Suivez-nous

Économie

Salaire des hauts dirigeants : Le gouvernement Legault au pied du mur?

Publié

le

La question des « gros » salaires des hauts dirigeants des sociétés a refait surface. Québec solidaire qui a fait de ce sujet un champ de bataille avant les élections provinciales de 2018, est revenu à la charge suite à l’annonce de l’octroi de 419 000 $ de prime de départ à Alain Brunet, ex-PDG de la Société des alcools du Québec (SAQ).

Le député de Rosemont, Vincent Marissal, s’est insurgé, vendredi, contre le « gaspillage d’argent » du contribuable québécois. Il a demandé au gouvernement de François Legault de « mieux contrôler la rémunération des hauts dirigeants » de la SAQ et de « s’assurer du même coup que les conditions de travail des employé.es sur le plancher soient adéquates ».

« Ça n’est pas normal qu’un PDG de société d’État reçoive en prime une année de salaire alors que ses employés doivent de leur côté faire la grève pour obtenir des conditions de travail décentes comme des horaires convenables », a dénoncé l’ancien chroniqueur devenu député solidaire le 1er octobre dernier en arrachant la circonscription de Rosemont au chef péquiste Jean-François Lisée.

« Si le gouvernement caquiste promettait du changement, il a dès maintenant une belle occasion de se différencier des libéraux. »

– Vincent Marissal, député de Rosemont

M. Marissal souhaite que le gouvernement Legault s’engage à revoir les normes et barèmes qui encadrent la rémunération globale des hauts dirigeants des sociétés d’État. « D’abord, François Legault devrait nous dire s’il juge acceptable d’octroyer des primes de départ aussi généreuses et s’il est d’accord avec le deux poids deux mesures entre hauts dirigeants et travailleurs ordinaires. Ensuite, M. Legault devrait s’engager à changer les paramètres de rémunération », a-t-exhorté.

QS prône un salaire minimum pour les hauts dirigeants

Le responsable en matière de justice fiscale et de services publics chez Qs rappelle que M. Brunet a terminé son mandat à la SAQ, qu’il a eu une prolongation pour lancer la SQDC et qu’il quitte alors que celle-ci est en pleine tourmente. « Qu’a-t-il fait de si extraordinaire pour mériter, en prime de départ, ce qu’un salarié moyen au Québec gagne en 10 ans? », s’est interrogé le député solidaire.

À lire aussi : Aux dirigeants d’entreprises, Québec solidaire dit « Plus jamais ça »

Faut-il le rappeler, lors de la récente campagne électorale, Québec solidaire a défendu l’idée d’un salaire maximum pour les hauts dirigeants d’organismes publics ainsi que pour les dirigeants d’entreprises privées qui reçoivent l’aide financière du gouvernement. Cet engagement électoral avait été inspiré par le salaire de 815 000 $ obtenu en 2017 par le président-directeur général d’Hydro-Québec, ce qui constituait une hausse de 26 pour cent par rapport à 2016, année où Éric Martel est entré en fonction le 6 juillet.

Lire la suite
Publicité
Cliquez pour commenter

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Économie

Marché de Noël : le Musée de la civilisation se plonge dans l’esprit des Fêtes

Publié

le

Pour sa 3e édition, le Musée de la civilisation de Québec (MCQ) invite la population à venir vivre la féérie du temps des Fêtes lors de son Marché de Noël, qui prendra place dans le Grand Hall du Musée du 22 au 25 novembre 2018.

Plus de 30 créateurs québécois sont attendus au marché de Noël à Québec pour faire découvrir aux visiteurs des créations uniques et des produits du terroir dans une ambiance festive et conviviale. Cette année, le Musée propose un concept novateur où objets design et contemporains, créations originales, produits exclusifs et une foule d’activités éducatives et culturelles se côtoient afin que tous puissent se plonger dans l’esprit des Fêtes.

Produits gourmands, produits de beauté, vêtements, bijoux originaux et bien plus sauront plaire aux petits comme aux plus grands! De plus, le hall sera décoré d’un magnifique ensemble de sapins de Noël offert gracieusement par Quatro Boutique.

2e édition du Marché de Noël du Musée de la civilisation, du 23 au 26 novembre 2017. Photo : Marie-Josée Marcotte

Parmi les activités proposées, on y retrouve notamment des camions de cuisine de rue, des prestations de musique allemande, des ateliers de biscuits, et plus encore. Une occasion unique pour dénicher des idées de cadeaux originales, pour se gâter, ou tout simplement pour participer en famille aux animations offertes.

Le Marché de Noël donne le coup d’envoi à la traditionnelle Programmation des Fêtes du Musée de la civilisation, qui saura enchanter les visiteurs à compter du mois de décembre.

