Suivez-nous

Nation

Intégration : Deux ans après l’arrivée de plus de 25 000 réfugiés syriens au Canada..

Avatar

Publié

le

Image de couverture de l'enquête menée par l'organisme COSTI sur son processus de réinstallation des réfugiés syriens dans la région de Toronto.

Un sondage commandité par Immigration, Réfugiés et Citoyenneté Canada (IRCC) révèle que les réfugiés syriens, accueillis par le gouvernement canadien, s’en sortent mieux que prévu après deux ans et demi.

En tant qu’organisation responsable de la réinstallation à Toronto de 2 200 réfugiés syriens parrainés par le gouvernement, COSTI a mené récemment une enquête téléphonique de suivi à l’automne 2018 pour en savoir plus sur son processus de réinstallation et sur la façon dont ils s’en sont sortis un an et demi depuis la dernière enquête menée à l’automne 2016.

La majorité des réfugiés syriens ne parlaient ni anglais ni français…

Alors que la maîtrise d’une langue s’avère cruciale pour vivre et travailler, la majorité des Syriens ne parlaient ni anglais ni français à leur arrivée au Canada. Mais deux ans après, l’enquête révèle que 89 % d’entre eux ont passé une évaluation linguistique et 76 % ont suivi des cours de langue financés par le gouvernement.

Selon COSTI, soixante-trois pour cent (63%) continuent à suivre des cours d’anglais, 50% ont un emploi rémunéré, ils sont en contact avec la communauté au sens large, 73% se sont fait des amis qui ne sont pas Syriens et 96% de leurs enfants participent à des activités scolaires, notamment des activités parascolaires comme le sport, 75% déclarent que la santé émotionnelle de leur famille s’est améliorée depuis leur arrivée au Canada et 100% souhaitent devenir citoyens canadiens. « Ce sont tous des signes sains d’un parcours vers une intégration réussie », indique l’organisme COSTI.

« La participation sociale est un autre facteur clé dans la réussite de l’intégration. Les sports et les autres activités récréatives favorisent les liens entre les nouveaux arrivants et leurs pairs canadiens et améliorent la santé physique et mentale. »

-Immigration, Réfugiés et Citoyenneté Canada

Selon IRCC, 57 % des nouveaux arrivants syriens interrogés par COSTI disent travailler et 23 % recherchent activement un emploi, une amélioration notable par rapport aux données sur l’emploi de 2016, peu après l’arrivée des premiers Syriens visés par l’initiative. « Pour devenir autonomes, les nouveaux arrivants doivent trouver un emploi, c’est pourquoi nous finançons les services liés à l’emploi partout au pays », souligne Immigration, Réfugiés et Citoyenneté Canada.

Des communautés qui facilitent l’intégration des nouveaux!

Fait notable en matière en matière d’intégration, « dans le sondage COSTI, presque tous les répondants (96 %) ont déclaré que leur communauté était accueillante, qu’ils s’étaient faits de nouveaux amis au Canada et qu’ils avaient un profond sentiment d’appartenance au Canada ». « Nous sommes fiers de nos progrès à ce jour, lesquels ont été rendus possibles grâce à d’innombrables Canadiens qui se sont ralliés pour souhaiter la #Bienvenueauxréfugiés, et dont les efforts continuent d’améliorer la vie des nouveaux arrivants syriens », se félicite IRCC.

Pour le ministère canadien de l’immigration, chaque réfugié a son propre parcours avec son lot de défis et d’occasions lors de son établissement au Canada. « C’est un processus à long terme qui exige la participation du gouvernement, des entreprises, de bénévoles dévoués et de la société civile », dit-il en commentant l’enquête menée par l’organisme torontoise sur le processus d’intégration des réfugiés syriens.

Rappelons que trois cent cinquante et un (351) adultes chefs de ménage ont participé à l’enquête; représentant 82% des 430 familles syriennes réinstallées par COSTI. Les entretiens ont été réalisés par téléphone avec du personnel arabophone.

