Suivez-nous

Actualités

Montréal et la Formule qui électrocute les Montréalais [Chronique]

Publié

le

-Photo : Evenko-

La Ville de Denis Coderre accueille le grand prix de Formule électrique, officiellement du 29 au 30 juillet, mais officieusement du 28 au 30 juillet 2017. Déjà, on peut comprendre qu’il y a problème avec les dates. Pourquoi ?

Montréal semble devenue une ville d’intranquillité notoire par la faute de certains de ses élus au grand dam de leurs administrés. Déjà que les nombreux chantiers donnent un casse-tête aux usagers, la métropole se transforme en un ring de boxe au jour le jour. Il n’est pas rare de rencontrer des gens dans la cité et qui ne te diront pas qu’il faut se battre. Mais on se bat contre quoi ? Certains diront qu’il faut « travailler dur’’ pour s’assurer une place au soleil. Quand d’autres feront valoir qu’il faut « batailler fort’’ pour juste garantir sa pitance quotidienne. Et pourtant, en toile de fond, il y a un « système’’ qui fait tout – ce qui lui passe par la tête – pour que cette population ne soit pas stable, ni dans sa tête, ni dans son ventre, ni dans son lieu de travail, ni dans sa poche. Voilà la « Formule qui va finir par électrocuter’ Montréalaises et Montréalais.

Juste pour le fun !

Aujourd’hui, c’est la même formule qui fait encore des frustrés, des misérables et des déprimés à Montréal et ce, à l’occasion du grand prix de Formule Électrique qui a lieu logiquement, le 29 et 30 juillet. Mais, pour des questions d’intranquillité et d’instabilité, les commerçants – qui sont dans la ligne de mire du petit circuit de 2,75 km (1,71 miles) composé de 14 virages – ont encore été sommés de mettre la clé de leur commerce sous le paillasson, 24 heures avant « l’événement Coderre« . Oui, parce que le temps ce n’est pas de l’argent pour eux, mais pour la Ville.

Pour seulement 20 voitures qui partiront de la ligne de départ sur le boulevard René-Lévesque, descendre sur l’avenue Papineau, avant de se faufiler sur la rue Viger Est, pour ensuite rejoindre la rue Berri avant de revenir sur René-Lévesque, les commerçants doivent lever leur terrasse et autres commerces sans que les résidents ne puissent vaquer en toute quiétude à leurs emplettes. Lisez quelques lignes de cette infolettre, émis par un commerçant à ses clients, en date du 25 juillet. Il en fait les frais de ce « rendez-vous impopulaire’. « Chers amis et clients, cette semaine nous endurons la circulation difficile et conséquences de la course Formule E qui se déroulera le 28, 29, et 30 juillet. Nous tenons à vous remercier pour votre appui et solidarité aux cours de cette situation frustrante (…) ».

Se « fabriquer quelque chose » à faire…

Comme si les festivités, sur toute l’année du 375ème , ne comblaient pas ; comme si les nombreuses illuminations du pont Jacques-Cartier étaient à bout ; comme si le grand prix F1 ne suffisait pas pour l’année, il a fallu que le maire « émérite », Denis Coderre, aille se « fabriquer quelque chose«  à faire, pour le fun. Car pour lui, « vu que, de toute façon, une voiture électrique doit se promener dans les rues, on a décidé de faire une course urbaine ». Puis, quand les autres l’attaque, il se contente de dire que, « la FE est complémentaire à la F1 ». Et oui, pour lui, « Ce n’est pas un championnat concurrent ». Pour son plaisir, c’est juste le fait que « Nous sommes l’une des rares villes à avoir les deux disciplines sur notre territoire ».

Et pendant ce temps, ça grogne, les gens sont irrités. Pour ce qui est et sera des bouchons, des détours, des chantiers n’en parlons pas. Car, malgré tout, Denis Coderre se montre « serein » et « imperturbable » face à cette tempête, qu’il semble voir d’un œil dans un verre d’eau. D’autant plus qu’en mêlée de presse, le mardi 25 juillet, il s’est plutôt défendu en faisant valoir que les quelques 1140 résidents et les 25 commerçants enclavés par le circuit ont été rencontrés depuis le mois de février , et que «la vaste majorité de ces gens-là sont très heureux ». Et lorsqu’on critique certaines dépenses faramineuses qui entourent son dernier projet né, dont l’acquisition au coût de 7,5 millions $ de murets de ciment, vous pouvez deviner la réponse du maire de la Ville : « Ce n’est pas une dépense ; c’est un investissement pour les six prochaines années ». D’ailleurs, à propos des critiques, Coderre estime que « Si Jean Drapeau avait écouté les critiques à l’époque, on n’aurait pas eu l’Expo 67 », a-t-il lancé lors de l’inauguration de la piste Formule E, mercredi 26 juillet.

Entre « humeurs électriques » et « humeurs hybrides » !

