Suivez-nous

Actualités

Orientalys 2017, l’expansion de l’orient canadien

Hanen Hattab

Publié

le

Le festival Orientalys 2017 a commencé hier, 10 août, avec des nouvelles têtes d’affiches et activités qui visent, comme dans les éditions passées, à tisser des liens intercommunautaires et à faire rayonner les arts et les traditions des pays qui composent la culture orientale.

Le festival Orientalys se tient cette année sur le quai de l’horloge, au vieux port de Montréal, du 10 au 13 août. Deux scènes installées en L, dans les coins du parcours du festival, ont accueilli, le jour de l’ouverture, dans une ambiance conviviale, des chanteurs, des troupes de danses, des performances participatives et un défilé de mode.

« Orientalys, c’est le petit frère du Festival du Monde arabe qui existe depuis dix-huit ans à Montréal. Nous bénéficions d’un grand réseau d’artistes et de structures culturelles. On reçoit des artistes qui viennent de partout du Canada : Montréal, Ottawa, Sherbrooke, etc. On est aussi en contact avec des organismes culturels, comme le centre culturel marocain et le centre culturel algérien qui font venir des artistes du Maghreb ou des autres pays orientaux. On essaye, à chaque nouvelle édition, de varier notre programmation en proposant des nouvelles activités et en donnant des espaces à des communautés établies au Canada qui n’ont pas participé auparavant. Cette année, on reçoit douze pays. », a expliqué Mme. Jessica Lubino, adjointe aux communications du festival.

Cette édition a bénéficié d’une aide financière gouvernementale de 50 000 $. « Le gouvernement du Québec est fier de soutenir Orientalys, un événement émergent qui célèbre la culture orientale dans un climat d’ouverture propre à Montréal. Favorisant la cohésion sociale, ce rassemblement festif contribue à l’attractivité et au rayonnement de notre métropole, à l’échelle nationale et internationale. » a déclaré M. Martin Coiteux, ministre des Affaires municipales et de l’Occupation du territoire, ministre de la Sécurité publique et ministre responsable de la région de Montréal

Le Maghreb et l’Afghanistan ouvrent le bal

Des tentes et des kiosques abritent, pendant la journée, des ateliers de calligraphie, de danse et de gastronomie de plusieurs pays. Rai, Gnawa, danse folklorique, électro et jazz teintés de sonorités orientales font le plaisir des orthodoxes et des passionnés de l’éclectique.

« Cette année, on va jusqu’à la Chine. Pour la première fois, l’Afghanistan est présent dans l’espace pays d’orient et aussi sur scène. On reçoit, en général, un public averti ; mais on est aussi beaucoup touché par les touristes. », a précisé Mme. Jessica.

Hier, les curieux ont découvert la danse afghane avec le groupe Valeska et Mariam, la musique spirituelle populaire marocaine Isawa avec la troupe montréalaise Aissawa Basmate. Briga, alias Brigitte Dajczer, a présenté des morceaux de son nouvel album décrit par Yves Bernard dans Le Devoir comme étant un savoureux mélange balkano-québécois  »à l’accent Turbo-Folk’. L’élève du maâlem Hmida Boussou, maâlem Rachid Salamate, a animé la fin de la soirée avec son gembri résonnant des mélodies ancestrales gnawa.

« C’est ma deuxième participation dans le festival. Je performe à Montréal avec ma troupe, depuis 2008. On est considéré  »maalem » lorsqu’on joue très bien au gembri , et lorsqu’on développe son style personnel. », a expliqué maâlem Rachid.

« C’est ma première performance au festival Orientalys. Avec le batteur, on mélange la musique contemporaine et gnawa dans le style jazz fusion. On réarrange le diwan, c’est-à-dire le répertoire classique en rajoutant de nouvelles couleurs sonores et des instruments occidentaux», a expliqué Adam Key, alias Aisawi Adam, le pianiste du groupe Salamate Gnawa.