À lire aussi :

Justin Trudeau : « les réfugiés ont aidé à bâtir le Canada fort, ouvert et prospère »

Le Canada concocte un plan pour chasser 10 000 « faux immigrants » par an

Réfugiés juifs refoulés, les « sincères excuses » du Canada après le crime

Nation

Garde côtière canadienne : six nouveaux brise-glaces remplaceront l’actuelle flotte vieillissante

Avatar

Publié

le

Brise-glaces actuels de la Garde côtière canadienne : NGCC Terry Fox (brise-glace lourd) 2

Les Canadiens partout au pays comptent sur les services essentiels de la Garde côtière canadienne pour protéger les navigateurs et l’environnement marin, et pour assurer le mouvement sécuritaire et efficace des navires qui contribuent grandement à la prospérité de notre économie. 

La Garde côtière fournit des services de déglaçage essentiels pour s’assurer que les navires commerciaux et les traversiers ont accès aux ports canadiens pendant l’hiver, et soutient les activités de réapprovisionnement dans l’Arctique canadien en été. 

Pour s’assurer que la Garde côtière est en mesure de continuer à fournir ces services essentiels, Jonathan Wilkinson, ministre des Pêches, des Océans et de la Garde côtière canadienne, a annoncé aujourd’hui que la Garde côtière fera l’acquisition de six nouveaux brise-glaces de programme afin de remplacer sa flotte vieillissante actuelle de brise-glaces.  

Les brise-glaces, une arme de taille pour la Garde côtière canadienne

Brise-glaces actuels de la Garde côtière canadienne : NGCC Henry Larsen (brise-glace moyen) 1

Le ministre Wilkinson a également annoncé, au nom de Carla Qualtrough, ministre des Services publics et de l’Approvisionnement et de l’Accessibilité, que le gouvernement du Canada lance officiellement un processus concurrentiel, au moyen d’une invitation à se qualifier, afin d’ajouter un troisième chantier naval canadien comme partenaire stratégique dans le cadre de la Stratégie nationale de construction navale (SNCN). Ce nouveau chantier naval construira les nouveaux brise-glaces de programme pour la Garde côtière.    

Compte tenu de la croissance continue de la navigation commerciale et des changements climatiques ayant déjà des répercussions sur les collectivités du pays, le nombre de demandes que reçoit la Garde côtière continue d’augmenter.  

Les brise-glaces de programme de la Garde côtière sont essentiels à l’économie canadienne puisqu’ils soutiennent toute l’année le commerce maritime dans l’Est du Canada, la voie navigable du Saint-Laurent et les Grands Lacs. Ils permettent aux traversiers canadiens dans l’Est de fonctionner pendant l’hiver, et sont essentiels à la pêche commerciale du Canada. 

À lire : Navires de combat : le Canada choisit un modèle de type 26 de BAE Systems

Les brise-glaces de programme sont également utilisés pour fournir des services aux résidants du Nord du Canada, en assurant le soutien du réapprovisionnement annuel en marchandises des collectivités et de leurs industries dans l’Arctique canadien. 

À lire : Changements climatiques en Arctique : Création d’une nouvelle région canadienne

Lire la suite

Moyen-Orient

Iraq : la première policière déployée par le Canada a terminé sa mission

Avatar

Publié

le

La sergente Erin Coates, du Service de police de Saskatoon, a récemment terminé son déploiement d’un an auprès de l’Unité de formation du Groupe international de police en Iraq, dans le cadre de l’opération Inherent Resolve de la force opérationnelle interarmées multinationale (FOIM-OIR), a annoncé lundi la Gendarmerie royale du Canada (GRC).

La sergente Coates est la première femme policière canadienne à être déployée en Iraq pour soutenir les opérations policières de maintien de la paix. « Nous sommes extrêmement fiers d’Erin et de tous nos agents de police présentement déployés en Iraq », a affirmé Brenda Lucki, commissaire de la GRC. 

Depuis le déploiement de la sergente Coates, deux autres agentes de police canadiennes ont été déployées en Iraq. L’une a collaboré avec la sergente au sein de l’Unité de formation, l’autre a travaillé comme conseillère en matière d’égalité des sexes à la FOIM-OIR et en tant que commandante du contingent canadien. 

La GRC souhaite continuer de déployer des agentes de police afin de fournir aux agentes iraquiennes des exemples inspirants d’égalité entre les sexes et d’autonomisation. 

La GRC tient à encourager les autres agentes de police à demander à participer aux opérations de maintien de la paix internationales à venir. « Leurs efforts [des agents de police canadiens] permettent de renforcer la capacité de la police iraquienne et des organismes de sécurité de tenir compte de toutes les aspects et les composantes des collectivités qu’ils servent, y compris les femmes et les enfants », a souligné Mme Lucki.

