Suivez-nous

Monde

OTAN – le Canada refuse de se laisser influencer par les États-Unis

Publié

le

CDS Canada CEMD / Twitter

Une tribune du 26è Sommet traditionnel de l’Organisation du traité de l’Atlantique nord (OTAN), tenu les 11 – 12 juillet à Bruxelles, a été une autre occasion pour le président américain de ‘’taper’’ une fois de plus sur la plupart de ses alliés.

Donald Trump dénonce la faiblesse des dépenses militaires des membres de l’Alliance dont le Canada. Il affirme que les pays qui ne consacrent pas 2 % de leur PIB à la défense sont « débiteurs » des États-Unis. « En ce qui concerne l’OTAN, le Canada a toujours fourni sa part d’efforts. Notre engagement envers l’OTAN n’a cessé de grandir au cours des dernières années, et ce, avec raison. L’OTAN reflète les valeurs canadiennes et joue un rôle essentiel pour maintenir l’ordre international fondé sur des règles. Nous continuerons de répondre à l’appel et de travailler avec nos alliés en vue de bâtir un monde plus sûr et pacifique pour nos citoyens et les gens partout sur la planète », a déclaré Justin Trudeau dans un communiqué.

Les pays membres de l’OTAN ont discuté du lancement d’une mission de formation des forces de sécurité irakiennes, dont le commandement sera assuré par le Canada.

Le premier ministre canadien a annoncé, mercredi, à l’ouverture de la rencontre, que Canada va conduire une nouvelle mission de formation militaire en Irak en automne prochain, avec le déploiement d’environ 250 membres des Forces armées à Bagdad jusqu’en 2019. « Nous sommes heureux de soutenir à nouveau le programme de système aéroporté d’alerte et de contrôle, dont le gouvernement précédent s’était désengagé. Le Canada démontre ainsi son ferme engagement envers l’Alliance ainsi que la paix et la sécurité dans le monde », ajouté M. Trudeau.

Tout en louant cette contribution du Canada, en réponses aux critiques du président Trump, la ministre des Affaires étrangères canadienne a indiqué que “le Canada est un pays souverain” qui décide lui-même de ses politiques étrangères. « Notre première, et vraiment notre seule considération, était ce qui servait l’intérêt national canadien, […] ce qu’il convenait de faire pour le Canada compte tenu de notre rôle dans le monde et du très grand intérêt que nous avons pour un ordre international fonctionnel et fondé sur des règles », a confié Chrystia Freeland à Radio-Canada.

« Le Canada est un pays souverain »

Pour rappel, en octobre 2017, les forces spéciales canadiennes avaient temporairement suspendu leurs activités de formation des forces irakiennes et kurdes dans la foulée de l’escalade des affrontements intervenue entre ces deux factions. Environ 200 commandos canadiens offraient de l’aide et de l’assistance de terrain dans le nord de l’Irak depuis la fin de 2014, dans le cadre d’une tentative visant à vaincre des militants du groupe armé État islamique.

Le financement de cette nouvelle mission proviendra du budget déjà prévu dans le cadre de l’opération IMPACT, à laquelle le Canada contribue depuis la fin 2014, au sein de la Coalition mondiale contre le groupe armé État islamique.

Le gouvernement Trudeau avait refusé de prendre parti dans la dispute opposant Bagdad et les Kurdes, et a plutôt exhorté les deux camps à amorcer des pourparlers. Aujourd’hui, la situation semble revenue à la normale puisque les forces spéciales canadiennes seront de retour en automne. Ils seront chargés de former les militaires irakiens sur le terrain, notamment sur les méthodes permettant de désamorcer des engins explosifs. On annonce la mise à contribution de quatre hélicoptères Griffon de l’Aviation royale canadienne.

Crédit photo:
CDS Canada CEMD / Twitter
Lire la suite
Publicité
Cliquez pour commenter

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Actualités

Quinze morts dans le crash d’un avion militaire iranien

Publié

le

L’armée iranienne a déclaré ce lundi, 14 janvier, le crash d’un avion militaire cargo Boeing 707. L’accident a causé la mort de 15 personnes parmi les 16 à bord.

L’avions s’est écrasé près de l’aéroport de Fath situé dans la province centrale d’Alborz, en Iran.

Shahin Taghikhani, porte-parole de l’armée, a déclaré à la télévision officielle qu’il s’agit d’un avion iranien et que toutes les personnes à bord sont des citoyens iraniens. La déclaration de l’armée est intervenue à la suite de rapports contradictoires sur le propriétaire de l’avion.

