Suivez-nous

Santé

Santé: Soigner le cancer avec…un virus

Avatar

Publié

le

Des chercheurs de l’Université de Leeds et de l’Institut de Recherche en Cancer de Londres ont trouvé qu’il était possible de traiter les cellules cancéreuses du cerveau à l’aide d’un virus. Publiée dans le journal Science Translational Medicine, la recherche amène des nouveautés médicales importantes ; elle stipule notamment qu’un certain type de virus, appelé reovirus, serait capable de booster les défenses immunitaires des patients atteints de cancer du cerveau. Cela fonctionnerait comme une immunothérapie, soit comme un traitement qui ne soigne pas directement la maladie mais qui a pour but de raviver les défenses de l’organisme.

Ainsi, en administrant le virus directement dans le sang, les scientifiques ont remarqué qu’il était capable de véritablement allumer la défense immunitaire, de sorte à ce qu’elle puisse s’attaquer au cancer.

L’un des principaux défis rencontrés par les scientifiques étaient le passage du virus dans le cerveau. En effet, pour passer des vaisseaux sanguins du corps dans le cerveau et pouvoir actionner la réponse du système immunitaire, le virus devait passer ce qu’on appelle la barrière hématoencéphalique, une barrière physiologique qui sépare la circulation sanguine du système nerveux central. Dans le cas de l’impossibilité du passage, il aurait fallu injecter le virus directement dans le cerveau, ce qui représente une plus grande difficulté. Toutefois, les chercheurs ont découvert que le virus pouvait passer sans encombre.

Cette technique d’immunothérapie est une nouvelle étape pour la recherche autour du cancer puisqu’elle permet à la défense immunitaire de s’activer autour des cellules cancéreuses à travers le virus, plus facilement détectable par les défenses de l’organisme que les cellules cancéreuses.

Santé

Opioïdes, obésité et alcool menacent la santé du Canadien

Avatar

Publié

le

Une étude publiée ce mercredi, 26 juin, a dévoilé les principaux facteurs qui ont une incidence sur l’état de santé du Canadien en 2018.

Qu’ils soient prescrits ou non, l’utilisation des opioïdes est un problème imminent. L’Enquête sur la santé dans les collectivités canadiennes a fait le point sur l’usage des antidouleurs contenant des opioïdes et la consommation inadéquate qui exposent au risque de dépendance, de surdosage et de décès.

Le nombre de personne qui ont déclaré en 2018 avoir une consommation problématique des opioïdes s’élève à 351 000  sur 3,7 millions.

Les statistiques ont porté sur les personnes âgées de 15 ans et plus et ont montré que les hommes (11 %) étaient plus susceptibles que les femmes (8 %) de déclarer une consommation problématique.

En plus de l’augmentation du nombre de décès liés au surdosage, la crise des opioïdes est selon une étude de Statistique Canada l’une des principales raisons pour lesquelles l’espérance de vie à la naissance n’a pas augmenté de 2016 à 2017.

Alcool, surpoids et tabac

Les autres facteurs de risque liés au mode de vie sur les quels s’est penché l’enquête sont les problèmes de poids, le tabagisme et la consommation problématique de l’alcool. Alors que la proportion de fumeurs a diminué par rapport à 2018, les nombres de consommateurs abusifs d’alcool et d’adultes obèses sont demeurés stables. Voici les chiffres indiqués :

  • Environ 6 millions de Canadiens âgés de 12 ans et plus ont déclaré une consommation d’alcool considérée comme abusive en 2018 
  • Environ 7 millions de personnes était classée comme étant obèse en 2018

Les moyennes varient à l’échelle provinciale. Le Québec (25 %) a enregistré une proportion d’adultes obèses inférieure à la moyenne nationale. Par ailleurs, la province compte un taux (21%) de consommateurs abusifs d’alcool supérieur à la moyenne nationale.

L’enquête a en outre mis en exergue les risques auxquels s’exposent les Canadiens en proie à l’obésité.

