Suivez-nous

Éducation

Rentrée 2019 : Québec annonce une heure d’activités parascolaires gratuite par jour pour des d’élèves du secondaire

Avatar

Publié

le

Dès la prochaine rentrée 2019, des milliers d’élèves fréquentant une école secondaire publique pourront bouger, s’épanouir davantage et développer leur sentiment d’appartenance en profitant, s’ils le désirent, d’une heure d’activités parascolaires gratuites par jour, a annoncé lundi Isabelle Charest, ministre déléguée à l’Éducation et ministre responsable de la Condition féminine.

Un investissement gouvernemental de 32,3 millions de dollars (376 $ par élève) permettra à 26,5 % des élèves du secondaire du Québec de bénéficier de cette mesure dès l’année scolaire 2019-2020. Cette nouvelle offre, inspirée de l’expérience positive d’écoles secondaires ayant déjà une grande variété d’activités parascolaires, sera par la suite mise en place graduellement au cours des prochaines années pour finalement toucher tous les élèves du Québec à la rentrée 2021-2022.

« À l’adolescence, la découverte d’une passion et l’appartenance à un groupe peuvent grandement influencer le parcours scolaire. C’est pourquoi une grande diversité d’activités sera offerte, pour atteindre le plus d’élèves possible. Les effets positifs de la pratique régulière d’activités physiques et de plein air, de sports et de loisirs sont largement connus. » – Isabelle Charest, ministre déléguée à l’Éducation et ministre responsable de la Condition féminine

À lire : 140 écoles au Québec deviendront plus belles pour la rentrée scolaire 2019-2020

Cette mesure, qui aura un effet déterminant sur le sentiment d’appartenance, la motivation, la persévérance et la réussite scolaire, tout en renforçant l’attraction du réseau scolaire public, est rendue possible grâce à un investissement totalisant 455 millions de dollars sur cinq ans. Le Ministère assistera évidemment les établissements dans la mise en œuvre de cette mesure.

« Les activités parascolaires, par leur effet stimulant et leur capacité exceptionnelle à rassembler, sont des leviers puissants qui favorisent la persévérance scolaire et l’atteinte de meilleurs résultats. Je suis fier que notre gouvernement ose poser des gestes concrets pour améliorer l’attractivité de nos écoles publiques et contribuer à la mixité sociale. » – Jean-François Roberge, ministre de l’Éducation et de l’Enseignement supérieur

À lire aussi : Interdiction aux commissions scolaires d’exiger certaines contributions des parents

En plus de l’aide aux devoirs qui est largement répandue, les élèves pourront choisir différentes activités dans au moins quatre des six champs que les écoles devront proposés à tous les groupes d’âge (activités physiques et de plein air; activités sportives; activités artistiques et culturelles; activités scientifiques; activités socioéducatives; et engagement communautaire). Il est également prévu qu’un transport soit offert gratuitement, lorsque celui-ci est organisé pour les activités parascolaires.

  • L’allocation qui sera accordée à chaque établissement d’enseignement secondaire en 2019-2020 comprend :
    • une allocation maximale de base de 30 000 $ pour la coordination de l’ensemble des activités;
    • une allocation pour la réalisation des activités, utilisée pour :
      • l’embauche de ressources ainsi que la coordination et l’animation des activités parascolaires (à l’exception des activités interscolaires);
      • la location de locaux ou de plateaux à l’extérieur de l’école;
      • les frais de transport, s’il y a lieu;
      • l’achat d’équipement et de matériel;
      • le paiement des frais supplémentaires occasionnés par la prolongation des heures d’ouverture (ex. : surveillants, concierge).

Éducation

Projet de loi 12 : Québec interdit aux commissions scolaires d’exiger certaines contributions des parents

Avatar

Publié

le

Le projet de loi 12 sur les frais scolaires au Québec a été adopté, aujourd’hui, jeudi 6 juin, par l’Assemblée nationale. PL 12 vise à préciser la portée du droit à la gratuité scolaire et à permettre l’encadrement de certaines contributions financières pouvant être exigées.