L’écriture de l’exil et de l’identité

Pour la première fois, cette année le festival Orientalys donne un espace de parole et de rencontre à la littérature de l’exil. « Plusieurs auteurs issus de la diaspora arabe et berbère sont présents, pendant les quatre jours, pour échanger avec le public sur l’identité, l’interculturalité et l’immigration à travers l’essai, le roman et la poésie. », a souligné Mme. Jessica. Les auteurs arabophones installés au Québec, écrivant chacun dans son coin, dans sa langue maternelle en français et en anglais, auront des tribunes pour dévoiler leurs expériences et discuter de l’avenir de la littérature de la diaspora arabe.

« Plus de deux cents titres et trente auteurs seront présentés pendant des conférences, des débats, des tables rondes et des dédicaces qui se tiendrons pendant les quatre jours du festival. », a précisé Mme. Jessica.

Crédit photo:

Hanen Hattab est doctorante en sémiologie à l’UQAM. Ses recherches portent sur les pratiques d’art et de design subversifs et contre culturels comme le vandalisme artistique, le sabotage et les détournements culturels dans l’illustration, les arts graphiques et la sculpture.

Lire la suite
Publicité
Cliquez pour commenter

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Actualités

Quoi porter aux soirées de fin d’année ?

Publié

le

Pour celles qui ne veulent plus de la petite robe noire ou de la jupe plissée de l’année passée, la mode de l’hiver 2019 lui réserve des tenues intemporelles et originales. Voici nos coups de cœur vus à Montréal.

Tout ce qui brille est tendance, vous l’avez certainement remarqué.Les  paillettes et les sequins sont partout, alors laissons les aux gens qui veulent suivre les tendances et cherchons du côté des intemporels. Le tissu métallique est une bonne alternative. L’ensemble de jupe côtelée et de haut col montant de Judith et Charles est à la fois discret et pétillant. Nous aimons aussi ce modèle élégant de Zara aux lignes fluides et au décolleté dorsal plongeant.

Crédit photo Zara
Crédit photo Judith et Charles

Porté sur un jean basique ou aussi avec un pantalon nude ou noire, ce haut de la marque IRO captera à lui seul par ses formes et ses broderies contemporaines.

Crédit photo IRO

Petits budgets, pas de panique. Cet ensemble de pantalon et de chandail rouge donne un total look sport chic et festif.

Crédit photo H&M

Deux sacs nous ont capté chez Aldo, le sac métallique qui peut être associé à toutes les tenues. Et la sacoche texturée marbre très atypique qui peut rehausser une petite robe rose fuchsia ou vert gazon, les couleurs de la saison.

Crédit photo Aldo

La tenue on peut aussi la composer en commençant par le bas. Ces bottines de la marque Intervalles peuvent être mariées avec une combi couleur noire ou pastel.

Crédit photo Intervalle

Et enfin pour souligner une tenue simple ou chargée, la collection de pendentifs de Swarovski propose une panoplie de formes et de compositions qui allient classicisme et modernité.

Crédit photo Swarovski

Lire aussi : Noël, idées cadeaux atypiques et savoureux

Lire la suite

Actualités

#Macron20h, pour mettre fin à la crise des gilets jaunes…

Publié

le

En lien avec la crise des gilets jaunes, l’hashtag #Macron20h est l’un des mots clés les plus populaires et suivis ce lundi 10 décembre 2018 sur le réseau social Twitter. En cause, le chef de l’État français, Emmanuel Macron, a décidé de sortir de son mutisme pour s’adresser à ses concitoyens à 20 h, heure de Paris.

Cette allocution d’Emmanuel Macron qui cristallisait toutes les attentions, dans le monde entier, va-t-elle mettre fin à la crise des gilets jaunes qui secoue la France depuis le 17 novembre dernier? En tout cas, le chef a essayé de faire son mea culpa et bien plus que ça!

Tout en décrétant « l’état d’urgence économique et sociale », le président Macron a annoncé une augmentation du SMIC (salaire minimum interprofessionnel de croissance) de 100 euros par mois dès 2019, la défiscalisation des heures supplémentaires, et une annulation de la hausse de la contribution sociale généralisée (CSG) pour les retraités percevant moins de 2000 euros.

