Suivez-nous

Économie

Québec : secteurs et régions touchés par la pénurie de main d’œuvre

Avatar

Publié

le

Le nombre de postes vacants ne cesse d’augmenter dans tout le pays et ce depuis plus de deux ans. À la fin de l’année précédente la hausse a atteint un nouveau pic par rapport aux taux de pénurie enregistrés depuis 2015. Selon Statistique Canada, les taux les plus importants de postes vacants ont été enregistrés au Québec, en Ontario et en Colombie-Britannique.

Plus d’opportunités pour les personnes ayant un diplôme d’études secondaires

Au terme de 2018, un grand pourcentage des employés recherchés pour combler les postes devaient avoir un niveau de scolarité minimum. Ainsi, 63,3 % des postes vacants déclaré au dernier trimestre sont destinés aux personnes ayant un diplôme d’études secondaires ou un niveau de scolarité inférieur. Par ailleurs 11, 7 % des postes vacants exigent un baccalauréat ou un grade de niveau supérieur.

La pénurie au Québec

Au Québec, tous les secteurs sont touchés par l’augmentation des postes à combler particulièrement dans les régions économiques. À la fin de 2018, la hausse est chiffrée à + 35%. Cela correspond à 31 000 postes vacants. La province affiche ainsi le taux le plus important qui s’approche de la moyenne nationale.

Dans les régions de Lanaudière et des Laurentides qui ont connu une croissance économique, les postes vacants ont augmenté respectivement de 45,1 % (+1 400) et 58,6 % (+2 500).

Les secteurs qui connaissent une augmentation significative des postes vacants sont les soins de santé et de l’assistance sociale; les services d’hébergement et de restauration; et de la fabrication.

Lire aussi : Population active canadienne : l’emploi a augmenté de 163 000 sur 12 mois

Lire la suite
Publicité
2 Commentaires

2 Comments

  1. Pingback: 6 500 postes à combler chez Lowe's, RONA, Réno-Dépôt, Ace, Dick's Lumber et Contractor First -

  2. Pingback: Chantier de l'emploi : un premier salon 100 % construction pour répondre à la pénurie de la main-d'oeuvre - Avant Premiere Mtl

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Économie

Défi OSEntreprendre, «l’audace» des 68 500 personnes qui participent à la 21e édition

Avatar

Publié

le

« Fiers, innovants et déterminés », sont les qualificatifs à l’endroit des 68 500 participants qui ont osé prendre part à la 21e édition du Défi OSEntreprendre, dont la période d’inscription vient tout juste de se terminer.

OSEntreprendre à pour mission d’inspirer le désir d’entreprendre pour contribuer à « bâtir un Québec fier, innovant, engagé et prospère ». Selon les organisateurs, le « succès collectif » de cette 21ème édition témoigne de l’effervescence de l’esprit d’entreprendre au Québec et du succès des mesures mises en place.

Pour bâtir un Québec « fier, innovant, engagé et prospère… »

Ce travail serait le fruit d’une mobilisation d’envergure impliquant 17 responsables régionaux, 320 responsables locaux et une quarantaine de partenaires et d’alliés stratégiques qui unissent leurs efforts pour mettre en lumière les projets qui se développent dans toutes les régions du Québec.

« Que ce soit en Entrepreneuriat étudiant, en Création d’entreprise ou dans le volet Réussite inc., chacun des 4 250 projets inscrits porte une marque distinctive, source de fierté et d’inspiration dans son milieu. » – OSEntreprendre

D’ailleurs, les organisateurs invitent tous les participants à « affirmer fièrement leur audace » avec les outils « moi j’OSEntreprendre! ». Le processus de sélection débutera dans les prochains jours à l’échelon local, pour se poursuivre au régional en avril, puis au national en mai. Cette 21e édition culminera, le 12 juin prochain, au Palais Montcalm de Québec lors du Gala des Grands Prix Desjardins du Défi OSEntreprendre.

