Suivez-nous

Économie

Entre salaire minimum et cherté de la vie en 2018 au Québec

Baba-Idriss FOFANA

Publié

le

Photo libre de droit

Comme annoncé en janvier 2017, le salaire minimum au Québec connaîtra une augmentation de 50 centimes à compter du 1er mai 2018, passant de 11,25 $ l’heure à 11,75$ de l’heure, soit 1$ de plus en une année.

Au moment où les travailleurs et travailleuses du Québec réclament 15 $ de l’heure pour pouvoir faire face à la cherté de la vie, contre toute attente, le gouvernement a décidé de fermer la porte à cette demande.

Faut-il parler d’échec de la part des organisations syndicales qui ont le pouvoir de faire pression ? Le président de la plus grande Centrale syndicale de la province (avec plus de 600 000 membres) pense plutôt qu’il faut être optimiste. « Vous savez, on ne peut pas se parler d’échec pour la bonne et simple raison que le salaire minimum a été augmenté, au 1er mai 2017, de 50 centimes. Et, on nous a annoncé du même coup qu’il sera augmenté de 50 centimes au 1er mai 2018. Or, les augmentations dans les années antérieures se faisaient dans l’ordre de 10, 15 ou 20 centimes. On souhaite véritablement une augmentation substantielle du salaire minimum », a confié Daniel Boyer, président de la Fédération des Travailleurs et Travailleuses du Québec (FTQ), dans une interview accordée à Avant-Première MTL.

« On ne peut pas se parler d’échec »

Daniel Boyer, Président de la Centrale syndicale FTQ. Crédit photo : Service des communications FTQ

Pour le 1er responsable de la FTQ, « cette prochaine augmentation entrevoit que la campagne lancée en mai 2016 porte ses fruits ». Toutefois, M. Boyer dit avoir « bon espoir » que la campagne du salaire minimum à 15$ aboutisse « à un moment donné ». « On le souhaite le plus rapidement possible », a-t-il ajouté. Mais, jusqu’à quand cette augmentation verra le jour dans ‘’la belle province’’; pendant que d’autres provinces canadiennes comme l’Alberta, l’Ontario s’activent à faire passer le salaire minimum à 15$ de l’heure ? Faut-il s’en prendre au gouvernement ou aux employeurs québécois ?

À lire aussi : Acculé, Québec hausse le salaire minimum à 12$ l’heure

Marc-Édouard Joubert croit savoir que l’une des grosses résistances viendrait du côté de la Fédération canadienne de l’entreprise indépendante (FCEI) qui représenterait plus de 100 000 Petites et Moyennes Entreprises (PME). « Eux, leurs discours, c’est de dire : ‘’oui, peut-être que Mc Donald vous dit qu’ils peuvent payer 15$ de l’heure parce qu’ils sont milliardaires. Mais, qu’en est-il des petites entreprises ? la crèmerie, le thé, le petit restaurant sur le bord de l’autoroute ?’’. Ce sont des discussions que nous voulons entreprendre avec le gouvernement », a révélé le président du Conseil régional de la FTQ Montréal métropolitain (avec plus de 100 000 membres), dans une entrevue à Avant-Première.

D’où vient la forte résistance ?

Affiche de campagne pour exiger le salaire minimum à 15$ au siège de la FTQ. Crédit : Avant Première

Alors que « Mc Donald » se dit prêt à payer 15$ de l’heure, sans que cela ne soit « catastrophique » pour la survie de l’entreprise, « Tim Hortons » a décidé de couper les avantages sociaux, les pauses rémunérées à ses employés au motif que la compagnie augmentait les salaires à 14$, « alors qu’il continue à faire des profits faramineux », a dénoncé M. Joubert. Tout comme lui, le député de Gouin et porte-parole masculin de Québec solidaire n’a pas manqué de tirer à boulets rouges sur Tim Hortons et le gouvernement québécois dans une lettre d’opinion publiée, le 13 janvier, dans la tribune Point de vue du site du journal Le soleil.