Les visiteurs pourront contempler l’exposition Le cadeau que j’aimerais vous offrir, une sélection d’objets-cadeaux provenant des collections en ligne et choisis par des employés du Musée pour leur signification. L’exposition ornera les vitrines du hall durant toute la période des Fêtes, soit du 20 novembre au 6 janvier.

Source : MCQ

À lire aussi : Des astuces de décoration noël raffinée

À lire aussi : Cinq livres à offrir pour Noël

Horaire du Marché de Noël :
Jeudi 22 novembre 2018
12 h à 17 h 30 : Ouverture officielle du Marché
Caravane de Beignes d’antan (parvis du Musée)
12 h à 15 h : Prestation de musique du temps des Fêtes par Alfred Marin, accordéoniste, présentée en collaboration avec Bellita – Spectacles sur mesure
Vendredi 23 novembre 2018
10 h à 17 h 30 : Ouverture du Marché
Caravane de Beignes d’antan (parvis du Musée)
12 h à 15 h : Prestation de cors des Alpes par Kaltentaler Alphornbläser, présentée en collaboration avec le Marché de Noël allemand
12 h à 15 h Atelier de biscuits en collaboration avec La Folle Tablée
19 h à 20 h : Prestation de musique festive allemande Weihnachtsstimmung, en collaboration avec le Marché de Noël allemand (chapelle du Muséede l’Amérique francophone)
Samedi 24 novembre 2018
10 h à 17 h 30 : Ouverture du Marché
Caravane de Beignes d’antan (parvis du Musée)
11 h à 14 h : Zèbre mobile par Côtes-à-Côtes Traiteur (parvis du Musée)
11 h à 15 h : Atelier de biscuits en collaboration avec La Folle Tablée
12 h à 15 h : Prestation de musique du temps des fêtes par Alfred Marin, accordéoniste, présentée en collaboration avec Bellita – Spectacles sur mesure
Dimanche 25 novembre 2018
10 h à 17 h 30 : Ouverture du Marché
Caravane de Beignes d’antan (parvis du Musée)
11 h à 14 h : Zèbre mobile par Côtes-à-Côtes Traiteur (parvis du Musée)
11 h à 15 h : Atelier de biscuits en collaboration avec La Folle Tablée
12 h à 15 h : Prestation de musique du temps des fêtes par Alfred Marin, accordéoniste, présentée en collaboration avec Bellita – Spectacles sur mesure

 

Lire la suite

Actualités

Québec-France : 3 000 acteurs et décideurs aux Entretiens Jacques Cartier 2018 à Lyon

Publié

le

Du lundi 12 novembre au mercredi 14 novembre, pour la 31ème année consécutive, les acteurs académiques, scientifiques, culturels, économiques et institutionnels du Québec et de la France se rassemblent pour renforcer l’écosystème franco-québécois lors des conférences, événements et rencontres de réseautage des Entretiens Jacques Cartier (EJC), organisés par le Centre Jacques Cartier en Auvergne-Rhône-Alpes à Lyon.

Plus de 3 000 acteurs et décideurs aux Entretiens Jacques Cartier! Cette année, les participants échangent autour de huit grands thèmes : la santé/sciences de la vie, l’énergie et le développement durable, la mobilité/territoires et villes intelligentes, les enjeux sociaux et économiques, la finances et les affaires juridiques, le numérique et la technologies, l’entrepreneuriat, la culture, l’art et la performance.

Tenu chaque année alternativement en Auvergne-Rhône-Alpes et à Montréal, l’événement est devenu un rassemblement incontournable et référent, comme en témoigne la présence d’institutions publiques et académiques telles que l’Université Concordia ou la Métropole de Lyon, ainsi que d’entreprises de renom telles que Pure Vodka ou Michelin.

Un carrefour d’échanges féconds pour les territoires en mutation

Au total, ce sont 440 conférenciers, dont 39 % sont québécois et 61 % français, dont 38 % sont des femmes et 62 % des hommes, qui animeront les 35 événements au programme. À ce jour, plus de 14 000 conférenciers et plus de 70 000 acteurs ont été rassemblés autour de 600 évènements et conférences dans le cadre des éditions des EJC.

En plus des entreprises privées effectuant le déplacement jusqu’à Lyon pour participer aux échanges, ce sont près de quinze partenaires officiels québécois qui organisent cette année des missions pour contribuer à la perpétuation d’un réseau dynamique et coopératif.

Michel Leblanc, président et chef de la direction de la Chambre de commerce du Montréal métropolitain (CCMM), qui participe aux Entretiens Jacques Cartier depuis plus de 15 ans, croit savoir que « l’internationalisation et l’exploration de nouveaux marchés constituent une étape incontournable pour les entreprises qui souhaitent accélérer leur croissance ». « La Chambre et ses experts Acclr en commerce international sont ainsi heureux d’accompagner une délégation de 27 entreprises dans le cadre de la mission en Auvergne-Rhône-Alpes et de les appuyer dans le renforcement de leurs liens commerciaux avec l’Europe », fait valoir M. Leblanc.

