Suivez-nous

Mobilité durable

Deux navettes électriques autonomes gratuits au Parc olympique jusqu’au 26 octobre

Publié

le

Le Parc olympique, en collaboration avec la Ville de Montréal et l’opérateur de mobilité partagée Transdev, accueille à nouveau des navettes électriques autonomes (NÉA), du 10 septembre au 26 octobre, dans le cadre de la seconde phase de son projet pilote, initié en 2017.

Cette année, deux navettes « nouvelle génération » EasyMile parcourront le site sur une distance de près de 700 mètres, reliant l’entrée du Stade olympique au métro Viau, en passant par les nouveaux bureaux du Mouvement Desjardins, le Planétarium Rio Tinto Alcan, le Centre sportif et la Tour de Montréal. Les navettes seront en service du lundi au vendredi, de 6 h à 10 h et de 15 h à 18 h (sujet à changement), et seront accessibles gratuitement pour les visiteurs du Parc olympique et d’Espace pour la vie.

Cette seconde phase de ce projet pilote permettra aux partenaires du projet de poursuivre leurs évaluations quant à l’intégration de ce nouveau mode de transport dans de grands centres urbains. L’appropriation par les citoyens d’une mobilité repensée par les nouvelles technologies et l’intelligence artificielle constitue en effet un enjeu de premier ordre pour l’ensemble des partenaires.

« Le Parc olympique a entrepris depuis quelques années une série d’initiatives visant à réduire les gaz à effets de serre et à encourager la mobilité durable. Les navettes autonomes s’ajoutent donc à cette volonté de faciliter les déplacements écologiques et modernes sur tout le site, tout en étant à la fois agréables et efficaces »

– Michel Labrecque, PDG du Parc olympique.

Au dire de M. Labrecque, le Parc olympique et Espace pour la vie sont d’ailleurs des emplacements idéaux pour ce genre de véhicules autonomes, car les opportunités de parcours sont multiples et à forte valeur ajoutée. « Depuis 2017, dit-il, nous agissons comme précurseurs en matière d’automatisation des transports, en étant le premier site au Canada à avoir mis en fonction des navettes électriques autonomes en circulation mixte ».

Navettes électriques, une mobilité urbaine repensée par la technologie !

Rappelons qu’à l’été 2017, le Parc olympique, en collaboration avec Transdev, avait accueilli une NÉA sur son site, devenant ainsi le premier endroit au Canada où une navette circulait en espace mixte. Plus de 800 visiteurs ont utilisé ce mode de transport ultramoderne.

« La visite des quatre musées d’Espace pour la vie constitue en effet une expérience globale, le Biodôme, l’Insectarium, le Jardin botanique et le Planétarium Rio Tinto Alcan offrant une programmation cohérente afin d’accompagner l’humain pour mieux vivre la nature »

– Charles-Mathieu Brunelle, directeur d’Espace pour la vie.

« À terme, grâce à ces navettes autonomes, nos visiteurs, et particulièrement les familles et les personnes à mobilité réduite, pourront circuler plus aisément d’une institution à l’autre et ainsi profiter davantage du site, dans le respect des valeurs environnementales que nous défendons », fait valoir M. Brunelle.

Ce projet pilote s’inscrit dans une volonté du Parc olympique et d’Espace pour la vie de se doter à terme d’une flotte de véhicules autonomes, reliant les différents points d’intérêt du site, afin de faciliter les allées et venues des quelque trois millions de visiteurs fréquentant cet imposant quadrilatère de 2 km2 chaque année.

« Ville d’innovation, Montréal veut se positionner comme un leader dans le déploiement de véhicules automatisés et est fière de participer à ce projet porteur »

– Éric Alan Caldwell, Ville de Montréal.

« Nous mettrons en place différentes initiatives en ce sens au cours des prochaines années afin de contribuer au développement de solutions de mobilité alternatives, durables et efficaces. Ces initiatives permettront également de mettre en lumière notre expertise et nos talents », a souligné M. Caldwell, responsable de l’urbanisme, du transport et de l’Office de consultation publique de Montréal au sein du comité exécutif de la Ville de Montréal.

Lire la suite
Publicité
1 Commentaire

1 Commentaire

  1. ANNA

    11 Sep 2018 à 5:18

    Peux-tu penser à Mont-Royal?

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Mobilité durable

Métro de Montréal : un renfort de 153 nouvelles voitures de type Azur

Baba-Idriss FOFANA

Publié

le

Un contrat a été conclu avec Bombardier à La Pocatière par le gouvernement [caquiste] du Québec pour l’achat de 153 nouvelles voitures de type Azur destinées au réseau de métro de Montréal. La ministre déléguée au développement économique régional, Marie-Eve Proulx, en a fait l’annonce ce lundi 12 novembre.

