Suivez-nous

Actualités

Professions culturelles : les femmes prennent le pouvoir au Québec

Avatar

Publié

le

Entre 2006 et 2016, l’effectif des professions de la culture et des communications a connu une hausse de 23 % au Québec, passant de 118 760 à 146 540 travailleurs. De ces chiffres, les femmes sont plus présentes dans les professions culturelles (54 %) que dans l’ensemble de la population active expérimentée (48 %) des travailleurs.

Le Québec connaît une hausse de l’effectif des professions de la culture et des communications. En comparaison, l’ensemble de la population active expérimentée du Québec a connu une hausse de 6 %. C’est ce que révèle l’étude Les professions de la culture et des communications au Québec en 2016 publiée lundi 17 décembre par l’Observatoire de la culture et des communications de l’Institut de la statistique du Québec (ISQ).

À lire aussi : Québec : Hausse de l’emploi et du taux de chômage en novembre 2018

Cependant, au dire de l’ISQ, cette augmentation ne se reflète pas dans toutes les professions culturelles. Ainsi, le groupe des professionnels des bibliothèques, des archives, des musées et des galeries d’art a perdu le quart de son effectif, passant de 3 430 travailleurs en 2006 à 2 585 en 2016 (- 25 %). À l’inverse, l’effectif du groupe constitué des professionnels des arts plastiques et des arts de la scène a augmenté de 19 %, passant de 21 210 en 2006 à 25 150 en 2016.

Le revenu des femmes, toujours à la traîne…

En 2016, les femmes sont proportionnellement plus présentes dans les professions culturelles (où elles constituent 54 % des travailleurs) que dans l’ensemble de la population active expérimentée (48 % des travailleurs). En 2006, la proportion de femmes au sein des professions culturelles était de 52 %. Par ailleurs, dans ces professions, le revenu médian des femmes (33 220 $) est en 2015 de 14 % inférieur à celui des hommes (38 660 $), un écart moins grand que celui qui prévaut dans l’ensemble de la population active expérimentée (- 23 %).

Les moins de 45 ans, les Montréalais et les travailleurs autonomes sont plus représentés dans les professions culturelles.

Au sein des professions culturelles, la proportion de travailleurs de moins de 45 ans est plus élevée (62 %) que dans la population active expérimentée (56 %). Il y a aussi une plus forte représentation des travailleurs des professions culturelles qui habitent la région métropolitaine de recensement de Montréal (67 %) que dans la population active expérimentée (51 %). La proportion de travailleurs autonomes non salariés est en outre plus élevée chez les travailleurs des professions culturelles (30 % comparativement à 12 % dans la population active expérimentée).

Il faut souligner que les données proviennent de la publication Optique culture, no 63 consultable sur le site Web de l’Institut de la statistique du Québec.

Source : Institut de la statistique du Québec

À lire aussi : Données sur l’emploi, l’ISQ met au point un outil pour mieux les interpréter

Lire la suite
Publicité
2 Commentaires

2 Comments

  1. Pingback: Montréal, forte hausse du nombre de travailleurs - Avant Premiere Mtl

  2. Pingback: Portait des Canadiennes qui ont des gros salaires - Avant Premiere Mtl

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Actualités

Montréal : Un nouveau projet de lutte contre l’isolement social des aînés

Avatar

Publié

le

Le Centre intégré universitaire de santé et de services sociaux du Centre-Sud-de-l’Île-de-Montréal (CIUSSS) a lancé le projet Pour une communauté bienveillante envers ses aînés.

Le Plateau-Mont-Royal et Saint-Louis-du-Parc, dont la population est constituée à 70 % de personnes socialement défavorisées, comptent le plus haut taux de personnes âgées vivant seules à Montréal.

Ces faubourgs bénéficieront du programme déployé par le CIUSSS afin d’instaurer une structure de gériatrie sociale. Le projet s’ajoute à d’autres initiatives mises en œuvre récemment, dont le projet pilote de la Fondation AGES, annoncé le 3 juin dernier.

« La gériatrie sociale permet de rejoindre les aînés directement dans leur communauté, et c’est ce qui fait toute la différence lorsqu’il est question de briser leur isolement social et de favoriser leur vieillissement actif », a expliqué Marguerite Blais, ministre responsable des Aînés et des Proches aidants.

Sortir les aînés de leur isolement quotidien

Le projet Pour une communauté bienveillante envers ses aînés vise à veiller à l’intégration sociale des aînés vulnérables et isolés dans leurs milieux de vie.

