Suivez-nous

Santé

Pain essénien et ses douceurs orientales, une recette millénaire pour ce dimanche

Hanen Hattab

Publié

le

Photo libre de droits

Il fera beau ce dimanche, pensez au pain essène ! un mets léger et santé que vous pouvez déguster chez vous en brunch, ou le partager dans un pique-nique et faire des jaloux.

C’est une recette qui ne fait plus la joie des tables orientales depuis l’expansion de l’industrie alimentaire, et qui est revenue dans les livres et les sites de recettes pour faire plaisir aux palais à la recherche de l’authenticité, du raffinement et du temps perdu, pour le dire avec Proust.

Avec cette recette d’origine juive, vous allez pouvoir dresser une table avec une esthétique brute. Ce pain sous forme de galettes, ayant une texture granulée, était à la base du régime alimentaire végétarien d’une communauté juive qui a vécu deux siècles avant le Christ, dans la région de Qumrân, en Cisjordanie.

Maintenant que vous avez toutes les informations, pour épater vos convives avec votre érudition culinaire, passons à l’action et soyez patients. Comme toutes les bonnes recettes de grand-mère, certains ingrédients doivent être préparés à l’avance.

Concernant les fruits et légumes qui se marient bien avec ce pain, nous proposerons des douceurs méditerranéennes, sinon, il est possible d’opter pour les graines germées et les purées de légumes pour, comme on l’a annoncé au début, manger sain et léger.

Pain essénien pour 2 personnes

Ingrédients :

  • 2 tasses de blé (épeautre est préférable à cause des nombreuses mutations du blé actuel)
  • ¼ tasse d’huile olive
  • Sel

1. Tremper les grains de blé (12 heures) et faire germer (2-3 jours) avec la méthode habituelle. Au début et à la fin de chaque journée, il ne faut pas oublier de rincer les graines et les laisser reposer dans une passoire.

2. Passez à l’extracteur à jus (système à vis) pour écraser les grains et faire une pâte homogène ou dans un robot culinaire.

3. Mélangez avec l’huile et le sel dans un bol. Former de petits pains ovales

4. Poser sur le treillis du déshydrateur – ou dans le four, en s’assurant de ne pas excéder la température de 104F. Déshydratez entre 8 à 12 heures, en les retournant après 3-4 heures. Poursuivre la déshydratation au goût : + ou – humide. Si vous faites des galettes, le temps de déshydratation sera de beaucoup réduit, plus sec par contre.

Sinon si vous préférez sa version moelleuse, comme un gâteau, il faut se munir d’un couteau bien affuté pour le couper en triangles ou en dés.

Quand il est sec, il peut être accompagnée par une soupe.

Pour agrémenter la recette de base, intégrez :

  • des tomates séchées trempées, des olives en morceaux, des fines herbes ;
  • des aliments sucrés (raisins, dattes, figues, abricots, etc.) ;
  • des noix de Grenoble ou des amandes germées, des graines tournesol, citrouille germée etc.

Avec des légumes et des fruits incorporés, il suffit de l’accompagner avec un pain de chèvre, des radis, de la confiture de figues, de l’harissa… Consommé salé, il faut penser à le tremper d’huile d’olive et de parfumer avec du persil sec ou frais.

Dans sa version simple et moelleuse, nous vous suggérons de faire des hamburgers ou des tartines végés, avec les associations suivantes :

  1. Purée de pois chiches, aubergines grillées et olives, citron et huile d’olive
  2. Avec une tartinade au miso (2 c. à soupe de tahin, 1 c.  à soupe de miso, 2 échalotes hachées, quelques herbes ciselées et un peu d’eau) et des graines germées
  3. Tapenade d’olive noires, lentilles et tranches de tomates
  4. Mozzarella, tomates cerises, huile d’olive et ciboulettes
  5. Purée d’avocat, citron, œuf dur et persil

Crédit photo:
Photo libre de droits

Hanen Hattab est doctorante en sémiologie à l’UQAM. Ses recherches portent sur les pratiques d’art et de design subversifs et contre culturels comme le vandalisme artistique, le sabotage et les détournements culturels dans l’illustration, les arts graphiques et la sculpture.

Lire la suite
Publicité
Cliquez pour commenter

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Santé

Alerte Santé, ne consommez plus ces suppléments sportifs

Publié

le

Selon Santé Canada les produits suivants présentent de graves risques pour la santé.

Au Québec, ces produits ont été saisis dans le commerce AtomikNutrition Brossard sis au 8025 boulevard Taschereau Local G Brossard.

