Suivez-nous

Économie

Montréal : Vendez, donnez et échangez sur une appli polyglotte

Hanen Hattab

Publié

le

Photo libre de droits

Le déménagement fait mal à votre portefeuille et la maison n’est pas encore au point. Le seconde main est la solution mais…Si vous avez peur des désagréments rencontrés sur kijiji, etc, la nouvelle solution numérique gratuite, nelinelo, vous redonnera envie de chiner sur la toile!

Hier, 5 juillet, l’entreprise en démarrage nelinelo a présenté son nouveau-né, un réseau social qui permet d’effectuer les différents types de vente, d’achats, de location et d’échanges de produits d’occasion et neufs.

La plateforme a été déjà lancée en mois de mai, et cette dernière mise à jour promet d’offrir de nouvelles fonctionnalités aux particuliers et aux entreprises. Les membres de cette communauté se lancent désormais dans une nouvelle expérience globale de l’économie collaborative, locale et propre.

Cela veut dire d’abord, qu’au lieu d’effectuer ta recherche ou ta vente sur Kijiji, Geev, Varagesale et Les Pac Immo pour maximiser tes chances et profiter de leurs différents services, tu peux créer une seule requête et/ou annonce sur nelinelo ; et le tour est joué !

En plus des photos, il est possible de poster des vidéos de 30 secondes et indiquer les caractéristiques de ton produit sur une interface user-friendly et attrayante.

Vente de garage, vente flash, pop-up shop, vide dressing, colocation temporaire… peuvent être organisés en interagissant avec une communauté triée sur le volet !

Sécurité et plus si affinités

Afin d’éviter les fraudeurs, les faux profils et les personnes malintentionnées, les membres de la communauté nelinelo ont des profils vérifiés sur facebook et leurs échanges sont notés.

Tu as cinq étoiles, tes voisins viendront te débarrasser du canapé avant ton déménagement en peu de temps ! Pourquoi ?

Parce que nelinelo est géolocalisée ; pour gagner du temps et de l’argent, tu chineras tes vinyles 30’s chez un collectionneur qui habite à quelque pâté de maison de chez toi et qui deviendra peut-être ton meilleur pote ou plus si affinités.

Kévin Perard et Aurélie Saiz, la jeune équipe qui a développé ce bijou numérique, ont choisi le nom nelinelo, contraction de New life, new love… parce que tu as redonné une nouvelle vie, un nouvel amour à tes objets au lieu de les jeter.

Fraichement arrivé à Montréal et tu veux te faire des amis et des clients dans plusieurs communautés ? c’est possible aussi, nelinelo parle cinq langues. L’application traduit automatiquement tes annonces et te permet de clavarder avec ton contact avant que tu lui passes ton adresse ou ton numéro de téléphone pour acheter un samovar ou un hangiri.

Augmenter sa visibilité sans se ruiner

La première version a été accessible seulement aux particuliers, la nouvelle a ouvert un espace dédié aux professionnels et sera disponible d’ici 2 semaines environ.

Les entrepreneurs qui veulent se lancer dans le commerce électronique sans se ruiner pourront créer leurs boutiques, gratuitement, sur nelinelo. Le réseau permet non seulement de toucher un grand nombre de personnes intéressées par les produits locaux et aussi d’augmenter sa visibilité en contrôlant son budget. Si tes produits n’ont pas été vus, tu payeras zéro dollar.

Les entreprises pourront aussi faire leurs transactions sur la plateforme et bénéficier d’analyses pertinentes en temps réel, leurs permettant de mieux cibler sur la toile.

Adeptes de l’économie verte, nelinelo vous attend sur les plateformes de téléchargement d’applications en ligne.

Lien téléchargement : https://nelinelo.com/mobile/download

Page Facebook de nelinelo : https://www.facebook.com/nelineloapp/

Crédit photo:
Photo libre de droits

Hanen Hattab est doctorante en sémiologie à l’UQAM. Ses recherches portent sur les pratiques d’art et de design subversifs et contre culturels comme le vandalisme artistique, le sabotage et les détournements culturels dans l’illustration, les arts graphiques et la sculpture.

Lire la suite
Publicité
Cliquez pour commenter

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Agriculture

1,6 m $ pour promouvoir le bleuet du Canada à l’internationale

Avatar

Publié

le

Ottawa a annoncé ce mardi, 23 avril, l’octroi de plus de 1,6 million de dollars à la division canadienne de l’Association des bleuets sauvages de l’Amérique du Nord [ABSAN (Canada)] pour commercialiser et promouvoir les bleuets sauvages canadiens à l’échelle internationale.

 « Les bleuets sauvages canadiens sont reconnus dans le monde entier pour leur excellent goût et leur grande qualité », a dépeint Pat Finnigan, député de Miramichi–Grand Lake. D’ailleurs la part canadienne du marché mondial est on ne peut plus significative de la cote de ce fruit.

En effet, avec des exportations d’une valeur de 239 millions de dollars à destination de plus de 30 pays, le Canada est le plus important producteur et exportateur de bleuets sauvages au monde.