« Les héritiers de Tim Hortons en font ces jours-ci une démonstration caricaturale en prétextant l’augmentation du salaire minimum en Ontario pour sabrer dans les conditions de travail de leurs employé(e)s, éliminant notamment les pauses rémunérées. Ces gens, qui nagent dans l’argent, ont décidé de priver d’autres gens, qui servent du café à cœur de jour, d’une petite pause pour souffler, sans la moindre gêne. Alors que la première ministre ontarienne répond courageusement à ces patrons, le gouvernement du Québec se fait rassurant pour les riches patrons : permettre aux petits salariés de vivre dans la dignité, jamais le Parti libéral ne fera une telle chose ! Philippe Couillard a choisi son camp, il n’augmentera pas le salaire minimum(..) », dixit Gabriel Nadeau-Dubois.

« Nous allons maintenir la pression »

Marc-Édouard Joubert, Président du Conseil régional FTQ Montréal métropolitain. Crédit : Avant Première

Toutefois, le président du Conseil régional de la FTQ Montréal métropolitain tente de ‘’rassurer’’ que son organisation compte maintenir la pression sur le gouvernement avant la prochaine élection provinciale. Car, selon lui, « c’est une question d’équité et de justice sociale fondamentale ». « Au début de l’année, le président de la Centrale M. Daniel Boyer a exprimé de façon on ne peut plus clair, la manière dont les organisations syndicales voient cette question du salaire minimum, en référence aux dirigeants de grandes entreprises au Québec. (..) Il ne faut pas appauvrir la population du Québec, ni au niveau du service public ni au niveau des salaires bruts quand il y a possibilité de le faire », a martelé Marc-Édouard Joubert.

En attendant, les Montréalais doivent se préparer à sortir plus d’argents de leurs poches avec l’augmentation de la taxe générale (1,9 %), des taxes d’arrondissement (0,3 %) et de la taxe de l’eau (1,1 %) pour le secteur résidentiel selon le budget 2018 dévoilé par la Ville de Montréal.

À lire aussi : Acculé, Québec hausse le salaire minimum à 12$ l’heure

Baba Idriss Fofana est Journaliste depuis 2010 et Blogueur depuis 2012 sur la plateforme de Radio France International – Mondoblog – où il anime notamment des chroniques politiques et faits de société. Ayant également fait des études de Marketing et de Management, il a occupé dans différents pays les fonctions d’Assistant en communication politique et Responsable des communications.

Lire la suite
Publicité
1 Commentaire

1 Commentaire

  1. Pingback: Noël coûte de nos jours moins cher qu’en 1984 - Avant Premiere Mtl

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Économie

RPC : voici le maximum des gains ouvrant droit à pension pour 2020 au Canada

Avatar

Publié

le

Le plafond des gains ouvrant droit à pension du Régime de pensions du Canada (RPC) sera fixé à 58 700 $ pour 2020, ce qui représente une augmentation par rapport au plafond de 2019 qui était de 57 400 $, selon Revenu Canada.

Le nouveau plafond a été calculé selon une formule du RPC établie par la loi, qui tient compte de la hausse des traitements et salaires hebdomadaires moyens au Canada. Les personnes qui gagneront plus de 58 700 $ en 2020 ne seront pas tenues de verser d’autres cotisations au RPC et ne pourront pas le faire.

L’exemption RPC de base pour 2020 reste fixée à 3 500 $.

Le taux de cotisation des employés et des employeurs pour 2020 seront de 5,25 % ce qui représente une augmentation par rapport au plafond de 2019 qui était de 5,1 %. Le taux de cotisation des travailleurs indépendants seront de 10,5 % ce qui représente une augmentation par rapport au plafond de 2019 qui était de 10,2 %. L’augmentation du taux de cotisation est attribuable à la bonification du RPC qui a été mise en œuvre le 1er janvier 2019.

La cotisation maximale des employeurs et des employés au RPC en 2020 sera de 2 898,00 $ chacun et la cotisation maximale des travailleurs indépendants sera de 5 796,00 $. Ces maximums étaient de 2 748,90 $ et de 5 497,80 $ en 2019.

