Suivez-nous

Politique fédérale

Soins de santé pour femmes et enfants : le Canada prend un “engagement mondial historique”, selon l’UNICEF

Avatar

Publié

le

Dans le Nord Est de la Côte d'Ivoire, des mères attendent devant une clinique pour faire vacciner leurs enfants. © UNICEF/UN061672/Dejongh

UNICEF Canada “applaudit chaleureusement” la décision du gouvernement du Canada d’augmenter au cours des dix prochaines années son engagement envers la santé des femmes, des jeunes, des enfants et des nouveau-nés dans le monde entier.

Cette annonce importante, faite aujourd’hui dans le cadre de la Conférence internationale 2019 Women Deliver, soutient le programme Thrive, une initiative de défense et de promotion des droits dirigée par un groupe d’organismes, dont UNICEF Canada, qui demande au Canada de jouer un rôle de premier plan dans la promotion de la santé et des droits des personnes les plus marginalisées du monde.

À lire : Afghanistan : de 68 à 192, les attaques contre des écoles ont triplé en un an

« Cette décision est une occasion pour le Canada de défendre les droits des millions de femmes et d’enfants qui luttent chaque jour pour obtenir l’aide médicale même la plus élémentaire. Les dirigeantes et les dirigeants mondiaux doivent comprendre qu’il est essentiel de permettre aux filles d’avoir accès à des soins de santé de qualité dès leur naissance pour obtenir l’égalité des sexes », a déclaré Rowena Pinto, la chef des programmes d’UNICEF Canada.

Mettre fin aux 7 000 décès de nouveau-nés qui se produisent chaque jour

UNICEF Canada se dit “fier” de faire partie du groupe diversifié d’actrices et d’acteurs de la société civile qui ont exhorté le gouvernement fédéral à soutenir le programme Thrive. Ce programme requiert une approche globale et intégrée de la santé et des droits axée sur les femmes, les jeunes, les enfants et les nouveau-nés et qui leur permette d’avoir accès à l’ensemble des interventions nécessaires tout au long de leur cycle de vie pour réaliser pleinement leur potentiel.

« Nous sommes heureux de voir que, dans le cadre de cette approche intégrée, le Canada continue de défendre et de promouvoir le droit de chaque enfant de survivre, et nous espérons qu’une partie de cet investissement important sera consacrée à la prévention visant à mettre fin aux 7 000 décès de nouveau-nés qui se produisent chaque jour. » – UNICEF Canada

L’annonce faite aujourd’hui, soutient l’organisme, montre que le gouvernement fédéral comprend que la population canadienne croit en la promotion des droits des femmes et des enfants, y compris de leur droit à des soins de santé de qualité. Plus tôt cette année, plus d’un millier de Canadiennes et de Canadiens ont appuyé la campagne Une chance de vivre d’UNICEF Canada, qui demande à Ottawa d’en faire plus pour mettre fin aux décès évitables de 7 000 nouveau-nés chaque jour.

Source : UNICEF Canada

Lire la suite
Publicité
Cliquez pour commenter

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Politique fédérale

Canada : l’IPFPC va collaborer avec un gouvernement minoritaire pour que la fonction publique demeure forte

Avatar

Publié

le

Dans une lettre adressée au premier ministre Justin Trudeau, la présidente de l’Institut professionnel de la fonction publique du Canada, Debi Daviau, s’est engagée à collaborer avec le nouveau gouvernement minoritaire et tous les partis qui détiennent la balance du pouvoir pour que la fonction publique reste forte.

« Les Canadiens ont voté pour un gouvernement qui croit au maintien d’une fonction publique forte, soutient la présidente Daviau. Nous sommes impatients de travailler avec l’ensemble des partis pour que nos membres puissent assurer les services nécessaires aux Canadiens ». 

Comme coprésidente du comité supervisant le remplacement de Phénix, Debi Daviau continuera de faire pression pour mener ce projet à terme. « Phénix est une priorité absolue pour nos membres : nous devons rester concentrés sur le développement d’un système qui paye correctement et à temps les fonctionnaires. Nous souhaitons nous remettre au travail rapidement et faire en sorte que ce projet reste prioritaire ». 