« En 2018, les Canadiens obèses étaient plus susceptibles de faire du diabète de type 2 et de l’hypertension artérielle, et d’avoir une maladie du cœur, que les adultes affichant un poids normal. »

Lire aussi : Urgences-santé, « 30 ans à votre santé » au Québec

Lire la suite

Politique provinciale

Vaccination : les pharmaciens québécois pourront administrer et prescrire des vaccins

Avatar

Publié

le

Québec a déposé aujourd’hui, jeudi 13 juin, le Projet de loi 31 (PL 31) afin de permettre notamment aux pharmaciens d’administrer et de prescrire des vaccins. Les pharmaciens québécois, étant les seuls en Amérique du Nord à ne pas avoir l’autorisation de vacciner, qualifie le dépôt de PL 31 comme « une avancée » et « une excellente nouvelle » pour la population.

« L’objectif n’est pas de transformer les pharmacies en centrales de vaccination, mais de profiter de la présence du patient vulnérable pour lui proposer d’y recourir sur place », souligne Bertrand Bolduc, président de l’Ordre des pharmaciens du Québec. Il ajoute que cette mesure intensifiera « la collaboration entre les pharmaciens et les autres professionnels de la santé », et apportera « une offre complémentaire » à celle déjà offerte dans beaucoup de pharmacies, par des infirmières.

En plus de la vaccination, selon l’Ordre, ce projet de loi offre plusieurs avenues intéressantes. Notamment, il permettra aux médecins de demander une consultation aux pharmaciens afin de revoir la médication et de cesser certains médicaments au besoin. Il permettra également aux pharmaciens d’ajuster et de prolonger les ordonnances de tout prescripteur habilité à prescrire des médicaments.

La vaccination, l’une des mesures les plus rentables en santé publique

En 2015-2016, seuls 24 % des malades chroniques de 18 à 59 ans avaient reçu le vaccin contre la grippe au Québec, un pourcentage bien en deçà de la cible de 80 % et un score décevant lorsqu’on sait que la vaccination est l’une des mesures les plus rentables en matière de santé publique. Partout au Canada et à travers le monde, le fait d’autoriser les pharmaciens à vacciner a contribué à améliorer l’atteinte des cibles.

« L’ouverture est bien présente au Collège des médecins du Québec, notre partenaire principal dans le dossier, et nous avons une volonté commune de développer des modèles de pratique et de collaboration qui pourront bien servir les Québécois. Le pharmacien est formé pour en faire davantage et améliorer l’accès aux soins de santé à la population. Nous espérons en venir avec des propositions bien concrètes dans les prochains mois. »

– Bertrand Bolduc, président de l’Ordre des pharmaciens du Québec

Le projet de loi déposé aujourd’hui constitue « un pas en avant » pour l’accès aux soins de santé des patients. Ces changements législatifs à venir constituent une première étape. D’autres modifications, de nature réglementaire cette fois-ci, sont actuellement en discussion.

Les travaux visent entre autres l’ajout de conditions pouvant être traitées par le pharmacien et des mesures visant à faciliter l’ajustement d’ordonnances. En surplus, un modèle d’exercice avancé et de pratique collaborative selon certains critères d’éligibilité comme une formation de niveau maîtrise ou la reconnaissance d’acquis expérientiels est à l’étude.

Rappelons que l’Ordre des pharmaciens du Québec a pour mission de veiller à la protection du public en encourageant les pratiques pharmaceutiques de qualité et en faisant la promotion de l’usage approprié des médicaments au sein de la société. Il regroupe plus de 9000 pharmaciens :

  • Plus de 6700 d’entre eux exercent à titre de salarié ou de propriétaire dans près de 1900 pharmacies privées et plus de 1600 pratiquent au sein des établissements publics de santé du Québec.
  • Plus de 800 pharmaciens œuvrent notamment à titre d’enseignant ou pour des organismes publics, associatifs ou communautaires.

Lire la suite

Santé

Performance sexuelle : Santé Canada met en garde contre 10 produits saisis dans des magasins Forbidden Pleasures

Avatar

Publié

le

Saisie de multiples produits pour améliorer la performance sexuelle non homologués dans des magasins Forbidden Pleasures de l’Ontario.

Santé Canada avise la population canadienne que les produits qui suivent peuvent présenter de graves risques pour la santé.

Afin que les Canadiens puissent reconnaître facilement des produits qu’ils pourraient s’être procuré et prendre les mesures appropriées, Santé Canada dit tenir à jour une liste de produits de santé non homologués qui peuvent présenter de graves risques pour la santé. Les Canadiens sont invités à consulter régulièrement cette liste pour obtenir des renseignements à jour.

