Suivez-nous

Monde du travail

Résidences privées pour aînés : la pénurie de préposé aux bénéficiaires fait rage au Québec

Avatar

Publié

le

Afin de pallier le manque de préposés aux bénéficiaires, principalement dans les résidences privées pour aînés, Québec annonce une offensive destinée spécifiquement aux résidences privées pour aînés, qui permettra notamment d’effectuer un diagnostic en matière de ressources humaines.

Cette démarche s’inscrit dans le cadre de la Grande corvée, au cours de laquelle une quarantaine de résidences privées pour personnes aînées ont déjà été contactées par les conseillers du ministère du Travail, de l’Emploi et de la Solidarité sociale afin d’écouter et d’outiller celles éprouvant des difficultés de recrutement.

« Dans le cadre de la Grande corvée, nos conseillers aux entreprises sont en contact avec plusieurs résidences privées pour personnes aînées pour offrir notre soutien en matière de recrutement et de gestion des ressources humaines. Nous croyons que c’est en promouvant de bonnes pratiques en la matière que nous contribuerons à attirer davantage de personnes pour pratiquer ce métier », a souligné Jean Boulet.

Valoriser la profession de préposé aux bénéficiaires

Au dire de Marguerite Blais, ministre responsable des Aînés et des Proches aidants, les préposés aux bénéficiaires font une différence concrète dans la vie de Québécoises et de Québécois. C’est pourquoi mon collègue Jean Boulet et moi-même sommes en discussion afin de continuer de valoriser cette profession », a-t-elle fait savoir, tout en rassurant que « le secteur des résidences privées pour personnes aînées peut compter sur leur collaboration pour être assuré que nos aînés peuvent bénéficier des meilleurs soins possible ».

À lire : Entre ministres, ça discute du soutien à la population vieillissante du Canada

De nombreuses mesures en matière de gestion des ressources humaines, de recrutement et de développement des compétences qui pourraient être profitables autant aux établissements qu’aux préposés aux bénéficiaires y travaillant sont offertes dès maintenant :

  • la mesure de régionalisation de la main-d’œuvre, qui permet de rembourser une partie des frais liés à une activité de recrutement ou au déménagement d’un nouvel employé se trouvant dans un rayon de plus de 50 km de l’entreprise;
  • la mesure de formation de la main-d’œuvre et les programmes de subvention du Fonds de développement et de reconnaissance des compétences de la main-d’œuvre, qui permettent quant à eux de couvrir une part importante des coûts de formation au sein d’une entreprise;
  • la campagne de promotion et de valorisation des métiers d’avenir menée actuellement par le Ministère, dans le cadre de laquelle la profession de préposé aux bénéficiaires a fait l’objet d’une attention particulière

Rappelons qu’au cours de l’année financière 2018‑2019, des sommes de 4,3 millions de dollars ont été investies précisément pour soutenir la formation de 1 127 préposés aux bénéficiaires, et ce, dans toutes les régions du Québec. Déjà, pour la période 2019-2020, ce sont plus de 450 individus qui ont commencé une formation dans ce domaine.

À lire : Pénurie de main-d’œuvre : Plus de 2 500 postes à pourvoir dans le secteur de l’hébergement au Québec

Économie

RPC : voici le maximum des gains ouvrant droit à pension pour 2020 au Canada

Avatar

Publié

le

Le plafond des gains ouvrant droit à pension du Régime de pensions du Canada (RPC) sera fixé à 58 700 $ pour 2020, ce qui représente une augmentation par rapport au plafond de 2019 qui était de 57 400 $, selon Revenu Canada.

Le nouveau plafond a été calculé selon une formule du RPC établie par la loi, qui tient compte de la hausse des traitements et salaires hebdomadaires moyens au Canada. Les personnes qui gagneront plus de 58 700 $ en 2020 ne seront pas tenues de verser d’autres cotisations au RPC et ne pourront pas le faire.

L’exemption RPC de base pour 2020 reste fixée à 3 500 $.

Le taux de cotisation des employés et des employeurs pour 2020 seront de 5,25 % ce qui représente une augmentation par rapport au plafond de 2019 qui était de 5,1 %. Le taux de cotisation des travailleurs indépendants seront de 10,5 % ce qui représente une augmentation par rapport au plafond de 2019 qui était de 10,2 %. L’augmentation du taux de cotisation est attribuable à la bonification du RPC qui a été mise en œuvre le 1er janvier 2019.

La cotisation maximale des employeurs et des employés au RPC en 2020 sera de 2 898,00 $ chacun et la cotisation maximale des travailleurs indépendants sera de 5 796,00 $. Ces maximums étaient de 2 748,90 $ et de 5 497,80 $ en 2019.

RENSEIGNEMENTS SUPPLÉMENTAIRES ET INFORMATION

Source : Agence du revenu du Canada

À lire : Plus de 850 000 travailleurs seront des retraités d’ici 2025 au Québec

Lire la suite

Monde du travail

Entreprise inclusive : Québec sensibilise les employeurs à l’embauche des personnes handicapées

Avatar

Publié

le

L’Office des personnes handicapées du Québec a lancé mercredi 16 octobre, sous le thème « Entreprise inclusive. Entreprise d’avenir. », une campagne afin de sensibiliser les entreprises québécoises à l’intégration et au maintien en emploi des personnes handicapées.

