Suivez-nous

Éducation

Projet de loi n° 37 : vers une augmentation des coûts et une diminution de l’efficacité des universités québécoises ?

Avatar

Publié

le

C’est avec “consternation” que les chefs d’établissement universitaire québécois disent avoir pris connaissance du contenu du projet de loi n° 37 – Loi visant principalement à instituer le Centre d’acquisitions gouvernementales et Infrastructures technologiques Québec – qui a pour objectif de centraliser les achats de biens et de services des ministères, des organismes publics de l’administration gouvernementale ainsi que des établissements du réseau de la santé, des services sociaux et des réseaux de l’éducation et de l’enseignement supérieur.

Sans égards aux arguments et aux préoccupations émis par les établissements universitaires au cours des dernières semaines à ce sujet, “le gouvernement propose, par ce projet de loi, une structure décisionnelle obligatoire et centralisée qui ne répondra pas à leurs besoins, voire qui nuira à leur capacité à répondre en temps opportun à ces derniers”, dénonce le Bureau de coopération interuniversitaire (BCI). 

En effet, la diversité et les particularités des services, des équipements et des technologies requis par chacun des établissements universitaires, notamment pour leurs activités de recherche, ne pourront être prises en compte de manière efficiente, dans le cadre du Centre d’acquisitions gouvernementales et Infrastructures technologiques Québec.

Bien que les objectifs d’efficacité visés par ce projet de loi soient louables, les chefs d’établissement souhaitent rappeler que les établissements universitaires ont déjà mis sur pied, il y a plus de 40 ans, avec succès, des structures de concertation et de partage d’achats regroupés. De cette manière, la réalisation d’économies d’échelle, jumelée au développement de l’expertise nécessaire en matière d’acquisitions et de gouvernance, existe déjà au niveau universitaire.

Le projet de loi n° 37 va à l’encontre des promesses de Québec!

« Mes collègues et moi sommes d’autant plus étonnés que cette proposition du gouvernement va à l’encontre de ses promesses d’allègement des exigences de reddition de comptes, d’amélioration de l’agilité des processus décisionnels et organisationnels et de décentralisation structurelle dans le réseau de l’éducation. Ce projet de loi aura aussi un impact néfaste direct sur l’approvisionnement local et le tissu socio-économique de toutes les régions où sont déployés les établissements universitaires », a déclaré Pierre Cossette, président du Conseil d’administration du BCI.

Les universités québécoises sont toujours prêtes à créer de nouveaux partenariats dans la mesure où ceux‑ci génèrent une efficacité accrue avec des économies réelles et qu’ils ne sont pas imposés d’emblée, mais plutôt basés sur la collaboration dans la perspective du bien commun. Un “tel projet de loi est incompatible avec cette perspective”, a conclu le Bureau de coopération interuniversitaire.

À lire : Frais de scolarité : Québec solidaire défend les étudiants internationaux des universités francophones

Lire la suite
Publicité
Cliquez pour commenter

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Éducation

Préscolaire : la maternelle 4 ans dans les écoles privées dès septembre 2020 au Québec

Avatar

Publié

le

La Fédération des établissements d’enseignement privés accueille avec intérêt la possibilité d’offrir des services d’éducation préscolaire à des enfants de 4 ans dès la prochaine rentrée scolaire. 

La Fédération tient à souligner que pour assurer une continuité de services, il serait souhaitable que les écoles privées ayant déjà un agrément aux fins de subvention pour les autres ordres d’enseignement puissent aussi l’obtenir pour le préscolaire.

Un certain nombre d’écoles privées accueillent déjà des enfants de 4 ans, à la grande satisfaction des parents. Pour ce faire, les écoles privées doivent actuellement détenir un permis du ministère de la Famille et gérer deux permis, avec deux ministères différents. 

En intégrant la maternelle 4 ans dans un ordre préscolaire avec la maternelle 5 ans, l’accueil et le suivi des élèves de 4 ans seront bonifiés et la gestion simplifiée, tant pour les parents que pour l’école.

