Suivez-nous

Société

Projet Cultiver l’Espoir : Pour contrer l’insécurité alimentaire sur l’île de Montréal

Publié

le

Photo libre de droit

Pour contribuer à la prévention et à la réduction de l’insécurité alimentaire, le gouvernement du Québec a accordé une aide financière de plus de 97 000 $ à l’organisme Regroupement des Magasins-Partage de l’île de Montréal pour soutenir le projet Cultiver l’Espoir, qui vise à contrer l’insécurité alimentaire sur l’île de Montréal.

En regroupant des acteurs majeurs de la chaîne de solidarité sociale et économique de Montréal tels que les agriculteurs urbains, les organismes communautaires et les banques alimentaires, ce programme misant sur l’agriculture urbaine contribue à lutter contre la pauvreté, en plus de réinsérer des jeunes décrocheurs dans la vie active.

Pour une quatrième saison, le projet Cultiver l’Espoir assure un approvisionnement durable en légumes frais aux organismes en sécurité alimentaire durant les périodes creuses de l’hiver.

« En raison de ses bienfaits sociaux, économiques et environnementaux, Cultiver l’Espoir est une initiative novatrice et porteuse pour la métropole. Le gouvernement est heureux d’appuyer ce projet qui favorise l’inclusion et la solidarité sociale tout en offrant une sécurité alimentaire à de nombreux Montréalais », a déclaré Martin Coiteux, ministre des Affaires municipales et de l’Occupation du territoire, ministre de la Sécurité publique et ministre responsable de la région de Montréal.

Le Secrétariat à la région métropolitaine du ministère des Affaires municipales et de l’Occupation du territoire contribue au projet à hauteur de 97 299 $, une somme provenant du Fonds d’initiative et de rayonnement de la métropole (FIRM).

Pour rappel, le Fonds d’initiative et de rayonnement de la métropole est l’un des principaux leviers dont dispose le ministre responsable de la région de Montréal pour stimuler l’activité économique, culturelle et sociale de la métropole. Depuis sa création, ce fonds a soutenu plus de 2000 projets représentant des investissements globaux de 2,5 G$. Plusieurs de ces projets contribuent aujourd’hui à la compétitivité de la métropole et à son rayonnement national et international.

Crédit photo:
Photo libre de droit
Lire la suite
Publicité
Cliquez pour commenter

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Société

Familles québécoises : voici le bilan des « cadeaux » caquistes

Baba-Idriss FOFANA

Publié

le

Le moment est venu de faire le point des promesses et engagements avant 2019. Lundi, le ministre de la Famille Mathieu Lacombe s’est prêté à cet exercice en faisant un bilan des différentes mesures en faveur des enfants et des familles québécoises, annoncées par le gouvernement dirigé par la Coalition avenir Québec (CAQ) depuis octobre 2018.

Décembre est donc l’occasion de « mettre en lumière certaines mesures qui contribueront, de façon importante, à assurer le bien-être et le développement des tout-petits et à améliorer le soutien apporté aux familles du Québec », selon Mathieu Lacombe. Le ministre ne manque pas de rappeler que « la priorité du nouveau gouvernement est d’en faire plus pour les familles québécoises ».

Ainsi, de nouvelles mesures ont été annoncées le 3 décembre par le premier ministre Legault, et le ministre des Finances. Elles visent à « améliorer de façon importante » le soutien financier apporté aux familles dans leur ensemble. À ce titre, il a été annoncé la mise en place de l’Allocation famille pour les familles ayant deux enfants ou plus, une mesure qui serait « plus généreuse » que l’ancien Soutien aux enfants pour les familles ayant deux enfants ou plus.

Selon le ministère de la Famille, cette allocation permettra à plus de 423 000 familles québécoises de profiter, dès 2019, d’une aide fiscale additionnelle pouvant atteindre 500 $ par année pour les familles ayant deux enfants, et 1 000 $ par année pour celles ayant trois enfants ou plus.

Pour soutenir davantage les familles québécoises…

De plus, à compter de 2019, le gel de la contribution additionnelle pour la garde d’enfants en services de garde subventionnés s’effectuera pour 140 000 familles. Chose qui « constitue un premier pas vers son abolition qui doit se faire progressivement pour donner encore plus d’oxygène aux familles » à en croire le ministère de la Famille.

À cela s’ajoute l’élimination progressive de la contribution additionnelle pour la garde d’enfants qui représente un investissement important pour le gouvernement. « Cela permettra de réduire les frais de garde de nombreuses jeunes familles », dit le ministère.

Mathieu Lacombe et son ministère ont fait un retour sur plusieurs annonces s’agissant du rehaussement de la qualité des services de garde éducatifs à l’enfance, et la volonté du gouvernement d’augmenter la disponibilité des places dans les services de garde éducatifs à l’enfance offertes aux familles du Québec. « Nous souhaitons soutenir la qualité de l’ensemble du réseau des services de garde éducatifs à l’enfance pour favoriser le développement du plein potentiel de nos tout-petits », fait valoir le ministre.

Le 10 décembre, le ministre de la Famille a annoncé la création 1 691 places en services de garde éducatifs à travers le Québec. Ces places subventionnées seront créées en installation dans le but de mieux répondre aux besoins des familles en matière de services de garde éducatifs à l’enfance.

À l’en croire, le gouvernement travaille à déployer le réseau de services de garde éducatifs à l’enfance pour qu’il réponde adéquatement aux besoins des tout-petits et qu’il soutienne toujours mieux les familles au quotidien. « Au cours des prochains mois, M. Lacombe, nous poursuivrons nos efforts en ce sens ».