Oui, avec M. Coderre, on ne parlera jamais de dépense avec l’argent du contribuable montréalais. Voyez-vous : si un (01) milliard $ pour le 375ème, c’est correct ; si dix (10) millions $ pour illuminer le pont, c’est normal ; pourquoi vingt-quatre (24) millions, pour deux jours de courses, – sans compter une marge de crédit de 10 millions de dollars pour l’organisme responsable de l’événement – seraient de trop ? Déjà que les paroles du maire Coderre coûtent chères aux Montréalais. Ce n’est pas moi qui vous l’apprend. Selon des documents obtenus par le Journal de Montréal en avril 2017, Coderre a dépensé plus de 250 000 $ pour faire rédiger des centaines de discours par des pigistes en trois ans, soit neuf fois plus que ses prédécesseurs de 2010 à 2013. Alors, qu’est-ce qui peut effrayer l’homme ?

Surtout, pour se donner bonne conscience, le maire essaye de se greffer sur le projet du gouvernement québécois qui s’est donné comme objectif l’atteinte de 100 000 véhicules électriques, d’ici 2020. Cela est une aubaine pour l’élu dépensier qui croit savoir que la venue de la Formule électrique à Montréal, en 2017, permettra d’atteindre cet objectif en 2020.

On se demande bien s’il a fallu à la Norvège de franchir le cap des 100 000 véhicules électriques à l’issue de l’organisation d’une Formule E sur son sol. Un pays, dont la population – 5 millions d’habitants – est plus petite que celle du Québec. Alors qu’elle compte, maintenant, plus de 100 000 véhicules électriques immatriculés, le pays espère que ce nombre atteindra 400 000 en 2020. Dans la belle province canadienne, les récents chiffres font état d’environ 13 000 véhicules électriques et hybrides.

En attendant, accrochons-nous aux « humeurs électriques » et « humeurs hybrides » de M. Coderre, puisque rien ne semble le freiner dans son élan électrique qui continue de nous électrocuter. Oui, chers Montréalais, qu’il vente, qu’il pleuve ou qu’il grêle, quoi qu’il arrive, le ePrix aura lieu sur le « territoire Coderre », quelque soit la colère des piétons automobilistes, commerçants et résidants. C’est cela la Formule, et c’est le prix à payer. Advienne que pourra !

Crédit photo:
-Photo : Evenko-

Baba Idriss Fofana est Journaliste depuis 2010 et Blogueur depuis 2012 sur la plateforme de Radio France International – Mondoblog – où il anime notamment des chroniques politiques et faits de société. Ayant également fait des études de Marketing et de Management, il a occupé dans différents pays les fonctions d’Assistant en communication politique et Responsable des communications.

Lire la suite
Publicité
Cliquez pour commenter

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Actualités

L’entrepreneuriat à Montréal attire les immigrants

Publié

le

Selon une étude, publiée ce mardi, 25 septembre, par la Ville de Montréal, la métropole est un milieu propice à l’entrepreneuriat.

Un chiffre clé du sondage effectué pour réaliser cette étude montre l’ancrage de la culture entrepreneuriale dans la métropole.

En effet, 36,7% des répondants montréalais ont déclaré que l’entrepreneuriat représenterait leur choix optimal de carrière.

Les immigrants sont aussi attirés par l’entrepreneuriat que les natifs d’ici

L’étude est titrée « Portrait du dynamisme entrepreneurial ». Elle met en exergue l’indice entrepreneurial, à savoir les intentions d’entreprendre.

« Le nombre de gens qui passent du rêve à la réalité d’entreprendre est significativement plus élevé sur le territoire montréalais que dans le reste du Québec. » Robert Beaudry, responsable du développement économique et commercial et des relations gouvernementales au comité exécutif.

La métropole occupe la première place au Québec concernant le nombre de personnes ayant l’intention de se lancer en affaires. Le taux, en hausse par rapport 2014 (22,5%), se chiffre à 25,7%. Dans le reste de la province, il s’élève à 19,6%.

« Cette tendance est particulièrement notable chez les immigrants », indique M. Beaudry. « L’entrepreneuriat semble être un formidable vecteur d’intégration », a-t-il précisé.

Par ailleurs, l’étude mentionne aussi que les immigrants ont confié qu’ils se trouvent face au « manque de soutien conseil, technique et financier. »

L’étude indique aussi que Montréal attire aussi les jeunes et les femmes qui souhaitent se lancer en affaires. En effet, « 7,4 femmes pour 10 hommes ont l’intention de se lancer en affaires. » Ailleurs au Québec, on compte 6,2 femmes pour 10 hommes. Quant aux jeunes, l’étude révèle que « le tiers des entrepreneurs actuels se sont lancés en affaires avant l’âge de 35 ans. »

Les initiatives de la Ville de Montréal

Afin d’encourager à la création d’entreprises, la Ville déploie les actions suivantes :

  • Le plan d’action Entreprendre Montréal
  • La mise en place de l’École des Entrepreneurs du Québec à Montréal
  • Le lancement d’Expo Entrepreneurs

Lire aussi : Immigrants investisseurs, Québec ouvre un nouveau programme et offre 1900 places

Lire la suite

Actualités

Facebook ne soutient plus les campagnes électorales

Publié

le

Facebook a déclaré ce jeudi, 20 septembre, qu’il changera les modalités des services offerts aux partis politiques pendant les élections.