La télévision a annoncé que des équipes de secours avaient été envoyées dans la région, entre les aéroports de Fath et de Payam, où l’avion devait atterrir.

« Le mécanicien à bord a survécu et a été conduit à l’hôpital » , a annoncé l’armée dans un communiqué relayé par l’agence de presse Fars. Celle-ci a affirmé que la boîte noire de l’avion a été retrouvée sur le site de l’accident.

« Le Boeing 707 qui transportait de la viande de Bichkek au Kirghizistan avait demandé un atterrissage d’urgence à l’aéroport de Fath … « , a déclaré l’armée dans le communiqué. « Il est sorti de la piste pendant l’atterrissage et a pris feu après avoir heurté le mur au bout de la piste », ont-ils précisé.

Source : Reuters

Lire aussi : Hiver 2019 au Canada : une ONG internationale vole au secours des sans-abris

Lire la suite

Actualités

« Je suis Charlie », il y a quatre ans, jour pour jour

Publié

le

Le 7 janvier 2015 est une date qui a marqué l’histoire de la France et de la presse. Il y a 4 ans, jour pour jour, 17 personnes ont été assassinées dans les locaux du journal satirique hebdomadaire Charlie Hebdo, Montrouge et un Hyper Cacher. Les coups de kalachnikov tirés par les frères Chérif et Saïd Kouachi ont aussi percuté de plein fouet la liberté de l’expression et de la presse.

Le président Emmanuel Macron a tweeté aujourd’hui : «  Ceux qui se sont lâchement attaqués à Charlie Hebdo, il y a 4 ans déjà, combattaient la liberté d’expression et donc la République. La République est toujours là, et la liberté d’expression plus forte que jamais. Nous n’oublions pas ceux qui ont payé cela de leur vie. »

Pour commémorer cet anniversaire douloureux, une cérémonie a été organisée ce lundi, 7 janvier 2019, devant les lieux du drame, en présence des familles, proches et autorités. Il y a aussi du nouveau dans l’enquête de ces assassinats terroristes, revendiqués par le groupe Al-Qaida du Yémen.

Selon l’AFP le 25 décembre dernier « le parquet de Paris a requis 14 personnes impliquées à divers degrés dans ces attentats. »

Lire aussi : #Macron20h, pour mettre fin à la crise des gilets jaunes…

Lire la suite

Monde

Des migrants bloqués en mer, « un nouveau record de la honte » selon les ONG

Publié

le

En 2018, parmi les 113.482 migrants qui ont risqué leurs vies en Méditerranée pour joindre l’Europe, le Haut-comité des Nations unies pour les réfugiés (UNHCR) compte 2.262 morts. Si les opérations de sauvetages effectuées par les ONG en mer ont permis de sauver plusieurs vies, les décisions politiques entravent souvent leurs missions.

Ce vendredi, 4 janvier, les organisations se sont indignées contre les pays européens qui ont refusé de coopérer afin d’accueillir des migrants coincés en plein mer dans des conditions inhumaines.

Un collectif d’associations humanitaires et de défense des droits de l’Homme a déclaré qu’avec cette situation l’Europe est en train de battre « un nouveau record de la honte ».

Les faits : Une trentaine de migrants, sauvés au large de la Libye il y a deux semaines, sont coincés derrière les côtes maltaises en attendant les décisions des gouvernements interpellés afin de joindre le continent.

Selon l’AFP, « les Pays-Bas, l’Allemagne, l’Italie et l’Espagne se sont d’abord montrés très réticents à accueillir ces migrants. Mais Berlin et La Haye ont finalement donné leur feu vert, à condition que d’autres pays se joignent à eux. » De son côté Malte avait refusé que le navire accoste chez eux.

Des enfants qui souffrent parmi les migrants coincés

Sea-Watch 3, le navire affrété par une ONG allemande qui a effectué le sauvetage, a témoigné des mauvaises conditions physiques et psychologiques des migrants. Alessandro Metz, un des responsables de ce collectif, a rapporté que trois enfants « risquent l’hypothermie et la déshydratation. » (AFP)

Si les ONG font souvent face à ce type d’imbroglio, ils dénoncent surtout l’absence d’un mécanisme européen pérenne.

Lire aussi : Le Canada concocte un plan pour chasser 10 000 « faux immigrants » par an

Lire la suite

en-avant