À lire aussi : Garderie éducative : près de 1700 nouvelles places à travers le Québec

À lire aussi : Programme de soutien financier pour l’amélioration des services de garde

Enfin, le 16 novembre 2018, il faut souligner qu’un financement additionnel de 30 millions de dollars sur trois ans aux organismes communautaires Famille et aux organismes communautaires offrant des services de halte-garderie communautaires a été confirmé. Ce financement vise à renforcer la capacité de ces organismes à soutenir et à outiller les parents, tout en favorisant un environnement propice à l’apprentissage des enfants.

Lire la suite

Société

La santé au Canada, premier secteur touché par le harcèlement

Publié

le

Les Canadiennes sont plus touchées que leurs homologues par le phénomène du harcèlement professionnel. C’est un triste constat car ce préjudice affecte non seulement la motivation mais aussi la santé physique et morale.

Selon une étude intitulée « Harcèlement en milieu de travail au Canada », sortie ce lundi, 17 décembre, un grand nombre d’employés canadiens sont victimes de violence verbale. En fait l’étude s’intéresse aux différentes formes du harcèlement qui font « référence aux comportements, gestes et propos offensants et inopportuns. » Ces derniers peuvent survenir d’une personne « pendant un événement ou à un endroit lié au travail. » Les sondages ont ciblé des travailleurs canadiens âgés de 15 à 64 ans. Les résultats significatifs sont les suivants :

19 % des femmes et 13 % des hommes ont déclaré avoir subi au moins un type de harcèlement en milieu professionnel. Par qui ces violences sont-elles commises ? En première position, on trouve les clients et en seconde les superviseurs ou les gestionnaires.

53 % des femmes et 42 % des hommes ont indiqué qu’un client était la personne responsable de harcèlement.

L’étude révèle en outre que plusieurs facteurs augmentent la probabilité de subir un harcèlement, à savoir : La présence d’une mobilité réduite, l’orientation sexuelle, l’identité autochtone, l’appartenance à un syndicat, le revenu et le niveau de scolarité.

Pourquoi le secteur de la santé est-il le plus touché par ce phénomène ?

La santé étant le secteur ou on trouve le plus de femmes, le nombre de victimes y est le plus grand. En fait la probabilité de subir un harcèlement dans ce domaine s’élève à 23% par rapport aux autres secteurs. À titre d’exemple, dans le domaine des sciences naturelles et appliquées, cette probabilité est estimée à 9%.

27% des travailleuses dans le domaine de la santé, qu’elles soient infirmières ou médecins, risquent de confronter un geste ou un propos préjudiciable.

Lire aussi : Harcèlement : l’Assemblée nationale lance une campagne de sensibilisation interne

Source : Statistique Canada

Lire la suite

Actualités

Professions culturelles : les femmes prennent le pouvoir au Québec

Publié

le

Entre 2006 et 2016, l’effectif des professions de la culture et des communications a connu une hausse de 23 % au Québec, passant de 118 760 à 146 540 travailleurs. De ces chiffres, les femmes sont plus présentes dans les professions culturelles (54 %) que dans l’ensemble de la population active expérimentée (48 %) des travailleurs.

Le Québec connaît une hausse de l’effectif des professions de la culture et des communications. En comparaison, l’ensemble de la population active expérimentée du Québec a connu une hausse de 6 %. C’est ce que révèle l’étude Les professions de la culture et des communications au Québec en 2016 publiée lundi 17 décembre par l’Observatoire de la culture et des communications de l’Institut de la statistique du Québec (ISQ).

À lire aussi : Québec : Hausse de l’emploi et du taux de chômage en novembre 2018

Cependant, au dire de l’ISQ, cette augmentation ne se reflète pas dans toutes les professions culturelles. Ainsi, le groupe des professionnels des bibliothèques, des archives, des musées et des galeries d’art a perdu le quart de son effectif, passant de 3 430 travailleurs en 2006 à 2 585 en 2016 (- 25 %). À l’inverse, l’effectif du groupe constitué des professionnels des arts plastiques et des arts de la scène a augmenté de 19 %, passant de 21 210 en 2006 à 25 150 en 2016.

Le revenu des femmes, toujours à la traîne…

En 2016, les femmes sont proportionnellement plus présentes dans les professions culturelles (où elles constituent 54 % des travailleurs) que dans l’ensemble de la population active expérimentée (48 % des travailleurs). En 2006, la proportion de femmes au sein des professions culturelles était de 52 %. Par ailleurs, dans ces professions, le revenu médian des femmes (33 220 $) est en 2015 de 14 % inférieur à celui des hommes (38 660 $), un écart moins grand que celui qui prévaut dans l’ensemble de la population active expérimentée (- 23 %).

Les moins de 45 ans, les Montréalais et les travailleurs autonomes sont plus représentés dans les professions culturelles.

Au sein des professions culturelles, la proportion de travailleurs de moins de 45 ans est plus élevée (62 %) que dans la population active expérimentée (56 %). Il y a aussi une plus forte représentation des travailleurs des professions culturelles qui habitent la région métropolitaine de recensement de Montréal (67 %) que dans la population active expérimentée (51 %). La proportion de travailleurs autonomes non salariés est en outre plus élevée chez les travailleurs des professions culturelles (30 % comparativement à 12 % dans la population active expérimentée).

Il faut souligner que les données proviennent de la publication Optique culture, no 63 consultable sur le site Web de l’Institut de la statistique du Québec.

Source : Institut de la statistique du Québec

À lire aussi : Données sur l’emploi, l’ISQ met au point un outil pour mieux les interpréter

Lire la suite

en-avant