Suivez-nous

Style de vie

Portait des Canadiennes qui gagnent des gros salaires

Publié

le

Elles gagnent 270 900 $ ou plus et font partie ainsi de la tranche de revenu supérieure de 1%, c’est-à-dire la catégorie des plus hauts salaires au Canada. Une étude, publiée ce lundi, 21 janvier 2019, s’est penchée sur les traits socio-économiques de ces Canadiennes en comparant leurs profils à ceux du sexe opposé.

L’étude a porté sur des recensements effectués en 2016. Elle a d’abord révélé que les écarts salariaux persistent même dans cette catégorie de travailleurs qui empochent 270 900 $ ou plus.

Par quoi se distinguent ces Canadiennes ?

Elles sont plus jeunes et détiennent plus de diplômes que leurs homologues du sexe masculin. À ce propos, les recensements ont compté 74,2 % de femmes qui possédaient un baccalauréat ou un grade plus élevé, comparativement à 70,0 % des hommes.

Or même si leurs niveaux de scolarité sont plus hauts, leurs revenus médians étaient moins élevés que leurs homologues. En effet, alors que cette catégorie de travailleuses gagnait en moyenne 362 300 $, les revenus des hommes s’élevaient à 393 200 $.

Elles travaillent dans les secteurs de la santé et de la gestion

Le portait des Canadiennes qui ont des gros salaires a dévoilé aussi qu’elles sont plus nombreuses dans les secteurs suivants :

  • Dans la santé, elles représentent 20,3 % comparé à 11,4 % d’hommes
  • Dans les affaires, la finance et l’administration, l’étude a recensé 22,6 % de femmes et 15,3 % d’hommes

Par ailleurs les hommes de cette catégorie de salariés sont plus nombreux dans les domaines de la gestion, des sciences naturelles et appliquées.

L’étude a en outre porté sur la situation familiale de ces travailleuses. Les chiffres ont montré que non seulement elles étaient moins nombreuses que les hommes à être mariées ou à vivre en union libre, en plus quand elles avaient des enfants elles travaillaient plus de nombres d’heures que leurs homologues.

Lire aussi : Professions culturelles : les femmes prennent le pouvoir au Québec

Lire la suite
Publicité
Cliquez pour commenter

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Style de vie

Meilleurs sommeliers du monde 2019 : Deux Québécois dans la course

Publié

le

La 16e édition du Concours A.S.I. du Meilleur Sommelier du Monde 2019 se tiendra du 10 au 15 mars prochain à Anvers en Belgique. Le Québec sera représenté par deux figures qui ont déjà honoré la province par leurs distinctions à l’échelle nationale et continentale.

Des sommeliers professionnels provenant de 65 pays s’affronteront dans cette compétition. Fondé à Reims en 1969 et organisé par l’Association de la Sommellerie Internationale, le concours a lieu tous les trois ans.

Selon l’Association canadienne des sommeliers professionnels, la compétition exige beaucoup d’entraînements et de compétences dans la sommellerie et aussi dans d’autres domaines connexes.

Les Québécois Carl Villeneuve-Lepage et Pier-Alexis Soulière, devront s’exercer sur l’art du vin et cultiver leurs connaissances sur les eaux minérales, spiritueux, bières, thés, cafés, cigares et chocolats.

Les deux candidats ont déjà rayonné dans des compétitions de haut niveau. M. Lepage avait remporté en 2014, le concours du Meilleur Sommelier du Québec, et en 2017 le concours du Meilleur Sommelier du Canada. De son côté, M. Soulière a été couronné Meilleur Sommelier des Amériques en 2018.

À savoir :

  • Cette année, l’Association de la Sommellerie Internationale célèbre son 50ème anniversaire.
  • La compétition sera filmée en direct et la finale diffusée en streaming.

Lire aussi : Meilleurs bars au Canada en 2018

Lire la suite

Style de vie

Subaru Canada récolte le titre Meilleure marque grand public 2019

Publié

le

Subaru Ascent SUV Concept -Dash

Subaru Canada a été nommée Meilleure marque grand public dans le cadre de la remise des prix 2019 Meilleure valeur résiduelle au Canada décernés par ALG. Il s’agit de la cinquième année de suite que Subaru reçoit cet honneur.