En effet, plusieurs personnes handicapées sont en mesure d’occuper un emploi, dans divers secteurs de l’économie québécoise. Pourtant, il s’avère qu’elles demeurent nettement sous-représentées sur le marché de l’emploi. 

La campagne de l’Office visera ainsi à joindre principalement les employeurs et employeuses, qui constituent des acteurs clés des démarches d’intégration et de maintien en emploi de personnes handicapées. 

Les différents messages qui seront diffusés dans le cadre de cette campagne auront non seulement pour objectif de les sensibiliser, mais également de leur faire connaître davantage les programmes, mesures et ressources existants pour les appuyer dans de telles démarches.

« Entreprise inclusive. Entreprise d’avenir. »

Pour l’occasion, l’Office a développé une nouvelle section Web regroupant une mine de renseignements sur les ressources, programmes et mesures pouvant leur être utiles ainsi que sur les bonnes pratiques pouvant être mises de l’avant au moment du processus d’embauche ou d’intégration en emploi d’une personne handicapée.

Une série de capsules vidéo seront également diffusées. Par celles-ci, l’Office a voulu donner la parole aux employeurs et employeuses afin qu’ils puissent s’adresser à leur communauté et leur faire part de leur expérience d’intégration et de maintien en emploi de personnes handicapées. Des témoignages inspirants mais tout aussi pratiques, qui pourront servir à inciter leurs semblables à entreprendre de telles démarches.

Pour rappel, la campagne de sensibilisation et d’information de l’Office auprès des entreprises québécoises est l’une des mesures de la Stratégie nationale pour l’intégration et le maintien en emploi des personnes handicapées 2019-2024.

Le nombre total d’emplois au Québec devrait atteindre 4 294 900 en 2021

L’Enquête canadienne sur l’incapacité (ECI) réalisée en 2017 par Statistique Canada indique que les personnes ayant une incapacité sont nettement moins actives sur le marché du travail que les personnes sans incapacité. Chez les adultes du Québec âgés de 25 à 64 ans ayant une incapacité, le taux d’activité est de 61,3 %, comparativement à 83,9 % chez les adultes sans incapacité appartenant au même groupe d’âge.

Pour la période de 2017 à 2026, le ministère du Travail, de l’Emploi et de la Solidarité sociale estime à plus de 1,4 million le nombre de postes qui seront à pourvoir, dont plus de 80 % pour combler des départs à la retraite. Selon les prévisions, le nombre total d’emplois au Québec devrait atteindre des sommets inégalés, soit 4 294 900 en 2021 et 4 384 100 en 2026. Le contexte est donc très favorable à l’intégration et au maintien en emploi des personnes handicapées.

À lire : Semaine québécoise des personnes handicapées : un appel à l’action pour bâtir une société plus inclusive!

Lire la suite

Monde du travail

Québec : hausse de l’emploi et du taux de chômage en septembre 2019

Avatar

Publié

le

L’emploi augmente de 13 600 (+ 0,3 %) au Québec en septembre 2019 par rapport à août 2019. Le taux de chômage croît de 0,1 point pour s’établir à 4,8 %. C’est ce qui ressort de l’analyse des données sur l’emploi et la population active* diffusée, vendredi 11 octobre, par l’Institut de la statistique du Québec, à partir des résultats de l’Enquête sur la population active de Statistique Canada. 

L’emploi à temps plein (+ 14 100) est en hausse, alors que celui à temps partiel (- 500) reste stable. L’emploi diminue dans le secteur public (- 11 300), varie peu dans le secteur privé (- 2 500) et augmente chez les travailleurs indépendants (+ 27 300). Le taux d’activité (+ 0,2 point) et le taux d’emploi (+ 0,2 point) augmentent et se fixent respectivement à 65,1 % et à 62,0 % en septembre.

Au Canada, l’emploi progresse de 53 700 (+ 0,3 %) et le taux de chômage diminue pour s’établir à 5,5 % (- 0,2 point). L’Ontario (+ 41 100) et le Québec (+ 13 600) enregistrent les plus fortes hausses de l’emploi, tandis que la Colombie-Britannique (- 8 400) présente la plus forte baisse.

L’emploi progresse de 53 700 dans tout le Canada!

Évolution de l’emploi et de la tendance-cycle, Québec, septembre 2018 à septembre 2019 (Groupe CNW/Institut de la statistique du Québec)

Au cours des neuf premiers mois de 2019, comparativement à la même période de l’année précédente, l’emploi au Québec a augmenté de 73 400 (+ 1,7 %). Au cours de cette période, l’emploi à temps plein et celui à temps partiel ont augmenté respectivement de 53 800 et de 19 600. Depuis le début de l’année 2019, le taux de chômage au Québec s’établit en moyenne à 5,0 %.

*L’Institut de la statistique du Québec publie mensuellement les Résultats de l’Enquête sur la population active pour le Québec à partir des données diffusées par Statistique Canada. Ce document est disponible sur le site Web de l’Institut à 14 h. Les estimations mensuelles tirées de l’Enquête sur la population active sont fondées sur un échantillon et ainsi sujettes à une certaine variabilité plus importante que les tendances observées sur de plus longues périodes, plus particulièrement lorsqu’elles sont ventilées selon des sous-catégories comme le sexe, l’âge, les régions, les industries, etc.

Lire la suite

Nous suivre sur Facebook

Publicité

en-avant