Suivez-nous

Politique provinciale

Québec : la CAQ laisse tomber les communautés autochtones ?

Avatar

Publié

le

Les libéraux critiques l’absence de vision du gouvernement dirigé par la Coalition avenir Québec (CAQ) envers les communautés autochtones résidant sur le territoire québécois.

Le député de D’Arcy-McGee et porte-parole de l’opposition officielle en matière d’affaires autochtones, David Birnbaum, dit avoir interpellé vendredi matin à l’Assemblée nationale la ministre responsable des Affaires autochtones, Sylvie D’Amours, sur l’absence de vision du gouvernement caquiste pour améliorer les liens avec les communautés autochtones résidant sur le territoire du Québec et pour mieux répondre à leurs défis ainsi qu’aux opportunités d’épanouissement et de développement économique.

Mme D’Amours, « floue et ambiguë » dans ses réponses!

« J’ai demandé à la ministre quel était le plan et quelle était la vision du gouvernement caquiste pour accompagner et appuyer les peuples autochtones vers un avenir plus prospère et plus prometteur. Lors de nos échanges, Mme D’Amours a livré peu de détails sur la vision de son gouvernement, encore moins d’engagements concrets et moins de résultats. Le peuple autochtone mérite tellement mieux! », soutient David Birnbaum, député de D’Arcy-McGee et porte-parole de l’opposition officielle en matière d’affaires autochtones.

À lire : Peuples autochtones, Peuples marginalisés au Canada…

Dans ses réponses, au dire de M. Birnbaum, la ministre D’Amours est restée « floue et ambiguë ». Le député de D’Arcy-McGee dit craindre de voir le projet de CHSLD, promis depuis des années dans le cadre du Projet Tortue, ne plus voir le jour. « La ministre n’a également pas donné la position officielle du gouvernement sur le projet de loi fédéral C-92 touchant les services aux jeunes autochtones dont la juridiction sera partagée avec le provincial. De plus, Mme D’Amours n’a pas confirmé qu’elle allait soumettre son agenda complet sur le site www.transparence.gouv.qc.ca, un geste de transparence auquel les citoyens s’attendent », souligne le porte-parole libéral en matière d’affaires autochtones.

« Les nations autochtones du Québec ont perdu en influence et en sensibilité »

Pour enfoncer le clou, David Birnbaum révèle que depuis le début de son mandat, la ministre n’exerce aucun leadership tant du côté des différentes communautés qu’au sein du Conseil de ministres. « Il a été possible de le constater lors de la crise du suicide au Nunavik, lors des négociations entourant le projet Apuiat et lors de l’Assemblée politique annuelle de la Nation algonquine Anishinabeg. Aucune action n’a été mise en place pour soutenir les communautés qu’elle représente », déplore-t-il.

À lire : Les jeunes Autochtones du Québec se dotent d’un outil pour prendre en charge leur avenir

Clairement, croit savoir le député libéral, les nations autochtones du Québec ont perdu en influence et en sensibilité au sein du Conseil des ministres et du bureau du premier ministre depuis le 1er octobre 2018. Le Parti libéral du Québec dit être connu pour « ses résultats et sa présence sur le terrain » et M. Birnbaum souhaite que le gouvernement maintienne l’écoute destinée aux différentes communautés autochtones du Québec.

Source : le Parti libéral du Québec

Lire la suite
Publicité
Cliquez pour commenter

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Environnement

Transportez vert : un nouveau programme pour stimuler la transition énergétique au Québec

Avatar

Publié

le

Le gouvernement québécois a annoncé le lancement d’un nouveau programme pour stimuler la transition énergétique du secteur des transports, notamment celui des marchandises, qui est une plaque tournante de l’économie du Québec. 

Le nouveau programme Transportez vert offre de l’aide financière pour accompagner, soutenir et former les entreprises, les organismes et les municipalités qui utilisent un parc de véhicules routiers dans la réduction de leur consommation de carburant et leurs émissions de GES, tout en augmentant leur efficacité énergétique. 

Ce nouveau programme sera administré par Transition énergétique Québec et vient bonifier l’offre actuelle du programme Écocamionnage, administré par le ministère des Transports. « Avec l’annonce d’aujourd’hui, notre gouvernement vient combler un besoin du milieu tout en poursuivant sa volonté d’électrifier l’économie. En effet, le programme Transportez vert permettra aux propriétaires de parcs de véhicules routiers de bénéficier de solutions concrètes et de faire progresser la transition énergétique dans le secteur des transports », a annoncé Jonatan Julien, ministre de l’Énergie et des Ressources naturelles.

L’aide financière offert par le programme Transportez vert…

Les gestionnaires de parcs de véhicules pourront par exemple recevoir jusqu’à 100 000 $ pour de l’accompagnement en gestion de l’énergie, jusqu’à 200 000 $ pour l’acquisition de certaines technologies et jusqu’à 30 000 $ pour de la formation en écoconduite pour leurs conducteurs. De la même façon, une entreprise pourrait recevoir de l’aide pour la conversion énergétique d’un de ses véhicules, tels qu’une camionnette ou un autobus scolaire. 

