Suivez-nous

Économie

Québec annonce la nouvelle grappe du secteur de la construction

Publié

le

Photo libre de droits

Les acteurs de l’écosystème de la construction du Québec collaboreront au sein d’une nouvelle structure afin de consolider le secteur.

La structure sera déployée par le ministère de l’Économie, de la Science et de l’Innovation (MESI) en collaboration avec le Conseil du patronat du Québec (CPQ). Son lancement est prévu pour l’hiver 2019.

La province a doté la nouvelle grappe du secteur de la construction de 1,4 M$ sur cinq ans.

Selon le CPQ, la grappe consolidera le secteur et lui permettra de faire face à la conjoncture économique mondiale et particulièrement la concurrence étrangère.

« En appuyant la création d’une grappe dédiée aux entreprises issues des différentes filières de la construction, Québec pose les jalons d’un organisme qui accroîtra le niveau de synergie des différents acteurs économiques, qui, au sein de cet écosystème, développent des solutions pour améliorer la productivité, l’innovation et la compétitivité des entreprises et de leur savoir-faire. ». Yves-Thomas Dorval, président-directeur général du CPQ.

Cette structure réunira, en effet, les différents acteurs de l’écosystème de l’industrie de la construction.

Leurs représentants ainsi que les ordres professionnels, les centres de recherche et les ministères et organismes gouvernementaux travailleront ensemble cet automne « afin de définir des enjeux communs et propres à cet écosystème. »

Ces rencontres auront lieu le 30 octobre et le 1er novembre ainsi que les 4 et 5 décembre prochains à Québec et Montréal.

Pour clarification voici comment le Conseil du Patronat du Québec définit une grappe :

« Une grappe est un regroupement d’industries reliées au sein d’un même écosystème d’affaires, dont la vocation vise à stimuler l’innovation, la compétitivité, le rayonnement et la croissance des industries qui composent cet écosystème. »

Le CPQ rappelle que la grappe répond aux objectifs de l’étude intitulée « Vers une stratégie québécoise pour l’écosystème de la construction » effectuée par la CPQ en 2016 et son forum qui s’est déroulé à la même année.

Crédit photo:
Photo libre de droits
Lire la suite
Publicité
Cliquez pour commenter

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Actualités

Le Québec, moteur de la croissance de l’emploi au Canada en 2018

Publié

le

En 2018, le Québec enregistre une progression de 38 900 emplois en moyenne (+ 0,9 %) par rapport à 2017. Il s’agit d’une hausse pour une quatrième année consécutive. Le nombre d’emplois atteint ainsi 4 262 200 en 2018.

Avec l’Ontario, l’Alberta, la Colombie-Britannique, le Québec est le moteur de la croissance de l’emploi au Canada en 2018. C’est ce qui ressort de la publication intitulée État du marché du travail au Québec. Bilan del’année 2018, rendue publique aujourd’hui, jeudi 14 février,  par l’Institut de la statistique du Québec, à la suite de la publication des données officielles finales pour 2018 de l’Enquête sur la population active de Statistique Canada.

Le taux de chômage descend à un plancher historique

Le taux de chômage diminue sous la barre de 6 % et s’établit à 5,5 % en 2018. Il s’agit du plus bas niveau observé depuis 1976. Le taux d’emploi, quant à lui, s’établit à 61,0 % et atteint lui aussi un sommet historique depuis 42 ans.

La hausse de l’emploi au Québec en 2018 concentrée dans l’emploi permanent et à temps plein

La hausse de l’emploi en 2018 s’observe uniquement dans l’emploi à temps plein et dans l’emploi permanent. Les régions de Montréal (+ 22 600) et de Laval (+ 17 100) sont les principales sources de la croissance de l’emploi au Québec en 2018.

La création d’emploi profite notamment aux femmes, aux personnes de 55 ans et plus et aux salariés du secteur privé

Les employés du secteur privé (+ 24 800) sont à l’origine d’une bonne partie de la croissance de l’emploi en 2018. Les travailleurs de 55 ans et plus bénéficient d’une hausse de 28 900 emplois et continuent ainsi de renforcer leur présence sur le marché du travail. Quant aux femmes (+ 27 000), la croissance de l’emploi est deux fois plus rapide que celle des hommes (+ 11 900).

Les Québécois travaillent en moyenne 35 heures par semaine en 2018. Ce nombre a peu varié par rapport à 2017. Le salaire horaire moyen augmente de 1,9 %, alors que l’inflation progresse de 1,7 %.