À lire : Soirées célibataires : ces méthodes de rencontres qui tapent dans l’oeil

Produits de santé non homologués
Produit et usage prévuRisques détectésEntrepriseMesure prise
Jaguar 30000Amélioration de la performance sexuelleLes analyses d’un produit ayant un emballage semblable saisi précédemment révèlent la présence de sildénafil et de tadalafil.Forbidden Pleasures Adresses 91, rue George Nord, Market Plaza, Peterborough (Ontario) 871, chemin Chemong, Peterborough (Ontario)Produit saisi au point de vente au détail
KangarooAmélioration de la performance sexuelleLes analyses d’un produit ayant un emballage semblable saisi précédemment révèlent la présence de sildénafil.Forbidden Pleasures Adresses 91, rue George Nord, Market Plaza, Peterborough (Ontario) 871, chemin Chemong, Peterborough (Ontario) 1268, rue Simcoe Nord, Oshawa (Ontario)Produit saisi au point de vente au détail
Master Zone 1500Amélioration de la performance sexuelleLes analyses d’un produit ayant un emballage semblable saisi précédemment révèlent la présence de sildénafil et de tadalafil.Forbidden Pleasures Adresses 91, rue George Nord, Market Plaza, Peterborough (Ontario) 871, chemin Chemong, Peterborough (Ontario) 1268, rue Simcoe Nord, Oshawa (Ontario)Produit saisi au point de vente au détail
ResERECTION!Amélioration de la performance sexuelleLes analyses d’un produit ayant un emballage semblable saisi précédemment révèlent la présence de sildénafil et de tadalafil.Forbidden Pleasures Adresses 91, rue George Nord, Market Plaza, Peterborough (Ontario) 1268, rue Simcoe Nord, Oshawa (Ontario)Produit saisi au point de vente au détail
RhinoAmélioration de la performance sexuelleLes analyses d’un produit ayant un emballage semblable saisi précédemment révèlent la présence d’aminotadalafil.Forbidden Pleasures Adresses 91, rue George Nord, Market Plaza, Peterborough (Ontario) 1268, rue Simcoe Nord, Oshawa (Ontario)Produit saisi au point de vente au détail
Stiff NightsAmélioration de la performance sexuelleLes analyses d’un produit ayant un emballage semblable saisi précédemment révèlent la présence de sildénafil et de tadalafil.Forbidden Pleasures91, rue George Nord, Market Plaza, Peterborough (Ontario)Produit saisi au point de vente au détail
Super Panther 7KAmélioration de la performance sexuellePrésence de yohimbe indiquée sur l’étiquette.Forbidden Pleasures Adresses 91, rue George Nord, Market Plaza, Peterborough (Ontario) 871, chemin Chemong, Peterborough (Ontario) 1268, rue Simcoe Nord, Oshawa (Ontario)Produit saisi au point de vente au détail
Triple GreenAmélioration de la performance sexuellePrésence de yohimbe indiquée sur l’étiquette.Forbidden Pleasures Adresses 91, rue George Nord, Market Plaza, Peterborough (Ontario) 871, chemin Chemong, Peterborough (Ontario) 1268, rue Simcoe Nord, Oshawa (Ontario)Produit saisi au point de vente au détail
VIP Go Rhino Gold 69KAmélioration de la performance sexuellePrésence de yohimbe indiquée sur l’étiquette.Forbidden Pleasures Adresses 91, rue George Nord, Market Plaza, Peterborough (Ontario) 871, chemin Chemong, Peterborough (Ontario) 1268, rue Simcoe Nord, Oshawa (Ontario)Produit saisi au point de vente au détail
XXLant 3000Amélioration de la performance sexuellePrésence de yohimbe indiquée sur l’étiquette.Forbidden Pleasures871, chemin Chemong, Peterborough (Ontario)Produit saisi au point de vente au détail

Pour en savoir plus, y compris sur ce que les consommateurs canadiens devraient faire, consultez l’avis de sécurité en ligne.

À lire : Boissons alcoolisées aromatisées, Santé Canada met de l’ordre pour limiter les dégâts!

Lire la suite

Nous suivre sur Facebook

Publicité

en-avant