Suivez-nous

Culture

Sang bleu, la contorsion culturalisée ou la danse entre pulsions et artifices

Hanen Hattab

Publié

le

Sang Bleu
Crédit photo Valérie Sangin

Sang bleu est une chorégraphie qui emporte deux êtres dans un devenir organique. Andréane Leclerc et Dany Desjardins performent des états de corps entre altération et renaissance.

Dans cette transposition du processus ontogénique sur l’humain, des éléments culturels ont été introduits rendant possible un dialogue entre la mécanique du corps et l’imaginaire qui en fait son objet et ses chimères. Cette deuxième collaboration entre les deux artistes continue d’explorer la danse et la contorsion contemporaine.

De l’esthétique picturale à la danse

« À travers la rencontre de nos langages physiques respectifs, nous voulons tout d’abord les questionner et remanier leurs conventions, de sorte à créer un langage physique commun. La recherche a débuté sous le thème de la mort, mais comme processus de renouveau et de constante transformation physique », ont expliqué les artistes.

La mise en personnage est une hybridation entre l’humain et le végétal. La scène dépouillée comporte des restes de corps en mutation. C’est une interprétation tridimensionnelle de la série Chrysalides (2006-2013), mine de plomb sur papier, de l’artiste Patrick Bernatchez. Ce rapport entre la matière vivante et le temps est aussi inspiré de l’œuvre du peintre norvégien Odd Nerdrum. La chorégraphie explore les postures corporelles de ses peintures dérangeantes au style préraphaélite Twilight (1981) et Dawn (2014).

La représentation a commencé avec une scène-tableau translucide à l’instar de l’image en filigrane dans le théâtre des ombres. De personnages aux allures humaines le public est passé à des créatures anthropomorphes embrassant le mouvement rampant de Dust lickers (les lécheurs de poussière) de Nerdrum. Jusqu’à la fin de la représentation, aucune place n’a été accordée à l’individualité, à la présence subjective.

Lécheurs de poussière

Lécheurs de poussière. Odd Nerdrum. Huile sur toile. 2000. Photo libre de droits

Crédit photo Valérie Sangin

Crédit photo Valérie Sangin

Les artistes ont été fidèles au corpus du peintre jusqu’aux expressions de visages crispées. Les yeux exorbitants et les bouches bées ou entrouvertes semblent jouer les rôles d’ouvertures ductiles exhibant sans pudeur des pans de chair.

Le récit est ainsi composé d’actions dichotomiques qui annihilent la narration s’offrant de facto directement au métadiscours. La masse nue des danseurs s’anime, se repose, s’enlace et se sépare, se chevauche et se défait. Outre ces interprétations de l’affrontement, l’éreintement et le lyrisme charnel, par des mouvements chaotiques, des entrelacs et des sévices subis à même le sol, la dramaturgie a manipulé des symboles chrétiens. Dans cette danse muette, la parole circulait entre le corps et son imaginaire religieux. Car peut-on s’empêcher de ne pas faire le lien entre les couronnes de lierres portées par les danseurs, la marche nuptiale et son fond sonore avec l’emprise de la culture sur le corps ?

Empruntant la contorsion à l’encyclopédie gestuelle du cirque pour en faire une forme sensible et non sensationnelle, Andréane avec son co-équipier Dany, l’ont brillamment traduite dans cette œuvre à travers des gestes culturalisés et d’autres dé-culturalisés créant un mélange inédit et subtile entre pulsion et artifice.

Sang Bleu joue au Théâtre La Chapelle le 1er et 2 mars 2018.

Hanen Hattab est doctorante en sémiologie à l’UQAM. Ses recherches portent sur les pratiques d’art et de design subversifs et contre culturels comme le vandalisme artistique, le sabotage et les détournements culturels dans l’illustration, les arts graphiques et la sculpture.