La publication État du marché du travail au Québec. Bilan de l’année 2018 présente également une analyse de la situation du marché du travail dans l’ensemble du Canada et les autres provinces. Elle inclut aussi des sections sur les régions administratives du Québec ainsi que sur la population immigrante.

Source : Institut de la statistique du Québec

À lire aussi : Hausse de l’emploi et diminution du taux de chômage au Québec en janvier 2019

Lire la suite

Économie

Création de nouveaux logements abordables à Montréal-Nord

Publié

le

La Société canadienne d’hypothèques et de logement (SCHL) a annoncé ce lundi, 11 février, la création de nouveaux logements abordables à Montréal.

Les nouveaux logements abordables, durables, accessibles et socialement inclusifs seront développés dans le cadre de la Stratégie nationale sur le logement.

D’autres projets ont été lancés au Québec, en Ontario et à Terre-Neuve. Concernant cette initiative, les propriétés sélectionnées pour les projets sont des terrains ou des immeubles fédéraux qui seront réaménagés ou rénovés par des promoteurs.

« Tirer parti des propriétés et des terrains fédéraux excédentaires est un moyen efficace de créer de nouveaux logements tout en redonnant vie à des propriétés qui n’ont pas été touchées depuis des années voire des décennies. » Jean-Yves Duclos, ministre de la Famille, des Enfants et du Développement social.

L’ancienne Coopérative d’habitation Coin du Nord

À Montréal, la propriété visée par le projet est sise au 12390 avenue Saint-Jacques. Selon le communiqué de la SCHL, les promoteurs ont commencé à soumettre leurs propositions pour la création des nouveaux logements abordables.

La propriété en question est un immeuble qui compte 18 logements et s’appelait la Coopérative d’habitation Coin du Nord. On peut lire dans le site web de la SCHL qu’actuellement deux logements sont occupés.

Lire aussi : À Montréal, le gouvernement canadien va bâtir des logements « sûrs et abordables » pour les nouveaux arrivants

Lire la suite

Tourisme

LGBTQ2 : le Canada, l’une des destinations les plus inclusives au monde

Publié

le

Le Canada est reconnu comme un « fier » défenseur des comportements inclusifs et accueillants envers les voyageurs LGBTQ2 et est réputé comme étant une destination prisée par les membres de ces communautés.

À l’occasion de l’événement Fierté Canada Pride, la ministre du Tourisme, des Langues officielles et de la Francophonie, Mélanie Joly, a annoncé, vendredi 8 février, en collaboration avec RH Tourisme Canada (RHTC), la création d’ateliers de formation sur la diversité qui seront offerts d’un océan à l’autre pour mieux appuyer le secteur du tourisme visant les communautés LGBTQ2. « Nos communautés LGBTQ2 contribuent à faire du Canada l’une des sociétés les plus ouvertes et accueillantes au monde », a-t-elle déclaré.

Pour un Canada ouvert, accueillant…

RHTC collaborera avec la Chambre de commerce des gens d’affaires gais et lesbiennes du Canada (Canadian Gay & Lesbian Chamber of Commerce [anglais]) pour mettre sur pied des ateliers de formation qui aideront les entreprises canadiennes à se préparer à ce marché et à améliorer l’expérience des visiteurs lors des événements et festivals sous le thème de la Fierté. L’objectif est d’identifier les exploitants touristiques et les fournisseurs qui pourraient être intéressés à trouver des façons d’offrir des produits et des services touristiques plus inclusifs.

« Le gouvernement du Canada est déterminé à promouvoir et à stimuler le tourisme au pays et à tirer pleinement profit du potentiel économique des communautés LGBTQ2. »

Ces ateliers visent aussi à favoriser l’établissement de nouveaux partenariats au sein des communautés touristiques canadiennes et accroître la capacité des exploitants touristiques canadiens afin que ceux-ci puissent accueillir en plus grand nombre au Canada les voyageurs LGBTQ2.

Un tourisme ouvert aux communautés LGBTQ2

Selon Mme Joly, cette initiative solidifiera la position du Canada en tant que chef de file du tourisme ouvert aux communautés LGBTQ2 par l’amélioration des pratiques commerciales et l’enseignement des bienfaits de l’inclusion des membres de ces communautés. « Le Canada a été façonné par la diversité de son peuple, ce qui a fait de lui un pays fort et inclusif », a souligné la ministre du Tourisme.

À lire aussi :

Le réalisme brut de Hot Bodies, CH.OEU.OI.R et Stand-Up

2030 : Les défis économiques du tourisme canadien

Lire la suite

en-avant