Suivez-nous

Actualités

Projet de loi sur la laïcité : un « recul historique » pour les droits fondamentaux au Québec ?

Baba-Idriss FOFANA

Publié

le

Des exemples de signes religieux visés par le projet de loi sur la laïcité de l'État.

Depuis le dépôt jeudi du nouveau projet de loi sur la laïcité (PL 21) par le ministre de l’immigration, Québec fait face à de sévères critiques de la part d’hommes politiques, de religieux, et surtout d’organisations syndicales issues de la Fédération autonome de l’enseignement (FAE), qui qualifient PL 21 de « recul historique pour les droits fondamentaux » dans l’histoire de la province.

En droit, la laïcité serait le « principe de séparation dans l’État de la société civile et de la société religieuse » et « d’impartialité ou de neutralité de l’État à l’égard des confessions religieuses ». Si le projet de loi sur la laïcité de l’État présenté par le gouvernement dirigé par la Coalition avenir Québec (CAQ), se distingue à travers quatre grands principes à savoir : La séparation de l’État et de la religion, La neutralité religieuse de l’État, L’égalité des citoyennes et des citoyens et La liberté de conscience et de religion.

Des enseignantes dans le viseur du projet de loi sur la laïcité

Sauf que, PL 21 prévoit que certaines personnes en position d’autorité, comme les procureurs, les policiers, les enseignants et les directeurs des écoles primaires et secondaires publiques, ne pourront pas porter de signes religieux (hijab) dans l’exercice de leurs fonctions. C’est à ce chapitre qu’il semble y avoir problème. En recourant aux clauses dérogatoires, aux yeux de la FAE, le ministre de l’Immigration Jolin-Barrette ne ferait pas que bafouer les droits fondamentaux des Québécoises et Québécois, « il les suspend ».

« La laïcité, c’est que l’État protège la liberté de religion pour tous les Québécois et ne contraigne pas les citoyens à se conformer à ce que la majorité veut. »

– Ihsaan Gardee, DG du bureau québécois du Conseil national des musulmans canadiens (CNMC)

Pour la Fédération autonome de l’enseignement, qui représente 43 000 enseignantes et enseignants, en s’attaquant à la liberté de religion, M. Barrette s’attaque à l’État de droit. « Non seulement son projet de loi bafoue la liberté de religion et de conscience, mais il menace aussi les conditions de travail des enseignantes et enseignants », a dénoncé Sylvain Mallette, président de la FAE. « En ouvrant leur contrat de travail pour y imposer sa volonté d’interdire le port de signes religieux, le gouvernement de François Legault pose un geste lourd de conséquences », a-t-il poursuivi.

Alors que la FAE dit continuer de « défendre le droit au travail » de ses membres, la Commission scolaire English-Montreal (CSEM) a annoncé, avant même le dépôt du projet de loi sur la laïcité, qu’elle ne se pliera pas à la loi.

Trudeau s’interroge sur la légitimation de la discrimination!


Manifestation en 2013 à Montréal contre un projet de loi sur la laïcité.

En attendant, la Fédération dit avoir mandaté ses procureurs pour analyser en profondeur ledit projet de loi sur la laïcité de l’État. Car, d’après la FAE, celui-ci contient « plusieurs incohérences », comme le fait que les établissements d’enseignement privés ne seront pas assujettis à la loi. « Le gouvernement Legault donne toutefois raison à la Fédération autonome de l’enseignement, puisqu’il admet, en recourant aux clauses dérogatoires, qu’il contrevient aux Chartes québécoise et canadienne, comme nous l’avons soulevé plus tôt cette semaine », a martelé M. Mallette.

À lire : Laïcité : après la Ville de Montréal, le crucifix sera retiré du Salon bleu à Québec

Pour le premier ministre du Canada, « c’est impensable qu’une société libre [rendrait légitime] la discrimination contre quiconque, basée sur la religion ». Le premier des Canadiens a laissé entendre, selon TVA Nouvelles, que le projet de loi déposé par Québec ne reflète pas les valeurs canadiennes. M. Trudeau rappel d’ailleurs que « le Canada est un pays laïque qui respecte profondément les libertés individuelles, y compris la liberté d’expression, la liberté de conscience et de religion ».

Des emplois menacés… vers des « citoyens de seconde classe » ?

Même le principal opposant à Justin Trudeau, le chef du Parti conservateur du Canada (PCC) Andrew Scheer, a affirmé qu’il ne présenterait « jamais un projet de loi tel que celui déposé par Québec au niveau fédéral » s’il était élu premier ministre du Canada en octobre 2019. Le chef du Nouveau parti démocratique du Canada (NPD), Jagmeet Singh, s’est dit « attristé » à la suite du dépôt du projet de la loi sur la laïcité. Il soutient que des « jeunes au Québec ne pourront pas exercer le métier dont ils rêvent » si PL 21 devient une réalité.

Parlant de métier, la mairesse de la première grande ville du Québec et la deuxième ville la plus peuplée du Canada, s’est montrée inquiète pour l’emploi et l’intégration des nouveaux arrivants à Montréal. « Ce projet de loi, s’il est adopté dans sa forme actuelle, va limiter les possibilités d’emploi. Et c’est surtout à Montréal que cet impact se fera sentir. (..) plusieurs acteurs des milieux des affaires et universitaires s’inquiètent des répercussions sur notre capacité à attirer des talents », a déclaré Valérie Plante, lors d’un point de point de presse tenu jeudi, après le dépôt de PL 21.