Macron déclare l’état d’urgence économique et social…

La sortie du président français était très attendue par le mouvement des gilets jaunes pour désamorcer la crise. Ces derniers, les gilets jaunes, qui dénoncent leur paupérisation, revendiquent entre autres un SMIC à 1 300 euros, la fin de la hausse des taxes sur le carburant, l’indexation à l’inflation du salaire de tous les Français ainsi que les retraités et les allocations, la baisse du prix du gaz, de l’électricité, la limitation des loyers et l’augmentation de logements à loyers modérés, la création d’emplois pour les chômeurs etc. La liste est longue!

Le déploiement de 89 000 forces de l’ordre, une douzaine de blindés de la gendarmerie, n’ont pas suffi a ramené le calme samedi 8 décembre. Les violences engendrées par les manifestations ont occasionné près de 2 000 interpellations dont 1 700 gardes à vue au quatrième jour de la contestation dans l’ensemble du pays. Et le ministère de l’Intérieur faisait état de 31 000 manifestants, 135 blessés, dont 17 policiers.

M. Macron, issu d’un mouvement politique qui ne se réclame ni de la gauche, ni de la droit, qui a gagné la confiance des Français en mai 2017, a vu devant lui depuis quatre semaines, des gens qui eux aussi ne se réclament ni de la droite, ni de la gauche mais très déterminés dans leur revendication.

Malgré ces “mesures fortes”, il est clair qu’Emmanuel Macron ne sera pas capable de satisfaire à toutes les demandes, les exigences et revendications des uns et des autres. Cependant, ce discours pourrait déboucher sur une sorte de dialogue avec les protestataires et mettre fin à la violence que le président a condamné sans resserve.

En attendant la position officielle du mouvement des gilets jaunes, même si certains d’entre eux estiment que les « gestes » du président sont insuffisants, les commentaires et autres spéculations vont bon train sur les réseaux sociaux, notamment sur Twitter avec l’hashtag #macron20h. 

À lire aussi : Macron, un « jeune bourré » de stéréotypes sur les Africains

Lire la suite

Actualités

2030 : Les défis économiques du tourisme canadien

Publié

le

Le potentiel du tourisme canadien dans la croissance économique a été exploré dans une étude dont le résumé a été publié ce lundi,10 décembre, sur Destination Canada. La prochaine stratégie politique fédérale du secteur prendra en considération cette étude.

Le résumé du rapport s’intitule Exploiter le potentiel de l’économie touristique canadienne. Il propose des données qui seront utilisées par le Comité conseil sur l’emploi et l’économie du tourisme dans le cadre d’une nouvelle stratégie canadienne du secteur.

Mélanie Joly, la ministre du Tourisme, a souligné, à partir du rapport, les éventuelles retombées socio-économiques du tourisme sur la classe moyenne. En effet, le secteur pourrait générer 180 000 emplois. « L’économie touristique est l’une des plus importantes occasions de croissance pour le Canada », a-t-elle affirmé.

En se basant sur une approche comparative, l’étude a montré que « le potentiel du tourisme canadien est loin d’être pleinement exploité. »

Les valeurs à exploiter et les défis du secteur

Selon le rapport le nombre de touristes étrangers pourrait atteindre 47 millions en 2030. Cette augmentation serait en mesure de rapporter plus 25 milliards de dollars. Et ce sachant qu’en 2017, cette catégorie a généré des revenus de plus de 21 milliards de dollars au pays.

L’étude a relevé les obstacles principaux auxquels face le tourisme canadien. Pour atteindre ses objectifs économiques, le secteur doit ainsi confronter les défis suivants : La concentration de la demande, la difficulté d’accès au pays, la pénurie de main-d’œuvre, l’insuffisance des investissements et une gouvernance non intégrée.

Le rapport a notamment mis en exergue les avantages qui peuvent attirer les touristes étrangers. Le Canada doit par exemple tabler sur le fait qu’il est un pays sûr et accueillant et qu’il regorge d’une fouled’attractions naturelles, etc. De fait l’étude recommande en outre la création de nouvelles expériences liées à la nature, l’augmentation des logements touristique et le développement du transport terrestre et aérien.

Lire aussi : Tourisme au Québec : une année exemplaire

Lire la suite

en-avant