« (..) À terme, il s’agit d’une bonne nouvelle également pour les usagers du métro de Montréal, qui bénéficieront ainsi d’un plus grand nombre de voitures modernes, fiables, plus confortables. C’est donc une excellente nouvelle pour les travailleurs et l’économie de la région », a souligné dans un communiqué Marie-Eve Proulx, également ministre responsable de la région du Bas-Saint-Laurent.

De grande retombées économiques!

Ce contrat, conjoint avec le gouvernement du Canada et la Ville de Montréal, par l’entremise de la Société de transports de Montréal (STM), permettra, selon le gouvernement québécois, le soutien de plusieurs emplois spécialisés de qualité chez Bombardier à La Pocatière, en plus de consolider des emplois pour l’autre partenaire du consortium, Alstom, à Sorel-Tracy.

Une vue intérieure des voitures de type Azur [MPM-10] du nouveau métro montréalais, en service depuis 2016.

Selon la ministre Proulx, « cette annonce est, de plus, une excellente nouvelle pour l’économie locale et les nombreux fournisseurs de la région » qui bénéficieront des retombées de cet investissement. « Grâce à cet investissement, les trains de type Azur continueront d’être fabriqués et assemblés en bonne partie chez nous, dans le Bas-Saint-Laurent, de même qu’à Sorel-Tracy. Ce sont donc les travailleurs spécialisés qui, dans les deux régions, vont ainsi pouvoir conserver des emplois de qualité », s’est-elle réjouie.

Une aide de 300 millions de dollars à la STM

Le gouvernement du Québec accordera une aide financière de plus de 300 millions de dollars à la STM et cette dernière ajoutera une contribution de près de 65 millions de dollars. Avec les sommes investies par le gouvernement fédéral, le financement atteindra 580 millions de dollars.

Un train de métro de type MR-63 [mis en service depuis 1963] dans l’installation de maintenance de Beaugrand à Montréal.

De plus, Québec prévoit investir, par l’intermédiaire du Plan québécois des infrastructures, plus de 100,4 milliards de dollars pour les 10 prochaines années, notamment en éducation, en santé et en transport, afin d’améliorer la qualité de vie des familles et de créer des conditions favorables à l’innovation et à la croissance économique.

À lire aussi : Ligne rose de métro : Un rêve arrosé par la mairesse de Montréal…

À lire aussi : La folie architecturale de Polytechnique Montréal : Une station métro au 3e étage

Rappelons que le MPM-10 (acronyme pour « Matériel Pneumatique de Montréal 2010 ») ou Azur est un matériel roulant sur pneumatiques du métro de Montréal. Azur est destiné à remplacer les anciennes voitures de type MR-63, mis en service en 1966. C’est en 2008 que la STM l’a commandé au consortium formé de Bombardier Transport et Alstom. La première rame a commencé à rouler dans le réseau le dimanche 7 février 2016.

Lire la suite

Actualités

Budget 2019 : Montréal fait une part belle à la nature et à la mobilité durable

Publié

le

Qualifié de « pro-économie et pro-écologie », le Budget 2019 de la ville de Montréal dévoilé par l’administration Plante-Dorais, jeudi 8 novembre 2018, se chiffre à hauteur de 5,7 milliards de dollars, soit 4,3 % de plus que l’an dernier.

Après une lecture [moins approfondie] du Budget 2019, le Conseil régional de l’environnement de Montréal (CRE-Montréal) s’est dit impressionné par la « place de choix » accordée à la nature et la mobilité durable. « Même si la complexité de ce document mérite une lecture plus approfondie, la première impression du CRE-Montréal est très favorable : l’environnement, la mobilité durable et l’aménagement y trouvent une place prépondérante », peut-on lire dans un communiqué émis par l’organisme qui se consacre à la protection de l’environnement et à la promotion du développement durable sur l’île de Montréal.

Budget 2019, « une bonne nouvelle pour la nature en ville »!

Dans la foulée, le CRE-Montréal souligne « une bonne nouvelle pour la nature en ville » qui se voit allouer 60 M$ pour l’acquisition de nouveaux espaces verts. Estimant que c’est « presque autant pour les parcs locaux et les grands parcs (57 M$ pour chaque catégorie), 41,5 M$ pour la gestion de la forêt urbaine et 3,3 M$ pour les liens verts actifs.