Selon le patron de la CCMM, « les Entretiens Jacques Cartier représentent l’occasion d’établir une relation durable avec de futurs partenaires et de tirer profit de la récente entrée en vigueur provisoire de l’Accord économique et commercial global ».

Le baromètre des EJC : regards croisés sur l’entrepreneuriat!

Pour la deuxième année consécutive, un baromètre a été proposé à 50 participants triés sur le volet et représentant des institutions et organismes québécois et français. Les répondants ont ainsi pu partager et comparer leurs visions de l’entrepreneuriat. À l’unanimité, français et québécois, s’accordent à dire que « posséder un bon réseau est une condition essentielle à la réussite d’un entrepreneur. La créativité et l’innovation, à 66 % chez les répondants québécois et à 50 % chez les répondants français, marquent la deuxième caractéristique essentielle au succès d’une entreprise.

Selon Frédéric Bove, directeur général du Centre Jacques Cartier, le baromètre de l’entrepreneuriat Lyon-Montréal est « un outil utile et disponible pour toutes les organisations intéressées (universités, chambres de commerces…) proposant des axes de réflexion et des tendances qui nourrissent les activités des Entretiens Jacques Cartier, et notamment notre forum des Entrepreneurs France-Québec ».

Au cœur de nombreux débats, à la question « laquelle de ces affirmations vous semble la plus juste concernant la place des femmes dans l’entrepreneuriat? », 44 % des répondants français et 29 % des répondants québécois affirment que « les femmes n’ont pas encore la place qu’elles méritent dans le champ entrepreneurial ». Cette divergence de point de vue demeure depuis 2017, démontrant que les répondants français considèrent que la femme ne possède pas la place méritée dans le monde de l’entrepreneuriat.

En tout état de cause, pour les organisateurs, le baromètre des Entretiens Jacques Cartier vise à faire connaître les besoins des entrepreneurs pour adapter les initiatives d’accompagnement à l’entrepreneuriat, comprendre les attentes des entrepreneurs Français, Québécois et Canadiens et favoriser les échanges d’affaires entre les deux territoires.

Source : Centre Jacques Cartier

Lire la suite

Actualités

Le Canada appuie l’entrepreneuriat comme perspective professionnelle

Publié

le

À partir de ce lundi, 12 novembre, on célèbre partout dans le monde la semaine de l’entrepreneuriat. Pour encourager les nouvelles générations à entreprendre plusieurs événements et outils sont lancés en outre la semaine des entrepreneurs à l’école.

À l’occasion de cet événement mondial, le premier ministre Justin Trudeau a noté l’importance de l’entrepreneuriat dans la création d’emplois et la stimulation de la créativité. Il a notamment rappelé les enjeux du gouvernement pour augmenter et soutenir la communauté entrepreneuriale.

« Les célébrations de cette année soulignent l’importance d’appuyer les entrepreneures et les jeunes diplômés qui souhaitent lancer et bâtir de nouvelles entreprises. Nous devons également créer une communauté d’entrepreneurs plus inclusive et plus axée sur la collaboration », a-t-il dit.

Au Québec, OSEntreprendre va à la rencontre des jeunes

Forte de deux ans d’expériences La semaine des entrepreneurs à l’école revient avec pour objectif de doubler son public cible. À partir d’aujourd’hui et jusqu’au 23 novembre, des jeunes du primaire à l’université rencontreront un entrepreneur de leur communauté. Alors qu’en 2017, l’événement a touché plus de 10 000 élèves de partout dans la province, cette année, l’initiative vise 20 000 jeunes.

« J’ai eu l’opportunité de redonner aux plus jeunes en tant que conférencière dans le cadre de la Semaine des entrepreneurs à l’école 2017. J’ai visité mon ancienne école secondaire l’Aubier et je suis heureuse d’avoir pu inspirer des jeunes à entreprendre et à oser relever des défis! » Leattytia Badibanga, fondatrice Les Pattes jaunes, Chaudière-Appalaches.

Entrepreneuriat et éducation

Des centaines de conférences seront données durant la semaine afin d’initier les élèves et les étudiants à l’entrepreneuriat. OSEntreprendre, créateur de l’événement, considère cette action en outre d’un point de vue pédagogique. Pour Manon Théberge, présidente-directrice générale de la semaine, il s’agit d’une approche « qui génère des retombées significatives sur le développement des jeunes et leur réussite éducative. »

À savoir : L’année 2018 a été marquée par le lancement de la première Stratégie pour les femmes en entrepreneuriat du Canada.

Lire aussi :

Au Québec, Femmessor conjugue l’entrepreneuriat féminin au succès

Conférence de lancement : Expo Entrepreneurs 2019 prépare un grand coup au Québec

Lire la suite

en-avant