Suivez-nous

HighTech

Nouveau : Facebook sera la semaine prochaine une télévision comme les autres

Redaction Avant Premiere

Publié

le

Photo libre de droits

Les accros à l’information auront de quoi rester à l’affut de ce qui se passe dans le monde tout en étant connecté sur la plateforme de Zuckerberg. Il s’agit d’une nouvelle programmation du réseau social qui débutera dès la prochaine quinzaine de ce mois. Cela étant dit, il est à remarquer que ce sont des médias américains qui se chargeront de créer le contenu pour les facebookiens.

Les flashs info seront consultés la semaine prochaine sur Facebook. Le réseau social a laissé de l’espace sur son fil d’actualité pour un nouveau contenu qui le transformera en petit écran.

À travers le hub vidéo Facebook watch, en ligne depuis 2017, en plus du contenu documentaire, divertissants, etc., les internautes suiveront des émissions en direct avec lesquelles ils pourront interagir en temps réel.

Les contenus en question, en partenariat avec les grands médias américains CNN, ABC Fox News, etc., seront exclusivement relayés par Facebook.

Lundi 16 juillet, le premier flash info Fox News Update de Fox News entamera cette première programmation.

En plus des émissions déjà annoncées par le célèbre journaliste Anderson Cooper, à savoir, ABC News, Mic et bien d’autres, CNN a annoncé plus de programmes pour sa section Breaking News.

Le nouvel espace d’informations de Facebook partagera aussi More in Common, une série hebdomadaire de stations détenues par ABC, At What Cost de Bloomberg, Profile, une émission d’interviews de BuzzFeed News, The War Within de McClatchy, mettant l’accent sur les vétérans d’Irak et d’Afghanistan, NowThisMorning de NowThis et An Imperfect Union de TEGNA.

D’autres émissions s’ajouteront à la liste cet été.

Crédit photo:
Photo libre de droits
Lire la suite
Publicité
Cliquez pour commenter

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

HighTech

Blockbuster, les derniers témoins du VHS s’éteignent cet été

Redaction Avant Premiere

Publié

le

Photo libre de droits

C’est un endroit mythique pour les générations X et Y. On y va pour découvrir le dernier jeu vidéo et pour se procurer le menu ciné du weekend. Cela fait longtemps qu’on n’entend plus parler des magasins Blockbuster. Et aujourd’hui, 13 juillet 2018, on annonce qu’aux États-Unis ils disparaîtront à jamais. À l’exception peut-être d’un point de vente au Nord-Ouest.

On n’arrête pas le progrès

L’entreprise a commencé à réduire ses points de vente en vue d’une clôture finale à partir de 2013.

Le PDG de Dish Network Corp, Joseph Clayton, avait reconnu que le divertissement vidéo évoluait vers un système de distribution numérique. Dish Network Corp avait acheté l’entreprise en faillite en 2011.

La chaîne est passée de 13 boutiques à 9 en 2016. Pendant ses années glorieuses Blockbuster était établi dans 12 pays, dont le Canada. L’Australie résiste encore avec quelques points de vente.

Il y a belle lurette qu’on ne voit plus l’enseigne en Amérique du Nord. Sandi Harding qui dirige le dernier magasin en Oregon a confié à Katrina Filippidis du webzine Engadget qu’elle n’a pas l’intention de fermer.

L’Alska a succombé

Les deux points de vente Fairbanks et DeBarr Road ferment la semaine prochaine, a confirmé via un post Facebook, Kevin Daymude, le directeur général de Blockbuster Alaska.

Ils ont résisté jusqu’à 2018 parce qu’internet coûte cher aux Alaskiens. C’est la fin pour la chaîne qui a ouvert ses portes en 1985.

Aujourd’hui, on apprend au même temps que quelques-unes ont survécu au 21e siècle et qu’elles ferment bientôt. On avait presque oublié cette époque où on se déplaçait pour choisir un film. Frappé par la concurrence des Redbox et des vidéos à la carte, le coup fatal pour la chaîne a été celui de Netflix.

Les derniers magasins survivants du nord rouvrent plus tard pour vendre leurs stocks jusqu’à la fin d’août. Une stratégie marketing a été utilisée pour sauvegarder le point de vente de DeBarr Road, mais l’intérêt du public a été occasionnel.

Le magasin d’Oregon serait-il le dernier témoin de l’invasion numérique sur les espaces physiques de circulation de l’image mouvante?

Crédit photo:
Photo libre de droits
Lire la suite

HighTech

Devenir un vrai astronaute grâce à une application gratuite

Redaction Avant Premiere

Publié

le

Photo libre de droits

Space Nation Navigator app est une application inédite. Elle facilite l’accès à un programme de formation d’astronautes qui débutera en 2019.