Dust Extreme

Dust Extreme. Crédit photo Santé Canada

Insane LabzI AM GOD

Insane Labz I AM GOD Crédit photo Santé Canada

Sarm center GW-1516

Les références suivantes : LGD-4033, MK-677, RAD-140, Ostarine, Andarine, SR-9009

sarm center GW-1516 Crédit photo Santé Canada

Sidewalk Kraka

Stimul-8

Pour plus d’informations ICI

Lire aussi : Laitue romaine contaminée : Que faire pour préserver votre santé ?

Lire la suite

Santé

Québec, baisse du temps d’attente pour se faire soigner

Publié

le

C’est une bonne nouvelle mais qui nous rappelle encore une fois à quel point l’accès aux services de santé est lent et compliqué. Selon l’enquête de l’Institut Fraser, pour bénéficier de soins médicaux, les patients québécois doivent attendre en moyenne 15,8 semaines. Le chiffre représente une réduction du temps d’attente d’environ 5 semaines puisque l’année passée, il était à 20,6 semaines.

« Les longues attentes pour recevoir des traitements médicaux ne doivent pas être négligées ? Elles peuvent accroître la souffrance des patients, diminuer leur qualité de vie et, dans les pires cas, mener à une invalidité ou à la mort. » M. Yanick Labrie, agrégé supérieur de l’Institut Fraser.

En 2018, au Canada le temps d’accès au soin est estimé à 19,8 semaines. Les Québécois sont parmi les mieux servis à la l’échelle nationale. Au Nouveau-Brunswick, les temps sont durs pour les patients. La période d’attente est passé de 41,7 en 2017 à 45,1 en 2018.

La moyenne d’attente la plus courte est enregistrée Saskatchewan. Il est estimé à 15, 4 semaines.

Le temps d’attente diffère d’une spécialité à une autre

L’étude a porté sur le temps d’attente allant de la visite du médecin généraliste vers un spécialiste pour une consultation jusqu’au jour du traitement.

12 spécialités médicales ont été observées dans le cadre de cette enquête. Dans cette liste la neurochirurgie compte le temps d’attente le plus long au Québec, à savoir 33,9 semaines. La période d’attente la moins longue était pour les oncologies médicales, à savoir 3,6 semaines.

« Il reste beaucoup de travail à faire pour les patients qui attendent encore près de quatre mois pour recevoir les traitements médicaux nécessaires. » Bacchus Barua, directeur adjoint des études sur les politiques de santé de l’Institut Fraser.

Lire aussi :

La santé connectée : les attentes des Canadiens

Nouveau : les services santé du Québec maintenant en ligne

Lire la suite

Santé

Le premier atlas artério-veineux du cerveau humain au monde réalisé au Québec

Publié

le

Le premier atlas artériel et veineux du cerveau humain est developpé pour la première fois au monde par des chercheurs québécois.

Chaque vaisseau sera représenté et annoté afin de constituer une banque de données sur le cerveau humain. Désormais l’atlas servira de référence pour diagnostiquer les personnes atteintes de maladies neurodégénératives.

Ce travail inédit est effectué par une équipe de chercheurs de l’Université de Sherbrooke. Leur contribution est importante parce qu’ils ont réussi à obtenir des images des petits vaisseaux sanguins du cerveau. Ces derniers sont normalement difficiles à voir de façon non-invasive. L’étude a été publiée le 5 novembre 2018 dans la revue Human Brain Mapping.

Recueil et analyse des données du cerveau

Le projet a été réalisé grâce à deux innovations qui permettent d’obtenir les images et extraire les informations sur les vaisseaux cérébraux. Elles ont été développées par un professeur et son étudiant.

Kevin Whittingstall, professeur-chercheur à la Faculté de médecine et des sciences de la santé (FMSS), a élaboré des techniques non-invasives d’imagerie pour visualiser la structure et le fonctionnement du cerveau humain. Son étudiant Michaël Bernier a, pour sa part, développé un nouvel outil informatique de segmentation.

« Nos images sont si précises qu’elles nous permettent de quantifier la structure, la longueur et le diamètre des différents vaisseaux pour chaque région du cerveau. » Kevin Whittingstall.

Après l’obtention et l’analyse des images, la troisième tâche principale du travail incombe notamment à M. Bernier. Le chercheur, qui est actuellement post-doctorant à la Harvard Medical School, assemble les images afin d’obtenir un arbre vasculaire. Selon les chercheurs, chaque arbre est unique et peut être comparé aux images d’un cerveau sain afin de détecter les variations et étudier leurs origines. L’atlas est d’ores et déjà convoité par des chercheurs d’autres pays afin de l’utiliser dans des études cliniques.

Lire aussi : Le scalpel de lumière, une nouvelle avancée québécoise pour éradiquer les pathologies de l’œil

Source : Centre hospitalier Universitaire de Sherbrooke

Lire la suite

en-avant