RENSEIGNEMENTS SUPPLÉMENTAIRES ET INFORMATION

Source : Agence du revenu du Canada

À lire : Plus de 850 000 travailleurs seront des retraités d’ici 2025 au Québec

Lire la suite

Actualités

Fiscalité municipale : un Partenariat 2020-2024 pour des municipalités et des régions encore plus fortes

Avatar

Publié

le

C’est à l’Assemblée nationale du Québec que l’Union des municipalités du Québec (UMQ) et ses partenaires municipaux ont signé le nouveau « Partenariat 2020-2024 pour des municipalités et des régions encore plus fortes » avec le gouvernement. Premier acte d’une réforme globale de la fiscalité municipale.

L’entente intervenue est l’initiative la plus franche des 15 dernières années en faveur de la prévisibilité et de la diversification des revenus des gouvernements de proximité.

Une “bonne entente” pour l’ensemble des municipalités

Après des mois de négociation, la solidarité du monde municipal a permis de décrocher une entente qui reprend l’essentiel des demandes de l’UMQ. « Aujourd’hui, c’est un grand jour pour les municipalités. Ce n’était pas joué d’avance, mais à force de discussions avec nos partenaires, nous sommes arrivés à dégager une voie de passage. Nous pouvons nous dire « mission accomplie ». Voilà le résultat de deux ans de travail dont nous pouvons être fiers », a déclaré d’entrée de jeu monsieur Alexandre Cusson, président de l’UMQ et maire de Drummondville, à sa sortie de la cérémonie de signature qui se déroulait à la salle du Conseil législatif de l’Hôtel du Parlement.

L’UMQ se félicite qu’avec le nouveau « Partenariat 2020-2024 pour des municipalités et des régions en plus fortes », ce sont toutes les municipalités qui y gagnent, qu’importe leur taille ou leur région. 

« Il y en a pour tout le monde dans cette entente. D’abord, le gouvernement du Québec reconnaît pour la première fois le rôle des gouvernements de proximité comme moteurs de création de richesses. Le partage de la croissance d’un point de la TVQ arrimera le monde municipal à une importante source de revenu autonome et encouragera le développement économique. Autre priorité de négociation, l’augmentation du partage des redevances sur les ressources naturelles permettra de valoriser les régions du Québec. Au total, c’est plus de 3 milliards $ d’argent neuf qui iront aux municipalités », a ajouté Monsieur Cusson, qui y voit également la reconnaissance de l’importance de l’autonomie municipale.

Plus de 3 milliards $ d’argent neuf qui iront aux municipalités pour la fiscalité municipale…

Outre les gains sur les priorités de négociations de l’UMQ, la création du Fonds Régions et Ruralité, qui bénéficiera d’une nouvelle enveloppe de 224,5 millions $, et la bonification du programme d’aide à la voirie locale, sont aussi de bonnes nouvelles pour les gouvernements de proximité.

L’UMQ constate que la conclusion de l’entente est le résultat de l’influence de son travail de sensibilisation et d’argumentation en faveur d’une réforme de la fiscalité municipale et de l’importance des gouvernements de proximité dans le quotidien des citoyennes et des citoyens.

« L’UMQ a été la première à tirer la sonnette d’alarme sur l’avenir de l’impôt foncier. On le sait, cet outil est dépassé et fait reposer un poids de plus en plus insoutenable sur les épaules des contribuables et des entreprises. Les responsabilités du monde municipal sont en croissance et les revenus sont en baisse. C’est mathématique. Malgré les qualités de l’entente, il reste du travail à faire », a conclu le président de l’UMQ.

Source : UMQ

À lire : Eau potable : Québec baissera de moitié la norme de concentration maximale de plomb

Lire la suite

Transports

Air Transat : une offre exceptionnelle pour l’été 2020

Avatar

Publié

le

Nommée meilleure compagnie aérienne vacances au monde en 2019 par Skytrax, Air Transat en mettra plein la vue à l’été 2020 en desservant davantage de destinations au départ de ses plaques tournantes de Montréal et de Toronto. 

Au total, Air Transat offrira 150 vols par semaine vers 27 villes européennes. Le transporteur augmentera par ailleurs son offre vers les destinations Sud et les États-Unis, en plus de proposer de nombreux vols intérieurs et de correspondance, donnant ainsi de multiples options de vacances aux voyageurs de tout le pays. 

