Suivez-nous

Actualités

Québec : la Table de concertation contre le racisme systémique met en garde le gouvernement

Baba-Idriss FOFANA

Publié

le

Alors que la « Consultation publique sur le racisme systémique » fait grand débat depuis quelques jours, surtout après la défaite du Parti Libéral dans Louis Hébert, lundi 2 octobre, la Table de concertation contre le racisme systémique (TCRS) tient à réitérer l’importance de la démarche et insister sur les conditions essentielles pouvant assurer son succès.

La Table de concertation contre le racisme systémique (TCRS), qui rassemble une trentaine d’organismes de la société civile – engagés pour une société égalitaire, libérée du racisme et des discriminations -, vient de donner de la voix. Lors d’une conférence de presse qu’elle a tenu, mercredi 4 octobre, au siège de la CSN à Montréal, la TCRS a réitéré son ‘’engagement’’ envers la « Consultation publique sur le racisme systémique », qui doit se tenir au Québec. Tout en rappelant qu’elle doit être « indépendante, consciencieuse et respectueuse de la population ».

C’est pourquoi La Table a souhaité que la Commission des droits de la personne et de la jeunesse (CDPDJ) « ait toute l’indépendance et les moyens » pour mener la consultation à bon port. Et qu’elle ne soit influencée ni par le gouvernement ni par les « considérations partisanes ou électorales ». « Il faut laisser la Commission faire son travail correctement. On doit juste lui donner les ressources et le temps dont elle a besoin. Le gouvernement n’a pas à s’ingérer dans son travail. Le travail de la Commission ne doit pas répondre à un échéancier électoral. Nous voulons une écoute de la parole des minorités qui souffrent des questions de racisme au Québec », a fait valoir Haroun Bouazzi, co-président de l’Association des Musulmans Arabes pour la laïcité (AMAL-Québec), également présent à cette conférence.

À ceux qui pensent que la défaite des Libéraux dans Louis-Hébert serait le fait que la Consultation sur le racisme systémique passerait mal, M. Bouazzi leur répond ceci : « Un parti, au pouvoir depuis 15 ans, devrait se poser la question de savoir ce qu’il a fait ou n’a pas fait en 15 ans, non pas ce qu’il a fait depuis deux mois pour perdre une élection ». Jugeant inquiétant les propos de certains élus libéraux, le co-président d’AMAL-Québec croit savoir que cela dénote du fait que « le gouvernement n’est pas uni sur la cause du racisme systémique ».

« Ceci étant dit, nous n’espérons pas que le gouvernement va reculer. Si on se retrouve dans une situation où il n’y a aucun bilan à apporter aux minorités qui sont touchées par la question du racisme, on s’en souviendra aux prochaines élections », a-t-il martelé.

 

Crédit photo:

Baba Idriss Fofana est Journaliste depuis 2010 et Blogueur depuis 2012 sur la plateforme de Radio France International – Mondoblog – où il anime notamment des chroniques politiques et faits de société. Ayant également fait des études de Marketing et de Management, il a occupé dans différents pays les fonctions d’Assistant en communication politique et Responsable des communications.

Lire la suite
Publicité
Cliquez pour commenter

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Actualités

La forêt québécoise, un outil « efficace » de lutte aux changements climatiques

Publié

le

Le Regroupement des communautés forestières de la Fédération québécoise des municipalités (FQM) tient aujourd’hui, jeudi 21 février, son 2e Forum des communautés forestières sous le thème « La forêt à l’heure des changements climatiques ».

Les représentants des municipalités et du monde forestier dresseront un portrait de la situation actuelle et se pencheront sur l’utilisation du Fonds vert pour augmenter la capacité forestière du Québec pour ainsi lutter contre les changements climatiques. « Tous les rapports scientifiques prévoient que les impacts environnementaux dus aux changements climatiques seront majeurs. On le voit dans le Québec maritime où les tempêtes ont gagné en vigueur et sont de plus en plus nombreuses », souligne Yvon Soucy, président du Regroupement des communautés forestières.

