Suivez-nous

Actualités

Saint-Laurent, premier « territoire municipal durable » au Québec

Avatar

Publié

le

Saint-Laurent récolte en ce début d’année les fruits de son travail en matière d’environnement, entamé depuis plus d’une décennie.

L’arrondissement a dévoilé ce mercredi, 8 janvier, le résultat des inventaires 2017 des émissions de gaz à effet de serre (GES) collectives et corporatives. Un chiffre important se démarque dans le rapport environnemental de l’arrondissement. De 1990 à 2017, Saint-Laurent a réussi à réduire ses émissions de gaz à effet de serre (GES) d’environ 21 %, et à accomplir de fait la dernière étape du programme PPC. Ce taux comptabilise les émissions générées par toutes les activités polluantes dans l’arrondissement y compris celles reliées à l’administration municipale.

Les nouveaux objectifs de l’arrondissement durable

Plusieurs actions déployées par l’arrondissement ont contribué à atteindre cette réduction comme l’installation des bornes de recharge pour véhicules électriques, la conversion des lampadaires au DEL (le volet municipal) et l’aménagement des pistes cyclables.

« Depuis notre virage environnemental de 2004 reflété dans différents plans toujours plus ambitieux jusqu’au Plan local de réduction des émissions de gaz à effet de serre 2016-2020, les mesures prises ont permis d’atteindre cette réduction très encourageante. » Alan DeSousa, le maire de Saint-Laurent.

L’arrondissement s’est donné, à l’occasion de l’annonce de ces résultats positifs, le titre de « territoire municipal durable ». Dire aussi qu’en 2018 Saint-Laurent est devenue la première entité municipale de plus de 100 000 habitants à compléter la dernière étape du programme PPC.

M. DeSousa a annoncé en outre que l’objectif de Saint-Laurent est d’atteindre une réduction de – 30 % des GES en 2020. Pour y parvenir « Plusieurs actions sont déjà planifiées comme des travaux de rénovation dans certains édifices municipaux ou encore l’aménagement du corridor de biodiversité Cavendish-Laurin-Liesse », a-t-il expliqué.

Lire aussi : MarieChantal Chassé : pourquoi Legault a renvoyé la ministre de l’Environnement ?

Lire la suite
Publicité
Cliquez pour commenter

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Actualités

Budget fédéral 2019 : ce qui est prévu pour les enfants au Canada et dans le monde

Avatar

Publié

le

Photo karinaleblanc.com

Commentant le dernier budget fédéral 2019, qualifié de « budget électoraliste » par certains, UNICEF Canada s’est félicité d’apprendre de nouveaux investissements en faveur des enfants et des jeunes, tout en exhortant Ottawa à continuer dans ce sens.

Selon l’Agence des Nations unies pour l’enfance, un « financement important » est prévu pour les enfants métis, inuits et des Premières Nations afin de combler les écarts dans les services de base et de recentrer l’attention sur la santé mentale des enfants et des adolescents.

À lire aussi : Le budget canadien 2019-2020 expliqué en tweets par le ministre Morneau

En plus, UNICEF Canada note de nouvelles initiatives comprennent également une plus grande accessibilité à l’éducation postsecondaire, des initiatives environnementales pour améliorer la qualité de l’air, et des programmes visant à rendre les logements et les médicaments plus abordables. « Les enfants et les jeunes formant 20 pour cent de la population canadienne, nous sommes heureux que les décisionnaires les écoutent et s’emploient à s’attaquer aux problèmes qui les concernent directement », a déclaré Carleen McGuinty, la directrice adjointe des politiques et programmes internationaux d’UNICEF Canada.

« Les enfants et les jeunes forment 20 % de la population canadienne »

Alors que le Canada se classe actuellement au 25e rang sur 41 pays riches relativement au bien-être général chez les enfants et les jeunes. L’initiative Une jeunesse surveille 125 indicateurs afin de mieux comprendre ce qui caractérise la vie des jeunes au Canada, tout en développant avec eux des solutions qui feront de ce pays le meilleur endroit du monde où grandir.

À lire aussi : Top 10 des meilleurs pays pour élever ses enfants en 2019

A cet effet, UNICEF Canada se réjouit de l’augmentation prévue de l’enveloppe budgétaire pour l’aide internationale et du renouvellement de l’aide humanitaire et du développement international dans le cadre de la stratégie pour le Moyen-Orient. « Le gouvernement du Canada devrait continuer de se concentrer sur les enfants et les jeunes, et s’employer à venir en aide aux filles et aux garçons les plus vulnérables, tant au Canada que dans le monde », a encouragé Mme McGuinty.

À lire aussi : Portrait des enfants vivant dans les zones de conflits en 2018

Entièrement tributaire de contributions volontaires, l’UNICEF vient en aide aux enfants sans égard à leur origine ethnique, leur religion ou leur opinion politique. En tant que membre des Nations Unies, l’UNICEF est présent dans plus de 190 pays, soit plus de pays que n’importe quel autre organisme.

Lire la suite

Actualités

Pas de répit pour Montréal, une tempête de neige ce weekend

Avatar

Publié

le

Inutile de ranger les bottes d’hiver, il va encore neiger à Montréal. Le printemps fait une entrée très timide dans la province puisque le weekend sera encore frappé par une tempête et des rafales de vents.