Pour ce faire, un réseau de partenaires sera créé en vue d’entrer en contact avec ces personnes, « d’intervenir pour améliorer leur qualité de vie, de les accompagner vers les services appropriés ainsi que de favoriser leur autonomie et leur participation sociale », indique le communiqué du Cabinet de la ministre responsable des Aînés et des Proches aidants.

Ce mardi, 25 juin, Québec a doté le CIUSSS, d’une aide financière de 400 000 $, qui contribuera à déployer le projet.

Lire aussi : Résidences privées pour aînés : la pénurie de préposé aux bénéficiaires fait rage au Québec

Lire la suite

Actualités

La rue Amherst change de nom lors de la Journée nationale des peuples autochtones

Avatar

Publié

le

À l’occasion de Journée nationale des peuples autochtones, la Ville de Montréal donne à la rue Amherst le nouveau toponyme de rue Atateken.

« Remplacer un toponyme montréalais critiqué depuis de nombreuses années par un nom rassembleur qui invite à la paix et au partage entre les cultures autochtones et allochtones incarne bien l’esprit de Montréal dans son programme de réconciliation », a déclaré Valérie Plante la mairesse de Montréal.

En effet, le nom Amherst réfère à Jeffrey Amherst, un officier de l’armée britannique et un administrateur colonial, dont l’histoire est associée à l’utilisation des armes biologiques contre les Amérindiens. Le changement du toponyme crée des controverses depuis 2009. 

Un nouveau chapitre est donc entamé avec le nouveau nom qui souligne la culture autochtone. L’approbation de rebaptiser la rue s’inscrit dans le cadre de l’initiative « Montréal, métropole de réconciliation ».

« atateken » signifie « fraternité »

« Le retrait du nom de Jeffrey Amherst de la rue montre la volonté de travailler ensemble non seulement pour la réconciliation, mais avec des valeurs et des croyances communes. J’espère que les Montréalaises et les Montréalais adopteront ce nouveau mot de la même manière qu’il a été développé à travers nos valeurs et nos croyances communes », a souligné Hilda Nicholas, directrice du centre culturel de Kanehsatake, membre de la communauté de Kanehsatake et du comité de toponymie autochtone.

Le nouveau toponyme est on ne peut plus symbolique. ATATÉ: KEN est un « mot, en langue kanien’kéha (mohawk), qui signifie « frères et sœurs » et porte en lui la notion de relations et d’égalité entre les personnes », indique Mme Plante.

La Ville de Montréal a annoncé que le changement de toponyme sera fait d’ici la fin de l’été. « Comme le veut l’usage, pour faciliter le repérage des citoyens, les deux plaques toponymiques cohabiteront ensuite pendant plusieurs semaines. »

Lire aussi : Montréal : La danse rassemble une musulmane et un juif dans le festival Tangente

Lire la suite

Actualités

Vous pouvez faire le plein de fraises et de framboises dans les fermes de Montréal

Avatar

Publié

le

En juin on va se détendre et délecter les papilles dans les fermes du Québec. La saison des fraises et des framboises a officiellement commencé. Vous pouvez ajouter la sortie d’autocueillette dans votre liste de sorties estivales.

On le sait, les fraises du Québec ont la cote. Que ce soit pour faire des confitures ou des salades de fruits, il est judicieux d’en faire le plein pendant la saison.

Elles sont là !

L’Association des producteurs a annoncé ce vendredi, 21 juin, que les fraises seront disponibles dans les épiceries, les kiosques à la ferme ainsi que dans les marchés publics dès cette fin de semaine.

Les framboises du Québec ne vont pas tarder. Elles arriveront à partir de la deuxième semaine de juillet.

À partir du début du mois de juillet, plus de 300 producteurs ouvriront leurs portes pour l’autocueillette, dès la première semaine pour les régions périphériques de Montréal et dès la 2e semaine de juillet pour la grande région de Québec.

Avant de se déplacer, il est recommandé de consulter l’horaire des fermes et d’appeler.

Le répertoire des sites d’autocueillette de la province est disponible sur le site lesfraichesduquebec.com

Plusieurs fermes sont ouvertes pendant les jours fériés et offrent d’autres produits du terroir. C’est une bonne occasion pour respirer l’air frais et s’approvisionner en légumes et fruits bios.

Lire aussi : 100 000 abeilles près de l’édifice du Sénat du Canada

Lire la suite

Nous suivre sur Facebook

Publicité

en-avant