« Nous entrons dans une nouvelle ère avec l’arrivée de nos Airbus A321neoLR. Combinés à notre flotte de gros porteurs, ils augmentent considérablement notre flexibilité en multipliant les possibilités de liaisons vers l’Europe et de correspondances au départ des grands aéroports canadiens. Les voyageurs en ressortent gagnants, avec davantage d’options de vacances et des fréquences accrues vers les destinations de leur choix », a déclaré Annick Guérard, chef de l’exploitation de Transat.

Les nouveautés d’Air Transat pour la saison estivale 2020 sont Copenhague, au Danemark, et Faro, au Portugal, ainsi que San Diego et La Nouvelle-Orléans, aux États-Unis.

Fort de son succès en 2019, le service TGV AIR sera toujours offert aux voyageurs à l’été 2020. En partenariat avec la Société nationale des chemins de fer français (SNCF), Air Transat offre à ses clients un guichet unique permettant de rattacher leur vol à un billet de train au départ de l’aéroport Paris-Charles de Gaulle. Ainsi, les voyageurs peuvent facilement accéder à 18 villes françaises de même qu’à Bruxelles, en Belgique. « Notre priorité, c’est de donner du choix aux touristes, et nombreux sont ceux qui en ont profité cette année », a ajouté Mme Guérard.

Les destinations européennes d’Air Transat

Air Transat offrira 17 vols par semaine vers Paris au départ de Montréal, soit trois de plus qu’en 2019, et mettra encore une fois de l’avant une offre exceptionnelle vers les villes de province de Bordeaux, Lyon, Marseille, Nice, Nantes, Toulouse et Bâle-Mulhouse.

La plupart de ces destinations françaises seront également accessibles en partance de Québec, de Toronto, de Calgary et de Vancouver grâce à des vols de correspondance. Au total, Air Transat offrira des vols directs vers 20 villes européennes au départ de Montréal. Elle desservira aussi Paris à partir de Toronto, à raison de cinq fois par semaine.

Air Transat offrira 24 vols par semaine vers le Royaume-Uni au départ de Toronto, soit cinq de plus qu’en 2019. En direction de Londres, elle proposera deux vols par jour au plus fort de la saison. Chaque semaine, le transporteur offrira cinq vols vers Manchester, en Angleterre, et cinq vols vers Glasgow, en Écosse. La plupart de ces destinations seront également accessibles aux voyageurs en partance de Montréal, de Calgary et de Vancouver grâce à des vols de correspondance. Au total, Air Transat desservira 15 villes européennes en vol direct au départ de Toronto. Elle assurera également la liaison Montréal-Londres à raison de cinq fois par semaine.

Air Transat A321neo LR (Groupe CNW/Transat A.T. Inc.)

Au départ de Vancouver, Air Transat offrira trois vols par semaine vers Amsterdam (Pays-Bas), Manchester et Londres, de même que douze vols par semaine vers Toronto et sept vols par semaine vers Montréal, facilitant ainsi l’accès à la majorité des destinations européennes qu’elle proposera l’été prochain.

Au départ de Québec, Air Transat offrira quatre vols directs par semaine vers Paris, soit un de plus qu’en 2019. Le transporteur maintient aussi ses vols entre Québec et Montréal, permettant ainsi une correspondance vers 16 villes européennes.

Mariant culture et soleil, les grandes destinations touristiques que sont la Grèce, l’Italie, l’Espagne, le Portugal et la Croatie continuent d’exercer un grand attrait auprès des voyageurs. Au départ de Toronto et de Montréal, Air Transat proposera 58 vols par semaine vers ces pays méditerranéens, dont un vol vers Faro, au Portugal — une primeur en été.

Vols intérieurs et de correspondance

Air Transat continue d’optimiser son offre de vols intérieurs afin d’accommoder ses clients qui souhaitent s’envoler vers une destination européenne par le biais d’une correspondance. Elle proposera douze vols par semaine de Vancouver vers Toronto, et un vol par jour de Vancouver vers Montréal. Au départ de Calgary, elle desservira Toronto et Montréal à raison de quatre fois par semaine, respectivement. De plus, le transporteur offrira 14 vols Toronto‑Montréal et quatre vols Québec-Montréal par semaine.