La présidente Daviau se dit convaincue que l’IPFPC peut collaborer efficacement avec le gouvernement fédéral pour aider la fonction publique fédérale à répondre aux aspirations et aux besoins croissants de la population canadienne dans les prochaines années. 

Les grandes priorités de l’IPFPC, dont elle veut discuter avec le gouvernement minoritaire : 

  • Réduire les coûts et le gaspillage liés à la sous-traitance de consultants au gouvernement;
  • Garantir que les scientifiques publics du Canada disposent des ressources nécessaires pour aider notre pays à relever les grands défis touchant la santé et l’environnement;
  • Donner à l’Agence du revenu du Canada et à nos membres les ressources dont ils ont besoin pour percevoir les milliards de dollars que les échappatoires fiscales font perdre au trésor public chaque année.

« Nous avons beaucoup de travail à faire. Nous demanderons des comptes à ce gouvernement minoritaire en exigeant l’équité fiscale et en veillant à ce qu’il investisse dans la science publique et qu’il mette fin à sa dépendance à la sous-traitance dans la fonction publique », conclut Mme Daviau. 

Pour rappel, l’Institut professionnel de la fonction publique du Canada représente quelque 60 000 fonctionnaires professionnels de partout au Canada. 

Source : Institut professionnel de la fonction publique du Canada

À lire : Justin Trudeau réélu premier ministre du Canada le 21 octobre 2019

Lire la suite

Actualités

Justin Trudeau réélu premier ministre du Canada le 21 octobre 2019

Avatar

Publié

le

À l’issue de l’élection générale canadienne du 21 octobre 2019, le premier ministre canadien sortant Justin Trudeau, chef du Parti libéral du Canada – PLC, a été réélu pour un deuxième mandat de quatre ans. Le taux de participation en 2019 a été évalué à 65,95 %, contre 68,3% en 2015.

Tous les chefs des Partis politiques ont été réélus à l’exception de Maxime Bernier, chef du Parti populaire du Canada – PPC, défait dans sa circonscription de Beauce au Québec par le Parti conservateur du Canada – PCC.

Justin Trudeau dirigera le gouvernement du Canada pour un second mandat, mais il sera contraint de le faire sans majorité à la Chambre des communes, puisque les libéraux n’ont pas atteint la majorité de 170 député.e.s sur les 338 à la Chambre des communes.

Les libéraux sont en tête avec des élus dans 157 circonscriptions. Les conservateurs d’Andrew Scheer sont pour leur part élus dans 121 circonscriptions, contre 24 pour le Nouveau parti du Canada – NPD de Jagmeet Singh, 3 pour le Parti vert d’Elizabeth May et 1 pour la candidate indépendante Jody Wilson-Raybould qui conserve son siège dans la circonscription de Vancouver-Granville.

Le Bloc québécois d’Yves-François Blanchet l’a emporté dans 32 circonscriptions du Québec. Le parti souverainiste qui triple sa représentation à la Chambre des communes devrait retrouver son statut de parti officiel à Ottawa.

Cependant, les conservateurs ont récolté plus d’appuis – vote populaire – que les libéraux, avec 34,4 % des voix exprimés contre 33 % au plan national. Les néo-démocrates ont 15,5 % des suffrages exprimés, le Bloc québécois, 8,4 %, et les verts 6,2 %.

Justin Trudeau et son épouse après la reconduction du gouvernement libéral par les Canadiens.

Le taux de participation aux élections fédérales a été évalué à 65,95 %, soit un peu moins qu’en 2015. Sur les 27,1 millions d’électeurs inscrits, 17,9 millions d’entre eux ont exercé leur droit de vote, selon les données d’Élections Canada.

Lors des élections de 2015, au cours desquelles Justin Trudeau s’est retrouvé à la tête d’un gouvernement libéral majoritaire, le taux de participation correspondait à 68,3 % (17,7 millions d’électeurs avaient voté).

Les libéraux vont-ils former un gouvernement majoritaire avec l’appui des néo-démocrates ?

