Suivez-nous

Afrique

Routes migratoires: 11 000 enfants et jeunes victimes d’exploitation

Baba-Idriss FOFANA

Publié

le

Crédit: Photo libre de droit

Selon le rapport de l’UNICEF et l’Organisation internationale pour les migrations (OIM) de septembre, les enfants et les jeunes migrants et réfugiés qui tentent de rallier l’Europe sont confrontés à des niveaux effrayants de violations des droits de l’homme.

Intitulé « Un voyage épouvantable », un récent rapport conjoint de l’OIM et de l’UNICEF révèle qu’environ 22 000 migrants et réfugiés, parmi lesquels environ 11 000 enfants et jeunes, sont victimes de mauvais traitements, d’exploitation ainsi que de pratiques pouvant s’apparenter à la traite des êtres humains. « Malheureusement, il est désormais courant que les enfants qui empruntent les routes de la Méditerranée soient victimes d’abus, de traite, de violences physiques et de discriminations », déclare Afshan Khan, Directrice régionale de l’UNICEF et Coordonnatrice spéciale pour la crise des réfugiés et des migrants en Europe.

Autre fait notable dans ce rapport, c’est la question du racisme qui fait du chemin sur ces routes migratoires de la mer Méditerranée. Car, s’il est vrai que tous les enfants qui empruntent ces routes migratoires courent des risques considérables, ceux originaires d’Afrique subsaharienne sont bien plus menacés. Et ce, « avec un risque de respectivement 65 % contre 15 % le long de la route de la Méditerranée orientale et de 83 % contre 56 %, sur celle de la Méditerranée centrale ».

Le rapport indique également que la route de la Méditerranée centrale est particulièrement dangereuse. La plupart des migrants et des réfugiés qui empruntent cette route traversent la Libye, un pays où règnent l’anarchie, les milices et la criminalité. De plus, après avoir payé entre 1 000 et 5 000 dollars américains, en moyenne, pour entreprendre le voyage, les jeunes arrivent souvent en Europe endettés, une situation qui les rend encore plus vulnérables.

 

Baba Idriss Fofana est Journaliste depuis 2010 et Blogueur depuis 2012 sur la plateforme de Radio France International – Mondoblog – où il anime notamment des chroniques politiques et faits de société. Ayant également fait des études de Marketing et de Management, il a occupé dans différents pays les fonctions d’Assistant en communication politique et Responsable des communications.

Lire la suite
Publicité
Cliquez pour commenter

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Afrique

DJ Arafat, le champion d’Afrique du Coupé décalé a rangé le micro

Avatar

Publié

le

Ange Didier Huon, connu sous DJ Arafat, artiste chanteur ivoirien, patron de la Yôrôgang Production et vedette du « Coupé-décalé », a été victime d’un grave accident à Abidjan, capitale économique de la Côte d’Ivoire, dans la nuit du dimanche 11 au lundi 12 août 2019. Le décès de l’artiste a été confirmée par la Radiodiffusion télévision ivoirienne (RTI) aujourd’hui.

La musique ivoirienne en deuil. Né le 26 janvier 1986 à Yopougon, commune d’Abidjan, Arafat DJ était devenu le maître incontesté depuis plus de 10 ans du genre musicale Coupé-décalé, crée par Stéphane Hamidou Doukouré alias Doug Saga, dans les années 2000. « Décès de l’artiste DJ Arafat, de son vrai nom Houon Ange Didier, ce lundi 12 août à 8 heures (locales), des suites d’un accident de la circulation qui s’est produit dans la nuit de dimanche » à lundi à Abidjan, a indiqué la RTI sur son compte Twitter.

Selon certaines informations véhiculées par plusieurs médias crédibles, notamment Jeune Afrique, l’accident d’Arafat DJ est survenu lorsque le concepteur du single “moto-moto” a percuté avec sa moto une voiture conduite par une journaliste de la chaîne nationale Radio Côte d’Ivoire. Étendu au sol, avec une fracture du crâne, ensanglanté, la star du coupé décalé ivoirien aurait perdu alors conscience avant d’être évacué aux urgences où son décès a été constaté dans une clinique locale. 

DJ Arafat, le président de la “Chine” du coupé décalé…

Dans un communiqué, le ministre ivoirien de la Culture et de la Francophonie, Maurice Kouakou Bandaman, a présenté ses condoléances à la famille de DJ Arafat et à tous les mélomanes ivoiriens. Il annonce prendre “toutes les dispositions de concert avec le Chef de l’Etat pour les hommages et obsèques à l’artiste”. M. Bandaman a invité tous les mélomanes à la retenue et au calme.

Arafat, artiste chanteur le plus populaire sur les réseaux sociaux en Côte d’Ivoire avait un nom atypique pour les plus de 2 millions 300.000 fans sur Facebook. Il les appelait “la Chine” ou “les Chinois”. Et comme par hasard, l’accident du “président de la Chine” du coupé décalé a eu lieu dans les encablures de l’ambassade de la République populaire de Chine à Abidjan.

Curieusement, la chanson qui a révélé Arafat DJ au public ivoirien était intitulée Jonathan, un hommage qu’il rendait à un ami DJ qui est également mort dans un accident de moto.

Rappelons que celui qui se faisait également appeler le “Zeus d’Afrique” avait été désigné « meilleur artiste de l’année » aux Awards du coupé décalé en 2016 et 2017. En 2015, il remporte le titre d’artiste africain le plus influent à l’international par Forbes Afrique et TRACE Africa. En 2012, il reçoit deux prix : celui du meilleur artiste africain de l’année et celui du meilleur artiste masculin de l’Afrique de l’Ouest au Kora Awards. Un sacre qui le positionne comme un ambassadeur de la musique ivoirienne et africaine dans le monde.