Les Québécois sont « chanceux »…

Selon Yvon Soucy, les Québécois ont la chance d’avoir au Québec une ressource stratégique qui permet de séquestrer le carbone tout en favorisant le développement économique de leurs régions. « Gouvernements, municipalités et partenaires économiques, nous devons miser sur notre forêt pour faire face aux défis que nous devons relever », soutien M. Soucy, également 1er vice-président de la FQM et préfet de la MRC de Kamouraska.

Le Forum des communautés forestières sera aussi l’occasion du lancement de deux guides publiés en collaboration avec le Conseil de l’industrie forestière du Québec (CIFQ), le Centre d’expertise sur la construction commerciale en bois (Cecobois) et le ministère des Forêts, de la Faune et des Parcs (MFFP).

Pour participer véritablement à la lutte aux changements climatiques, préconise le président du Regroupement des communautés forestières, les municipalités et les partenaires économiques doivent se doter de guides et d’outils qui vont leur permettre de travailler efficacement. « Que ce soit l’utilisation du bois dans la construction de bâtiments ou l’utilisation de la biomasse résiduelle pour la production d’énergie, diverses approches innovantes sont à la disposition des communautés forestières pour valoriser les produits forestiers et soutenir ce secteur économique vital pour nos régions », précise Yvon Soucy.

L’engagement de Québec à travers une « déclaration verte »

Ce forum se terminera avec la signature par les participants de la Déclaration verte. Les signataires entendent demander au gouvernement de reconnaître la forêt comme étant un atout stratégique dans la lutte aux changements climatiques et, conséquemment, de mettre en place une stratégie efficace pour augmenter la possibilité forestière du Québec, afin de maximiser la captation de carbone.

À lire aussi : Le réchauffement climatique à l’origine des incendies en Colombie-Britannique

Sur une superficie totale de 1 667 712 km², ses forêts couvrent 761 100 km², soit près de la moitié du territoire. Ses habitants sont collectivement propriétaires d’environ 92 % du territoire du Québec, dont plus de la moitié est couvert de forêts à valeur commerciale.

Chiffres clés du Québec forestier – 2017

« Il est primordial que le gouvernement utilise la forêt comme un élément majeur de sa stratégie de lutte contre les changements climatiques. Il doit utiliser les ressources financières et réglementaires dont il dispose pour relever ce défi. D’ailleurs, nous nous sommes dotés collectivement d’un outil majeur pour le relever : le Fonds vert. Utilisons-le le plus efficacement possible », conclut le président du Regroupement.

À lire aussi : 10 mesures pour lutter contre les changements climatiques au Canada

Lire la suite

Actualités

Le sommet mondial sur «la protection des mineurs dans l’Église »

Publié

le

Après la série de révélations de crimes pédophiles, perpétrés par des religieux à l’échelle internationale en 2018, un sommet contre la pédophilie a débuté ce jeudi, 21 février, à Rome.

Ce rassemblement au Vatican vise à trouver des mesures concrètes et urgentes afin de lutter contre ce fléau. Selon les sources de l’AFP, le sommet proposera des réformes du système afin d’assurer la sécurité des mineurs.

Le sommet mondial sur «la protection des mineurs dans l’Église » sera clôturé dimanche matin « par une messe pontificale suivie d’un discours du pape François. »

Lire aussi : Pédophilie : Plus 1000 enfants agressés par au moins 300 prêtres aux États-Unis

Lire la suite

Actualités

Réouverture d’une grande affaire de contrefaçons d’œuvres de Rodin

Publié

le

L’affaire a commencé en 2001 lorsque le musée Rodin a déposé plainte concernant la circulation de copies illégales réalisées à partir des œuvres du sculpteur français.

Les reproductions des sculptures « Le penseur », « Le baiser », « La main de Dieu » et d’autres œuvres, ont été exposées et vendues à l’étranger comme étant des originaux.

Selon l’AFP, quatre hommes et la société italienne « Gruppo mondiale » ont comparu devant la cour d’appel de Paris, ce mercredi, 20 février. Le nombre des reproductions est impressionnant. On estime que 1.700 pièces ont été tirées à partir de 52 oeuvres de l’artiste.

Lire aussi : Échec de la vente aux enchères des tableaux d’Hitler

Lire la suite

en-avant