« Avec son goût riche et sucré et ses incroyables bienfaits pour la santé, le bleuet sauvage canadien est une culture ayant un énorme potentiel », a affirmé Marie-Claude Bibeau, ministre de l’Agriculture et de l’Agroalimentaire.

La santé, le goût et les bienfaits des bleuets au cœur des campagnes promotionnelles

L’investissement obtenu aujourd’hui servira à financer les stratégies internationales de marketing et de promotion.

L’objectif de l’ABSAN est d’augmenter les exportations dans les marchés existants et émergents aux États‑Unis, en Allemagne, en France, au Royaume-Uni, au Japon, en Chine et en Corée du Sud.

De son côté, le gouvernement souhaite que les recettes de ce secteur contribueront aux objectifs « de porter à 75 milliards de dollars les exportations agroalimentaires d’ici 2025 », a indiqué Mme Bibeau.

Parmi les actions prévues par l’ABSAN, accueillir des missions en provenance du Japon et de la Chine, et participer à divers salons professionnels et à des événements spéciaux liés à la santé.

Lire aussi : Sirop d’érable : 2,2 m $ pour séduire le Royaume-Uni, l’Allemagne, le Japon et la Chine

Lire la suite

Économie

Plus de 85 000 emplois d’été pour les jeunes du Canada

Avatar

Publié

le

Le ministère de l’Emploi, du Développement de la main-d’œuvre et du Travail a annoncé ce mardi, 23 avril, le début de la saison d’embauche Emplois d’été 2019 pour les jeunes.

Ottawa a déclaré qu’à l’été 2019, plus de 85 000 emplois sont disponibles sur guichetemplois.gc.ca/jeunesse pour les jeunes Canadiens à l’échelle du pays.

Les chercheurs d’emplois peuvent accéder au guichet via l’application Guichet-Emplois. Celle-ci a été téléchargée plus de 168 000 fois depuis son lancement en 2018. De plus, combinée au site Web, elle a servi plus de 5 millions de clients.

« Notre gouvernement, par l’entremise d’Emplois d’été Canada, veille à ce qu’un plus grand nombre de jeunes Canadiens puissent acquérir l’expérience de travail rémunérée et significative dont ils ont besoin pour réussir dans notre économie en évolution », a souligné Patty Hajdu, ministre de l’Emploi, du Développement de la main-d’œuvre et du Travail.

Cette stratégie économique a notamment pour but de faire croître la classe moyenne.

Emplois d’été 2019 priorise les jeunes qui peinent à accéder au marché d’emploi

Selon le ministère de l’emploi, depuis 2015, le gouvernement a doublé le nombre d’emplois créés grâce à Emplois d’été Canada. Ce créneau offre une expérience de travail rémunérée pour plus de 70 000 jeunes par année.

Ottawa détermine chaque année les priorités de ce secteur en fonction des besoins du marché.

En 2019, parmi les critères choisis, la plateforme avantage les jeunes qui doivent surmonter un plus grand nombre d’obstacles pour accéder au marché du travail et les organisations qui œuvrent à les embaucher.  

À vos CV !

Lire aussi : Persévérance scolaire – « Continuons d’encourager nos jeunes à poursuivre leurs études »

Lire la suite

Tourisme

Où et comment les Québécois passent leurs vacances de Pâques?

Avatar

Publié

le

Selon un sondage dévoilé par Caroline Proulx, la ministre du tourisme, ce mercredi 17 avril, 35% des Québécois ont planifié un voyage pendant les vacances de Pâques.

Environ la moitié des Québécois qui ont prévu de voyager pendant les vacances de Pâques visiteront une région du Québec. La province est ainsi leur premier choix, devançant les destinations des États-Unis et de l’Ontario.

Pour leurs escapades, les Québécois ont planifié de passer au moins une nuit hors de leur lieu de résidence. Plus de la moitié de ces voyageurs séjournera dans un hotel, alors que près du tiers, logeront chez des membres de leur famille ou des amis.

Ils passeront en moyenne 2,7 nuits et dépenseront environ 440 $ par personne. Cette année, 21 % des voyageurs québécois prévoient de dépenser plus que l’année passée.

Les vacances seront dédiées aux activités récréatives et de divertissement (19 %), les activités culturelles et événementielles (19 %) ainsi que les activités sportives et de plein air (16 %).

Où passent-ils leurs vacances ?

Quand ils passent leurs vacances dans la province, les Québécois sont nombreux (36%) à choisir la capitale nationale. Les autres régions qui les attirent sont : Charlevoix (12 %), Montréal (9 %), les Laurentides (7 %), la Montérégie (7 %) et la Gaspésie (7 %).

À l’échelle du pays, le Québec représente une destination de choix pour 11 % des Néo-Brunswickois, de 8 % des Ontariens.

Lire aussi : Découvrez en photos les plus beaux bâtiments du Québec en 2019

Lire la suite
Publicité

Nous suivre sur Facebook

en-avant