Suivez-nous

Actualités

OIF : l’Afrique et le Canada se partagent les plus hauts postes

Avatar

Publié

le

Catherine Cano, nouvelle administratrice de l'OIF depuis mars 2019.

Après l’élection de l’ex-ministre des Affaires étrangères du Rwanda, Louise Mushikiwabo, au poste de secrétaire générale de l’Organisation internationale de la francophonie (OIF) en octobre 2018, c’est une Canadienne qui vient de prendre les commandes du deuxième plus haut poste de l’OIF.

La Québécoise Catherine Cano accède aux plus hautes instances de l’Organisation internationale de la Francophonie (OIF), à titre d’administratrice, et devient ainsi la première femme de l’histoire à occuper cette fonction. Celle qui dirige actuellement la chaîne parlementaire CPAC à Ottawa, qui a été cadre à Radio-Canada, à RDI ainsi qu’à Al-Jazeera, a aussi travaillé brièvement en politique au sein de l’équipe des communications du Parti libéral du Canada, au Québec, dans les années 80.

Catherine Cano succède en 2019 au Malien Adama Ouane, nommé en mars 2015 sous Michaëlle Jean. M. Ouane avait remplacé un autre Québécois, Clément Duhaime, qui a exercé la fonction d’administrateur de l’OIF de 2005 à 2015 sous Abdou Diouf.

La nomination de Mme Cano est « une reconnaissance du leadership canadien au sein de la Francophonie quand vient le temps de promouvoir les valeurs de démocratie et de transparence, ainsi que le respect des droits de la personne », a commenté Mélanie Joly, ministre du Tourisme, des Langues officielles et de la Francophonie du Canada.

Une reconnaissance du leadership canadien…

Adama Ouane, administrateur de l’OIF de 2015 à 2019.

La nouvelle administratrice de l’OIF aura pour mandat de mettre en œuvre des documents adoptés lors des récents sommets. Il s’agit entre autres de la Stratégie de la Francophonie pour la promotion de l’égalité entre les femmes et les hommes, des droits et de l’autonomisation des femmes et des filles, en plus d’entreprendre des réflexions sur l’avenir de la Francophonie et de répondre aux priorités des États et gouvernements membres.

« Grâce à ses diverses expériences en gestion, de même qu’à sa vaste connaissance des médias, des processus parlementaires et des enjeux internationaux, Mme Cano sera un atout précieux pour l’OIF et ses membres alors que l’Organisation se prépare à la tenue du Sommet de Tunis en 2020, qui marquera son 50e anniversaire. »

– Mélanie Joly, ministre du Tourisme, des Langues officielles et de la Francophonie du Canada

La ministre des Relations internationales et de la Francophonie du Québec, Nadine Girault, croit savoir que la « gestionnaire aguerrie », saura mettre à profit son expérience et son expertise dans la poursuite de la modernisation de la gouvernance de l’OIF, une priorité pour le gouvernement du Québec. « Je suis très fière que le Québec soit bien représenté au sein des plus hautes instances de l’OIF », a fait valoir Mme Girault.

Québec et Ottawa vont favoriser un plus grand déploiement de la Stratégie économique

Clément Duhaime, Administrateur de l’OIF de 2005 à 2015.

Faut-il le souligner, Mme Cano travaillera en collaboration avec les gouvernements du Canada, du Québec, du Nouveau-Brunswick et d’autres membres de l’OIF pour mener à bien la mission de l’Organisation, notamment en ce qui a trait à la promotion et à la défense de la langue française, y compris dans la sphère numérique, mais également à la croissance économique de l’espace francophone. À ce titre, le Québec et le Canada entendent favoriser un plus grand déploiement de la Stratégie économique pour la Francophonie, en plus de poursuivre leurs travaux en faveur d’une gestion rigoureuse et transparente des ressources de l’OIF.

À lire : La Francophonie en chiffres depuis l’élection de Louise Mushikiwabo en 2018

Rappelons que le gouvernement du Québec est membre de l’OIF depuis 1971. Il a été le premier État fédéré à y obtenir le statut de membre de plein droit. Le Canada a été l’un des membres fondateurs de l’Agence de coopération culturelle et technique, devenue l’OIF en 2005. Il œuvre activement au sein de la Francophonie internationale depuis sa création. Avec l’appui de ses partenaires provinciaux, il a été l’un des premiers pays à faire la promotion de la Francophonie et a soutenu la création de ses institutions.

Lire la suite
Publicité
Cliquez pour commenter

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Actualités

Montréal : Ouvert ou fermé pendant le congé de Pâques?