Ce n’est pas une blague, ni une ruse publicitaire pour visiter un parc d’attraction thématique. Celui qui a toujours rêvé de devenir astronaute et qui n’a pas eu l’opportunité de faire des études qui débouchent vers ce métier du futur a désormais une véritable chance à saisir.

Il suffit de télécharger l’application gratuite de Space Nation (sur Android et iOS) et de s’entraîner pour accéder au niveau professionnel. L’application peut être aussi utilisée dans le but de se divertir et d’apprendre des choses sur les missions spatiales.

https://www.spacenationnavigator.com/

L’entreprise finlandaise Space Nation lance à travers cette plateforme d’entraînement en ligne un premier processus de sélection afin de recruter ses futurs astronautes entre octobre 2018 et début 2019. Grâce à sa collaboration officielle avec la NASA, l’application fournit des connaissances issues des formations réelles des astronautes.

N’importe qui peut participer. Après environ trois mois d’entraînements et de tests d’évaluation interactifs, 100 candidats des quatre coins du globe seront sélectionnés. En plus de bien réussir le programme de l’application, les personnes retenues doivent passer une évaluation médicale.

L’étape suivante se passe bel et bien dans le monde réel. Les candidats recevront un programme d’entraînement plus avancé durant quelques mois. C’est Stinger Ghaffarian Technologies (SGT), la firme privée qui forme les astronautes de la NASA, qui sera chargée de la formation des candidats de Space Nation.

Une seule personne sera choisie pour effectuer un vol suborbital avant la fin de l’année suivante. Ce ne sera pas la seule expérience de recrutement 2.0. Space Nation a l’intention de faire d’autres sessions visant toujours un large public afin de préparer de nouveaux astronautes dans différentes spécialités. Les personnes formées peuvent notamment travailler dans les entreprises privées de l’industrie spatiale.

L’idée contribuera selon l’entreprise à démystifier la profession d’astronaute. Ni l’âge, ni les prérequis professionnels ne doivent freiner les personnes qui désirent participer.

Les compétences les plus importantes selon Space Nation sont : l’aptitude à résoudre des problèmes, à travailler en équipe et la capacité d’apprendre de nouvelles choses et de les appliquer. Il faut aussi mener une vie saine.

À vos cellulaires !

Crédit photo:
Photo libre de droits
Lire la suite

HighTech

La Barbie de l’ère numérique initie au codage

Redaction Avant Premiere

Publié

le

Photo libre de droits

Barbie, la plus célèbre des poupées occidentales a aujourd’hui 59 ans. Aucun cheveu gris n’a poussé sur sa tête et elle semble avoir encore pour missions de refléter les tendances sociales et de transmettre les valeurs occidentales.

Alors que l’apprentissage de la programmation informatique aux enfants fait partie des nouvelles stratégies de l’éducation, Mattel a lancé la Barbie qui initie au codage.

Le géant américain des jouets et divertissements pour enfants fait d’une pierre trois coups. Il se rachète une réputation longtemps tâchée par les stéréotypes du genre qu’il véhicule à travers sa poupée, présente un métier emblématique de la nouvelle ère du numérique et propose un jeu ludo-pédagogique.

Cette vidéo survole l’évolution des professions de Barbie

La Barbie a été lancée en partenariat avec Tynker, une plate-forme qui vise à enseigner aux enfants comment créer des jeux et des programmes. La nouvelle poupée est ingénieure en robotique.

Accessoirisée par un petit robot et un ordinateur portable, elle accompagne six expériences de codage gratuites.

Un kit d’apprentissage multi-plateforme

Les leçons sont destinées aux débutants, aux enfants d’âge préscolaire et plus âgés. Ils visent à enseigner la logique, la résolution de problèmes et les bases du codage.

Pendant qu’ils apprennent, les enfants peuvent également assumer différents rôles professionnels aux côtés de Barbie, à savoir, un musicien, un astronaute, un chef pâtissier, un ingénieur en robotique, un fermier et un apiculteur.

La Barbie est aujourd’hui déclinée en quatre couleurs de peau. Son avatar virtuel en version peau noire sera sur le marché avant la fin de 2018. Toujours en collaboration avec Tynker, Mattel lance prochainement un livre électronique de codage.

Sur son site web, Mattel annonce que cette Barbie a pour objectif d’encourager la nouvelle génération à faire des carrières scientifiques. Il souligne que dans ce domaine, les femmes sont sous-représentées (24%).

Crédit photo:
Photo libre de droits
Lire la suite

en-avant

X
X