Après le scandale de Cambridge Analytica, Facebook a décidé de revoir ses rapports avec les partis politiques.

Selon Bloomberg, le réseau social continuera de proposer ses services aux compagnes et organisations politiques. Il sera, par ailleurs, plus distant.

En effet, l’entreprise veut éviter de se salir les mains sur la question de la protection des informations personnelles des abonnés.

Le réseau de Zuckerberg va, pour ce faire, cesser de fournir des conseils stratégiques ciblés. Il réduira notamment ses visites aux quartiers généraux des partis politiques, comme c’est le cas pendant 2016.

Pour rappel, le PDG de la plateforme avait promis aux parlementaires américains de s’assurer de protéger les données des utilisateurs pendant les élections, partout dans le monde.

Facebook avait admis aussi avoir fourni un soutien particulier à l’équipe de Trump en 2016.

Est-ce parce ce qu’il était un gros client ?

Dans une analyse interne de Facebook, obtenue par Bloomberg en 2018, un scientifique de l’entreprise a expliqué que la propagande de Trump était plus élaborée que celle de Clinton.

De juin à novembre 2016, l’équipe du locataire de la maison blanche s’est bien servie des outils de la plateforme.

Alors que la campagne de Trump a déboursé 44 millions de dollars sur les publicités de la plateforme, Clinton a seulement dépensé 28 millions de dollars.

Les élections 2020 se dérouleront elles sans le soutien de Facebook ?

Afin d’adopter une approche plus neutre, l’entreprise se concentrera sur l’interface de son portail politique. Elle optimisera l’accés aux informations dont les clients ont besoin.

Cependant, les campagnes et les organisations peuvent toujours contacter directement l’entreprise. Ils pourront recevoir des formations de base sur l’utilisation des annonces et demander de l’aide pour les faire approuver.

Lire aussi : Le niet à la neutralité du net…

Lire la suite

Actualités

Éthique et Intelligence Artificielle : ses usages au Canada

Publié

le

La question éthique est-elle prise en considération dans les entreprises canadiennes qui manipulent l’Intelligence Artificielle (IA) ? Un rapport réalisé par SAS, Accenture Applied Intelligence, Intel et Forbes Insights a tenté d’apporter un éclairage sur le sujet.

© SAS, Accenture, Intel 2018

Le rapport est basé sur un sondage réalisé en juillet 2018. 305 chefs d’entreprise de partout dans le monde y ont participé. L’échantillon canadien a été important : 44 entreprises du pays ont répondu au sondage.

Selon l’étude, publiée ce jeudi 20 septembre, les entreprises qui utilisent l’IA représentent 72% des organisations dans le monde. Au Canada, ils représentent 68%.

À l’échelle mondiale, 70% des entreprises offrent une formation en éthique à leurs technologues. Et 63% ont des comités d’éthique qui observent l’utilisation de l’IA.

Au Canada, le nombre des entreprises qui ont adopté une démarche éthique est un peu plus faible :

  • Formation en éthique des technologues : 67%
  • Comités d’éthique pour examiner l’utilisation de l’IA : 73%

Quels sont les enjeux d’une démarche éthique en IA ?

Comme l’indiquent les chiffres présentés ci-haut, l’étude s’est intéressée aux méthodes d’intervention des entreprises afin de sensibiliser ses collaborateurs sur l’éthique. Or, Rumman Chowdhury, chef de l’IA chez Accenture, souligne que « les organisations doivent aller au-delà des codes d’éthique directionnels. »

© SAS, Accenture, Intel 2018

« Elles doivent fournir des lignes directrices prescriptives, précises et techniques pour élaborer des systèmes d’IA sûrs, transparents, explicables et responsables », a-t-il précisé.

L’étude a observé le déploiement d’une démarche éthique qui a notamment des enjeux sociaux. Il s’agit de la surveillance des résultats obtenus par l’IA.

Ce volet de l’étude interroge donc l’implication de l’humain dans les activités qui ont recours à l’IA.

74 % des entreprises ont déclaré avoir adopté une surveillance étroite de leurs activités. Et ce grâce « au moins à un examen ou une évaluation hebdomadaire des résultats. »

Les taux des entreprises canadiennes qui ont recours à ce processus sont les suivants :

  • Examens/évaluations hebdomadaires des résultats de l’IA par des chefs de file de l’IA : 55%
  • Examens/évaluations hebdomadaires des résultats de l’IA par le reste des adoptants de l’IA : 42%

L’étude veut montrer aussi que cette démarche éthique impacte les relations entre une entreprise et ses partenaires.

« La capacité à comprendre comment l’intelligence artificielle prend des décisions renforce la confiance et permet une surveillance humaine efficace. » Yinyin Liu, responsable de la science des données chez Intel AI.

Pour consulter le rapport : Critical mass: Managing AI’s unstoppable progress

Lire aussi : Forum sur l’intelligence artificielle, Montréal entame le débat sur l’éthique

Lire la suite

en-avant