« Pour nous, il est important non seulement de mettre en place des mesures incitatives financières, mais également de soutenir ce mouvement. Au Québec, nous avons la chance de pouvoir compter sur une expertise reconnue en matière d’efficacité énergétique. »

– Jonatan Julien, ministre de l’Énergie et des Ressources naturelles

Pour sa part, la PDG de Transition énergétique Québec soutient que le programme Transportez vert améliore l’offre de service pour la clientèle d’affaires en matière de transport, qui représente un secteur où le potentiel de gains en réduction des émissions de GES et en amélioration de l’efficacité énergétique est considérable. « Nous nous sommes inspirés des meilleures pratiques dans le monde pour faire en sorte que la transition énergétique de ce secteur lui soit des plus profitables », a rassuré Johanne Gélinas.

À lire : Roulez vert : Québec fait un pas de plus pour le déploiement des véhicules électriques

Lire la suite

Politique provinciale

Québec investit 260 M$ pour accélérer la réalisation de 15 000 logements sociaux

Avatar

Publié

le

Québec a annoncé ce mardi, 9 juillet, l’investissement de 260 M$ pour accélérer la réalisation de 15 000 nouveaux logements sociaux et abordables.

L’investissement de 260 M$ bonifiera le programme AccèsLogis Québec, déployé par la Société d’habitation du Québec.

Selon Andrée Laforest, ministre des Affaires municipales et de l’Habitation, avec cette initiative le gouvernement vise à corriger l’inaction du passé.

Il a été important de noter à ce propos que la dévaluation des subventions investies ces dernières années a ralenti le rythme de livraison des logements abordables au Québec.

« La construction 15 000 nouveaux logements communautaires contribueront à stabiliser le marché locatif », a déclaré Mme Laforest.

La réalisation de ces habitations portera le nombre des logements abordable à 56 174. Sachant que leur nombre s’élevait à 40 703 au 31 décembre 2018.

L’annonce a été reçue avec enthousiasme par le Front d’action populaire en réaménagement urbain (FRAPRU). L’organisme a affirmé sur son site web qu’il « espère que les sommes seront toutes rendues disponibles le plus rapidement possible, puisque le budget 2019-2020 étirait la planification des dépenses sur 7 ans. »

Lire aussi : Témoignages poignants sur la crise du logement au Québec

Lire la suite

Actualités

Marché du travail et main-d’œuvre : Ottawa va transférer 5,4 milliards de dollars au Québec

Avatar

Publié

le

Ce transfert de 5,4 milliards de dollars par le gouvernement fédéral [d’ici à 2023] comprend des investissements supplémentaires d’environ 680 millions de dollars, qui permettront à environ 240 000 Québécois de pouvoir bénéficier notamment des programmes et des formations pour intégrer le marché du travail ou avoir accès à de nouvelles occasions de carrière.

Cette « conclusion positive » survient après une période de négociations entre le ministre québécois du Travail, de l’Emploi et de la Solidarité sociale, Jean Boulet et son homologue fédérale, la ministre de l’Emploi, du Développement de la main d’œuvre et du Travail, Patty Hajdu.

  • l’Entente sur le développement du marché du travail (environ 4,2 milliards de dollars);
  • l’Entente sur le développement de la main-d’œuvre (environ 1,2 milliard de dollars).

Financée par le régime d’assurance-emploi, l’Entente sur le développement du marché du travail (EDMT) aide les citoyens à acquérir une formation, à développer des compétences et à se trouver un emploi rapidement. Elle assure également la création d’une main-d’œuvre compétente, capable de répondre aux besoins actuels et futurs des employeurs.

À lire : 247 000 chômeurs dénombrés au Québec en 2018

Pour ce qui est de l’Entente sur le développement de la main-d’œuvre (EDMO) favorise l’intégration en emploi des personnes plus éloignées du marché du travail, comme les jeunes et les personnes handicapées. Elle leur permet de suivre des formations, de développer leurs compétences et d’acquérir de l’expérience de travail.

Un nouveau souffle pour le marché du travail au Québec

« En plus des actions entreprises dans la foulée de la Grande corvée, mes négociations entamées dès janvier avec le gouvernement fédéral visaient à m’assurer que le Québec dispose de l’ensemble des leviers appropriés pour répondre à ses défis particuliers en matière de main-d’œuvre. Ces ententes permettront entre autres au Québec de consolider son rôle comme responsable des mesures actives d’emploi sur son territoire et d’offrir le meilleur soutien possible aux citoyens et aux entreprises face au contexte actuel du marché du travail », a indiqué Jean Boulet.

« Notre plus grand atout en tant que pays est notre population. Des investissements réalisés par le gouvernement du Canada comme ceux d’aujourd’hui avec le Québec nous permettent de faire en sorte que nos travailleurs demeurent concurrentiels, résilients et efficaces dans un marché du travail en évolution et une économie croissante. Lorsque nous donnons aux gens les outils pour réussir, notre classe moyenne se renforce et nos travailleurs et leur famille s’épanouissent. », a souligné, de son côté, Patty Hajdu.

À lire aussi : 250 000 personnes pourraient intégrer le marché du travail au Québec

Lire la suite

Nous suivre sur Facebook

Publicité

en-avant