À lire aussi : Le Canada appuie l’entrepreneuriat comme perspective professionnelle

Rappelons que le Défi OSEntreprendre, principale activité de l’organisme OSEntreprendre, est un grand mouvement québécois qui fait rayonner les initiatives entrepreneuriales des élèves du primaire à l’université et celles des créateurs d’entreprise.

Lire la suite

Actualités

#20mars – Québec attribue 1 million dollars pour la réalisation de projets de promotion du français

Avatar

Publié

le

Profitant de la Journée internationale de la Francophonie, le gouvernement du Québec a annoncé ce #20mars un soutien d’un million de dollars pour des initiatives de promotion et de valorisation du français dans l’espace public. Ces projets ont été appuyées « dans le but d’instituer des pratiques exemplaires » de promotion du français, susceptibles d’inspirer les milieux de la culture mis à contribution.

Ce sont 300 millions de personnes sur les cinq continents qui célèbrent aujourd’hui, #20mars, la Journée internationale de la Francophonie. En tant que membre de plein droit de l’Organisation internationale de la Francophonie (OIF), le gouvernement du Québec ne pouvait rester en marge de cette journée. « Notre langue est au cœur de notre culture et de notre identité. Elle contribue à notre vitalité et suscite notre fierté d’appartenir à la plus grande nation francophone des Amériques », fait valoir Nathalie Roy, ministre de la Culture et des Communications et ministre responsable de la Langue française.

« Notre langue est au cœur de notre culture et de notre identité »

Ainsi, Québec annonce un soutien d’un million de dollars pour des initiatives de promotion et de valorisation du français dans l’espace public.

Ces projets seront mis en œuvre par cinq sociétés d’État relevant de la ministre de la Culture et des Communications et ministre responsable de la Langue française, à hauteur de 200 000 $ chacune. Il s’agit de :

Conseil des arts et des lettres du Québec. Le CALQ s’est associé au Regroupement du conte au Québec (RCQ) afin d’appuyer la réalisation du projet Circuit Paroles Vivantes pour l’organisation de tournées de cinq conteurs et conteuses dans plusieurs régions du Québec au printemps 2019. Le projet est d’ailleurs lancé aujourd’hui, au Théâtre de la Ville à Longueuil, à l’occasion de la Journée mondiale du conte et de la Journée internationale de la Francophonie.

Télé-Québec. En s’arrimant elle aussi au Circuit Paroles Vivantes, Télé-Québec saisit l’occasion de créer des conditions favorables autour du conte et de le positionner non seulement comme une forme d’art incontournable, mais également comme un véhicule privilégié de la langue française. La Fabrique culturelle produit ainsi Ceux qui content, cinq portraits de conteurs et conteuses du Québec, sous forme de websérie assortie à une production immersive. Le premier épisode de la série sera d’ailleurs diffusé sur lafabriqueculturelle.tv dès aujourd’hui.

Bibliothèque et Archives nationales du Québec. La Grande Bibliothèque accueille depuis janvier une classe d’adultes en francisation de la Commission scolaire de Montréal dans le cadre d’un projet expérimental liant étroitement l’apprentissage du français et l’immersion dans la culture du Québec. Laboratoire vivant, ce projet met à profit les collections et les services de BAnQ afin de mesurer et de maximiser le potentiel des bibliothèques publiques dans l’intégration des nouveaux arrivants.

Musée de la civilisation. Le projet Au-delà des mots : expérimentations numériques consiste à rassembler une dizaine de personnes de profils différents et d’imaginer des projets numériques explorant la richesse et la diversité de la langue française, en lien avec les collections et expositions du Musée de la civilisation.

Société de développement des entreprises culturelles. La SODEC appuie notamment les activités du Prix collégial du cinéma québécois qui invitent les cégépiens de tous horizons à visionner des films québécois, à les analyser et à débattre afin de couronner un film gagnant, offrant ainsi aux étudiants issus de l’immigration l’occasion de développer leur connaissance de la langue et de la culture d’ici.