Lire la suite
Cliquez pour commenter

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Culture

Tower of Songs : Leonard Cohen illumine les nuits de Montréal sur 21 étages

Avatar

Publié

le

La murale Tower of Songs, réalisée en 2017 par les artistes El Mac et Gene Pendon, 100e murale produite par MU, rendant hommage à Leonard Cohen, véritable emblème montréalaise, veille désormais sur la ville de Montréal de nuit comme de jour.

Voulant répondre à la demande du public de voir la majestueuse œuvre éclairée, l’organisme MU a concrétisé sa mise en lumière permanente grâce au soutien de l’arrondissement Ville-Marie et de Tourisme Montréal. Depuis 12 ans, MU a réalisé plus de 120 murales d’envergure et pérennes dans 17 quartiers de la ville en plus de mettre en œuvre un important volet éducatif.

« Leonard Cohen fait partie de l’ADN de Montréal »

MU_Ville_Marie_Eclairage_Cohen_credits-photo_Olivier-Bousquet

Réunis au Musée des beaux-arts de Montréal en présence de la mairesse Valérie Plante, du président-directeur général de Tourisme Montréal, Yves Lalumière et des représentants de la famille Cohen, les partenaires et les collaborateurs du projet ont souligné mercredi soir avec l’illumination officielle ce moment phare pour la ville de Montréal.

« C’est un plaisir pour notre administration de contribuer à illuminer l’hommage à ce grand poète montréalais dont l’œuvre illumine des millions de vies partout à travers le monde. Dorénavant, la mémoire de Leonard Cohen brillera au cœur du centre-ville de Montréal au sens propre comme au sens figuré. »

– Valérie Plante, mairesse de Montréal

Du haut de ses 21 étages, la plus grande murale jamais réalisée dans la métropole est vite devenue un repère visuel dans le paysage urbain. Elle a également permis à Montréal de rayonner à l’international et de s’ancrer dans l’histoire de l’art urbain.

La murale Tower of Songs et « Les bâtisseurs culturels montréalais »!

MU_Ville_Marie_Eclairage_Cohen_credits-photo_Olivier-Bousquet

Tourisme Montréal a d’ailleurs souligné l’impact majeur de cette murale sur la ville et ses visiteurs par le Prix Innovation, entreprise de moins de 50 employés, remis à MU lors des Prix Distinctions en mars dernier.

À lire : Montréal : le MAC vend Leonard Cohen à l’international

« Leonard Cohen fait partie de l’ADN de Montréal, un symbole que nous avons célébré aussi avec la murale Tower of Songs qui est rapidement devenue une attraction majeure de Montréal dans son paysage urbain animé. Dans le cadre de son 100e anniversaire, Tourisme Montréal désire offrir le cadeau de son illumination aux Montréalais et aux touristes », a souligné Yves Lalumière, président-directeur général de Tourisme Montréal.

La murale Tower of Songs fait partie de la collection « Les bâtisseurs culturels montréalais » de MU, rendant hommage aux artistes ayant marqué ou s’étant inspirés de la métropole, dont Alanis Obomsawin, Daisy Peterson Sweeney, Michel Tremblay, Dany Laferrière et Janine Sutto, pour n’en nommer que quelques-uns.

Rappelons que MU est un organisme de bienfaisance qui transforme l’espace public montréalais en réalisant des murales ancrées dans les communautés. Le cœur de sa démarche : créer des murales pour voir et vivre l’art au quotidien, pour déclencher une transformation sociale et pour léguer, à Montréal, un musée à ciel ouvert.

Lire la suite

Culture

Librairies : on a vendu pour 397 millions dollars de livres neufs au Québec en 2018

Avatar

Publié

le

Lors du 40e Salon du livre de Montréal. Photo : Avant-Première MTL

Selon une enquête réalisée par l’Observatoire de la culture et des communications, en 2018, les librairies du Québec ont vendu pour 397,0 M$ de livres neufs, ce qui représente une hausse de 1 % (+ 3,1 M$) par rapport aux ventes de 2017.