En attendant, voici quelques-unes des promesses que le chef libéral, Justin Trudeau a promis aux Canadiens en cas de victoire :

Remettre le Canada sur la bonne voie pour atteindre l’objectif d’émissions nettes nettes d’ici 2050, principal objectif du dernier sommet des Nations Unies sur le climat.

Réduire les impôts de la classe moyenne en réduisant le taux d’imposition des personnes gagnant entre 45 282 $ et 90 563 $ de 22% à 20,5%. 9 millions de personnes au Canada seraient directement touchées par cette réduction d’impôt.  

Augmenter la déduction de base de l’impôt sur le revenu des particuliers à 15 000 dollars pour les personnes gagnant moins de 147 000 dollars, ce qui signifie qu’elles ne paieraient que des impôts supérieurs à ce montant.

Enfin, les libéraux ont promis un contrôle des armes à feu plus strict au Canada, qui inclut les municipalités souhaitant interdire les armes de poing locales.

Les élections de 2019 en chiffres :

  • 27 126 166 électeurs
  • 31 798 Canadiens expatriés ont voté
  • 338 circonscriptions
  • 20 000 lieux de vote
  • 105 140 urnes
  • 506 bureaux d’Élections Canada

À lire : Obama demande de voter Trudeau le 21 octobre 2019 pour le progrès…

Lire la suite

Politique fédérale

Élections canadiennes : Obama demande de voter Trudeau le 21 octobre 2019 pour le progrès…

Avatar

Publié

le

L’ex-président américain Barack Obama a donné son appui mercredi 16 octobre 2019 au premier ministre sortant Justin Trudeau en vue de sa réélection le 21 octobre prochain, à l’occasion des élections canadiennes générales.

À cinq jour des élections canadiennes, le 44ème président des États-Unis, Barack Obama a brisé le silence pour demander aux Canadiens de voter le chef du Parti libéral du Canada (PLC) Justin Trudeau. « Je suis fier d’avoir travaillé avec Justin Trudeau en tant que président », a-t-il écrit dans un tweet. 

« C’est un leader travaillant, efficace, qui s’attaque à des enjeux importants comme les changements climatiques », ajouté M. Obama qui avait offert son appui à Emmanuel Macron lors du dernier tour de la présidentielle française du 7 mai 2017.

Obama et Trudeau à Montréal, une image vaut 1000 mots….

Selon l’ancien président américain, « le monde a besoin d’un leadership progressiste actuellement, et j’espère, a-t-il souligné, que nos voisins au nord vont l’appuyer pour un autre mandat ».

« Merci mon ami. Nous travaillons très fort pour que les choses continuent à progresser », a salué en retour, Justin Trudeau sur son compte twitter.

Obama et Trudeau dans un petit restaurant de Montréal, Liverpool House, le 6 juin 2017.

De son côté, le chef du Parti conservateur, Andrew Scheer, a semblé réagir à l’appui de Barack Obama à Justin Trudeau par un haussement d’épaules, selon les propos rapportés par Radio-Canada. « J’ai des millions de Canadiens qui m’appuient, je ne me préoccupe pas de l’opinion d’anciens leaders étrangers », a-t-il lancé. Cette intervention constitue-t-elle une forme d’ingérence étrangère?, a demandé Radio-Canada à M. Scheer. « Ce sera aux Canadiens d’en juger lundi », a-t-il répondu.

Andrew Scheer, le chef du parti conservateur frustré ?

Rappelons qu’en juin 2017, le président Barack Obama et le premier ministre Justin Trudeau s’étaient retrouvés dans un petit restaurant de Montréal, Liverpool House, sur la rue Notre-Dame Ouest, dans la Petite-Bourgogne. Cette image de deux amis, détendues à table -, accompagnée de ces quelques mots : « Comment amener de jeunes leaders à agir dans leur communauté ? Merci @BarackObama d’être venu dans ma ville pour nous livrer vos réflexions », tweeté par M. Trudeau a fait le tour du monde.

À lire : #ObamaMTL, ces à-côtés passés à côté !

Lire la suite

Nous suivre sur Facebook

Publicité

en-avant