Suivez-nous

Actualités

#ObamaMTL, ces à-côtés passés à côté !

Baba-Idriss FOFANA

Publié

le

| Photo compte twitter @JustinTrudeau |

La venue du 44ème président des États-Unis à Montréal a fait tourner tous les regards – depuis plusieurs pays du monde – sur la première ville francophone d’Amérique du nord, le mardi 6 juin 2017.

#ObamaMTL ou encore #ObamaCCMM, des Hashtag (mots clés) qui ont fait le buzz, hier, à l’occasion de la visite de l’ancien président Barack Obama dans la métropole québécoise du Canada. Montréal, puisque c’est de cette ville dont-il s’agit, a eu droit à une journée spéciale sur les médias sociaux. Des milliers d’internautes suivaient, de bout en bout, tout ce qui se disaient ou que disait l’hôte de marque, à travers tweets et retweets, depuis l’autre bout du monde. Au-delà du grand « discours d’espoir » prononcé par Barack Obama et ses « belles réponses », au Palais des congrès de Montréal, notamment sur l’ordre mondial, le changement climatique, l’éducation, les élections françaises, la politique américaine et les avancées du Canada. Bien d’autres choses n’ont peut-être pas retenues l’attention des uns et des autres : ce sont surtout les à-côtés de cette visite ou l’Obamania montréalaise.

1800 $ pour voir Obama !

D’abord, il faut souligner que 6000 billets avaient déjà été vendus en quelques minutes, lors de leur mise en vente, quelques semaines avant la venue de Barack Obama à Montréal. Mais le jour-J, des billets se trouvaient sur des sites de revente (comme un marché noir) pour des sommes de 1800 dollars.

Plus de 100 journalistes ont été accrédités pour l’événement. Cinq chaînes de télévision ont diffusé en direct le discours, dont la chaîne américaine CNN. Les autres chaînes sont toutes canadiennes (TVA, RDI, CTV et Global). Les membres des médias sont entrés à 14h, au Palais des congrès, sous l’œil de nombreux policiers. Le public commencera à entrer vers 15h. L’équipement des journalistes, photographes et cameramans a été fouillé par des chiens renifleurs.

Selon les organisateurs, entre 200 et 300 politiciens et « VIP » dont le PM Québécois Philippe Couillard se sont rendus pour le discours de Barack Obama. Au moment de prendre la parole vers 17h50, il y avait exactement 6000 personnes dans la salle du palais des Congrès de Montréal.

Le président Obama a foulé le sol montréalais vers 14h30. Près d’une heure après son atterrissage à l’aéroport international Pierre-Elliot-Trudeau, il a pris la direction du centre-ville, à bord d’une limousine équipée de gyrophares, accompagnée de plus de cinq véhicules utilitaires sport. Pour ceux qui croyaient que l’homme ne serait pas seul se sont trompés. M. Obama a fait le voyage seul, puisque l’ex-première dame Michelle Obama devrait prononcer, le même jour, une conférence dans un événement organisé par Apple en Californie.

De l’Obamania autour du resto…

Si la Chambre de commerce n’a pas voulu divulguer le cachet de Barack Obama. Rappelons qu’en avril, lorsqu’il a prononcé un discours financé par Wall Street, il aurait reçu 400 000 $ US. « Le président et chef de la direction de la Chambre de commerce, Michel Leblanc, dit n’avoir aucune idée des coûts de la sécurité entourant la venue du président à Montréal, qui, dit-il, incombe aux services de sécurité municipal et fédéral », rapporte le journal Lapresse.

Après avoir prononcé son discours à la Chambre de commerce, c’était au tour du premier ministre canadien de recevoir son « ami » Obama, dans son “resto” préféré de Montréal, vers 19h où plus de 1500 personnes s’y sont rendues pour voir le 44ème président des États-Unis. Ensemble jusqu’à 22h30, Justin Trudeau et Barack Obama auraient mangé « Homard et asperges du Québec » et bu du « vins ontariens », savamment préparés par le chef David McMillan et son équipe du restaurant Liverpool House, sur la rue Notre-Dame Ouest, dans la Petite-Bourgogne.

Cette image de deux amis, détendues à table -, accompagnée de ces quelques mots : « Comment amener de jeunes leaders à agir dans leur communauté ? Merci @BarackObama d’être venu dans ma ville pour nous livrer vos réflexions » – tweeté par M. Trudeau, continue de faire le tour du monde avec plus de 1000 retweets en moins de 24h. C’est cela, l’Obamania montréalaise !

Crédit photo:
| Photo compte twitter @JustinTrudeau |

Baba Idriss Fofana est Journaliste depuis 2010 et Blogueur depuis 2012 sur la plateforme de Radio France International – Mondoblog – où il anime notamment des chroniques politiques et faits de société. Ayant également fait des études de Marketing et de Management, il a occupé dans différents pays les fonctions d’Assistant en communication politique et Responsable des communications.

Lire la suite
Publicité
Cliquez pour commenter

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Actualités

Kofi Annan, 1er Noir africain à diriger l’ONU, s’est éteint à 80 ans

Redaction Avant Premiere

Publié

le

Kofi Annan en 2012/Wikipédia

Kofi Atta Annan, né le 8 avril 1938 à Kumasi au Ghana, est mort le samedi 18 août 2018 en Suisse, dans un hôpital de Berne, à l’âge de 80 ans. Diplomate, homme politique, économiste et homme d’État ghanéen, il fut le septième secrétaire général des Nations unies et le premier à sortir des rangs du personnel de l’organisation. Il a occupé cette fonction de 1997 à 2006. Le 10 décembre 2001, il reçoit le prix Nobel de la paix.