Grâce à l’adoption du projet de loi 12, les écoles québécoises pourront dès maintenant finaliser l’organisation de la prochaine année scolaire. « Finis le flou et les frais excessifs. Aujourd’hui, l’Assemblée nationale s’assure non seulement de plus de clarté, d’équité et d’accessibilité, elle s’assure que chaque dollar investi en éducation profite aux élèves », a déclaré Jean-François Roberge, ministre de l’Éducation et de l’Enseignement supérieur.

« Avec l’adoption du projet de loi 12, nous venons officiellement mettre fin à une situation qui a mené à des interprétations et, contrairement aux libéraux et aux péquistes, notre gouvernement agit de façon responsable pour éviter que cela se reproduise. »

– Jean-François Roberge, ministre de l’Éducation et de l’Enseignement supérieur

Rappelons qu’avec l’adoption de ce projet de loi, la responsabilité d’approuver les contributions financières exigées est confiée au conseil d’établissement et que les commissions scolaires devront désormais s’assurer qu’aucun établissement scolaire ne demande aux parents d’assumer des frais contraires à la loi, dont des frais de nature administrative. « De la même manière, on ne pourra pas leur demander de payer pour, notamment, les manuels scolaires, les dictionnaires, le matériel d’arts et le matériel nécessaire aux activités de laboratoire », précise le ministère de l’Éducation dans un communiqué.

Faits saillants du projet de loi 12 sur les frais scolaires au Québec

Plusieurs mesures ont ainsi été adoptées dans ce projet de loi. Elles visent notamment :

  • à interdire aux commissions scolaires d’exiger certaines contributions des parents, comme des frais de sélection, d’ouverture de dossier ou d’administration ainsi que des frais pour l’achat de manuels scolaires, de dictionnaires et de mouchoirs;
  • à baliser davantage les contributions exigées en spécifiant qu’elles doivent correspondre au coût réel et qu’elles doivent être accompagnées d’une justification quant à la nature et au montant exigés;
  • à permettre au ministre d’établir des normes auxquelles devront se conformer tous les établissements à l’égard de telles contributions;
  • à s’assurer que sera prévu, dans les règles budgétaires, le financement de deux activités scolaires par élève du préscolaire, du primaire et du secondaire, et ce, chaque année.

À lire : Québec annonce deux sorties culturelles gratuites par année pour chaque élève

Lire la suite

Éducation

Quebec va accompagner 225 000 élèves handicapés ou en difficulté d’adaptation ou d’apprentissage

Avatar

Publié

le

Dans le but de mieux accompagner les quelque 225 000 élèves handicapés ou en difficulté d’adaptation ou d’apprentissage (HDAA) qui fréquentent actuellement le réseau scolaire, le ministre de l’Éducation et de l’Enseignement supérieur, Jean-François Roberge, a annoncé mardi 4 juin plusieurs mesures importantes.

Un investissement de 70 millions de dollars [et l’ajout de près de 850 enseignants, professionnels et ressources de soutien professionnelles] est prévu dans le réseau scolaire en vue de la prochaine rentrée. « Au Québec, à l’heure actuelle, seulement le tiers des élèves handicapés ou en difficultés d’apprentissage obtiennent un diplôme d’études secondaires après 7 ans. Si rien n’est fait pour inverser la tendance, 150 000 élèves pourraient ne pas obtenir leur diplôme d’études secondaires. Comme ministre de l’Éducation et comme prof, je ne peux m’y résigner », a déclaré le ministre Roberge.

Un plancher de services dans les écoles

Pour favoriser la persévérance et la réussite scolaires de tous les élèves, un seuil minimal de services  doit être offert dans chaque école ou centre par des ressources qualifiées. Cela se traduira par l’ajout de près de 650 ressources professionnelles, enseignantes ou techniques, à travers la province. Le fait de bonifier les services de soutien facilitera la détection et l’intervention précoces, ce qui permettra de répondre plus efficacement aux besoins des élèves en difficulté. Cet investissement se chiffre à 47 millions de dollars.

Ajout de 150 classes spéciales dans le réseau scolaire

Grâce à une aide financière de 20 millions de dollars pour la prochaine année, le réseau scolaire pourra se doter de 150 classes spéciales supplémentaires et d’environ 200 ressources professionnelles supplémentaires. Considérant le nombre restreint d’élèves qu’elles accueillent et les ressources spécialisées supplémentaires dont elles disposent, ces classes permettront de mieux soutenir et accompagner certains élèves ayant des besoins particuliers qui ne peuvent être pris en compte dans une classe régulière.