L’Observatoire indique que d’autres types de points de vente ont vu leurs ventes diminuer, ce qui fait que, globalement, les ventes de livres neufs par les entreprises du Québec ont baissé de 1 %, passant de 620 M$ en 2017 à 614 M$ en 2018. Ce résultat s’inscrit dans une tendance à la baisse observée depuis plusieurs années. Ces statistiques sont tirées du bulletin Optique culture no 65, que l’on peut consulter sur le site Web de l’Institut de la statistique du Québec

D’autres points de vente en dehors des librairies

Outre les librairies, il existe une diversité de points de vente pour les livres.

  • Les détaillants de la grande diffusion, soit les grandes surfaces à rabais, grands magasins, kiosques à journaux, papeteries, pharmacies, quincailleries, boutiques de cadeaux, etc., ont vendu pour 75,9 M$ de livres neufs en 2018, une baisse de 9,8 M$ par rapport à 2017.
  • Les éditeurs ont vendu directement aux consommateurs (c’est-à-dire aux particuliers et aux collectivités) pour 120,6 M$ de livres, ce qui représente une légère baisse par rapport à 2017 (- 2,0 M$).
  • Les distributeurs de livres font eux aussi des ventes à des acheteurs finaux. En 2018, ces ventes totalisent 20,4 M$, en hausse par rapport à 2017 (+ 2,2 M$).

Rappelons que le bulletin Optique culture de l’Observatoire de la culture et des communications du Québec analyse les statistiques relatives aux ventes de divers produits culturels, à la fréquentation des lieux culturels, aux dépenses des ménages ou des administrations publiques en matière de culture, aux établissements et travailleurs culturels, à l’économie de la culture, etc.

Source : ISQ

À lire : À Montréal, le livre prend le pouvoir

Lire la suite

Culture

Mérite du français au travail : la Place des Arts de Montréal rafle le prix 2019 de l’OQLF

Avatar

Publié

le

Marie-Josée Desrochers, PDG de la Place des Arts, et Ginette Galarneau, PDG de l’Office québécois de la langue française.

La Place des Arts de Montréal a remporté le Mérite du français au travail, dans le commerce et dans les technologies de l’information 2019 dans la catégorie « Organisme de l’Administration ».

Remis par l’Office québécois de la langue française (OQLF), le prix récompense les entreprises et les organismes dont les réalisations reflètent la vitalité et la richesse de la langue française au travail et dans le commerce.

La présidente-directrice générale de la Place des Arts, Marie-Josée Desrochers, a rappelé que tous les employés du plus grand complexe culturel en arts de la scène au Canada avaient à cœur la promotion de la langue française au quotidien, tant à l’interne que dans leurs relations avec le public, et que c’était une grande source de fierté pour la Place des Arts.

Le mariage entre le français et les langues autochtones…

Marie-Josée Desrochers, PDG de la Place des Arts, et Ginette Galarneau, PDG de l’Office québécois de la langue française.

La Place des Arts propose tout au long de l’année de nombreux spectacles et activités qui ont la langue française comme moyen d’expression. Par exemple, l’an dernier, la Place des Arts a présenté Daniel Boucher, la comédie musicale Belles-Sœurs, l’événement Chansons rassembleuses célébrant le mariage entre le français et les langues autochtones, l’opéra pour enfants Chante, Edmond! basé sur un texte de Simon Boulerice ainsi que le spectacle de poésie québécoise Chansons pour filles et garçons perdus de Loui Maufette, tous dans le cadre de sa série « Les spectacles Place des Arts ».

À lire : L’OQLF lance les Mérites du français 2019 à l’intention des organisations

Par ailleurs, qu’il s’agisse d’outils liés à la promotion d’un spectacle ou de documents d’information, la Place des Arts souhaite jouer un rôle exemplaire et moteur dans l’application de la Charte de la langue française. Elle s’est donc dotée d’une politique relative à l’emploi de la langue française et a fait en sorte de susciter l’adhésion et la participation de tous les employés à son application ainsi que d’exercer une influence positive sur les façons de faire de ses partenaires.

Source : Place des Arts

Lire la suite
Publicité

Nous suivre sur Facebook

en-avant