À 33 ans, DJ Arafat laisse derrière lui une mère inconsolable, Tina Glamour et officiellement quatre enfants qui ne le reverront plus jamais.

À lire : D’où vient le chocolat durable ?

Lire la suite

Afrique

Égypte : l’ex-président Mohamed Morsi est mort après une audition au tribunal

Avatar

Publié

le

Mohamed Morsi, ex-président égyptien. Photo Wilson Dias/ABr — Agência Brasil, CC BY 3.0 br

Mohamed Morsi, le premier civil à devenir président d’Égypte en 2012, et le premier démocratiquement élu est décédé, ce lundi 17 juin à 67 ans au Caire, suite à attaque cardiaque.

Selon ce que rapporte plusieurs médias, Mohamed Morsi souffrait de diabète et d’hypertension alors qu’il comparaissait au tribunal lorsqu’il s’est effondré. « L’ancien président égyptien issu des Frères musulmans, en détention depuis 2013, a parlé devant le tribunal avant de s’effondrer, puis d’être emmené à l’hôpital où il est décédé », a indiqué l’AFP dans un tweet.

Rappelons que Mohamed Morsi a été chassé par l’armée un an après son élection. Son ancien ministre de la Défense et chef de l’armée, le maréchal Abdel Fattah al-Sissi, lui a succédé. Ce dernier a mené une répression sans merci contre l’opposition islamiste et en particulier les Frères musulmans, dont des milliers de membres ont été emprisonnés, a fait savoir RFI.

À lire : Égypte : Abdel Fattah al-Sissi veut régner jusqu’en 2034 ?

Lire la suite

Actualités

Québec finance 50 jeunes francophones pionniers de l’entrepreneuriat de 30 pays d’Afrique subsaharienne et des Caraïbes

Avatar

Publié

le

La Secrétaire générale de l’Organisation internationale de la Francophonie (OIF), Louise Mushikiwabo, a effectué une visite au Québec du 9 au 11 juin. Au cours d’une activité organisée par Les Offices jeunesse internationaux du Québec, le Secrétariat à la jeunesse du ministère du Conseil exécutif et le ministère québécois des Relations internationales et de la Francophonie, Québec a annoncé une contribution financière de 320 000 $ à l’endroit de jeunes entrepreneurs francophones.

Un peu plus de 150 jeunes étaient réunis le mardi 11 juin dans la nouvelle agora de l’Assemblée nationale du Québec sous le thème « Activité et inspiration jeunesse » afin de mettre en valeur des initiatives québécoises qui pourraient inspirer les actions de la Francophonie.

Inspirer les actions de l’OIF par des initiatives québécoises

Lors de cette activité, la ministre des Relations internationales et de la Francophonie, Nadine Girault, a annoncé une contribution financière du gouvernement du Québec de 320 000 $ pour appuyer l’OIF dans le programme « 50 jeunes pionniers de l’entrepreneuriat francophone ». « Dans tous les gouvernements et États membres de l’OIF, ce qui est gage de succès et de prospérité, c’est l’impulsion de sa jeunesse. Sa fièvre, son audace, sa créativité et sa volonté de faire les choses différemment et d’innover », a-t-elle souligné.

Les participants de l’activité jeunesse organisée à l’occasion de la visite de la secrétaire générale de la Francophonie (Groupe CNW/Cabinet de la ministre des Relations internationales et de la Francophonie)

Cette somme permettra l’accompagnement de 50 jeunes entrepreneurs à la tête d’entreprises à fort potentiel de croissance de 30 pays membres d’Afrique subsaharienne et des Caraïbes. Grâce à du mentorat et à des programmes de formation d’universités de calibre mondial, ces jeunes recevront l’appui nécessaire pour amener leurs entreprises au niveau supérieur.

« Les frontières que nous connaissions, qu’elles aient été physiques ou psychologiques, n’existes plus à l’ère du numérique. Notre rôle est de nourrir l’ambition des jeunes, qui peuvent bénéficier de cet avantage certain qu’est la langue française, notre langue commune, qui peut apporter une différence pour leur avenir, où qu’ils soient dans l’espace francophone. »

– Nadine Girault, ministre des Relations internationales et de la Francophonie

La ministre des Relations internationales et de la Francophonie, Nadine Girault, a rappelé que ce n’est pas un hasard, mais un choix stratégique qui a été fait tout au cours de cette première visite officielle de Mme Mushikiwabo valoriser le nouveau visage de la Francophonie québécoise.

La jeunesse, le nouveau visage de la Francophonie québécoise

Soulignant que d’accepter de passer le flambeau à la relève constitue souvent un défi, la ministre Girault a affirmé qu’il y avait là une occasion unique pour le Québec de participer au repositionnement de la Francophonie.

Compte tenu du fait que les priorités du gouvernement du Québec et de la nouvelle secrétaire générale étaient en phase, notamment quant à la modernisation de l’Organisation internationale de la Francophonie (OIF) et sur les plans de l’éducation, de la jeunesse et de l’économie, la ministre a exprimé que le temps était venu d’offrir une place prépondérante aux jeunes, cette génération qui est mieux formée, mieux équipée à l’ère du numérique et de l’intelligence artificielle.

À lire : Près de 5 millions de dollars pour propulser l’entrepreneuriat des jeunes francophones


Lire la suite

Nous suivre sur Facebook

Publicité

en-avant