Plusieurs écoles privées qui offrent le préscolaire 5 ans, mais qui n’ont pas encore de service pour les 4 ans, reçoivent de nombreuses demandes de parents qui souhaitent se prévaloir de ce service, notamment pour faciliter la conciliation travail-famille. 

Mentionnons que la maternelle 4 ans s’avère particulièrement utile dans les cas suivants :

  • Les enfants qui n’ont pas fréquenté un CPE ou un service de garde éducatif avant leur entrée à la maternelle.
  • Les enfants ayant des besoins particuliers. Selon une étude réalisée par la Fédération auprès de ses membres en 2018, près de 15 % des élèves qui fréquentent une école privée préscolaire-primaire ont un plan d’intervention pour répondre à des besoins particuliers. Des interventions précoces pour ces enfants facilitent leur entrée en 1re année et favorisent leur réussite dans les délais prévus.
  • Les enfants qui ne parlent pas français à la maison. Selon les données du MEES, environ 40 % d’élèves sont issus de l’immigration (1re ou 2e génération) et plusieurs d’entre eux ne parlent pas le français à la maison. Dans ce contexte, le fait d’avoir deux années d’immersion française avant d’entreprendre le primaire représente un atout considérable.

Préscolaire, le casse-tête des agréments!

L’école privée doit faire une demande d’agrément aux fins de subvention distincte pour chaque ordre d’enseignement. Or, depuis une douzaine d’années, le ministre de l’Éducation n’octroie plus d’agréments. Ainsi, certaines écoles privées ont l’agrément aux fins de subventions pour le primaire, mais ne l’ont pas pour les classes préscolaires mises en place ultérieurement, ce qui cause un véritable casse-tête aux parents. 

L’harmonisation des agréments entre les différents ordres d’enseignement favoriserait la continuité de services, principalement dans le cas d’enfants dont la famille n’est pas en mesure d’assumer des frais de scolarité plus élevés pour les années où l’élève n’est pas subventionné.

Rappelons finalement que les écoles privées sont des organismes à but non lucratif autonomes, responsables de leurs locaux, qui fonctionnent selon un modèle semblable à celui des Centres de la petite enfance (CPE) et des cégeps. À noter que dans le cas des écoles privées subventionnées, les parents défraient environ la moitié des coûts liés à la fréquentation scolaire.

À lire : Maternelle 4 ans : « le ministre fait fausse route », croit la Centrale des syndicats du Québec

Lire la suite

Éducation

École publique : Québec doit miser sur des cadres scolaires pour soutenir les élèves, selon l’AQCS

Avatar

Publié

le

En cette Semaine pour l’école publique, qui se déroule sous le thème « Une école riche de sa diversité », l’Association québécoise des cadres scolaires (AQCS) tient à rappeler que c’est la diversité des expertises au sein du réseau de l’éducation qui fait sa force. 

Les cadres scolaires font partie des nombreux acteurs qui contribuent quotidiennement à la réussite éducative. Ils occupent des fonctions de conseil, de soutien et d’encadrement dans les centres administratifs des commissions scolaires, dans les centres d’éducation des adultes et de formation professionnelle, ainsi que dans des écoles primaires et secondaires.

Des services directs aux élèves et à leurs familles…

Le travail terrain des gestionnaires des centres administratifs des commissions scolaires, des écoles et des centres se décline en de multiples actions. Ils sont notamment responsables des constructions et des agrandissements des écoles, du matériel technologique pour les élèves, du portail des parents, du traitement des plaintes, de l’embauche de personnel spécialisé pour les élèves, de la gestion des services alimentaires, des bassins de clientèle en fonction de la capacité des écoles, du transport le matin, le midi et le soir et du transport adapté. 