L’organisme note que ce sont près de 215 M$ qui bénéficieront directement à la partie non minérale du territoire. « Même si l’on sait que cela reste insuffisant pour préserver adéquatement l’ensemble du patrimoine naturel de Montréal, cela représente une belle avancée dans cette direction », nuance le CRE-Montréal, qui espère que les espaces verts et bleus que sont les ruisseaux sauront bénéficier aussi de ces sommes.

« Un élément à surveiller : 88 M$ sont prévus pour le parc Jean-Drapeau pour le maintien et le développement de l’actif (ce qui dépasse les 60 M$ prévus pour l’acquisition à l’échelle de l’île). Cet investissement étant repris dans la section ‘’espaces verts et parcs’’, il faut espérer qu’une part importante de cet argent sera alloué à la nature dans le parc. » – Conseil régional de l’environnement de Montréal

Par ailleurs, le Conseil régional de l’environnement de Montréal croit savoir que la « mobilité active » va chercher un gros morceau de l’enveloppe pour les transports actifs. À savoir que près de 90 M$ sont dégagés pour agrandir le réseau cyclable, notamment pour le programme de développement du Réseau express vélo (REV) et plus de 437,5 M$ (PTI) pour le nouveau programme d’aménagement des rues qui permettront le réaménagement des rues de la métropole en intégrant les questions de sécurité et la réallocation de l’espace en faveur de la mobilité active.

Pour ce qui est de la « Vision zéro », le CRE-Montréal indique qu’elle pourra aussi se traduire concrètement avec, entre autres, une enveloppe de 38,5 M$ pour le programme de sécurisation des abords des écoles. Tout comme au niveau des infrastructures liées à l’eau et aux matières résiduelles, l’organisme montréalais souligne qu’elles ont « une grosse part du gâteau : 1,5 M$ sur trois ans au PTI pour l’eau et 300 M$ pour les matières résiduelles (cinq infrastructures de traitement des matières organiques, un centre de tri et de nouveaux écocentres) ».

À lire aussi : Montréal : la mairesse dans son propre piège ?

Lire la suite

Actualités

Legault vs Labeaume : la guerre n’aura pas lieu à Québec

Publié

le

Il n’y a pas eu d’éclat de voix entre le premier ministre du Québec François Legault et le maire de Québec Régis Labeaume, lors de leur première rencontre officielle du jeudi 1er novembre, aux abords des ponts, à l’Aquarium de la capitale nationale.

Malgré les divergences sur plusieurs aspects, les deux hommes semblent se decider à s’entendre pour prioriser le réaménagement de la tête des ponts à Québec. À en croire au communiqué de presse émanant du cabinet du premier ministre, « François Legault et Régis Labeaume ont affirmé, d’un commun accord, qu’il est prioritaire d’améliorer la fluidité du transport dans la région ».

Selon le premier ministre Legault, « Québec est l’une des plus belles villes au monde; une ville innovante et prospère, qui est devenue un moteur économique majeur au fil des ans ». « Notre gouvernement, a-t-il dit, est conscient qu’elle doit cependant relever plusieurs défis, comme la fluidité des transports et la pénurie de main-d’œuvre ».

François Legault a émis son souhait de travailler de concert avec la Ville de Québec dans plusieurs projets porteurs. Selon le chef du gouvernement caquiste, « le réaménagement de la tête des ponts ainsi que la mise en place du troisième lien et d’un réseau de transport structurant sont des exemples de grands chantiers qui répondront aux besoins et aux aspirations des citoyennes et citoyens de la grande région de la Capitale-Nationale ».

Bientôt le dévoilement du schéma directeur des travaux

Le nouveau gouvernement du Québec a affirmé sa volonté de prioriser la reconfiguration et la revitalisation de la tête des ponts, donnant ainsi suite à un de ses engagements phares pour la Capitale-Nationale. Les deux parties se sont entendues pour dévoiler le schéma directeur des travaux au cours de la prochaine année. Par ailleurs, ils travailleront de manière concertée et cohérente à la mise en œuvre du troisième lien et du réseau de transport structurant, ce qui démontre leur désir de résoudre les problèmes associés à la congestion à Québec.

Au cours de cet échange, il a aussi été question de fiscalité, de mise en valeur du patrimoine, d’aménagement du territoire et de certains défis régionaux, notamment la pénurie de main-d’œuvre qui frappe durement la ville de Québec. Le premier ministre a indiqué que le nouveau gouvernement du Québec demeurait à l’écoute des préoccupations et des besoins des entrepreneurs et des commerçants.

Lire la suite

en-avant

%d blogueurs aiment cette page :