D’ici là, le CNMC met en garde de ce que le projet de loi sur la laïcité de l’État déposée par le gouvernement caquiste rendra les musulmans du Québec et autres communautés minoritaires, « citoyens de seconde classe ». D’autant plus que cette législation interdira le port du hijab dans la fonction publique québécoise, sachant qu’un « nombre écrasant » de personnes seront touchées, notamment des femmes musulmanes.

Baba Idriss Fofana est Journaliste depuis 2010 et Blogueur depuis 2012 sur la plateforme de Radio France International – Mondoblog – où il anime notamment des chroniques politiques et faits de société. Ayant également fait des études de Marketing et de Management, il a occupé dans différents pays les fonctions d’Assistant en communication politique et Responsable des communications.

Lire la suite
Publicité
Cliquez pour commenter

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Actualités

Montréal : Ouvert ou fermé pendant le congé de Pâques?

Avatar

Publié

le

Cette année on ira à la chasse aux cocos, le dimanche, 21 avril. Plusieurs établissements et certains commerces seront fermés le vendredi 19 avril et le lundi 22 avril, à l’occasion du congé pascal. Consulter cette liste afin de mieux planifier vos déplacements.

Les commerces

Le vendredi 19 avril, le samedi 20 avril et le lundi 22 avril 2019, les commerces de détail pourront ouvrir leurs portes au public selon les heures d’ouverture habituelles.

Le dimanche, 21 avril, ils seront fermés, sauf les établissements d’alimentation et les pharmacies.

Les succursales de la Société des alcools du Québec (SAQ) et les commerces d’alimentation de petite surface peuvent ouvrir toute la journée.

Les banques

Elles seront fermées à partir de vendredi, et ouvriront leurs portes lundi selon leur horaire habituel.

Services municipaux

Les bureaux municipaux seront fermés durant tout le congé de Pâques, incluant le lundi 21 avril.

STM, autobus et métro

Les horaires d’autobus sont modifiés le vendredi et le lundi de Pâques.

Le métro offrira ses services habituels mais à une fréquence réduite pour la plupart des lignes.

Le Planétarium, le Jardin botanique et certains musées

Ils seront ouverts les 19, 20, 21 et 22 avril.

La Grande Bibliothèque BAnQ

Elle sera ouverte seulement vendredi, samedi et dimanche.

Lire aussi : Où et comment les Québécois passent leurs vacances de Pâques?

Lire la suite

Actualités

La grève a généré une perte de 270 M$ à Postes Canada

Avatar

Publié

le

Postes Canada a déclaré ce jeudi, 18 avril, avoir enregistré une perte avant impôts de 270 millions de dollars pour 2018.

Les facteurs liés aux grèves des employés qui ont eu lieu l’automne dernier sont entre autres en cause du déficit de l’entreprise.

Plusieurs revendications étaient au cœur du litige, soit l’égalité salariale, la rémunération des facteurs en milieu rural et suburbain, la sécurité d’emploi, la surcharge de travail, etc.

Postes Canada en grève, les PME lancent l’alarme

Facteurs principaux de la perte

Le bilan annuel du secteur est tombé quelques mois après les grèves tournantes du 22 octobre au 27 novembre, et les décisions prises par les parties, patronale et syndicale.

Les facteurs principaux qui ont engendré la perte sont les suivants :

  • La décision sur l’équité salariale a coûté 280 millions de dollars à l’entreprise
  • Les arrêts de travail ont engendré 135 millions de dollars de perte
  • « Ces deux facteurs étant en partie compensés par un troisième, soit un profit de 48 millions de dollars après une mise à jour actuarielle dans le calcul des coûts liés à l’indemnisation des accidents du travail », explique le communiqué.

Postes Canada a affirmé aujourd’hui dans un communiqué que ces pertes « représentent une baisse de 346 millions de dollars par rapport à 2017. »

L’entreprise a précisé notamment que pendant la période d’arrêts du travail ses clients se sont retournés vers les concurrents. Cette situation a engendré une baisse des volumes, dont l’effet sur la perte avant impôts de 2018 est estimé à 135 millions de dollars.

Lire aussi : Vendredi fou et Cyberlundi : Postes Canada panique face à la grève tournante

Lire la suite

Actualités

Montréal : La saison des pluies commence demain

Avatar

Publié

le

Malgré des pluies abondantes sur Montréal, les températures seront douces durant le congé de Pâques.

D’ici la fin du mois les températures seront clémentes avec une moyenne de 10o C. Le 30 avril, Montréal atteindra environ 16o C. Météo Média prévoit des précipitations abondantes jusqu’au 21 avril.

Hausse du niveau d’eau du fleuve Saint-Laurent

Québec est sur le qui-vive car les pluies peuvent provoquer « un ruissellement considérable dans plusieurs secteurs du Québec », indique le Ministère de la Sécurité publique. Les régions du Centre-du-Québec, de la Chaudière-Appalaches, de l’Estrie, de Lanaudière, des Laurentides, de l’Outaouais ainsi que dans l’archipel de Montréal sont surveillées de près afin de prévenir débordements et situations problématiques.

Le ministère estime que la période critique débute à partir de demain, 18 avril. « Les quantités de pluie prévue combinées à une hausse des débits des cours d’eau provoqueront une hausse du niveau d’eau du fleuve Saint-Laurent, ce qui pourrait causer un débordement dans le secteur de Québec », précise le communiqué.

Lire aussi : Des araignées géantes débarquent à Montréal

Lire la suite
Publicité

Nous suivre sur Facebook

en-avant