Déploiement de cliniques mobiles en régions éloignées

Dans le but de favoriser le dépistage précoce des difficultés d’apprentissage et de mieux outiller les milieux scolaires en régions éloignées, des cliniques mobiles composées notamment d’orthophonistes, d’ergothérapeutes, d’orthopédagogues et de psychoéducateurs seront également mises en place. Un montant de 3 millions de dollars est ainsi alloué et sera réparti dans trois régions, soit l’Ouest, le Nord et l’Est.

Rappelons que Le budget 2019-2020 prévoit, pour les cinq années et à compter de 2019-2020, 338 millions de dollars pour ces trois mesures. Cette somme se répartit ainsi :

  • ressources de soutien supplémentaires : 235 millions de dollars;
  • ajout de classes spéciales : 100 millions de dollars;
  • déploiement de cliniques mobiles : 3 millions de dollars en 2019-2020.

À lire : Semaine québécoise des personnes handicapées : un appel à l’action pour bâtir une société plus inclusive!

Lire la suite

Éducation

Québec annonce deux sorties culturelles gratuites par année pour chaque élève dès la rentrée 2019

Avatar

Publié

le

Dans le but de permettre aux jeunes du préscolaire, du primaire et du secondaire de vivre des expériences culturelles significatives au Québec, les ministres en charge de l’Éducation et de la Culture ont annoncé vendredi que deux sorties seront dorénavant offertes gratuitement aux élèves au cours de chaque année scolaire.

Pour ce faire, le Budget du Québec prévoit des investissements additionnels de 12,5 millions de dollars en 2019-2020 et de 112,5 millions de dollars sur 5 ans. Grâce à cette bonification, 32,5 millions de dollars seront disponibles dès la prochaine rentrée scolaire pour offrir aux élèves un éventail de sorties associées à différents secteurs culturels (arts de la scène, patrimoine, arts visuels, muséologie, etc.).

La culture, une valeur indissociable du parcours scolaire!

Selon Nathalie Roy, ministre de la Culture et des Communications, l’annonce d’aujourd’hui traduit la volonté du gouvernement Legault de multiplier les occasions pour les jeunes de vivre des expériences culturelles avec des artistes à même les lieux de diffusion professionnels. « La culture est une valeur indissociable du parcours scolaire de nos jeunes. Les initier à différentes formes d’expression culturelle dès leur plus jeune âge stimulera leur curiosité et forgera un esprit critique indispensable à l’appréciation des arts », a-t-elle déclaré.

« Plus tôt un jeune y est exposé, plus il sera susceptible de fréquenter les institutions culturelles à l’âge adulte. En instaurant cette culture de la culture dès la petite enfance, nous enrichissons le public de demain, et nous valorisons une société fière de ses artistes. »

– Nathalie Roy, ministre de la Culture et des Communications et ministre responsable de la Langue française

La somme annoncée provient essentiellement de l’enveloppe budgétaire du ministère de la Culture et des Communications, et sera accordée par le ministère de l’Éducation et de l’Enseignement supérieur aux commissions scolaires et aux établissements d’enseignement privés agréés par l’entremise de leurs règles budgétaires.

Faire des élèves des « citoyens actifs qui vont créer la culture de demain »

Pour sa part, Jean-François Roberge, ministre de l’Éducation et de l’Enseignement supérieur, souligne cet investissement important permettra d’amener les enfants à aimer la lecture, les arts et la culture, de les intéresser à nos artistes et à leurs créations et, à terme, d’encourager la création artistique de langue française. « Notre ambition est de faire des élèves des citoyens actifs et avertis qui pourront, à leur tour, créer la culture de demain », a-t-il ajouté.

À lire : École inspirante : Des sorties éducatives en milieu culturel pour tous les élèves du Québec

Faut-il le souligner, les établissements d’enseignement pourront effectuer ces sorties dans les organismes inscrits au Répertoire culture-éducation. Ce répertoire, géré par le ministère de la Culture et des Communications, regroupe plus de 900 organismes ayant fait l’objet d’un processus de sélection rigoureux reposant sur leur approche éducative et leur offre artistique et culturelle.

Conditions d’admissibilité

Lire la suite
Publicité

Nous suivre sur Facebook

en-avant