Avatar

Publié

le

Cette année on ira à la chasse aux cocos, le dimanche, 21 avril. Plusieurs établissements et certains commerces seront fermés le vendredi 19 avril et le lundi 22 avril, à l’occasion du congé pascal. Consulter cette liste afin de mieux planifier vos déplacements.

Les commerces

Le vendredi 19 avril, le samedi 20 avril et le lundi 22 avril 2019, les commerces de détail pourront ouvrir leurs portes au public selon les heures d’ouverture habituelles.

Le dimanche, 21 avril, ils seront fermés, sauf les établissements d’alimentation et les pharmacies.

Les succursales de la Société des alcools du Québec (SAQ) et les commerces d’alimentation de petite surface peuvent ouvrir toute la journée.

Les banques

Elles seront fermées à partir de vendredi, et ouvriront leurs portes lundi selon leur horaire habituel.

Services municipaux

Les bureaux municipaux seront fermés durant tout le congé de Pâques, incluant le lundi 21 avril.

STM, autobus et métro

Les horaires d’autobus sont modifiés le vendredi et le lundi de Pâques.

Le métro offrira ses services habituels mais à une fréquence réduite pour la plupart des lignes.

Le Planétarium, le Jardin botanique et certains musées

Ils seront ouverts les 19, 20, 21 et 22 avril.

La Grande Bibliothèque BAnQ

Elle sera ouverte seulement vendredi, samedi et dimanche.

Lire aussi : Où et comment les Québécois passent leurs vacances de Pâques?

Lire la suite

Actualités

La grève a généré une perte de 270 M$ à Postes Canada

Avatar

Publié

le

Postes Canada a déclaré ce jeudi, 18 avril, avoir enregistré une perte avant impôts de 270 millions de dollars pour 2018.

Les facteurs liés aux grèves des employés qui ont eu lieu l’automne dernier sont entre autres en cause du déficit de l’entreprise.

Plusieurs revendications étaient au cœur du litige, soit l’égalité salariale, la rémunération des facteurs en milieu rural et suburbain, la sécurité d’emploi, la surcharge de travail, etc.

Postes Canada en grève, les PME lancent l’alarme

Facteurs principaux de la perte

Le bilan annuel du secteur est tombé quelques mois après les grèves tournantes du 22 octobre au 27 novembre, et les décisions prises par les parties, patronale et syndicale.

Les facteurs principaux qui ont engendré la perte sont les suivants :

  • La décision sur l’équité salariale a coûté 280 millions de dollars à l’entreprise
  • Les arrêts de travail ont engendré 135 millions de dollars de perte
  • « Ces deux facteurs étant en partie compensés par un troisième, soit un profit de 48 millions de dollars après une mise à jour actuarielle dans le calcul des coûts liés à l’indemnisation des accidents du travail », explique le communiqué.

Postes Canada a affirmé aujourd’hui dans un communiqué que ces pertes « représentent une baisse de 346 millions de dollars par rapport à 2017. »

L’entreprise a précisé notamment que pendant la période d’arrêts du travail ses clients se sont retournés vers les concurrents. Cette situation a engendré une baisse des volumes, dont l’effet sur la perte avant impôts de 2018 est estimé à 135 millions de dollars.

Lire aussi : Vendredi fou et Cyberlundi : Postes Canada panique face à la grève tournante

Lire la suite

Actualités

Montréal : La saison des pluies commence demain

Avatar

Publié

le

Malgré des pluies abondantes sur Montréal, les températures seront douces durant le congé de Pâques.

D’ici la fin du mois les températures seront clémentes avec une moyenne de 10o C. Le 30 avril, Montréal atteindra environ 16o C. Météo Média prévoit des précipitations abondantes jusqu’au 21 avril.

Hausse du niveau d’eau du fleuve Saint-Laurent

Québec est sur le qui-vive car les pluies peuvent provoquer « un ruissellement considérable dans plusieurs secteurs du Québec », indique le Ministère de la Sécurité publique. Les régions du Centre-du-Québec, de la Chaudière-Appalaches, de l’Estrie, de Lanaudière, des Laurentides, de l’Outaouais ainsi que dans l’archipel de Montréal sont surveillées de près afin de prévenir débordements et situations problématiques.

Le ministère estime que la période critique débute à partir de demain, 18 avril. « Les quantités de pluie prévue combinées à une hausse des débits des cours d’eau provoqueront une hausse du niveau d’eau du fleuve Saint-Laurent, ce qui pourrait causer un débordement dans le secteur de Québec », précise le communiqué.

Lire aussi : Des araignées géantes débarquent à Montréal

Lire la suite
Publicité

Nous suivre sur Facebook

en-avant