

« La FTQ est fière du chemin parcouru, bien que, encore aujourd’hui, le français reste menacé par l’envahissement de l’anglais dans le monde du travail et dans notre quotidien. Plus que jamais, il faut se retrousser les manches et prendre des actions pour imposer le français dans nos milieux », déclare le président de la centrale syndicale FTQ, Daniel Boyer.

« Le français reste menacé par l’envahissement de l’anglais »

La francisation des entreprises n’étant pas une « tâche facile », pour y répondre, la FTQ annonçait dans les années 1980 la création de son service permanent de la francisation qui coordonne les actions de la FTQ en matière de francisation. Il s’agissait entre autres, de rencontre annuelle de francisation, du bulletin Travailler en français, d’une campagne d’affichage et de sensibilisation dans les milieux de travail ou soutien aux comités de francisation.

À lire aussi : La Société St-Jean Baptiste, pour un Québec libre et francophone

C’est en novembre 1969, lors du 11e Congrès de la FTQ, que les délégués ont ratifié la première politique linguistique de la FTQ affirmant que « le français doit devenir la langue de travail normale et courante à tous les paliers de l’activité économique au Québec », indique un communiqué de la centrale syndicale.

« Revendiquer le respect de notre langue qu’est le français »

Selon la plus grande centrale syndicale au Québec (FTQ), qui représente plus de 600 000 travailleurs et travailleuses, les défis que représente la francisation dans les milieux de travail et dans la société en général sont immenses. « Plus que jamais, il faut serrer les rangs et ne pas hésiter à revendiquer le respect de notre langue qu’est le français », a souhaité M. Boyer, martelant que la mondialisation exerce une « immense pression » sur « nos sociétés et nos organisations ». « C’est pourquoi, encourage le président de la FTQ, il ne faut pas hésiter à revendiquer le respect de notre langue commune ».

À lire aussi : Francisation : l’OQLF lance les Mérites du français 2019

C’est le lieu d’indiquer que cette exposition sur la francisation qui se tiendra dans le hall du Fonds de solidarité de la FTQ, situé au 545, boulevard Crémazie Est à Montréal, intervient deux jours avant la Journée internationale de la Francophonie, célébrée le 20 mars chaque année.

Lire la suite

Culture

Événements culturels à ne pas manquer ce weekend

Publié

le

Avant-Première MTL est à l’affût des événements culturels de Montréal. Voici notre sélection pour cette fin de semaine.

Danse

Phenomena

La dernière représentation de Phenomena aura lieu ce samedi, 15 mars, à l’Édifice Wiler de l’Agora de la danse à partir de 19h.

L’artiste Ismaël Mouaraki questionne le corps et les nouvelles technologies numériques. « Il s’interroge sur notre évolution, tant d’un point de vue sociologique ou scientifique, que philosophique. Si la technologie continue dans la direction de ces dernières années, finira-t-elle par intégrer totalement le corps et devenir imperceptible ? »

Billetterie et infos

Théâtre

Le mystère Carmen

Ce spectacle musical d’Eric‑Emmanuel Schmitt se termine demain au Théâtre du nouveau monde.

« Eric‑Emmanuel Schmitt partage la scène avec l’envoûtante soprano Marie‑Josée Lord, tous deux guidés par Lorraine Pintal, pour nous entraîner à la rencontre d’un génie sublime et précoce, Georges Bizet, qui n’a trouvé sa voie qu’à l’âge de 36 ans avec la création de Carmen : or, un infarctus le foudroie trois mois après la première. Ensemble, ils retracent le trajet bouleversant de ce génie musical qui disparaît trop tôt pour réaliser qu’il a révolutionné l’opéra et, surtout, qu’il venait de créer un nouveau mythe féminin. »

Billetterie et infos

La mode s’expose

Thierry Mugler Couturissime

L’exposition tant attendue du célèbre créateur Thierry Mugler a commencé au début du mois et se termine le 8 septembre prochain. L’événement « dévoile les multiples univers de cette figure artistique incontournable – couturier visionnaire, metteur en scène, photographe et parfumeur – en revisitant notamment ses créations prêt-à-porter et haute couture. »

Billetterie et infos

Lire aussi : La comédie culte « Tanguy, le retour » à l’affiche bientôt

Lire la suite

Cinéma

La comédie culte « Tanguy, le retour » à l’affiche bientôt

Publié

le

La suite du film français Tanguy, sortie en 2002, a été annoncée en novembre 2017 sur Europe 1 par l’acteur André Dussollier. La comédie française culte sortira en France et au Québec le mois prochain et mettra en vedette les acteurs qui ont joué les personnages principaux de la première partie.

Le film « Tanguy, le retour » sera à l’affiche au Québec et en France dès le 19 avril prochain. Le public retrouvera les acteurs André Dussollier (Adopte un veuf, Belles Familles, Diplomatie), Sabine Azéma (Knock, Cezanne et moi, Raid dingue!) et Éric Berger (Ma famille t’adore déjà!, Un homme à la hauteur ) dans leurs rôles mythiques, sous la direction d’Étienne Chatiliez (L’Oncle Charles et Agathe Cléry).

Synopsis 

16 ans plus tard, Tanguy, qui a maintenant 44 ans, revient chez ses parents avec sa fille Zhu sous le bras car Meï Lin l’a quitté. Catastrophés de voir leur « tout-petit » dans cet état, Paul et Édith font tout pour lui redonner goût à la vie, sans réaliser que ce faisant, ils tressent la corde pour se pendre. Car Tanguy recommence à se sentir bien chez ses parents…

Lire aussi : Le MAC organise un méga party punk au New City Gas

Lire la suite

en-avant