Nombre de vols hebdomadaires, directs ou avec correspondance, prévus vers l’Europe au plus fort de la saison

  • Les chiffres indiquent le nombre de vols directs
  • Les points (-) indiquent les destinations desservies avec vol de correspondance

Au départ deMontréalAu départ deTorontoAu départ deVancouverAu départ de CalgaryAu départ de Québec
AMSTERDAM – Pays-Bas43
ATHÈNES – Grèce33

BÂLE-MULHOUSE – Suisse2
BARCELONE – Espagne43
BRUXELLES – Belgique3
BORDEAUX – France4
COPENHAGUE – Danemark2
DUBLIN – Irlande5
FARO – Portugal1


GLASGOW – Écosse5
LAMEZIA – Italie1

LISBONNE – Portugal54
LONDRES – Angleterre5143
LYON – France5
MADRID – Espagne3
MALAGA – Espagne3

MANCHESTER – Angleterre
53
MARSEILLE – France5
NANTES – France4

NICE- France2
PARIS – France1753
PORTO – Portugal33
PRAGUE – République tchèque2
ROME – Italie66
TOULOUSE – France5
VENISE – Italie32
ZAGREB – Croatie
3


Destinations Sud

Les vacances au soleil demeurent populaires même l’été. En 2020, Air Transat offrira 50 vols par semaine au départ de Montréal vers 16 destinations au Mexique, dans les Caraïbes et aux États-Unis, incluant Fort Lauderdale et Orlando, en Floride, San Diego, en Californie, et La Nouvelle-Orléans, en Louisiane. Le transporteur offrira 30 vols par semaine au départ de Toronto vers 10 destinations Sud. Enfin, Air Transat proposera des vols vers Punta Cana (République dominicaine), Cancun (Mexique) et Fort Lauderdale (Floride) au départ de Québec.

Nombre de vols hebdomadaires directs prévus vers le Sud et les États-Unis, au plus fort de la saison


Au départ deMontréalAu départ deTorontoAu départ deVancouverAu départ deQuébec
DESTINATIONS SUD
CANCUN – Mexique56
1
CAYO COCO – Cuba43

CAYO LARGO – Cuba1


HOLGUIN – Cuba22

LA ROMANA – République dominicaine



MONTEGO BAY – Jamaïque22

PORT-AU-PRINCE – Haïti2


PUERTO PLATA – République dominicaine21

PUERTO VALLARTA – Mexique

3
PUNTA CANA – République dominicaine75
1
ROATAN – Honduras1


SAMANA – République dominicaine1


SANTA CLARA – Cuba43

VARADERO – Cuba54

LES ÉTATS-UNIS
FORT LAUDERDALE – Floride52
1
LA NOUVELLE-ORLÉANS – Louisiane2


ORLANDO – Floride42

SAN DIEGO – Californie3


À propos d’Air Transat

Air Transat est le transporteur vacances numéro un au Canada. Elle offre une soixantaine de destinations internationales dans plus de 25 pays en Amérique et en Europe, ainsi que des vols intérieurs et de correspondance au Canada. Chaque année, la compagnie aérienne transporte quelque 5 millions de passagers. Air Transat est une filiale de Transat A.T. inc., une grande entreprise de tourisme international intégrée spécialisée dans le voyage vacances qui propose des forfaits, des séjours hôteliers et des liaisons aériennes. Transat a obtenu la certification Travelife en 2018 au titre de son engagement en faveur du développement durable. Elle compte 5 000 employés, et son siège social est situé à Montréal.

Distinctions et prix récents 

  • Meilleure compagnie aérienne au monde dans la catégorie Loisirs aux World Airline Awards de Skytrax 
  • Meilleur voyagiste et meilleur fournisseur global aux Agents’ Choice Awards de Baxter Travel Media 
  • Meilleure compagnie aérienne et meilleur voyagiste à la remise des trophées Uni‑Vers de l’Association des agents de voyages du Québec 
  • Parmi les meilleurs employeurs au Canada et première compagnie aérienne au palmarès de Forbes

Source : Transat A.T. Inc.

À lire : Air Transat, meilleur transporteur canadien dans le palmarès des meilleures compagnies aériennes

Lire la suite

Nous suivre sur Facebook

Publicité

en-avant