« La fierté de parler français et l’attachement indélébile à nos racines francophones »

Alors que l’OIF célèbrera prochainement son 50e anniversaire, « ce sont davantage d’initiatives que le Québec pourra mettre en valeur à l’international, afin d’illustrer son leadership en faveur d’un espace francophone plus fort où la langue française continuera de rayonner », souligne pour sa part Nadine Girault, ministre des Relations internationales et de la Francophonie.

De son côté, Sonia LeBel croit que « la fierté de parler français et l’attachement indélébile à nos racines francophones communes sont au cœur du renforcement de la solidarité entre les Québécois et les francophones de partout au Canada. La Journée internationale de la Francophonie est une occasion privilégiée pour faire résonner cette solidarité et faire connaître à tous la valeur ajoutée de la francophonie canadienne », dit Mme LeBel, ministre de la Justice et ministre responsable des Relations canadiennes et de la Francophonie canadienne.

À lire aussi :

20 mars : la Francophonie en chiffres depuis l’élection de Louise Mushikiwabo

Jeunesse francophone, Près de 5 millions de dollars pour propulser l’entrepreneuriat

Lire la suite

Économie

REEE collectifs : Universitas lance un plan de mesures financières d’atténuation de 1,5 million dollars

Avatar

Publié

le

L’un des pionniers en matière de régimes enregistrés d’épargne-études (REEE), a annoncé mercredi le lancement d’un plan de mesures financières d’atténuation d’une valeur de 1,5 million de dollars. Cette somme vise à atténuer l’impact financier qu’auraient pu causer, chez certaines familles, les assouplissements aux critères d’admissibilité aux paiements d’aide aux études (PAE) entrés en vigueur au mois de janvier 2018.

« Nous avons à cœur le fait que l’épargne-études représente un investissement précieux pour les familles qui choisissent Universitas, et nous avons été à l’écoute de celles pour qui les assouplissements ont pu avoir une incidence sur leur planification financière », a déclaré Isabelle Grenier, présidente et chef de la direction d’Universitas.

Mme Grenier souligne que le plan de mesures financières d’atténuation lancé par Universitas aujourd’hui est le reflet de leur « engagement sincère » à accompagner les familles dans le passage aux critères assouplis et surtout, dans la réalisation du plein potentiel de leurs enfants.

Le plan de mesures financières d’atténuation s’adresse aux clients ayant souscrit un produit collectif offert par Universitas avant le 5 octobre 2017 et n’ayant pas retiré les trois PAE en date du 31 décembre 2017, soit la veille de l’entrée en vigueur des critères assouplis.

À lire aussi : Les Québécois, devenus champions de l’épargne et des placements ?

Afin d’assurer une évaluation impartiale des dossiers, la mise en œuvre du plan de mesures financières d’atténuation a été confiée à Paul Vézina, ancien juge de la Cour supérieure du Québec et de la Cour d’appel du Québec ayant également occupé les fonctions de Bâtonnier du Québec.

Comment les sommes seront distribuées aux clients admissibles ?

À titre d’évaluateur indépendant, Me Vézina devra mettre son expertise et son expérience à contribution afin d’élaborer la structure et les critères selon lesquels les sommes seront distribuées aux clients admissibles. La logistique entourant le plan de mesures financières d’atténuation est, quant à elle, confiée à la société Collectiva, une firme spécialisée dans la gestion de réclamations.

Universitas invite tous les clients concernés et s’estimant désavantagés par les assouplissements à s’inscrire dès maintenant en visitant le universitas-attenuation.collectiva.ca. La période d’inscription sera en vigueur jusqu’au 30 avril 2019, après quoi les dossiers seront rapidement évalués par l’honorable Paul Vézina.

Pour rappel, Universitas accompagne, depuis 1964, les familles du Québec et du Nouveau-Brunswick dans le financement des études postsecondaires de leurs enfants. Organisme sans but lucratif, il s’agit de la seule fondation de cette spécialité à avoir son siège social au Québec. Universitas gère plus de 1,45 milliard d’actifs et a versé, à ce jour, près de 885 M$ en paiements d’aide aux études (PAE) et en remboursement d’épargne.

Lire la suite

en-avant