Les cadres des Services éducatifs coordonnent pour leur part les services aux élèves handicapés et en difficulté d’adaptation ou d’apprentissage (EHDAA) ainsi qu’aux élèves immigrants, et collaborent avec le réseau de la santé et des services sociaux afin de soutenir la réussite éducative des clientèles plus vulnérables. 

De l’importance des cadres scolaires au sein des CA dans les écoles publiques!

« Il faut s’enorgueillir d’un réseau d’éducation public qui compte autant d’expertises, au bénéfice de ses élèves. Alors que le ministre de l’Éducation et de l’Enseignement supérieur, Jean-François Roberge, vient de déposer le projet de loi no 40, pour transformer les commissions scolaires en centres de services, nous souhaitons qu’il garde en vue l’importance de mettre à profit toutes les expertises de son réseau pour réussir ce virage », souligne Jean-François Parent, président-directeur général de l’Association québécoise des cadres scolaires (AQCS).

Au dire de M. Parent, la présence des cadres scolaires au sein des CA des futurs centres de services s’avère aussi essentielle que celle des parents, des directions d’établissement, du personnel enseignant, professionnel et de soutien, pour faire en sorte que ces organisations soient axées sur les besoins et la réussite de tous les élèves.

Rappelons que l’Association québécoise des cadres scolaires (AQCS) regroupe quelque 2 300 gestionnaires œuvrant au sein des 72 commissions scolaires francophones et anglophones du Québec. Elle rassemble, protège, soutient, informe et représente les cadres du réseau scolaire québécois. 

À lire : Québec : la transformation des Commissions scolaires entraînent de nombreux risques, selon la CSN

Lire la suite

Éducation

Les jeunes enseignants : l’avenir de la profession au Québec ?

Avatar

Publié

le

C’est sur le thème des jeunes enseignantes et enseignants que s’inscrit cette année la Journée mondiale des enseignantes et des enseignants célébrée annuellement le 5 octobre. 

La Fédération nationale des enseignantes et des enseignants du Québec (FNEEQ-CSN) saisit l’occasion pour souligner le professionnalisme des enseignantes et des enseignants et pour rappeler un des plus importants défis pour l’avenir de la profession : contrer le manque d’enseignantes et d’enseignants au Québec.

Selon la Fédération, cette pénurie est exacerbée par le décrochage enseignant, particulièrement considérable dans les premières années d’exercice. Certaines études parlent même d’un taux de décrochage se situant entre 25 % et 30 % après la première année et entre 40 % et 50 % après cinq ans. C’est considérable ! On peut reconnaître, sans faire d’erreur, que l’entrée dans la profession présente des embûches importantes.

Offrir de bonnes conditions aux jeunes enseignants pour contrer le décrochage…

Les solutions sont pourtant bien connues. Pour contrer le décrochage enseignant, il importe d’offrir des conditions qui permettent d’en réduire les facteurs de risque, comme la taille importante des groupes, le manque de personnel professionnel et de soutien ainsi que des conditions de travail laissant à désirer.

Pour Caroline Quesnel, présidente de la FNEEQ-CSN, la solution réside aussi dans l’accompagnement et dans la mise en place d’un processus d’insertion professionnelle. «Nous croyons que la pleine intégration d’une jeune enseignante ou d’un jeune enseignant dans son milieu est un facteur qui favorise le succès de l’entrée dans la profession. Un environnement axé sur la collégialité, la reconnaissance et le respect du personnel enseignant est un avantage indéniable», souligne-t-elle.

Pour rappel, la Journée mondiale des enseignantes et enseignants a été instaurée conjointement par l’Internationale de l’éducation (IÉ) et l’UNESCO. Elle vise à reconnaitre et à valoriser le rôle déterminant joué par les enseignantes et les enseignants à travers le monde entier.

À lire : Autorisations d’enseigner : Québec doit mettre en place un dispositif de reconnaissance des acquis scolaires…

Lire la suite

Nous suivre sur Facebook

Publicité

en-avant