La dépression côtière qui se dirige vers le Québec provoquera vendredi et samedi des bordées de neige mais également de la pluie.

On pourra recevoir entre 10 et 20 cm de neige, a indiqué Météo Média. Si le thermomètre descend plus que prévu, il y aura entre 15 et 30 cm.

Aussi, les rafales pourraient dépasser 70 km/h et la température baissera jusqu’au début de la semaine prochaine.

Lire aussi : Le bilan du cyclone au Mozambique et au Zimbabwe pourrait dépasser 1.000 morts

Lire la suite

Actualités

#20mars – Québec attribue 1 million dollars pour la réalisation de projets de promotion du français

Avatar

Publié

le

Profitant de la Journée internationale de la Francophonie, le gouvernement du Québec a annoncé ce #20mars un soutien d’un million de dollars pour des initiatives de promotion et de valorisation du français dans l’espace public. Ces projets ont été appuyées « dans le but d’instituer des pratiques exemplaires » de promotion du français, susceptibles d’inspirer les milieux de la culture mis à contribution.

Ce sont 300 millions de personnes sur les cinq continents qui célèbrent aujourd’hui, #20mars, la Journée internationale de la Francophonie. En tant que membre de plein droit de l’Organisation internationale de la Francophonie (OIF), le gouvernement du Québec ne pouvait rester en marge de cette journée. « Notre langue est au cœur de notre culture et de notre identité. Elle contribue à notre vitalité et suscite notre fierté d’appartenir à la plus grande nation francophone des Amériques », fait valoir Nathalie Roy, ministre de la Culture et des Communications et ministre responsable de la Langue française.

« Notre langue est au cœur de notre culture et de notre identité »

Ainsi, Québec annonce un soutien d’un million de dollars pour des initiatives de promotion et de valorisation du français dans l’espace public.

Ces projets seront mis en œuvre par cinq sociétés d’État relevant de la ministre de la Culture et des Communications et ministre responsable de la Langue française, à hauteur de 200 000 $ chacune. Il s’agit de :

Conseil des arts et des lettres du Québec. Le CALQ s’est associé au Regroupement du conte au Québec (RCQ) afin d’appuyer la réalisation du projet Circuit Paroles Vivantes pour l’organisation de tournées de cinq conteurs et conteuses dans plusieurs régions du Québec au printemps 2019. Le projet est d’ailleurs lancé aujourd’hui, au Théâtre de la Ville à Longueuil, à l’occasion de la Journée mondiale du conte et de la Journée internationale de la Francophonie.

Télé-Québec. En s’arrimant elle aussi au Circuit Paroles Vivantes, Télé-Québec saisit l’occasion de créer des conditions favorables autour du conte et de le positionner non seulement comme une forme d’art incontournable, mais également comme un véhicule privilégié de la langue française. La Fabrique culturelle produit ainsi Ceux qui content, cinq portraits de conteurs et conteuses du Québec, sous forme de websérie assortie à une production immersive. Le premier épisode de la série sera d’ailleurs diffusé sur lafabriqueculturelle.tv dès aujourd’hui.

Bibliothèque et Archives nationales du Québec. La Grande Bibliothèque accueille depuis janvier une classe d’adultes en francisation de la Commission scolaire de Montréal dans le cadre d’un projet expérimental liant étroitement l’apprentissage du français et l’immersion dans la culture du Québec. Laboratoire vivant, ce projet met à profit les collections et les services de BAnQ afin de mesurer et de maximiser le potentiel des bibliothèques publiques dans l’intégration des nouveaux arrivants.

Musée de la civilisation. Le projet Au-delà des mots : expérimentations numériques consiste à rassembler une dizaine de personnes de profils différents et d’imaginer des projets numériques explorant la richesse et la diversité de la langue française, en lien avec les collections et expositions du Musée de la civilisation.

Société de développement des entreprises culturelles. La SODEC appuie notamment les activités du Prix collégial du cinéma québécois qui invitent les cégépiens de tous horizons à visionner des films québécois, à les analyser et à débattre afin de couronner un film gagnant, offrant ainsi aux étudiants issus de l’immigration l’occasion de développer leur connaissance de la langue et de la culture d’ici.

« La fierté de parler français et l’attachement indélébile à nos racines francophones »

Alors que l’OIF célèbrera prochainement son 50e anniversaire, « ce sont davantage d’initiatives que le Québec pourra mettre en valeur à l’international, afin d’illustrer son leadership en faveur d’un espace francophone plus fort où la langue française continuera de rayonner », souligne pour sa part Nadine Girault, ministre des Relations internationales et de la Francophonie.

De son côté, Sonia LeBel croit que « la fierté de parler français et l’attachement indélébile à nos racines francophones communes sont au cœur du renforcement de la solidarité entre les Québécois et les francophones de partout au Canada. La Journée internationale de la Francophonie est une occasion privilégiée pour faire résonner cette solidarité et faire connaître à tous la valeur ajoutée de la francophonie canadienne », dit Mme LeBel, ministre de la Justice et ministre responsable des Relations canadiennes et de la Francophonie canadienne.

À lire aussi :

20 mars : la Francophonie en chiffres depuis l’élection de Louise Mushikiwabo

Jeunesse francophone, Près de 5 millions de dollars pour propulser l’entrepreneuriat

Lire la suite

en-avant