De plus, la marque a aussi reçu quatre prix ALG 2019 Meilleure valeur résiduelle au Canada dans les segments suivants : meilleure voiture compacte (Impreza); meilleur utilitaire intermédiaire, 2 rangées (Outback); meilleure voiture sport (WRX/WRX STI); et meilleur utilitaire sous-compact (Crosstrek).

D’autres modèles Subaru ont fait bonne figure dans la remise de prix 2019, comme le tout nouveau VUS Ascent à trois rangées, classé deuxième dans son segment, et la Forester redessinée, classée troisième dans le segment très concurrentiel des utilitaires compacts. La berline intermédiaire Legacy s’est classée deuxième; il s’agit de la cinquième fois qu’elle se classe parmi les deux premières.

Quatre prix ALG 2019 Meilleure valeur résiduelle au Canada

Subaru nommée Meilleure marque grand public 2019 pour la cinquième année de suite.

Les prix Meilleure valeur résiduelle au Canada d’ALG reconnaissent les réalisations exceptionnelles des constructeurs automobiles dont les modèles conservent le pourcentage le plus élevé du prix d’origine au bout de trois ans (marques de luxe) et de quatre ans (marques grand public). Les prix sont décernés à 27 segments automobiles et aux deux marques présentant les meilleures valeurs résiduelles projetées toutes catégories (marques grand public et de luxe). Les prix de cette année portent sur les modèles 2019.

À lire aussi : La Nouvelle Porsche 718 Cayman GT4 fait sensation au Canada

Établi à Santa Monica (Californie), avec des bureaux en Ontario, ALG est un important fournisseur de données et de services de consultation pour le secteur automobile. ALG fait figure de référence en matière de projections des valeurs résiduelles en Amérique du Nord et publie un guide des valeurs résiduelles pour tous les véhicules vendus au Canada et aux États-Unis. ALG établit des projections sur la valeur résiduelle des véhicules depuis plus de 50 ans tant au Canada qu’aux États-Unis.

À lire aussi : La mobilité électrique à l’honneur au 76è Salon de l’Auto de Montréal

Lire la suite

Style de vie

Vous êtes plutôt Valentine ou Galentine’s day ?

Publié

le

Gente masculine cet article ne vous inspirera pas ou peut-être peu. Vous avez le droit d’y jetez un coup d’œil, histoire de savoir où se cachent les célibataires solidaires à la Saint-Valentin ?

La célébrissime série Sex in The City a fait la promotion d’une autre forme du glamour et de la solidarité au féminin. Les héroïnes sont non seulement sexuellement émancipées, mieux encore, elles savent s’épanouir en l’absence de l’amour avec un grand A.

Quelques années plus tard l’influence des séries américaines sur les styles de vie n’a rien perdu de son pouvoir. À la veille de la Saint-Valentin, alors que des milliers de couples s’apprêtent à célébrer cette vieille tradition en amoureux, plusieurs Américaines ont opté pour une nouvelle tendance festive, en l’occurrence la Galentine’s day.

Comment et pourquoi célèbre t-on cette journée ?

Selon le dictionnaire en ligne urbandictionary.com, la Galentine’s est fêtée le 13 février. Pendant cette journée, les dames célibataires ou en couple rendent hommage à leur amitié. Les tabloïds s’accordent tous que la série Parks and Recreation, diffusée sur la NBC, serait à l’origine de ce phénomène social.

Leslie Knope, le personnage joué par l’actrice Amy Poehler, a inventé cette journée de l’amitié dans la série. La célébration est dès lors appropriée par les spectatrices qui s’organisent désormais des cocktails, des brunchs et des soirées pyjama entre filles et partagent leurs photos sur les réseaux sociaux pour marquer l’événement.

Pour savoir si cette nouvelle tradition a été récupérée par le capitalisme et surenchérie par la société de consommation ou pas, il suffit d’aller faire un tour sur Pinterest et les magazines de mode girly.

Dans un article du The Independent, on peut lire un commentaire qui révèle que la Galentine’s a aussi ses détracteurs comme la Saint-Valentin.

« Galentine’s Day m’exaspère autant que la saint-Valentin. Je n’ai pas besoin d’une journée pour célébrer mes amitiés féminines », a tweeté la journaliste Poorna Bell.

Lire aussi : La Saint-Valentin à Montréal : où faire monter le désir ?

Lire la suite

en-avant