Wikipédia

Crédit photo:
Kofi Annan en 2012/Wikipédia
Lire la suite

Actualités

Aretha Franklin, monument de la musique, s’en est allée à 76 ans

Redaction Avant Premiere

Publié

le

Aretha Franklin durant la cérémonie d'investiture de Barack Obama en 2009/Wikipédia

Connue sous le nom de Queen of Soul, Aretha Franklin, née à Memphis (États-Unis), est décédée jeudi 16 août à son domicile de Detroit, selon son représentant, Gwendolyn Quinn, à l’âge de 76 ans d’un cancer du pancréas.

« Dans l’un des moments les plus sombres de notre vie, nous ne sommes pas en mesure de trouver les mots appropriés pour exprimer la douleur dans notre cœur. Nous avons perdu la matriarche et le roc de notre famille. L’amour qu’elle avait pour ses enfants, ses petits-enfants, ses nièces, ses neveux et ses cousins ​​ne connaissait aucune limite », a déclaré la famille de Franklin dans le communiqué.

« Nous avons perdu la matriarche et le roc de notre famille. L’amour qu’elle avait pour ses enfants, ses petits-enfants, ses nièces, ses neveux et ses cousins était illimité »

– Famille Franklin

Reine incontestée de la soul, Aretha Franklin était l’une des plus grandes voix américaines et une figure emblématique de la communauté noire, qui a marqué des générations entières d’artistes. Sa dernière apparition à Montréal remonte au Festival de Jazz de 2014. En juin dernier, la diva a dû annuler un concert prévu au Festival de jazz de Toronto, sur l’ordre du médecin. Il devait s’agir de son dernier avant la retraite.

« Dans sa voix, nous pouvions lire notre histoire »

– Barack Obama, ex-président des États-Unis

Très touchées par la disparition de Queen of Soul, plusieurs vedettes et personnalités du monde n’ont pas tardé à rendre hommage à Mme Franklin. Au nombre de ceux-ci, Barack Obama a salué la “divine” Aretha Franklin et le rôle qu’elle a joué pour “façonner l’Amérique”.

« Dans sa voix, nous pouvions lire notre histoire, dans son entièreté et dans toutes ses nuances : notre puissance et nos peines, notre côté sombre et notre lumière, notre quête de la rédemption et le respect gagné difficilement », a commenté l’ex-président américain, à l’investiture duquel la légende de la soul avait chanté.

Aretha Franklin : 75 millions de disques vendus !

Pour le chanteur portoricain Ricky Martin, Aretha Franklin, la première femme à avoir été admise au Rock and Roll Hall of Fame, le panthéon américain du rock, « sera à jamais remémorée et admirée ».

Rappelons qu’Aretha Franklin aura vendu 75 millions de disques et reste aujourd’hui l’artiste féminine ayant vendu le plus de disques vinyles dans l’histoire de l’industrie discographique. Elle est en 1987 la première femme à intégrer le Rock and Roll Hall of Fame. Le magazine Rolling Stone la place première au classement des meilleurs chanteurs de tous les temps

Crédit photo:
Aretha Franklin durant la cérémonie d'investiture de Barack Obama en 2009/Wikipédia
Lire la suite

Actualités

Québec 2018 : Voter par la poste de l’extérieur avant le 1er octobre, c’est possible!

Redaction Avant Premiere

Publié

le

Photo libre de droit

À l’approche du déclenchement des élections générales provinciales, Élections Québec a invité, mercredi 15 août, les électrices et électeurs québécois qui seront temporairement à l’extérieur de la province les jours de vote à faire une demande d’inscription au vote hors Québec.

Vous pourriez voter par la poste si vous remplissez les conditions d’admission et que vous faites une demande d’inscription au plus tard le mercredi 12 septembre à 23 h 59, heure du Québec.

Au total, il y a huit jours pour voter : sept jours de vote par anticipation, du 21 au 27 septembre, et le jour même des élections, le 1er octobre.

Pour voter hors Québec, vous devez être une électrice ou un électeur et vous deviez avoir votre domicile dans la province depuis 12 mois consécutifs au moment de votre départ. Vous devez également avoir quitté le Québec depuis 2 ans ou moins, sauf exception, et avoir l’intention d’y revenir.

Sept jours de vote par anticipation…

L’exception au délai de deux ans vise les personnes affectées à l’extérieur de la province pour le compte du gouvernement du Québec ou du Canada, incluant les Forces armées canadiennes, ou d’un organisme international dont le Québec ou le Canada est membre et auquel il verse une contribution. Si vous êtes dans cette situation et que vous avez quitté le Québec depuis plus de deux ans, vous êtes donc admissible à voter hors Québec.

Lors des dernières élections générales, en avril 2014, plus de 18 000 électrices et électeurs se sont inscrits au vote hors Québec.

Rappelons que pour être une électrice ou un électeur, une personne doit :

  • avoir 18 ans ou plus;
  • avoir la citoyenneté canadienne;
  • avoir son domicile au Québec depuis six mois;
  • ne pas être sous curatelle ou avoir perdu ses droits électoraux.

La demande d’inscription pour voter hors Québec

Le site www.elections.quebec fournit plus d’information et permet de faire une demande d’inscription en ligne ou de télécharger un formulaire pour faire une demande par télécopieur ou par la poste.

Source : Directeur général des élections

Crédit photo:
Photo libre de droit
Lire la suite

en-avant

X
X