Un « entraînement essentiel » donné en Iraq

Les agents de police canadiens déployés auprès de l’Unité de formation du groupe international de police en Iraq donnent un entraînement essentiel aux forces policières spécialisées et aux organismes de sécurité civile du gouvernement iraquien, aux échelons fédéral, provincial et local. Pendant l’entraînement, les instructeurs de la police canadienne mettent surtout l’accent sur les pratiques de police communautaire et sur le renforcement des capacités de négociation et de désamorçage.

À lire : OTAN – le Canada refuse de se laisser influencer par les États-Unis

Pour rappel, le Canada déploie des agents de police pour soutenir les missions de maintien de la paix et de stabilisation dans le cadre de l’Arrangement sur la police civile au Canada, une entente conclue entre la GRC, Sécurité publique Canada et Affaires mondiales Canada. Les agents et agentes de police canadiens ont acquis, grâce à leur expertise, à leur leadership, à leur professionnalisme et à leur dévouement, une excellente réputation en ce qui concerne les initiatives policières internationales.

Lire la suite

Nation

Élection canadienne et fête juive : le DG des élections dit non à la date du 28 octobre 2019

Avatar

Publié

le

Le 29 juillet, le directeur général des élections a annoncé sa décision de ne pas recommander au gouverneur en conseil de changer la date de la prochaine élection canadienne, qui est actuellement prévue le 21 octobre 2019.

Le jour de l’élection générale fédérale de 2019, actuellement prévu le 21 octobre 2019, ainsi que certains jours de vote par anticipation coïncident avec des fêtes juives. Ces jours‑là, les membres de la communauté juive pratiquante ne seront pas en mesure de voter ou de faire campagne.

Des membres de la communauté juive pratiquante avaient demandé au directeur général des élections de recommander le report de la date au 28 octobre en raison de conflits avec des fêtes religieuses juives. 

Chani Aryeh-Bain, une candidate juive orthodoxe ayant remporté la course à l’investiture pour le Parti conservateur du Canada dans la circonscription d’Eglinton–Lawrence, et M. Ira Walfish, un électeur juif orthodoxe et militant politique, ont présenté à la Cour fédérale du Canada une demande de révision judiciaire de la décision du directeur général des élections du Canada de ne pas recommander au gouverneur en conseil de reporter la date de l’élection générale fédérale au 28 octobre 2019, car la grande fête juive de Chemini Atseret tombe le 21 octobre 2019.

Changer la date de l’élection canadienne à un stade aussi avancé ?

Le 23 juillet 2019, la juge McDonald a accueilli la demande de révision judiciaire. Elle a ordonné au directeur général des élections du Canada de réexaminer sa décision et de fournir une justification qui reflète un juste équilibre entre les droits des demandeurs tels qu’ils sont garantis par la Charte canadienne des droits et libertés (la Charte) et le mandat qui m’est confié par la Loi électorale du Canada (la Loi).

Conformément à la décision que la Cour fédérale du Canada a rendue dans l’affaire Chani Aryeh‑Bain et al. c. le directeur général des élections du Canada, le directeur général des élections dit avoir soigneusement étudié la question et exposé en détail les motifs de sa décision. 

« Après avoir examiné attentivement les répercussions de la tenue de l’élection le 21 octobre sur la capacité des juifs pratiquants à participer au processus électoral, et compte tenu de ma responsabilité d’assurer un vote accessible à tous les Canadiens, j’en conclus qu’il n’est pas souhaitable de changer la date de l’élection générale à un stade aussi avancé. […]», a déclaré Stéphane Perrault, directeur général des élections du Canada.

À lire : Le Canada signe 12 points pour des élections libres et justes en octobre 2019

Dans son exposé, le DG des élections dit ne pas prendre cette décision à la légère, mais dans le but d’offrir la plus vaste gamme possible de services de vote accessibles à l’ensemble de la population. […] Je m’engage à continuer de collaborer avec les membres de la communauté juive pour leur offrir, dans le calendrier électoral actuel, des façons de voter optimales et pratiques qui respectent leurs croyances religieuses », a fait valoir M. Perrault. 

Lire la suite

Nous suivre sur Facebook

Publicité

en-avant